Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Napoléon et l'Europe, citations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8957
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Napoléon et l'Europe, citations   Jeu 17 Nov - 23:04

Source : Renée Cassin « Napoléon Ier et les bicentenaires des grandes institutions de la République » :

A James Fox, après la signature du traité d'Amiens :
-L’Europe est une province du monde, quand nous nous battons nous ne faisons que de la guerre civile.

Au Corps Législatif, le 10 février 1805 :
-C'est à nous, le peuple le plus doux, le plus humain, de rappeler aux nations civilisées de l'Europe qu'elles ne font qu'une seule et même famille, et que les enfants qu'elles emploient dans leurs dissensions civiles sont des atteintes à la prospérité commune.

Le 5 mars 1806, il écrit à propos du rétablissement du calendrier grégorien :
-Trop de variétés encore séparent les peuples de cette belle Europe qui ne devrait faire qu'une grande famille.

A Erfurt, en 1808 :
Une guerre entre Européens est une guerre civile

En 1810, il créée l'Ordre de la Réunion, destinée à :
-Honorer les personnalités Européennes acquises à l'idée d'une Confédération de nos nations-soeurs

En 1812, à Fouché :
-Ma destinée n'est pas accomplie. Je veux achever ce qui n'est qu'ébauché. Il nous faut un Code Européen, une Cour de Cassation Européenne, une même monnaie, les mêmes poids et mesures.

A Sainte-Hélène :
-Cette agglomération arrivera tôt ou tard par la force des choses ; l'impulsion est donnée....Je ne pense pas qu'il y ait en Europe d'autre équilibre possible que l'agglomération et la confédération des grands peuples.
-Les peuples d'Europe ont toutes les raisons de mettre fin à leurs guerres et de se fédérer
 » Cette Europe ! C'est le salut et le progrès, « la fin des hasards et le commencement de la sécurité....le bien être et la prospérité de tous...Nous eussions traité de nos intérêts en famille....La cause du siècle était gagnée ». Et, développant cet idéal, il ajoute : « Une de mes plus grandes pensées avait été l'agglomération, la concentration des mêmes peuples géographiques qu'ont dissous, morcelés, les révolutions et la politique....Après cette simplification sommaire, il eut été plus possible de se livrer à la chimère du bel idéal de la civilisation : C'est dans cet état de choses qu'on eut trouvé plus de chances d'amener partout l'unité des codes, celle des principes, des opinions, des sentiments, des vues et des intérêts. Alors, peut-être, à la faveur des lumières universellement répandues, devenait-il permis de rêver, pour la grande famille européenne, l'application du Congrès Américain, ou celle des Amphictyons de la Grèce ; et quelle perspective, alors, de force, de grandeur, de jouissance, de prospérité ! ».... "De la sorte nous n'eussions réellement, en Europe, composé qu'une seule et même famille. Chacun en voyageant, n'eût pas cessé de se trouver chez lui ».

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Napoléon et l'Europe, citations   Mar 29 Nov - 0:31

Quelques mots de Tulard (Les politiques européennes de Napoléon, dans Napoléon et l’Europe), Lentz (Napoléon est le précurseur de la construction européenne, dans Idées reçues : Napoléon) et Boudon (Débat, Napoléon précurseur de l’Europe, dans Napoléon et son temps) :

Tulard :
« L’Europe, sous l’hégémonie française, n’était-elle pas en voie de formation, selon le modèle romain : l’administration, les codes, les routes, les armé. Déjà le français n’y tenait-il pas le rôle du latin jadis ? Partout où pénètre le Code civil, le système féodal s’écroule. Un réseau routier se déploie de Paris vers Amsterdam, Francfort et Milan. Les brassages de population s’opèrent au sein de la Grande Armée qui réunit en 1812, contre la Russie, plus de vingt nations, tout ce qui compte en Europe. Il y a une Europe de la culture que symbolise le Louvre de Vivant Denon où sont rassemblés tous les chefs-d’œuvre de l’art européen. Il y a même une décoration européenne, l’ordre de la Réunion. Pour Napoléon, l’Europe continentale offre partout un espace identique. Il écrit à Cretet, ministre de l’Intérieur, que ce qui est bon pour la Seine Inférieure l’est aussi pour Parme. Paris, Hambourg ou Rome : les différences sont peu sensibles à ses yeux. L’Europe est déjà faite dans son esprit. Mais sous sa domination.
N’y en allait-il pas de même pour Charlemagne ? La reconnaissance en paternité de l’Europe de l’un vaut aussi pour l’autre. Oui, Napoléon malgré les guerres « nationales » d’Espagne et d’Allemagne, a bien été, par le fer et le droit, l’un des précurseurs de l’Europe. »


Lentz :
« L’entreprise napoléonienne fut une conquête et, en ce sens, elle ne « construisit » pas l’Europe. Elle ne contribua que très indirectement, par « l’éveil des nations », aux progrès de cette construction qui n’allait devenir possible qu’après nombre de révolutions « nationales » et deux guerres mondiales. »


Boudon :
« Loin de favoriser l’autonomie des peuples, Napoléon développe au contraire une vison très centralisée de la construction européenne, autour de la France et de Paris. Ainsi, en est-il de l’unification juridique du continent européen que Napoléon envisage dès 1805, avec l’exportation du Code civil, rebaptisé Code Napoléon en 1807. Certes, l’idée d’Europe est d’abord un moyen de légitimation de son action militaire, mais Napoléon est conscient aussi que l’Europe forme un espace particulier, avec son histoire, ses traditions et ses mœurs.
[…]
Mais il y a un pas de cette conception toute centralisée de l’Europe qui vise à maintenir sous le joug les différents peuples asservis à l’idée d’une unité du continent favorisant l’épanouissement de ces mêmes peuples.
[…]
La formation de l’Europe préconisée par Napoléon répond davantage à une volonté de centralisation des diverses régions européennes autour de Paris qu’à une réelle volonté d’émancipation des peuples. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rigoumont

avatar

Nombre de messages : 119
Age : 53
Localisation : Braine-L'Alleud (Belgique)
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Napoléon et l'Europe, citations   Mar 29 Nov - 17:40

salut
Tulard restera toujours un admirateur avant d'être un historien... contrairement aux deux autres.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Napoléon et l'Europe, citations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Napoléon et l'Europe, citations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Napoléon et l'Europe, citations
» L'Exposition Napoléon et l'Europe
» la réelle place des anglais contre Napoléon
» Colloque..Police et gendarmerie dans l'Europe napoléon.
» Citations de Napoléon sur les femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: