Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien

Aller en bas 
AuteurMessage
Dominique T.

Dominique T.

Nombre de messages : 610
Age : 59
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/01/2007

FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien Empty
MessageSujet: FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien   FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien Icon_minitimeLun 5 Sep - 11:47

Encore un héros méconnu, et c'est une occasion de se pencher sur le sort de nos braves alliés.

Les Italiens sont trop souvent oubliés, c'est pourquoi je vous soumets cette biographie que j'ai écrite sur base de plusieurs sources italiennes (Ce n'était pas une sinécure, vu que je ne maîtrise que très très peu cette langue...)

Mais le résultat est bon, je crois.

Pietro Foresti est né à Brescia le 18 Mars 1777. Il s'engage à 20 ans dans les milices cisalpines, devient rapidement capitaine, puis chef de bataillon, le 29 mai 1797. Mais la splendide carrière qui s'annonce est interrompue, quand il est fait prisonnier dans un affrontement avec l'ennemi.

Il est libéré grâce aux conventions sur les prisonniers (selon d'autres sources, il s'évade) quand le général Guiseppe Lechi descend avec Bonaparte (1800) dans les plaines de Lombardie. Foresti s'illustre alors à la tête des chasseurs à pied de Brescia intégrés dans les rangs des troupes de Lechi qui combat sous les ordres de Brune (1800). Il ne lui faut pas longtemps pour atteindre le grade de chef de brigade (25 novembre 1803), mais sa célébrité ne commence qu'à partir du moment où il met le pied sur le sol de Catalogne, à la tête du 5e de Ligne (2 bataillons, 806 hommes) dont il avait été fait colonel. Ce régiment faisait partie de la division Lechi.

Il fut un des premiers à se battre contre la population insurgée qui levait à Manresa l'étendard de la révolte vers le milieu de l'année 1808. Dans la nuit du 11 au 12 juin, sous le commandement de Foresti le régiment dégage le village de Pallejà malgré de nombreux obstacles, libérant les hauteurs et les environs de Barcelone. Cette première action italienne sur le sol espagnol coûte aux Italiens une centaine de morts et blessés.

Les Espagnols ayant coupé les lignes d'opération avec la France, Lechi arrive à Matarò, repousse l'ennemi jusqu'à Mongat, qui pris d'assaut avec une perte de 3 morts et 6 blessés. Il retourne alors à Matarò, réoccupé par les Espagnols et pille la ville. Cette action coûte la vie à un officier et 18 soldats

Le 30 juin 1808, encouragés par les succès obtenus contre le général Schwartz, les Espagnols se rendre sur le LLobregat, en se retranchant sur le pont de Molins de Rey. Retranchés derrière la rivière, les ennemis se croient en sécurité, mais le colonel, nullement intimidé par le nombre des ennemis et leur défense, se décide à les attaquer. le régiment traverse le fleuve en crue et attaque à la baïonnette les colonnes espagnoles qui se retirent en une fuite précipitée, laissant à la merci des Italiens l'artillerie, leurs positions et bon nombre des leurs, morts ou prisonniers. Les colonnes en déroute se retirent de leur position perdue et se regroupent sur les hauteurs, d'où elles observent les mouvements des Italiens en attendant de les attaquer à un moment opportun. Mais Foresti, au contraire veut se libérer de cette menace et chasser les Espagnols de cette hauteur où ils se croyaient inexpugnables. Le colonel divise ses forces en trois colonnes, chargeant une d'une attaque de front, une autre d'une attaque dans le dos, tandis que la troisième doit assaillir l'ennemi de flanc. Les Espagnols, terrifiés par tant d'audace, s'enfuient précipitamment et les hommes de Foresti s'emparent des sommets et des villages environnants, qui sont bientôt pillés et incendiés pour punir les populations insurgées et dissuader les villages environ de suivre ce dangereux exemple.

Foresti continue à s'illustrer au cours de nombreux faits d'armes acharnés qui ont lieu dans ces régions montagneuses. Dans la nuit du 1er au 2 septembre, les Italiens se dirigèrent à San Boy, abrités le terrain valloné, ils attaquent l'ennemi. Celui-ci se replie tandis qu'une colonne importante se met en embuscade. Quand les Italiens arrivent à leur portée, ils font feu, tuant et blessant de nombreux officiers (dont le capitaine Milanesi, les lieutenants Nobili, Depetris et Bruyère, tués) et soldats. Foresti, Cotti et Rossi, précédant la troupe, s'écrient : "Viva Italia ! avanti !" À ces cris, les Italiens s'élancent, baïonette au canon. Blanci Gaetano, qui était à l'écart avec 3 compagnies, voit le danger, opère un changement de front et s'élance contre le flanc gauche de l'ennemi. Les deux assauts ayant lieu en même temps, ils renversent l'ennemi. Les italiens franchissent les défenses ennemies et pénètrent dans leur camp, capturant 3 canons et beaucoup de prisonniers.

Foresti devait cueillir les derniers et plus glorieux lauriers dans l'attaque générale tentée par Verdier contre Gérone le 19 septembre 1809. Notons que son régiment ne compte plus, au 15 septembre, que 10 officiers et 280 hommes en état de combattre !

Bien que souffrant d'une fièvre qui le rendait malade depuis un certain temps, et ayant déjà été blessé une première fois le 30 août, Foresti veut non seulement superviser cette dangereuse attaque, mais il s'obstine à vouloir la diriger lui-même, en commandant en personne les colonnes qui doivent exécuter.

Le colonel Mouff, du 1er de Berg commande la première colonne, Foresti la deuxième, composée de vélites et de grenadiers du 5e de Ligne. Il parvient à s'approcher à peu de distance de la brèche, car il veut en mesurer exactement l'importance, mais est frappé d'une blessure mortelle. Bien qu'agonisant, il refuse de se faire évacuer et reste sur le champ de bataille pour encourager encore une fois ses soldats à avancer.

Ceci est un résumé de la biographie complète (avec photos et documents) que vous trouverez ici http://napoleon-monuments.eu/Napoleon1er/Foresti.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoleon-monuments.eu/
 
FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FORESTI (Pietro) Colonel commandant le 5e de Ligne italien
» 3ème régiment d'infanterie de ligne italien
» ROBILLARD - Capitaine Adjudant-major - 114è de ligne -
» CORNEBISE Louis-Jean-Baptiste - COLONEL du 16e Léger -
» FERRIER Gratien - Colonel - Armée d'Espagne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les officiers et sous-officiers-
Sauter vers: