Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pourquoi certains maréchaux ont voté la mort de Ney ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flahaut



Nombre de messages : 163
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Pourquoi certains maréchaux ont voté la mort de Ney ?   Lun 2 Avr - 12:52

Comment des Maréchaux d'Empire ont ils pu voter la mort de leur pair ???
ce sujet a peut etre été evoqué ailleurs.. Qu'un Serrurier agé , sénile (affaire des drapeaux des Invalides en 1814) ,mais un Marmont,un Kellerman etc..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ThiNap
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 949
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi certains maréchaux ont voté la mort de Ney ?   Mer 4 Avr - 20:55

Vaste sujet ...

Cinq maréchaux votent la mort : Sérurier, Kellermann, Pérignon, Victor et Marmont
Un maréchal vote la déportation : Gouvion-Saint-Cyr
Le maréchal Davout vient, devant la Chambre des pairs, défendre Ney ... ce fut le seul !

En 1814, Ney - comme beaucoup d'autres - a prêté serment à Louis XVIII, à la suite de l'abdication de Napoléon. L'abdication de l'Empereur relevait - de fait - les serments prêtés. En 1815, la situation est toute autre ; Louis XVIII n'a jamais abdiqué (et ne l'aurait jamais fait), mais a quitté la France pour Gand. En droit, c'est tout à fait différent de l'année précédente avec l'Empereur.

Ainsi, on peut donc considérer que Ney (comme Labédoyère par exemple) est parjure. S'agissant d'un militaire, sa conduite aurait du, normalement, relever du Conseil de guerre, mais ce dernier c'était déclaré incompétent. Le maréchal Moncey, pressenti pour présider ce conseil de guerre, avait refusé, et écrit à Louis XVIII pour s'en expliquer
Citation :
Ah ! Sire, si ceux qui dirigent vos conseils ne voulaient que le bien de Votre Majesté, ils lui diraient que jamais l'échafaud ne fit des amis ; croient-ils que la mort soit si redoutable pour ceux qui la bravèrent si souvent ? C'est au passage de la Bérézina, Sire, c'est dans cette malheureuse catastrophe que Ney sauva les débris de l'armée ; non, Sire, s'il ne m'est pas permis de sauver mon pays, ni ma propre existence, je sauverai du moins l'honneur ; et s'il me reste un regret, c'est d'avoir trop vécu puisque je survis à la gloire de mon pays.
Inutile de préciser que Louis XVIII n'a que très modérément apprécié les motifs du vieux maréchal.

Le maréchal Ney avait expressément demandé à être jugés par ses égaux, les Pairs de France. Le 5 décembre 1815, le maréchal est reconnu coupable par 169 voix contre 17 et est condamné à mort. Dans une dernière tentative, ses avocats (MM. Berryer père et Dupin aîné, assistés de Berryer fils) avancèrent que le maréchal, natif de Sarrelouis, n'était pas français par le traité du 20 novembre précédent, la ville ayant été enlevée à la France et restituée à la Prusse. Comme c'était prévisible, le maréchal réfuta cette proposition, en s'exclamant : "Non, non, je suis français, je mourrai français !". La suite, tout le monde la connait, le 7 décembre le maréchal est fusillé non loin de l'Observatoire (actuelle RER de Port-Royal). Le matin même, la maréchale tentait d'obtenir une audience de Louis XVIII, et le duc de Duras lui répondit "Madame, l'audience que vous réclamez au roi serait maintenant sans objet."

Pourquoi certains maréchaux votèrent la mort de leur ancien compagnon d'armes ?
Certains, à n'en pas douter, pour ce faire "bien voir" des Bourbons. Le maréchal Victor, rallié aux Bourbons dès 1814, avait suivi le Roi à Gand, et nommé - à la Deuxième Restauration - président de la commission chargé d'examiner le cas des officiers ayant ralliés Napoléon aux Cent-Jours.

D'autres avaient, peut-être, des rancœurs diverses contre Ney. N'oublions pas que la fraternité n'était pas le point commun des maréchaux de Napoléon ... et Ney, le premier, n'hésitait - parfois - à se désolidariser de certains de égaux.

Dernière possibilité. Certains maréchaux (ou Pairs de France) ont tout simplement regardé le seul principe du serment violé. L'ordonnance royale de juillet 1815 citait Ney comme ayant porté les armes contre son Roi et son pays.

Enfin, deux maréchaux (Kellermann et Sérurier) avaient atteints un âge vénérable ... c'est peut-être une piste de réponse !

Le duc de Broglie, le plus jeune des pairs de France déclare : "Je ne vois dans les faits justement reprochés au maréchal Ney ni préméditation ni dessein de trahir. Il est parti très sincèrement résolu de rester fidèle. Il a persisté jusqu'au dernier moment."



_________________
ThiNap
- Un seul son de sa voix, un signe de ses yeux donnaient une secousse au monde. [Chateaubriand]
- Il n'y a d'immortalité que celle qu'on laisse dans l'esprit des hommes [Napoléon Ier]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thierry.pouliquen.free.fr/LeshommesdenapoleonIer.htm
 
Pourquoi certains maréchaux ont voté la mort de Ney ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi certains maréchaux ont voté la mort de Ney ?
» Sépultures de Maréchaux
» Presse : Maréchaux d'Empire n°107
» Maréchaux d'Empire n°104 - général Joubert
» Hit-parade des Maréchaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: