Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aide de camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sergent LOMBART

avatar

Nombre de messages : 1234
Age : 58
Localisation : Lons près de Pau (64)
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Aide de camp   Lun 23 Oct - 7:32

Bonjour à tous,

Si vous aviez été Aide de camp d'un général sous l'Empire, sous lequel auriez voulu servir Question

Développez votre argumentation.


serg Lombart

_________________
Le lion de Friedland : François Amable RUFFIN
Membre des APN

(Qui ose gagne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sergentlombart.skyblog.com/
Cyril-Napoléon
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 585
Age : 32
Localisation : Chelles (Seine-et-Marne)
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 10:23

Mais dites-moi c'est un sujet de dissertation que vous nous donnez là. Quel est le coefficient ?? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 10:39

Vraiment trop gentil de poser cette question, en plus elle est originale et change des marroniers habituels.
D'abord, je précise que Maréchal est un titre honorifique militaire mais n'est pas un grade. Ceci dit , je me lance.

Sans aucunes hésitations je choisis Charles Antoine Manhès. Neveu du général Milhaud, aide de camp de l'oncle, le 4 avril 1807 nommé adc de Murat, il le suivra avec dévouement jusqu'à son retour en France , aprés Tolentino en 1815.
A Naples , il obtient le titre de Vice Roi des Calabres et la charge de gouverneur de Naples.
Un parcours exemplaire qui se résume par Fedelta senza macchia.

Je profite de l'occasion de rectifier une erreur prise et reprise a vollo , les images de Manhés à Eylau à coté de Murat et en uniforme d'aide de camp du Grand duc de Berg, c'est impossible puisque le capitaine Manhès est encore au service auprés de Milhaud ... cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 11:58

Si j'avais été un garçon, j'aurais tout fait pour devenir Aide de camp au service de l'Empereur ! I love you

Et pour préciser ma pensée, en inversant quelque peu la question de notre Cher Sergent Lombard, j'aurais aimé être ce brillant Officier tant apprécié de Napoléon à bien des égards ... J'ai nommé le talentueux et fidèle Comte Charles-Auguste-Joseph Flahaut de la Billarderie ...

C'est en Février 1800 qu'il écrivit une lettre à Bonaparte, dont voici un extrait qui augurait déjà des grandes qualités de ce garçon, si jeune encore, puisque né en 1785 ...

"Trop jeune pour être soldat, j'ose vous demander d'être votre aide de camp ; soyez sûr que je serai tué ou que j'aurai justifié votre choix à la fin de la campagne."

A noter que les aides de camp le furent bien souvent de différents généraux, avant que de pouvoir postuler à cette fonction, en tant qu'Officier obligatoirement, pour servir l'Empereur.

A cet égard, Flahaut de la Billarderie devrait jouir de toute la sympathie d'Ambrosio. Cool





salut
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 17:35

C'est évident chère Joséphine , car ce jeune garçon a été l'aide de camp de Murat de 1802 à 1805.
Il y a des personnages de familles illustres qui ont eu des fonctions d'aide de camp, et pour Murat vous trouvez La Vauguyon, de Monaco mais aussi Dupin de Francoeuil, Exelmans, Beaumont, Marbot, Rossetti, Lagrange, que des gens de valeur . Vous en trouvez dans tous les EM des Maréchaux . Loin d'être des officiers de salon, ils avaient le courage et l'appuis de leurs chefs. Je ne connais pas d'exemple d'AdC qui n'ait pas eu un grade supérieur par la suite.

C'est sur que Flahaut devait être plus divertissant que Louis... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 20:55

Je ne connais pas d'exemple d'AdC qui n'ait pas eu un grade supérieur par la suite. (Ambrosio) ...


Il y eut le Duc Emmerich de DALBERG ....






salut
Revenir en haut Aller en bas
puygriou bergisel

avatar

Nombre de messages : 1456
Age : 65
Localisation : Paris, sous le Dôme
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 23 Oct - 22:38

Ambrosio


Citation :
D'abord, je précise que Maréchal est un titre honorifique militaire mais n'est pas un grade. Ceci dit , je me lance.


Petit détail : le Maréchalat est une distinction (au même titre que 1ère classe mais sans les étoiles et le bâton...), si le Maréchalat était un simple titre honorifique il n'imposerait pas d'obligations or être Maréchal en impose.

Merci Ambrosio de sortir de l'oubli Manhès un compatriote, neveu de Milhaud.

Manhès ira fonder une descendance en Italie... comme quoi les cantalous sont d'infatigables voyageurs.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bergisel.fr
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 11:52

C'est sur que Manhès en étant marié à Laura Pignatelli di Cerchiara et sa fille avec le Prince di Morra, il était entré dans les grande familles de l'aristocratie napolitaine d'où la descendance dans l'Italie.
Actuellement M. Bruno Manhès est secrétaire des Amis du Musée Murat.

J'avais fait dans SN n°1 un article sur les adc de Murat en 1807/1808, mais je pense y revenir dans un travail plus complet au sujet des Français au service de Naples car j'ai eu depuis des documents trés interessants. Au moins , je serai au soleil car depuis 2 ans je patauge en Autriche , Allemagne et Pologne Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 412
Localisation : Région toulousaine
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 12:33

ambrosio a écrit:
Au moins , je serai au soleil car depuis 2 ans je patauge en Autriche , Allemagne et Pologne

Patience, après la Pologne, ce sera l'Espagne, son soleil et ses belles Andalouses sunny sunny

Concernant le sondage, je dirai Brun de Villeret, aide de camp exemplaire chargé de missions de confiance qu'il remplit avec brio et qui surtout sauva la vie à son ancien "patron" lors de la terreur blanche.

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 12:49

Very Happy Justement , je règle le problème de l'Espagne vendredi.
Murat aussi lui a rendu service à "ton" Soult en 1804 à propos de l'affaire du duc d'Enghien en lui envoyant un adc pour qu'il quitte Paris et ne pas se retrouver au "tribunal" qui devait condamner le duc Smile
Je n'avais jamais entendu parler autant de ce Brun que depuis 2 ou 3 mois, c'est bizarre , non? jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 412
Localisation : Région toulousaine
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 15:42

ambrosio a écrit:
Murat aussi lui a rendu service à "ton" Soult en 1804 à propos de l'affaire du duc d'Enghien en lui envoyant un adc pour qu'il quitte Paris et ne pas se retrouver au "tribunal" qui devait condamner le duc

Je ne connaissais cette anecdote.

A cette époque, Soult n'était pas à Saint-Omer ? Pourquoi Soult aurait été choisi pour juger le jeune duc ? Aucun autre furtur-maréchal n'a été convié ensuite. C'est le général Hulin qui présida cette commission.

De plus, n'est-ce pas Murat qui, alors gouverneur de Paris, réunit cette commission militaire spéciale (comprenant sept officiers et soldats) ?

Comte Pierre Augustin Hulin a écrit:
Le 29 ventose an XII, à sept heures du soir, je reçus l'avis de me rendre de suite chez le gouverneur de Paris, le général Murat. Ce général m'ordonna de me transporter, dans le plus bref délai, au château de Vincennes, en qualité de président d'une commission qui devait s'y rassembler ; et, sur l'observation que j'avais besoin d'un ordre de sa main, il ajouta : "Cet ordre vous sera envoyé avec l'arrêté du gouvernement, aussitôt votre arrivée à Vincennes. Partez promptement ; à peine y serez-vous arrivé, que ces pièces vous parviendront." Telles furent ses propres expressions.

Source : http://ameliefr.club.fr/Enghien.html

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 19:17

Non , en début d'année Soult était à Paris .
Pour Murat, c'est contraint et forcé qu'il a signé la désignation des membres du tribunal. Voir un article sur Murat Gouverneur de Paris dans le n° 17 de La Revue Napoléon Very Happy

Je ne suis pas instruit donc je lis beaucoup jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 412
Localisation : Région toulousaine
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 21:01

Et donc Soult aurait été proposé/pressenti par le Ier Consul pour faire partie (présider ?) du tribunal. Et "ton" Murat l'aurait averti des risques que cela pouvait entraîné. Connait-on la réaction de Napoléon au départ précipité de Soult ?

Merci en tout cas pour l'anecdote car sa biographe n'en parle pas Rolling Eyes

Stéphane (qui lit quand il a le temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sergent LOMBART

avatar

Nombre de messages : 1234
Age : 58
Localisation : Lons près de Pau (64)
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 24 Oct - 21:15

Belle passe d'Armes Messieurs Wink

serg Lombart

_________________
Le lion de Friedland : François Amable RUFFIN
Membre des APN

(Qui ose gagne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sergentlombart.skyblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Mer 25 Oct - 0:05

Aujourd'hui 30 ventôse an XII de la République.
2 H du matin.

"La commission militaire formée en exécution de l'arrêté du Gouvernement en date du 29 courant, composée des citoyens :
- Hulin, Général commandant les Grenadiers de la Garde des Consuls, Président.
- Guitton, Colonel du 1er Régiment du Cuirassiers.
- Bazancourt, Colonel du 4ème Régiment d'infanterie légère.
- Ravier, Colonel du 18ème Régiment de ligne.
- Barrois, Colonel du 96ème.
- Rabbe, Colonel du 2ème Régiment de la Garde de Paris.
- Le citoyen Dautancourt, remplissant les fonctions de Capitaine rapporteur, tous nommés par le Général en Chef, Gouverneur de Paris ...

S'est réunie au Château de Vincennes,

A l'effet de juger le ci-devant Duc d'Enghien sur les charges portées dans l'arrêt précité...."

Quant à Soult, il se trouvait en effet loin de tout cela, écrivant début Mars , de Saint Omer, à Bonaparte, après l'arrestation de plusieurs conspirateurs vers la fin Février 1804 :

"Hier, les camps présentaient l'aspect d'une sombre inquiétude ; des bruits vagues alarmaient les soldats ; ils apprennent aujourd'hui à quels dangers vous venez d'échapper, et les camps retentissent de cris de joie".

Puis, Soult publie un ordre du jour à l'Armée :

" Soldats ! Bannissez toute crainte ; la vie du Premier Consul n'est plus en danger, et nous, placés au premier rang, en face de cette terre ennemie, nous serons le bouclier du Héros."





salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Jeu 26 Oct - 12:57

A propos d'aides de camp, il en est un dont le destin, tout d'abord assez tumultueux et ombragé, se trouva un jour, soudainement, ébloui comme par le Soleil d'Austerlitz ...

Son Général n'était autre que le célèbre MOREAU, qui à l'heure des conspirations avait connu l' arrestation ainsi que Pichegru et Cadoudal.

Tous les aides de camps du général Moreau avaient été arrêtés, rendus coupables de complicité ...
Or, l'un d'eux, le Colonel Delélée, se trouvait en congé à Besançon.
Camarade et frère d'armes de Foy et Hugo (le père de notre poète national), Delélée s'occupait très peu de politique, et nullement de conspirations.
Or, tout-à-coup, le voici arrêté, suspecté en sa qualité d'aide de camp du général Moreau...

Arrivé à Paris, il se voit écroué à la prison Montaigu, où sa femme parvient à le rencontrer avec grande difficulté.

Alors jeune et plein de courage, Delélée se morfond dans sa retraite obscure et forcée, en pensant à tous ses camarades sur les champs de bataille, obtenir grades, titres, fortune et gloire, tandis qu'il n'a lui-même d'autre loisir que de suivre sur une carte d'Europe, la marche triomphante de la Grande Armée ...

De nombreuses demandes furent adressées par le prisonnier au Ministre de la Guerre, et même au Chef de l'Etat, et, chaque fois c'est la même réponse qui lui revient :

"Qu'il attende !" ...




A suivre ... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Ven 27 Oct - 12:29

Les habitants de Besançon qui s'intéressaient de près au sort du Colonel; profitèrent d'une occasion pour faire une sorte de démarche officielle en sa faveur.

C'était au retour de la campagne de Prusse.

Afin de féliciter Napoléon sur ses nouvelles victoires, des députations arrivaient de tous les points de l'Empire.
Le Colonel Delélée fut alors unanimement élu Membre de la députation du Doubs, dont faisait partie le Préfet, le Maire et d'autres personnalités encore, et que devait présider le Maréchal Moncey ...

Dès leur arrivée dans la capitale, les députés de Besançon se font présenter aux Ministres.

Celui de la guerre se rapproche de Moncey et lui dit :

"-Comment se fait-il, mon Cher Maréchal, que parmi vous j'aperçoive un Officier, publiquement connu pour être sous le coup d'une disgrâce, et dont la vue ne peut manquer de déplaire à l'Empereur ?"

"- Que voulez-vous, lui répondit Moncey, je l'avais prévu comme vous ; mais vous ne connaissez pas les têtes francomtoises. Cependant, je vais tâcher d'arranger cela."

Sortant du salon, Moncey va trouver Delélée, et le prenant un peu à part, lui dit d'un air embarassé :

"- Mon Cher Colonel, je viens de voir, à l'air dont nous a reçu son Excellence, qu'on est malheureusement toujours mal disposé contre vous. Si l'Empereur vous voit, il est à craindre qu'il ne prenne cela pour une intention ouverte de le braver, et ...

"- Eh bien ! Monsieur le Maréchal" ?

"- Eh bien ! Il sera furieux."

"- Que voulez-vous que j'y fasse ?"

"- Mais, pour éviter de compromettre la députation, de vous compromettre vous-même, vous feriez peut-être bien, mon Cher Colonel, de ...

"- De quoi faire, Monsieur le Maréchal ? interrompit Delélée ; Parlez ?

"- ... De vous retirer sans bruit".

"- Monsieur le Maréchal, reprit le Colonel, vous me permettrez de ne point suivre le conseil que vous voulez bien me donner. Je ne suis pas venu de si loin pour reculer, comme un enfant, devant le premier obstacle. Je suis las de souffrir une disgrâce que, vous le savez, je n'ai pas méritée, et encore plus fatigué de mon oisiveté.
Que l'Empereur s'irrite ou s'apaise, il me verra, je lui parlerai ; qu'il me fasse fusiller après s'il le veut, je ne tiens guère à la vie.
Cependant, Monsieur le Maréchal, je passerai par ce que décideront mes collègues, MM les députés de Besançon" ....

Ceux-ci se rendirent aux Tuileries, le jour indiqué pour cette cérémonie officielle des députations. Les salons étaient très encombrés.
Dans l'un des principaux groupes, on remarqua très vite un Officier de haute stature, à l'uniforme très simple, dont la coupe était démodée et sur lequel n'apparaissait aucun des insignes qui auraient pu indiquer son grade : c'était le Colonel Delélée ...

Paraissant très mal à l'aise, malgré sa farouche volonté d'être présent à cette cérémonie, il semblait vouloir s'isoler de cette foule.
Des anciens camarades de Delélée se trouvant là également, bien peu semblaient le reconnaître : les plus hardis lui faisaient, de loin, un léger signe de tête, et les plus prudents ne le regardaient pas.

Quant à lui, il demeurait impassible et résolu.

Efin, on annonça l'Empereur ...
Les groupes se mirent en haie, et le Colonel se plaça au premier rang ...




A suivre. Wink
Revenir en haut Aller en bas
stephane
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 412
Localisation : Région toulousaine
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Ven 27 Oct - 12:42

study study study

La suite avant vos vacances !!!!! Embarassed

Stéphane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Dim 29 Oct - 12:21

Evil or Very Mad C'est pas juste de nous faire attendre ! Nous sommes tous des Delelée pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Nic
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Dim 29 Oct - 23:29

Patience les Amis, notre Impératrice est partie se ressourcer quelques jours, Elle revient très bientôt pour nous conter la suite.
Tous vient à point qui sait attendre !

salut





Ma Biche
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 30 Oct - 10:52

Sans attendre la suite , je pense que Napoléon a réhabilité l'infortuné garçon, surtout qu'à cette date les hommes ayant de l'expèrience se font rares .

Elle se ressource à Vichy ou à Evian ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Nic
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 31 Oct - 23:06

Elle se ressource à ses racines ! Cher Ambrosio, Sa Majesté nous reviendra en pleine forme, iodée, embrumisée, " chouchennisée " et Plus Belle que jamais. I love you I love you I love you I love you

:viv:o: Ma Biche


salut
Revenir en haut Aller en bas
puygriou bergisel

avatar

Nombre de messages : 1456
Age : 65
Localisation : Paris, sous le Dôme
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Mar 31 Oct - 23:28

Bonsoir loin de moi de dévoiler quoi que ce soit de la suite de la narration .... j'aperçois Moncey ..... et je me souviens de l'anecdote aperçue ailleurs.

Ceci pour dire simplement que Moncey fut toujours un homme d'honneur à défaut d'être un "brillant" Maréchal. Ce que certains oublient c'est qu'il y avait une pratiquement une demi-génération d'écart avec ses autres "congénères". C'était un homme d'honneur, un homme qui avait le sens des hommes et qui n'hésitait pas tout en restant discipliné intellectuellement à dire à l'Empereur ce qu'il pensait. C'est ce qu'attendait d'ailleurs l'Empereur. Il a connu des disgrâces même venant de l'Empereur mais il n'a jamais, en contrepartie, agi par dépit. C'était un homme parfaitement loyal. Il le démontrera amplement lorsqu'il s'agira de présider le conseil de guerre devant juger Ney et qu'il refusera étant condamné lui-même pour cet acte de refus à une peine de détention, surveillé par les Prussiens (ironie du sort) et lorsqu'il prendra le commandement des Invalides.

Voilà je n'en dis pas plus sur la suite de la narration suspendue Wink


salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bergisel.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 6 Nov - 21:33

Bonsoir Chers Amis,

Je suis désolée d'avoir interrompu cette narration, mais l'appel du large m'a éloignée quelque peu de ces lieux.

Cher Ambrosio, vous qui meniez votre petite enquête, si vous vous étiez rapproché encore un peu plus de Murat, sans doute vous aurait-il dévoilé ma destination pour les eaux de plombières ! Laughing
Mais une fois n'est pas coutume, c'est la Bretagne qui m'a accueillie durant ces derniers jours. Wink

Revenons donc à notre brave Général Delélée ...
Souvenez-vous, quand je suis parie, l'Empereur faisait son entrée ...

Napoléon commença donc sa tournée, en adressant quelques mots flatteurs aux Présidents des députations.
Arrivant devant les députés du Doubs, il va saluer le Maréchal qui préside, et s'apprête à lui dire quelque chose, quand ses regards tombent sur un Officier qu'il ne se rappelle pas avoir jamais vu ...
Il s'avance vers lui et lui demande :

-"Qui êtes-vous, Monsieur ?"

-"Sire, je suis le Colonel Delélée, ancien premier aide de camp du Général Moreau."

-"Ah ! Ah ! fit Napoléon, en reculant de quelques pas ...

Fixant deux yeux de feu sur le Colonel qui s'incline, ses regards se reportent ensuite sur le premier inspecteur général de toute la Gendarmerie de France, devenu pâle comme un mort ...

Napoléon se rapproche alors de Delélée, et lui dit encore :

-"Que venez-vous faire ici ?"

-"Sire, ce que je fais depuis deux ans. Désirer que Votre Majesté daigne me dire de quoi je suis coupable, ou qu'elle me fasse rendre mon grade".

Parmi ceux qui se trouvaient à portée d'entendre la conversation, beaucoup n'osaient plus respirer.
Soudain, un sourire indescriptible vint errer sur les lèvres serrées de l'Empereur qui, se rapprochant du Colonel, portant un doigt vers sa bouche, lui dit à mi-voix, sur un ton presque amical :

-"Chut ! Il ne faut plus parler de cela aujourd'hui!"

Et il poursuivit sa tournée ; mais à peine avait-il progressé de dix pas, qu'il rebroussa chemin pour se placer de nouveau devant Delélée, et fit signe au Duc de Feltre, resté à l'écart :

-"Monsieur le Ministre de la Guerre, prenez le nom de cet Officier, et ayez soin de me le rappeler au Conseil. Il doit s'ennuyer à ne rien faire, nous lui donnerons de l'occupation....

Puis, ayant fait au Colonel un petit signe de la main, il s'éloigna...


Encore un peu de suspens .... Mais je vous rassure, je ne repars pas en Bretagne ! Wink





salut
Revenir en haut Aller en bas
Corso
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2003
Age : 56
Localisation : Prades le Lez - 34730
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Aide de camp   Lun 6 Nov - 21:41

sunny

Pour n'avoir ni faim, ni soif, je choisis le général Bisson. Laughing Laughing Laughing

_________________
On me croit sévère, même dur. Tant mieux cela me dispense de l'être. Ma fermeté passe pour de l'insensibilité. A Caulaincourt
Si je monte au Ciel, et que Napoléon n'est pas au Paradis, alors ce ne sera pas le Paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/tirailleurscorses/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aide de camp   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aide de camp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aide de camp
» Aide de camp du maréchal NEY
» Aide de camp du Maréchal J.Murat
» aide de camp du marechal Ney
» Aide de camp de maréchal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: