Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon

Aller en bas 
AuteurMessage
rigodon d'honneur

rigodon d'honneur

Nombre de messages : 570
Localisation : Var
Date d'inscription : 02/12/2009

J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon Empty
MessageSujet: J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon   J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon Icon_minitimeVen 6 Sep - 23:33

viens de paraître :
study J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon - Jean-Baptiste Bruggeman, la princesse et le portrait. Un autre point de vue de la campagne de Russie, par Nicole Ceulemans

Tous le pensaient disparu corps et âme durant la campagne de Russie... Pourtant, trois ans plus tard, le 16 janvier 1815, il réapparait à Turnhout, à pied, tenant sous le bras son portrait «peint par une princesse russe belle comme le jour». À l’origine d’un véritable mythe au sein d’une famille campinoise, ce tableau a été le point de départ d’une vaste
recherche destinée à retracer l’itinéraire du célèbre aïeul.
De son engagement dans la Grande Armée vers 1807 à son retour de Russie durant l’hiver 1815, en passant par la campagne d’Espagne et du Portugal et la déroute de la Bérézina,
J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon retrace le parcours de Jean-Baptiste Bruggeman (1787–1863), jeune médecin originaire de Turnhout, en Belgique actuelle, chirurgien au sein du 36e régiment et prisonnier de guerre dans les contreforts de l’Oural. L’ouvrage dresse parallèlement un aperçu de l’histoire de la médecine et de la chirurgie à l’époque napoléonienne, entre les maigres possibilités de soins sur le terrain et la pénurie de matériel. Il rappelle aussi l’effroyable carnage du passage de la Bérézina et les conditions de détention des prisonniers français, depuis le véritable périple à travers la Russie jusqu’à la vie de château menée durant quelques semaines au fin fond de l’Oural. Il ne manque pas non plus de faire la lumière sur ce curieux portrait qui alimenta, de génération en génération, le mythe du héros chirurgien.
Partant d’une analyse critique des mémoires d’Honoré Beulay, compagnon d’infortune de Bruggeman, rédigés en 1849 et édités en 1907,
J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon a pu bénéficier des recherches les plus récentes consacrées aux oubliés de l’épopée napoléonienne.
Parmi les nombreux chercheurs actuels, l’historien russe Sergueï Khomtchenko, responsable du Musée-mémorial de la bataille de Borodino, étudie depuis plusieurs années le sort de ces milliers de militaires détenus en Russie durant deux longues années. Ses études se basent notamment sur les mémoires des prisonniers et les archives russes de l’époque.


Table des matières
Préface par Sergueï Khomtchenko
Jean-Baptiste, la princesse et le portrait
La jeunesse de Bruggeman
Le Service de santé dans la Grande Armée
La campagne d’Espagne et du Portugal
La débâcle de la Grande Armée en Russie
L’interminable captivité
Libres ! La douce vie à Oufa
Le retour dans la patrie
Quand un portrait devient un mythe

L’auteure, Nicole Ceulemans, est une descendante du chirurgien Jean-Baptiste Bruggeman.

24 x 17 cm. Reliure cartonnée sous jaquette illustrée. 224 pages. 130 illustrations et cartes.
✔ 34,95 € TTC
disponible en commande sur Internet... et probablement dans votre librairie favorite (ISBN 978-293-011-773-7)

J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon RNdnP
salut
Revenir en haut Aller en bas
 
J’étais chirurgien dans l’armée de Napoléon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le hijab interdit dans les hôpitaux algériens
» Lyon : "Mon fils est dans une classe de 39 élèves"... en maternelle.
» Soupçon de plagiat dans une rédaction
» Dans mon grand cabas il y a ...
» Coucou y a t il des lyonnais et des lyonnaises ?????????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: LITTERATURE NAPOLEONIENNE :: - Livres et Magazines --
Sauter vers: