Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le 36eme régiment d'infanterie de ligne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Dim 19 Nov - 11:55

Le 1.01.1791, le régiment d'Anjou devient le 36eme régiment d'Infanterie.
A l'Armée du Rhin (Juillet 1792-Septembre 1793-

Le 30.09.1792, le 36e entre dans Spire au pas de charge. 35.000 Autrichiens mettent bas les armes
-3.10.1792, il entre dans Worms.
-Du 27.03 au 23.07.1793, deux compagnies de grenadiers du 36eme se couvrent de gloire au siège de Mayence.

A l'Armée du Nord (Septembre-1793-Avril 1794)
-6.09.1793 : Le 36eme enlève successivement " villages : Herzèle, Bambecke et Rexpoëde.
-8.09 : Hondschoote :
L'ennemi (18 000 Hessois et Anglais) perd 3 généraux, 6 000 hommes, 3 drapeaux, 9 canons et tout le matériel du siège de Dunkerque.
Le capitaine D'Arnaud, chargé du commandement du 1er bataillon,s'empare d'une redoute armée de 7 pièces de canon et y fait prisonniers 500 anglais. D'après le décret de la Convention Nationale, ces prisonniers doivent être mis à mort sur le champ ; malgré le danger qu'il court , D'Arnaud les conduit au Q.G.,et les représentants lui demande pourquoi il ne les a pas fait fusiller, il leur répond fièrement :
Je suis toujours prêt à verser jusqu'à la dernière goutte de mon sang pour la Patrie ; mais je ne puis être le bourreau d'ennemis désarmés !"
L'avant-veille,devant Cassel, le même d'Arnaud, par sa présence d'esprit, sauva deux bataillons français exposés à être pris ou détruits.
Le caporal Marathon attaque seul 12 Anglais escortant un caisson, en tue trois, met les autres en fuite, prend le caisson et 3 chevaux et ne veut accepter aucune récompense. "Nous lui avons demandé ce qu'ils voulaient ! disent les représentants du peuple dans leur rapport. "Un poste d'honneur!" a-t-il répondu.
Cette bataille est sur le drapeau du 36eme.
Après plusieurs engagements brillants devant Ypres, Werwick et Menion, le 36eme assiste enréserve à la victoire de Wattignies, le 16.10.1793.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/


Dernière édition par le Jeu 23 Nov - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Dim 19 Nov - 14:06

Armée de Sambre-Et-Meuse (28.11.1794 au 28..06.1795)

-Prise de Luxembourg : Après la prise maestricht et du fort de Rhinfels (Novembre 1794), la république était entièrement maîtresse de la rive gauche du Rhin, sauf les deux places de Luxembourg et de Mayence. Le général Moreau, commandant e'nchef l'Armée de la Moselle, reçut l'ordre d'investir Luxembourg qui était le principal dépôt des Autrichiens et le pivot de leurs opérations. Luxembourg, armée de 500 bouches, commandée par le feld-maréchal de Bender était la place forte de l'Europe et approvisionnée d'une façon incomparable. les assiégeants, durant l'hiver, souffrirent autnt que les assiégés. En avril 1795, Moreau appelé devant Mayence fut remplacé par le général Hatry à la tête de deux divisions de sambre-et-meuse. Une sortie infructueuse des Autrichiens leur ôta l'envie de renouveler des combats sanglants et inutiles. les batteries françaises tirant sur la ville emportèrent une révolte de la population civile, et, enfin, le 1.06, le maréchal bender capitula. Le 12, la garnison, forte de 12.396 hommes, mit bas les armes devant 11.000 Français exténués de fatigues et de faim, et presque nus.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Dim 19 Nov - 20:53

A l'Armée de Rhin et Moselle (28.06.95 au 22.12.95)

Le 36e s'illustre aux combats de Marbach, Kirkemboland et Chope dans le mouvement de retraite qui suit le siège de Mayence.

[b] A l'Armée de Sambre-et-Meuse (5.03.20.10.97)[/b]

-18.04 : Le 36e s'illustre à Neuwied où les Autrichiens perdent 7.000 prisonneirs, 7 drapeaux et 9 canons.

A l'Armée d'Helvétie et du Danube (7.03-24.11.99)

Depuis le 6.03.99, le 36e se bat presque tous les jours :
-Le 6, à Luciensteig : La brigade Lorges plaça quelques charrettes remplies dans le lit du Rhin à Flaesch,et, essaya de passer en improvisant un pont ; mais une crue du fleuve fit échouer cette tentative. Masséna rappela Lorges à Alzmoos, où il avait fait jeter un, pont de chevalets quis ervit au passage.
-Le 7, devant Dissentis
-Le 10, à Bergen : Le fusilier Foulfoin se distingue en franchissant sous le feu le plus meurtrier unretranchement ennemi. Quelques instants après aidé de ses camarades Blum, Méger, Dause et Piquet, il parvient à repousser une colonne autrichienne à laquelle il fait une vingtaine de prisonniers.
Le soir, du même jour, lors de l'attaque de Pont-St-Martin par le général autrichine Loudon, le capitaine Perrier est envoyé pour reconnaître la position de l'ennemi ; rencontre l'avant-gerde française endéroute, il fait son possible pour la ralillier et ne peut y parvenir. Voyant qu'elle va entraîner toute la colonne "Vous vous déshonorez ! s'écrie-t-il Vous allez laisser prendre votre drapeau et votre général ! beaucoup de braves font volte-face ; il se met à leur tête au milieu d'une grêle de balles et, secondé par ses collègues Buzzini et Lacoublaye, il marche à l'ennemi,,le culbute et lui reprend beaucoup de prisonniers qu'il venait de faire.
Le 12, à Zernetz
-Le 13, à Pont : Au débouché de Pont, le 36eme commandé par le capitaine Langlois, fait prisonnier 2.500 hommes et 45 officiers, dont 13 officiers supérieurs.
-Le 25,.03, le 36e joue le rôle principal dans l'attaque et la prise de Nauders, où les Autrichiens nous laissent 2 000 prisonniers, 12 canons, leurs ambulances et leurs magasins.
-Le 30, le général Lecourbe, forcé de reculer, charge le capitaine Perrier, commandant intérimaire du 36eme, de protéger la retraite de toute sa division. Grâce à ce valeureux officier la retraite s'opère dans le plus grand ordre.
-Le 30.04, une attaque sur Zernetz est brillamnent repoussée ; le 36e laisse les Autrichiens s'embarrasser dans plusieurs lignes d'abatis, le charge tout à coup avec vigueur et leur enlève 4 à 5.000 prisonniers.
-1.05 : Luciensteig Le fusilier Piquet, étant en tirailleur, fait prisonnier un officier autrichien et s'empare d'un obusier, placé au débouchéd'un bois, au moment où cette pièce allait faire feu sur nous.
-25.05, Frauenfeld : Les Aurichiens perdent 2.000 tués et 3.000 prisonniers.
-1.07 : Ober-Egery
-14.08 : Le 36e est chargé de prendre Einsielden : -Le 1er bataillon, avec à sa tête le capitaine Buzzini, longe la rive droite du lac d'Egery et rencontre les Autrichiens à la Maison-Blanche ; il les en chassa, ainsi que de Montgarten et de Rottenhern et les poursuit jusqu'à St-Gorrhe.
Dellard, adjudant-major du 2e bataillon, à la tête de quelques braves, poursuit 2.000 Autrichiens jusque sur les bords du lac de Zurich, coopère à la prise de 3 compagnies et 5 officiers.
Mahé
, fusilier, fait à lui seul mettre bas les armes à une compagnie autrichienne de 112 hommes et prend un officier supérieur ; il est nommé sergent de suite.
26.08, Bilten. Les Autrichiens avaient placé une forte batterie sur les bord de la Linth qui défendait l'entrée et le passage du long défilé aboutissant à naefels. Malgré celà, l'ennemi est culbuté et poussé jusqu'au pont de Mollis qu'il se hâte de détruire avant que ses troupes l'ait complètement passé.Dans ce combat, le 36e fut sublime. Un bataillon de Grenadiers passe sous le feu de 20 pièces d canon qui tirent à mitraille, et, sans leur répondre par un seul coup de fusil, charge à la baïonnette pendant une lieue. L'ennemi est mis dans une déroute complète et laisse le champ de bataille couvert de morts et de blessés.
24 et 25.09. : Zurich : Le 24.09, les troupes de la division Soult reçoivent l'ordre de passer la Linth, entre les lacs de Wallenstadt et de Zurich . cette rivière rapide, non guéable et très marécageuse sur ses bords, est défndue par plus de 40 redoutes et par de nombreux postes. Il est donc impossible de surprendre l'ennemi et il faut tout tenter de vive force;
A 3 h. du matin, pendant que le 94e se bat à Schmerikon et Grynan, 160 nageurs, pris la plupart dans le 36e armés de lances, de piques, de pistolets et de sabres, sont réunis vis-à-vis Schoennis sous la conduite de l'adjudant-major Dellard du 2e bataillon, traversent la Linth, enlèvent les postes ennemis, placés au point déterminés pour le passage, s'emparent des redoutes, et, battant la charge, portent la terreur dans le camp autrichien ; ils facilitent par ce mouvement aussi hardi qu'extraordinaire le moyen de lancer à l'eau les barques destinées à l'établissement d'un pont.
Pendant ce temps, le 36e prend part à la fausse attaque du centre , en contenant d'une rive à l'autre les troupes de renfort qui arrivent aux ennemis.
Le sous-lieutenant Grégoire maintient au passage de la Linth, avec un détachement de 64 hommes, un corps ennemi fort d'environ 150 hommes et de 168 hussards, et, malgréla supériorité de leur feu de mousqueterie et leur pièce de canon, les force à capituler.
A 5 h., le jour commençant à paraître, l'ennemi, revenu de sa surprise, forme ses colonnes d'attaque et marche sur nous. Trois fois pris et repris , le village de Schoennis nous reste enfin : L'ennemi qui y est forcé et mis en désordre, sur retire sur Kaltebrun.
Le passage étant effectué, et les troupes de l'attaque du centre n'y étant plus nécessaires. Soult fait porter sur Uzenach 2 bataillons du 36eme. Il leur faut passer par le pont de Grynau, qui vient d'être rétabli ; à peine la tête de colonne a-t-elle débouché que le pont se rompt. Ainsi coupés, nos premiers pelotons sont exposés aux plus grands dangers,car une réserve russe s'avance à leur rencontre. sans perdre contenance, cette poignée de braves du 36e charge vigoureusement l'ennemi et, soutenue par les feux de mousqueterie des troupes rangées en bataille sur la rive gauche, le met dans une déroute complète. Un colonel, 300 hommes et un drapeau restent au pouvoir de ces héros. Kaltebrun est pris ; la nuit met fin au combat.
Le 25, l'ennemi voulant reprendre Kaltebrun, porte, pendant la nuit, d'Uzenach sur Beuken, un corps de 1.200 hommes d'infanterie et un escadron de hussards. Instruits de son mouvement, Soult le fait entourer de grand matin par le 36e. Tout le corps met bas les armes et nous prenons avec lui 5 pièces de canon.
Trois mille prisonneirs, plusieurs drapeaux, 20 pièces de canon et la plus grande partie des bagages Autrichiens furent les trophées de la division Soult à la sute de ces journées.
Durant cette journée, l'adjudant-major Dellard (hé oui, encore lui Wink , aidé seulement de son domestique, fait prisonnier 50 Autrichiens, qu'il conduit au Q.G.
Zurich est inscrite sur le drapeau du 36eme.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Lun 20 Nov - 13:08

A l'Armée du Rhin (24.11.1799-Mai 1801)
-1.05.1800, le 36e franchit le Rhin près de Stein : Pendant qu'on établit le pont, le sous-lieutenant Ducros traverse le fleuve à la tête d'un détachement sous le feu le plus meurtrier et une fois sur l'autre rive, s'y maintient malgré plusieurs attaques vigouresues de l'ennemi.
-2.05 : Le 36e enlève le fort de Hohentwiel (Souabe), réputé imprenable et armé de 80 bouches à feu.
-3.05 Le 36eme, après une glorieuse mêlée, entre à Stokach.
-5.05 Prise de Moeskirch : Le 36e y entre le premier au pas de charge. Dellard excita l'admiration de tous en soutenant pendant plus d'une heure le feu d'une batterie formidable placée au centre de l'armée ennemi.
-10.05 : Prise de Memmingen
-20.05, Brickenthal : Le fusilier Pégou pénètre le premier dans le village occpé par l'ennemi, fait prisonnier 1 officier supérieur et 14 soldats et s'empare d'un fourgon attelé.
-19.06, passage du Danube, le sous-lieutenant Bergon franchit le fleuve à la nage sous le feu des batteries placées à Donawert ; il parvient à détacher une barque et à l'amenr sur la rive droite, où 13 coups de boulets la coulent bas.
-20.06 : Prise de Donawert
-24.06 : Le régiment fait capituler le château d'Harbourg, où il prend 150 Autrichiens, dont 3 officiers.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Lun 20 Nov - 15:29

-11.07, Fussen Le sous-lieutenant Gilbert s'empare à la tête d'une compagnie de grenadiers,des hauteurs qui dominent la ville ; l'ennemi y était en force, il l'en chasse, le poursuit vigouresuement jusqu'au pont qui traverse le Lech, et, avec 15 ou 20 grenadiers l'empêche de le couper, malgré le feu de mousqueterie dirigé sur ce pôint. le sergent Gidoin et le soldat Neige s'emparent d'un epièce de canon.
-13.07, prise de Feldkirch.
Les hostilités sont suspendues pour reprendre le 28 novembre.
-7.12.1800, Nieder-Audorf : : 3 compagnies du 36e, sous les ordres du capitaine Vrigny, suffisent pour enfoncer 3 bataillons autrichiens et leur faire 200 prisonniers. Le capitaine Langlois, à la tête de sa compagnie, enlève de vive force, à la baïonnette, un retranchement défendu par un grand nombre d'Autrichiens. Le lieutenant Gaucheron demande à marcher le premier avec ses hommes sur l'ennemi, fort de 600 hommes, qui est venu attaquer le 1er bataillon. Manoeuvrant habilement et passant sur ses derrières, il le force à la retraite, lui tue beaucoup d'hommes et lui fait des prisonniers.
-13.12, Salzbourg : A la tête de son bataillon, le commandant Périer est chargé de déboucher dans la plaine de Salzbourg, où toutes les forces ennemies ,s'élevant à environ 30.000 hommes, sont réunies ; il exécute cet ordre avec intrépédité et résiste à une forte charge de cavalerie qu'il met en déroute. sa bonne contenance et l'adresse de la manoeuvre souvent plus de 200 hussards et autant de tirailleurs d'infanterie ; il prend une pièce de canon et s'empare du village de Goltz.
Pendant l'action, l'avant-garde, voit son chef tomber grièvement blessé et se retire. Le capitaine Guillaume-François Périer zrrête cette troupe, en prend le commandement et s'avance dans la plaine sur un ennemi nombreux qu'il force à la retraite. Un corps de cavalerie fond tout àcoup sur lui, l'entoure et le somme de se rendre ; Périer répond par des décharges. La cavalerie se serre de plus près et lui sabre quelques hommes ; rien ne l'ébranle, il redouble au contraire de courage et sa troupe suivant son exemple, il arvient à la sauver, après avoir fait éprouver beaucoup de pertes à l'ennemi. le capitaine Chartener se distingue égalemente n chargeant à la tête de 4 compagnies sur plusieurs pièces de canon.
A la paix, le 36e tient garnison à Mayence, puis à Maestricht.

Camp de Boulogne (1803-aout 1805)
Jusq'à la fin d'août 1805, le 36e fait partie, au camp de Boulogne, de l'armée des Côtes de l'Océan, qui devient , alors, la Grande Armée.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Lun 20 Nov - 21:32

1805 : En Bavière et en Autriche
25.09 : Le 36 arrive à Spire
26.09 : Il passe le Rhin
-9.10 : Le régiment passe le Danube, à Donawert.
- 13.10 : Le 36e est à la prise de Memmingen et y entre le premier.
-19.10 : Ulm.
-10.11 : Prise de Stettin.
-13.11 : Le 36e entre à Vienne
-19.11 : Le régiment est à Brünn
-2.12 : Austerlitz : Le 36e s'y illustre :
9h. du matin : La brigade Thiébault (14e et 36e) s'empare du village de Pratzen et y déloge 2 bataillons Russes.
Kutusof défend vigoureusement le pont de Pratzen, amis le 2e bataillon du 36e franchissant le ravin sur lequel il est jeté, court à sa rencontre. le choc est rude et la position du 2e bataillon, forcé de combattre avec le ravin à dos, est critique;
10 h. : Le 1er bataillon, resté de l'autre côté du ravin et dont la tête de colonne répond au feu de l'ennemi,est envoyé au secours du 10e léger. Son arrivée force l'ennemi à abandonner les hauteurs au sud de Pratzen.
11 h. : Le 2e bataillon a réussi à s'emparer de l'église de Pratzen après avoir rejeté l'ennemi dans un petit ravin. Convenablement appuyé à cette église, bâtie sur une éminence à l'extrêmité d'un contrefort, il se trouve bientôt flanquer la gauche de la brigade arrivée tout entière de l'autre côté du ravin. On a alors affaire à 4 colonnes ennemies.
Un moment arrêté par notre droite, l'ennemi fait alors effort sur notre centre, où arrivent les dernières troupes qui ont passé le ravin. le 10e léger et le 1er bataillon du 36e, à peine reformés, ont à soutenir une charge furieuse ; un grand nombre d'officiers et de soldats tombent tués ou blessés : on recule. S'élançant alors devant le front des troupes, le commandant Périer arête ar son sang droid les progrès du mal ; il tombe lui-même atteint de deux coups de feu. L'adjudant-major Abadie, s'emparant alors du drapeau, marche à l'ennemi en criant "Que les braves me suivent !" prenant chacun un fusil, les capitaines Raoul et Duhil, se jettent aussitôt en avant pour protéger le drapeau et le bataillon entier reprend l'offensive;
Le 2e bataillon, lui, établi à l'église de Pratzen, s'aperçoit qu'à la droite la ligne rétrograde, se porte par le flanc droit au secours du 1er et charge à son tour l'ennemi avec une grande intrépidité.
Devant le courage et k'ardeur du 36e, le Russes reculent, puis s'enfuient en désordre.
On arrive alors au point culminant du plateau de Praten
Par suite des mouvements, qui, pendant lers premières heures du combat se sont presque tous faits en courant, le 36e a à ce moment le 2e bataillon du 14e à sa gauche et forme la droite de la ligne , à l'extrêmité et enarrière de laquelle s'appuie perpendiculairement le 10e Léger.
La brigade se présente ainsi en équerre avec un angle saillant.
C'est alors que les nouvelles masses du général Kolowrah s'avancent en faisant jouer leurs musiques encriant :"Ne tirez pas ! Nous sommes Bavarois !". Après un moment d'hésitation produit par cette ruse dans les rangs du 36e, les faux Bavarois, reçus par de formidables décharges de mousqueterie eet d'artillerie, sont dispersées en un clin d'oeil.
Une 4eme colonne ennemie est envoyée par le Tsar. Pendant 20 mn une lutt acharnée a lieu à l'arme blanche. Finalement l'ennemi laisse un terrain jonché de morts, 3 batteries et 2 drapeaux.
(A suivre).

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Sergent LOMBART

avatar

Nombre de messages : 1234
Age : 57
Localisation : Lons près de Pau (64)
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Lun 20 Nov - 22:13

Question à un napoléon,

Le 36ème était un régiment normand sunny

serg Lombart

_________________
Le lion de Friedland : François Amable RUFFIN
Membre des APN

(Qui ose gagne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sergentlombart.skyblog.com/
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mar 21 Nov - 0:02

Austerlitz (suite) :1h. du soir : L'ennemi revient à la charge avec des renforts mais une nouvelle fois le 36 le défait et s'empare d'un 3eme drapeau et de 2 nouvelles batteries.
La brigade est portée sur Sokolnitz où l'ennemi vient de se rallier et d'établir des batteries qui tirent sur nous; le régiment, au pas de charge,se porte sur les dites batteries. Il attaque seul le village encombré d'ennemis faisant feu de tous côtés sur lui. les deux compagnies de voltigeurs y sont jetées d'abord et le régiment, s'y précipitant à leur suite, gagne rapidement les dernières maisons. Par ce moyen Sokolnitz est tourné et devient le théâtre d'un horrible massacre des Russes qui tiennent dans les granges et les maisons. Le 36e franchit un large fossé plein d'eau sur lequel l'ennemi comptait pour sa défense et s'empare à la baïonnette de 2 pièces qui l'abîmaient de mitraille. Enfin, il accule l'ennemi au lac de Sokolnitz.
Le général commandant la 3e colonne ennemie et 6.000 hommes sont faits prisonniers.
A ce moment , la bataille est gagnée et près de finir. La brigade descend alors le Goldbach pour coopérer au mouvement dirigé contre le général Doctorof et rejeter l'ennemi dans les étangs. Elle bivouaque le soir en avant de Ménitz
Engagée 6 heures durant, elle paye cher sa gloire : Elle a perdu 1.017 hommes, dont 447 du 36e. Le régiment comportait 1.500 hommes.
Le 36e est le régiment qui, à Austerlitz fut le plus éprouvé : 16 officiers tués ou blessés, et la compagnie des grenadiers du 1er bataillon perdit 52 hommes.
A la paix de Presbourg, le régiment prend ses cantonnements en Bavière.
Austerlitz est inscrite sur le drapeau du 36e.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mar 21 Nov - 16:10

1806 : En Prusse
-14.10, Iéna : Le 36e exécute avec intrépidité le mouvement qui lui est ordonné sur Klosewitz etle bois immédiatement à gauche ; puis, après avoir chassé l'ennemi,se forme en tête du bois pour donner à la cavalerie légère le temps de déboucher. Cette première attaque est tellement impétueuse qu'une colonne ennemie de 3 bataillons et quelques escadrons n'a pas le temps de se retirer. C'est en la dirigeant que le colonel Houdard-Lamotte est emporté par un boulet. Il n'a pas 33 ans.
En apprenant cette mort, l'Empereur dit "C'est dommage ! Il avait toutes les qualités nécessaires pour devenir un grand homme de guerre !.
Le commandant Lecaret prend immédiatement le commandement du régiment et le conserve tout le reste dela journée. La cavalerie ennemie fond alors sur le 36e ; reçue à bout portant ; elle est en un clin d'oeil mise en déroute.
Lancée alors à l'assaut des batteries ennemies, la division St-Hilaire, dont le 36e fait partie, s'empare rapidement de ces batteries et dispose les bataillon,s qui les soutiennent. Le 36e a particulièrement à souffrir dans cette seconde attaque. Dirigé quelques instants après sur Gross-Romstaedt, où l'ennemi appuie sa gauche et réunit ses principales forces, il rencontre presque immédiatement les troupes de Hohenlohe, les culbute et les repousse jusqu'au village en leur prenant à la baïonnette 7 canons et 500 hommes.
Une charge de notre cavalerie de réserve ayant échoué, l'ennemi voulant poursuivre, s'engage maladroitement. Pour la 4eme fois, le 36e le charge et le poursuit jusqu'au delà de Capellendorf, d'où il ne cherche plus qu'à se sauver sur Weimar.
Dans ce choc, qui est certainement un des plus violents de la journée, le régiment d'infanterie prussien de Wedel est entièrement détruit ; la cavalerie est de nouveau culbutée et souffre extrêmement ; les grenadiers du 36e croisent plusieurs fois la baïonnette avec ceux du régiment prussien de Moellendorf, mais ceux-ci sont constamment renversés jusqu'à ce qu'ils soient tous détruits.
Dans cette mémorable journée, les pertes furent de :
-7 officiers tués (dont le colonel Houdard-Lamotte et l'adjudant-major Abadie ;
-21 officiers blessés ;
-36 soldats tués ;
-544 sous-officiers et soldats blessés.
Iéna est inscrite sur le drapeau du 36eme.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mer 22 Nov - 16:24

1807 : Pologne
-3.02 : Kaufles
-6.02 : Hoff
-8.02 : Eylau : A cette journée, le 36e fit des prodiges :
-Lévêque, lieutenant, s'élance avec 12 de ses hommes sur deux pièces de canon quidéciment le régiment, tue les canonniers sur leurs pièces poursuit le reste et fait à l'ennemi une vingtaine de prisonniers, qu'il ramène escortés par les 4 braves qui lui reste.
Cette bataille coûat, au 3-e, 3 officiers tués, 24 blessés plus ou moins grièvement, entre autres le colonel Berlier ; 73 tués, plusde 300 blessés.
10.06 : Heilsberg : Le régiment a orde de s'avancer par bataillon en colonne dans les intervalles des bataillons déployées de la division St-Cyr et de charger l'ennemi. ce mouvement est exécuté à la perfection. Le ravin est franchi ; la ligne ennemie qui le défendait est enfoncée et en partie détruite. Sous l'impulsion de ce premier et terrible choc, le 36e parvient jusqu'aux redoutes qui commandent Heilsberg ; le combat ne termine qu'à la nuit.
Le régiment est un des plus éprouvés de cette journée.
Après Tilsitt, le 36e reste à la fin de 1807 et au commencement de 1808 cantonné en Prusse.
Désormais, jusqu'à la fin de l'Empire, le 36e sera scindé et aura à combattre sur les différents théâtres de la guerre.

1808

Les 1er, 2e et 3e bataillons à l'armée d'Espagne

A son arrivée en Espagne, fin septembre, le 36e (1er, 2e, 3e bataillons) est placé au 2e corps, commandé d'abord par Bessières, puis, par Soult
Le 16.11, le 36e contribue à la prise de Santander, et, quelques jours après, à celle de San Vicente, dont, en un instant, il balaye le pont,défendu par une redoute et 12 pièces de canon.
-30.12 : Le 36e est sur la route d'Astorga, pourchassant les troupes du marquis de la Romoena, qui s'y retieznt précipitamment.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Jeu 23 Nov - 16:30

1809 : 1er, 2e et 3e Bataillons à l'armée d'Espagne, puis du Portugal
1.01.1809 : Le 36e entre à Astorga
-5.01 : A l'avant-garde, il rencontre près de Ferrada l'arrière-garde ennemie qui, en se retirant, voulait faire sauter un pont en avant du village. L'impétuosité de notre attaque rend cette tentative infructueuse.
16.01 : La Corogne : A 13 h., le 36e monte à l'assaut. Après une lutte acharnée, où 3 officiers tombent blessés, la victoire nous reste.
-17 au 21.02, Marche sur Oresne : Soult résolut de remonter le Minho jusquà Orense. L'armée se mit en marche immédiatement, et traversa pour atteindre cette ville, un pays organisé par La Romana pour une défense pied à pied ; on arriva, au bout de 5 jours de marche (le 26), à Orense ; le 36e participa à la prise du pont et les espagnols furent refoulés sur Villafranca.
Le 6.03, le maréchal Soult s'établit,à Monterrey, et lance Franceschi à la poursuite des troupes de la Romanapui, dont l'arrière-garde sera détruite le 6.03 sur la route de Vérin, ; le 10, le maréchal quitte vérin et se dirige vers Chaves, le 36e participera à la prise de cette ville. Soult arrive ensuite, le 26, devant la ville de Braga, aui se défent âprement, le 36e particpe à la prise. Le 29, le régiment est à la prise de Oporto, la place tombe après une lutte forcenée.
12.05 : Amarante : Le 36e y repousse brillament l'attaque des Anglais de Wellington sur Laméda. Ce fait d'armes est rendu inutile, car le maréchal Soult, informé , ne pouvant espérer atteindre avant le 14 Amarante, jugea que pressé en queue par Wellesley, et en tête par Beresford, il lui serait difficile de se dégager ; combaéttre était en outre, livrer entièrement àelle-même la division Lorge, laissée à Braga ; il résoulut, en conséquence, d'abandonner sa ligne de retraite naturelle par Amarante et Bragance, pour prendre la route de Chaves et d'Orense ; ordre fut envoyé à Loison d'évacuer amarante et de se porter à Guimaraens, point qui fut également assigné à la division Lorge, rappelée de Braga. La retraite sur la Galicie commence à travers les montagnes et les précipices par un temps épouvantable.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 24 Nov - 12:52

Le 36e prend part aux déblocus de Lugo, 22.05 (Soult y bat les Portugais qui assiégeaient Fournier) et au mois de juin fait part d'une seconde expédition dans les Asturies, au cours de laquelle il se distingue, le 9, au passage du défilé de Val d'Aurès.
Wellington menaçant Madrid, le 3e contribue puissamment aux succès, le 8, face aux troupes de La Cuesta, au passage du pont de l'Azorbispo, et, le 14, à Astorga.

Le 4e bataillon en Allemagne
Après 3 mois passés au camp de Boulogne et 2 à St-Denis, le 4e bataillon est, vers le mois de juin, envoyé en Allemagne ; il y reste environ 6 mois. Deux jours après Wagram, il se distingue, le 8 juillet,. à Berneck. Il séjourne quelque temps à Mayence, puis est dirigé sur l'Espagne, où il arrive aux premiers jours de décembre.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 24 Nov - 21:07

1810- 1811: Les 1er, 2e, 3e et 4e bataillons à l'Armée du Portugal
-21.04.1810, Siège d' Astorga : Le 4e bataillon s'y illustre ainsi qu'à ceux, le 15.06, de Ciudad-Rodrigo, et, le 28.08, d'Almeida. Le 4e bataillon rejoint ensuite les 3 premiers;
-26.09 : l'armée Française arrive devant les hauteurs de Busaco , occupés par l'armée entière de Wellington.
-27.09 : Au point du jour, le 36e, formé en colonnes d'attaque, marche à l'ennemi avec un calme et un ordre parfaits ; trois fois abimé par la plus épouvantable des mitrailles, il revient à la charge et . les renforts reçus par l'ennemi rendent son courage inutile. Sur les 4.500 hommes que Masséna perd dans cetteaffaire, le régiment compte 500 des siens.
-3.04.1811 , Sabugaï : Les colonnes ennemies, ayant abordé franchement le plateau occupé par la brigade Sarrut, parviennent à déployer en exécutant des feux. le 36e se précipitant à la baïonnette, les culbute en un clin d'oeil et met à les poursuivre une telle ardeur qu'il les pousse jusque dans leurs deuxièmes lignes ; il revienbt ensuite tranquillement occuper le plateau.
4.05, Fuentes-de-Onoro : Le 36e reprend le village plusieurs fois. Hélas, tout ce courage ne servira à rien, puisque le 6, au matin, Masséna ordonnera la retraite.

1812 : 1er, 2e et 3e bataillons à l'Armée du Portugal
Engagé dans plusieurs affaires autour de Salamanque (cette ville fut prise,le 28.06, par Wellington sur Marmont), le 36e (les 3 premiers bataillons) est fortement éprouvé, le 22.07, au combat des Arapyles qui verra à nouveau , hélas, la victoire de Wellington sur Marmont.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 24 Nov - 21:24

il m'epate il me subjuge il me surprend l'ami jean yves cet homme est une encyclopedie vivante
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 24 Nov - 21:28

Embarassed Quand on a la doc. ! Embarassed

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
puygriou bergisel

avatar

Nombre de messages : 1456
Age : 64
Localisation : Paris, sous le Dôme
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Sam 25 Nov - 1:22

Jean-Yves,


Citation :
Quand on a la doc. !

Ah ben oui ..... d'accord... je comprends... pour mon 46ème, je n'ai aucune doc... j'ai recraché le catéchisme que j'ai appris il y a plus de trente ans... il faut dire que c'est facile si on n'entre pas dans les détails !

salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bergisel.fr
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mar 28 Nov - 15:52

1812 : Le 4e bataillon en Russie
Le 4e bataillon est désigné pour la grande expédition de Russie. il fait partie du 9e corps d'armée du maréchal Victor, général de divison Partouneaux, colonel Hignel, major [b]Wabre[/b
(A suivre)]

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mar 28 Nov - 22:05

Il suit en réserve la Grande Armée sur le Niémen et à Wilna (28.06), puis à Smolensk, sur le Dniéper (17.08), qu'il ne dépasse pas. lorsqu'à la find'octobre, Victor s décide à aller au Nord porter secours au maréchal Gouvion-St-Cyr, le 4e bataillon a avec les Russes quelques brillants engagements, notamment le 14.11 à Wolkowich.
Pour ceux qui se demandent où se trouve Wolkowich par rapport à Smolensk.

C'est à Wolkowich que le commandant Sansfourche, à la tête de ses hommes, repousse à la baïonnette, les culbute et leur fait éprouver des grandes pertes.
-le 29.11, le bataillon, englobé dans le désastre de l'infortunée division Partouneaux, est après une lutte héroïque de deux jours, fait prisonnier sur les bords de la Bérésina (25-29.11) ; il ne comptait plus que 200 hommes à peine.

1813 : Les 1er et 2e bataillons à l'armée d'Espagne
-21.06, à la déastreuse bataille de Vittoria, au pied même des Pyrénées, le 36e (1er et 2e bataillons), fait des prodiges de valeur et se couvre d'une gloire immortelle. C'est luiq ui défend le pont d'Arriaga,c'est lui encore qui, le soir, avec le 2e Léger, protège, en avant d'Erbulo, la retraite de toute l'armée. Il perd plus de 200 hommes dans cette malheureuse journée.
-Le 7.10, l'ennemi met le pied sur le sol Français.
-le 9.12, le 36e est devant Bayonne. Après 5 jours de combats (9-13), où le régiment donne l'exemple de la plus grande fermeté et du plus brillant courage, Soult se voit forcé d'abandonner Bayonne à ses propres forces.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mer 29 Nov - 1:05

1813 : Le 3e et le 4e btaillons (3e formation) en Allemagne
27-08 : Pendant que Napoléon gagne la bataille de Dresde, les 3e et 4e bataillons (1.000 hommes) concourent brillamment à la belle manoeuvre de la division Philippon dont ils font partie. C'estle 36e qui, le lendemain 28, part au point du jour de Laugenheunesdorf, attaque et enlève la forte position de Gieshubel d'où il est envoyé pour occuper Gottlenbe.
-Le 29 : Les Russes ayant pris position à Kulm et à Straden, repoussent victorieusement les ttaques de toutes les brigades successivement envoyées contre eux. Vandamme, le comamndant du corps d'armée, voulant en eprsone tenter un dernier effort, échoue également ; il ne russit même à se retirer que sous l'appui du 36e.
-Le 30.08, Vandamme recommence la lutte. La victoire est chaudement disputée. Longtemps, le sort reste indécis jusqu'à ce qu'un corps prussien, celui de Kleist, est amené par le hasard d'une fuite désordonnée sur nos derrières, et en unçnstant tout le corps de Vandamme est cerné.
C'est en vain que deux brigades font volte-face contre kleist. Les deux bataillons du 36e, réunis en un seul, sont lancés contre les Prussiens, rompent leur première ligne et enlèvent leurs canons ; mais la seconde ligne les arrête et les ramène bientôt en désordre. La déroute devient alors complète.
ralliés à la sortie d'un bois, les débris de la division Philippon s'arrêtent, le soir, à Liebenau. Le 36e aperdu 550 hommes ; total pour les deux journées : 750 hommes sur 1.000.
Dans la suite, les deux bataillons, fondus en un seul, feront partie de la garnison de Dresde qui, abandonnée à ses propres forces, capitulera le 11.11, après avoir sauvé l'honneur par une sortie glorieuse, mais inutile. La garnison de Dresde obtiendra les honneurs de la guerre.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Mer 29 Nov - 15:42

1814 : Les 1er et 2e bataillons à l'Armée des Pyrénées
-13.02 : Combat de Peyrehorade
-27.02 : Orthez. le régiment s'illustre à l'attaque d'un mamelon, d'où il repousse l'ennemi. accablé par le nombre, il se retire lentement, par échelons, combattant intrépidemment jusqu'à la nuit.
-10.04.1814 : Toulouse

1814 : Le 3e bataillon (2e formation) et le 4e bataillon (4e formation) pendant la campagne de France
le 3e bataillon reconstitué fait toute la campagne de France et se disngue particulièrement à :
-20.02 : Troyes
-20.03 : Arcis-sur-Aube
-25.03 : St-Dizier
-Le 4e bataillon, également reconstitué, est désigné pour faire partie de la garnison d'Anvers,défendue par Carnot, et y reste du 8.12 au 1.04.1814, jour où Carnot se voit obligé de capituler
Le 12.05.1814, le 36e devient le 35e de ligne.

1815 : Armée du Rhin
-Le 25.04.1815, le régiment redevient le 36e et, ensuite, combat à l'Armée du Rhin
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Jeu 30 Nov - 0:20

1823-1828 : Expédition d'Espagne et occupation
-3.06.1823 : Talaveyra de la Reyna
-16.07 : Il se fait citer pour sa conduite aux Aloès et à Porto-Santa-Maria
-31.08 : prise du Trocadéro
-4.10 : le 36 entre dans Cadix. il ne repart pour la france qu'à la fin de septembre 1828.

14.06.1844-18.12.1848 : Premier séjour en Algérie
1845 : Expédition contre les Kabyles de l'Ouarsennis, dirigée par le général Pélissier, puis, en juin, nouvelle expédition , contre les populations fanatiques du Dahra, cette fois commandée par le général Bugeaud.
-12.11 : Le 1er Bataillon livre un combat acharné dans les montagnes du Djurjura, et, 3 jours après, il subit près de Bordj-El-Karoub un assaut furieux de 3.000 Arabes
-29.01.1846 : La 2e compagnie du 3e bataillon, en reconnaissance, rencontre les Arabes en très grand nombre et soutient une luttea charnée durant 3 heures. L'arrivée des chasseurs d'Orléans fait fuir l'ennemi.
-1847 : Le 1er et le 3e bataillons font partie de la colonne du général Yusuf qui dure deux mois entre Blidah et Tenief-el-Had.
-Juillet 1848 (1er et 2e bataillons) de la colonne du général Gentil contre les M'zaia
-Novembre 1848 : Le régiment rentre en France.

25.04.1849-20.11.1852 : Siège de Rome etséjour en Italie
Les 1er et 3e bataillons du 36e sont envoyés en italie le 22.04.1849.
Débarqués le 25, à Civita-Vecchia, ils arrivent le 30 devant Rome et, accueillis par une canonnade et une fusillade des plus nourries se couvrent de gloire le jour même à la porte Angelina.
Le 12.06, une sortie des Romains sur la batterie n°5 est vigoureusement repousée à la baïonnette par les grenadiers et voltigeurs du 1er bataillon.
21.06 : Les deux compagnies d'élite du 3e bataillon sont désignées pour monter à l'assaut par la brèche du bastion n°6 à 10 heures du matin ; au signal convenu, ces deux compagnies s'élancent sur la brèche et la franchissent malgré un feu épouvantable ; étonné d'une telle impétuosité, l'ennemi résiste un instant, fait une première décharge, mais cherche bientôt son salut dans la fuite. 10 Romains sont tués à la baïonnette et 43 sont faits prisonniers.
30.06 : Au point du jour, la compagnie de grenadiers du 1er bataillon reçoit l'ordre de venir en aide aux colonnes d'attaque : les grenadiers s'élançant en avant , dépassent les troupes engagées, poussent vigoureusement l'ennemi, le précipitent à la baïonnette par-dessus l'escarpe,s'emparent des maisons dominant la porte St-Pancrace, s'y maintiennent pendant près de deux heures et ne rentrent dans les tranchées que sur l'ordre réitéré de quitter une position devenue trop périlleuse.
-3.07.1849 : Les deux bataillons du 36e font leur entrée dans Rome.
Ils restent en Italie jusqu'en novembre 1852.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 1 Déc - 0:48

14.06.1848-Décembre 1869
14.06.1860 : Le 36e est de retour à Alger.
Le 1er bataillon fait une longue et pénible colonne dans le Sud du côté de Djelfa et de Bouçada, sous les ordres du général Yusuf (octobre-novembre 1864), il se distingue au combat d'Aïn-Malakoff. Pénétrant davantage dans le Sud, la colonne Yusuf s'avance jusqu'à ; elle est dissoute à Aïn-Oussera, le 27.11.1864.
Le e bataillon fait partie de la colonne Arnaud (février-avril 1865) qui, après avoir opéré du côté de Chellala, Taquin et Zerguin, rentre à Aumale le 6.04.1865.
Fin avril 1865, le 1er bataillon est envoyé à Bougie par mer pour faire partie de la colonne des Babors, sous les ordres du général Périgot (avril-mai 1865).
-Le 3e bataillon part pour Laghouat et s'avance jusqu'à Géryville, en faisant colonne sous le colonel Arnaudeau d'abord, puis sous le colonel de Sonis (novembre-décembe 1865).
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Ven 1 Déc - 22:36

1870 : Guerre Franco-Allemande
17.07.1870 : Le 36e est désigné pour le 1er corps, dit Armée du Rhin, sous le commandement du maréchal Mac MahonAvec le 3e bataillon de Chasseurs à Pied et le 2e régiment de zouaves, le régiment fait partie de la première brigade (général L'Héritier), de la 3e division (général Raoult) et arrive à Strasbourg le 2.08.
-3.08 : Le régiment quitte Strasbourg et campe à 3 km au nord de Haguenau, sur la rive droite de la Moder.
-4.08 : Le régiment est scindé en 2 colonnes.
Les 1er et 2e bataillons, composant la première sous les ordres du colonel Krien, arrivent à Seltz à 2 heures de l'après-midi et campent dans une clairière de la forêt entre la ville et le Rhin.
Le 3e bataillon, formant la 2e colonne commandée par le chef de bataillon Laman, se dirige sur Soultz-sous-Forêt. A quelques km du bourg, une canonnade : C'est le combat de Wissembourg qui vient de s'engager. Mac-Mahon donne l'ordre au commandant laman, l'ordre d'occuper Soultz ; si l'ennemi se présente en forces supérieures, il se repliera sur Woerth et Froeschwiller, où se touve la division. Le 3e bataillon va alors camper en avant de la route de Wissembourg.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Sam 2 Déc - 12:52

Vers 3 heures du soir, on apprend que la division Douay bat en retraite. le bataillon prend aussitôt les armeset occupe les positions les plus avantageuses en avant du village : les comapgnies sont séparées les unes des autres à distance de soutien et abritées par les boutonnières, chemins creux et autres accidents de terrain. vers 5 h., la division Douay est en pleine retraite ; une forte reconnaissance de cavalerie ennemie rétrograde dè qu'elle est en vue de Soultz. A 6h ., le général L'Hériller enjoint au commandant Laman de se retirer sur Woerth et Froeschwiller. Le bataillon y arrive à minuit et demi.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8939
Age : 56
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   Dim 3 Déc - 19:30

-5.08 : Ordre est donné au 1er et au 2e bataillons de se replier sur Haguenau, les compagnies de grand'garde prtotègent la retraite t se retirent elles-mêmes par échelon,afin de tenir en respect les éclaireurs prussiens. Un fort détachementennemi arrivant sur la droite, est mis en fuite par la 2e compagnie du 2e bataillon. la colonne arrive à hagueneau à 4 h. du soir
A Froeschwiller, le 3e bataillon est placé à la gauche du 2e zouaves, appuyant sa propre gauche à la route de Woerth à Froeschwiller ; les troupes sont en colonnes face à Woerth.
-6.08, Froeschwiler : Quelques extraits de cette malheureus journée :
Vers 2 h. le colonel Krien s'aperçoit que la droite de son régiment n'est plus reliée à aucune troupe et que les prussiens s'avancent toujours sur leur gauche, peuvent facilement gravir les pentes du plateau et tourner et prendre à revers la 1ere division. Aussitôt, il envoie ledrapeau avec sa garde marquer le point où doit s'établir le centre du régiment, par un changement de front, et fait occuper à ses deux bataillons une nouvelle position presque perpendiculaire à l'ancienne ; sa droite est dès lors appuyée au village de Froeschwiller et il fait face à Woerth.
Pendant que ces mouvements s'excutent, l'ennemi s'avance à grands pas sur le plateau ; l'armée Française va être coupée endeux ! Le colonel ordonne la charge. Le régiment semble d'abord réussir, mais il est écxrasé par le nombre et est forcé de reculer. Rapidement reformés, nos deux bataillons s'élancen une nouvelle fois, en vain ! Il faut battre en retraite.
Plusieurs officiers et une centaine d'hommes se groupent autour du drapeau, confié par M. Baumelle, blessé, au sous-lieutenant Lacombe. A la ortie de Froeschwiller, une décharge des Prussiens disperse la petite troupe : MM. Lacombe et Pihel, deux sapeurs e quelques soldats se trouvent les seuls défenseurs du précieux emblème. Pénétrant dans une grange, ils essaient d'abord de le brûler ; n'en n'ayant pas le temps, ils déchirent la soie et la cachent ; les Prussiens survenant ne peuvent s'emparer que de la hampe.
Pendant ce temps, le 3e bataillon du 36e avec le 2e zouves tente, par deux fois, de s'emparer du village de Woerth, occupé par les Prussiens. Malgré des efforts héroïques, les Français se retrouvent écrasés par le nombre, et est forcé de reculer à travers un terrain boisé, en pente raide, labouré par les obus et les balles.
A Cinq heures du soir, la retraite sonne. Après avoir marché toute la nuit, les débris du 36e se rerouvent à Saverne.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 36eme régiment d'infanterie de ligne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 36eme régiment d'infanterie de ligne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le 36eme régiment d'infanterie de ligne
» 2ème régiment d'infanterie de ligne
» BATREAU - Voltigeur - 60è Régiment d'Infanterie de Ligne -
» JEANNEAU - Lieutenant - 54è Régiment d'Infanterie de ligne -
» GAGNEAU - Fusilier - 54è régiment d'Infanterie de ligne -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: GÉNÉALOGIE :: - Historiques de Régiments - :: L'Infanterie :: La Ligne-
Sauter vers: