Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Joséphine, la Suède et la Russie

Aller en bas 
AuteurMessage
Marquise de Chissay

Marquise de Chissay

Nombre de messages : 97
Age : 67
Date d'inscription : 02/11/2007

Joséphine, la Suède et la Russie Empty
MessageSujet: Joséphine, la Suède et la Russie   Joséphine, la Suède et la Russie Icon_minitimeMer 16 Nov - 16:50

Destins souverains.


Cette exposition développe à Malmaison, les alliances de la descendance de l’Impératrice Joséphine avec la famille régnante de Suède et la dynastie Romanov. En effet, tandis que Joséphine de Leuchtenberg, fille du prince Eugène de Beauharnais et aînée des petite filles de l’Impératrice épouse en 1823 le prince héritier Oscar de Suède, son frère Maximilien s’unit en 1839 avec la fille du tsar Nicolas 1er.

Un regard sur ces liens familiaux permet de suivre le chemin des collections de l’Impératrice dont les chefs d’œuvres figurent de nos jours aussi bien dans les collections royales suédoises, au Nationalmuseum, qu’au musée de l’Ermitage à St Petersbourg.

En route pour une visite où vous allez découvrir des merveilles.

Dans le vestibule

Joséphine, la Suède et la Russie Img_9615
L’empereur Alexandre 1er (1777-1825)
(Baron Gérard - 1814 – huile sur toile – Malmaison et Bois-Préau)

Les biographes du peintre Gérard font état de deux exemplaires de ce portrait exécutés en 1814 et rapportent qu’il « avait eu, un jour, trois séances de souverains : de l’empereur Alexandre, du roi de Prusse et de Louis XVIII ».


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9616
Oscar 1er, prince héritier de Suède et de Norvège (1799-1859)
(Fredrik Westin - 1825 – huile sur toile – Stockholm, Nationalmuseum)

Portraitiste de la nouvelle maison royale des Bernadotte, qui eut le plus souvent recours à celui pour les commandes officielles au cours de ses premières décennies en Suède. Comme en témoigne la beauté très picturale du jeune Oscar sur ce tableau, Westin idéalisait ses modèles.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9617
Impératrice Joséphine (1763-1814)

Accroché dans le grand salon du palais impérial de Bordeaux, le tableau fut donné à la reine Hortense à la chute de l’Empire. Joséphine porte ici une parure de saphirs qui fut vendue par Hortense à Louis-Philippe et se trouve aujourd’hui (quelque peu transformée) au Louvre.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9618
Joséphine de Leuchtenberg – princesse héritière de Suède et Norvège (1807-1876)
(Sophie Adlersparre - 1841 – huile sur toile – Stockholm, Nationalmuseum, Swedish National Portrait Gallery)

A l’instar de sa grand-mère paternelle, la princesse s’intéressait à l’art et fut la protectrice de nombreuses artistes femmes, parmi lesquelles figure Sophie Adlersparre qui aborda, en 1841, avec ce portrait, une manière nouvelle de portraiturer, plus indépendante, qui changeait des représentations traditionnelles du peintre de la cour Fredrik Westin.



Dans le salon doré

Joséphine, la Suède et la Russie Img_9710
Console à plateau de mosaïque florentine
(Jacob-Desmalter (acajou et bronze doré. Lazurite, jaspe, malachite, cornaline, perle) - 1809 // dessin de Giuseppe Zocchi – 1765))

Livrée en 1809 par l’atelier de Jacob-Desmalter à qui reviennent l’exécution du piétement et son assemblage avec le plateau de mosaïque florentine qui le recouvre, la console était placée entre les deux fenêtres du salon de Malmaison.

Elle figure dans l’inventaire après décès de l’impératrice en 1814, sous le n°I540 : « un dessus de table fond lapis incrusté en pierres précieuses à la manière de Florence et représentant des coquillages et autres objets d’histoire naturelle garni de son pied en console à forme de chimères en bois d’acajou doré et orné de bronzes dorés ».

Le plateau, souvent appelé « fond marin », est une allégorie de l’eau et a été exécuté à Florence en 1765, sur un dessin de Giuseppe Zocchi. Il constituait le pendant d’un autre plateau représentant une allégorie de l’air et fut transporté à Paris en 1799.

Au moment des partages, la console fut attribuée au lot d’Eugène ; elle passa ensuite en la possession de Maximilien de Leuchtenberg et dans la descendance de ce dernier, jusqu’au séquestre de 1919 et à son entrée dans les collections du musée de l’Ermitage.



Dans la salle à manger

Joséphine, la Suède et la Russie Img_9711
Joséphine, la Suède et la Russie Img_9712
Service de dessert de l’Impératrice Joséphine et du prince Eugène
(Manufacture parisienne Dihl et Guerhard (porcelaine riche dorée à décor))

Les livraisons s’étalent de mai 1811 à 1813, comprenant 80 assiettes à décor dites « assiettes à tableaux », un surtout pour l’Impératrice. De son côté, le prince commanda un service semblable avec 48 assiettes à tableaux, mais dépourvu de surtout.

La richesse des décors, tout comme l’exceptionnelle qualité des ors, due à la maîtrise en ce domaine de la manufacture, font de ce service l’une des plus prestigieuses commandes de l’époque de l’Empire, en même temps que l’une des plus dispendieuses, son coût total s’élevant à la somme de 46 976 francs.

Au décès de l’Impératrice, Eugène le fait acheminer à Munich et le réunit au sien. En 1839, celui-ci prend le chemin de St Petersbourg à l’occasion du mariage de Maximilien avec la grande duchesse Marie Nikolaevna. Il demeure la propriété des ducs de Leuchtenberg jusqu’à son séquestre au lendemain de la Révolution russe et à son entrée dans les collections du murée de l’Ermitage. Une partie des pièces sera aliénée, 56 pièces d’entre elles sont aujourd’hui conservées à Malmaison.



A l’attique – salle des Atours

Joséphine, la Suède et la Russie Img_9713
Portrait (émail, or) de l’Impératrice Joséphine
(Jean-François Soiron – Stockholm, Nationalmuseum)



A l’attique

Joséphine, la Suède et la Russie Img_9714
Barrette avec les insignes d’ordres du prince Eugène
(Or et émail – 1823/24 – collections de S.M. le Roi de Suède)

Ces insignes d’ordres en miniature résument son destin mouvementé :
La Légion d’honneur, même après son exil en 1815
La Couronne de fer reçu en 1805 après sa nomination comme vice-roi d’Italie
La Toison d’or (1805) octroyée par le roi d’Espagne
L’ordre bavarois de St Hubert, lors de son mariage
L’ordre suédois des Séraphins
L’ordre hongrois de St Etienne
La Couronne de rue, fondée en 1807, par la nouvelle dynastie suédoise
L’ordre de l’Epée en 1823



Joséphine, la Suède et la Russie Img_9715
Eventail ayant appartenu à la princesse Auguste-Amélie de Leuchtenberg
(Gouache sur vélin, baguettes en os, gardes en or à deux couleurs avec diamants et décor en nielle et émail – vers 1795 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Les collections royales suédoises conservent plusieurs éventails ayant appartenu à la reine Joséphine, qu’ils aient figuré parmi ses accessoires personnelles ou qu’ils lui aient été légués par les générations antérieures.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9716
Ecritoire au double chiffre d’Eugène et d’Auguste-Amélie
(Loupe d’amboine avec incrustation d’argent. Garniture intérieure en argent doré, velours vert – vers 1806/1807 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Les nécessaires de voyage à la garniture luxueuse d’argent, de cristal et de porcelaine restent parmi les créations les plus caractéristiques de Biennais, tout comme cet écritoire.

La signature de Biennais, comme fournisseur de la cour, permet de le dater de 1806 ou 1807, peu après le mariage de son commanditaire, le prince Eugène, vice-roi d’Italie, avec la princesse Auguste-Amélie.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9717
Pendentif en forme de harpe renfermant une boîte à musique ayant appartenu à la princesse Auguste-Amélie
(Or émaillé, brillants – 1809 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Dans l’étui en maroquin rouge qui renferme le pendentif, on lit sur une notice de la main d’auguste-Amélie : « petite harpe en émail qui joue un air. Je l’ai reçu de mon mari en 1809 à Milano ». Ce bijou fut acquis par Eugène lors de son séjour à Vienne après Wagram.


Joséphine, la Suède et la Russie Oeil_c10
Bracelet confectionné avec les cheveux de la princesse Auguste-Amélie de Leuchtenberg, fermoir orné d’une miniature de son œil droit
(Cheveux tressés, fermoir en or – 1815/1830 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Selon toute vraisemblance, ce bijou est postérieur à son retour au lendemain de la chute de l’Empire. Entre 1815 et 1830, se développe la mode des bijoux en cheveux tressés, souvenirs de coiffures personnelles ou reliques chères de cheveux d’enfants.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9718
Portrait des trois enfants aînés du prince Eugène représentés en anges. Joséphine-Eugénie, également appelée Hortense-Auguste
(Joseph Karl Stieler - 1812 – huile sur toile – collections de S.M. le Roi de Suède)

Le motif représentant les enfants en anges dont les têtes dépassent des nuages semble avoir été un grand succès. Il en existe, plusieurs versions, au gré de l’accroissement de la fratrie.-
En séjour à Milan en 1811-1812, Joseph Stieler a fait le portrait des enfants à la demande de leur grand-père maternel, le roi de Bavière.


Joséphine, la Suède et la Russie Contra10
Contrat de mariage entre le général Jean-Baptiste Bernadotte et Bernardine-Eugénie-Désirée Clary par devant le notaire, François Desgranges.
(Sceaux, 30 thermidor an VI [17 août 1798] – manuscrit – Nanterre, Archives départementales des Hauts-de-Seine)

Conclu dans la maison de Bernadotte à Sceaux, le contrat de mariage met en présence le général divisionnaire des armées de la république et Joseph Bonaparte, représentant du peuple, agissant au nom de Madame François Clary, veuve, en vertu d’une procuration passée devant le consulat de France à Gênes et pour le compte de Bernardine-Eugénie-Désirée Clary, mineure.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9811
Princesse Joséphine de Leuchtenberg
(Joseph Karl Stieler Huile sur toile – 1823 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Le peintre sut admirablement rendre, outre la grâce encore juvénile de la princesse, sa beauté et son élégance naturelle, qualités qu’elle conservera toute sa vie durant, comme en témoignent ses nombreux portraits, suscitant admiration et attachement de ses sujets.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9812
Oscar 1er, enfant
(réplique d’après Jeanne Elisabeth Chaudet- Huile sur toile – 1805 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Le peintre a représenté le jeune fils de Bernadotte tenant un papier sur lequel est écrit : « Oscar offrant sa première écriture à son père le jour de sa fête », commandée par Désirée pour témoigner à son époux, qui n’avait pas revu sa famille depuis 1804 des progrès de son fils.

Fabian Wrede reçut l’original en cadeau pour le remercier du rôle qu’il joua dans l’accession au trône de Bernadotte. Charles XIV Jean se contenta d’une copie qui était accrochée dans sa chambre à coucher au palais royal de Stockholm.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9813
Portefeuille décoré d’une vue du château de Rosendal, peinte par Oscar
(maroquin vert avec fers dorés, gauche sous verre – 1827 - collections de S.M. le Roi de Suède)

Celui-ci figure sur le tableau représentant la chambre à coucher de Charles XIV Jean peint par Carl Stefan Bennet.


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9814
Tasses à café et leurs soucoupes du service de l’Impératrice
(Manufacture Dihl et Guerhard – porcelaine dure – livrées en 1811 – musée de l’Ermitage / St Petersbourg)


Joséphine, la Suède et la Russie Img_9815
Impératrice Joséphine
(Jean-Baptiste Regnault - huile sur toile – 1807 – Stockholm, Nationalmuseum)

Ce portrait est emprunté à une composition plus grande, illustrant le mariage de Jérôme Bonaparte avec la princesse Catherine de Wurtemberg en 1804, qui devait être tissée par les Gobelins.

L’Impératrice porte sur ce portrait la célèbre parure en perles qu’elle avait achetée sous le Consulat à son orfèvre Foncier.

Cordialement

(Source : cartels de l’exposition)
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
Jean-Baptiste

Nombre de messages : 13197
Age : 73
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

Joséphine, la Suède et la Russie Empty
MessageSujet: Re: Joséphine, la Suède et la Russie   Joséphine, la Suède et la Russie Icon_minitimeMer 16 Nov - 19:25

....... sunny ......

Merci Chère Marquise...Pour cette magnifique visite...!!!!

Cordialement.

Joséphine, la Suède et la Russie Salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
 
Joséphine, la Suède et la Russie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tombe de Joséphine Napoléone de Montholon
» Prophétie de Joséphine Lamarine
» Joséphine Wall
» Bicentenaire de la mort de Joséphine
» Joséphine ou Marie Louise?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: ACTUALITÉS :: - Les Actualités Napoléoniennes --
Sauter vers: