Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Napoléon dans la littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nyckten
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 26
Localisation : Pau
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: Napoléon dans la littérature   Mar 12 Déc - 23:48

"Tout le monde m'a aimé et m'a haï" écrivit Napoléon. C'était pressentir les jugements que l'on porterais sur sa vie et sur son action. Dénoncé comme un despote quand il était au pouvoir, admiré quand il fut exilé, vénéré après sa mort, il fut l'objet de sentiments violents et opposés.
Le tyran
En dépit de la propagande officielle, son gouvernement autoritaire vaut à Napoléon une réputation de tyran. A gauche, où on l'accuse de trahir les idéaux de la révolution, des écrivains lébiraux sont contraints à l'exil : Benjamin Constant et Mme de Staël - dont le livre De l'Allemagne est interdit en France - se réfugient à Coppet, en Suisse. A drite, où on lui reproche d'être l'héritier de la Terreur, des hommes, tel que Chateaubriand, entrent dans une franche opposition après l'exécution du duc d'Enghien (mars 2004). Des satires circulent, comme La Napoléone de Charles Nodier, dont la police pourchasse les auteurs. Las de batailles et de tueries, le pays, dans sa grande majorité, accueille la chute de l'Empire avec soulagement.
A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyckten
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 26
Localisation : Pau
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: Re: Napoléon dans la littérature   Mar 12 Déc - 23:48

Les origines de la légende
Une évolution des esprits se produit après 1815. La Restauration (1814-1830) provoque une déception générale. De retour d'émigration, les nobles estiments leur mérites mal récompensés (Le lys dans la vallée de Balzac). Les ouvriers regrettent la période de plein emploi et de hauts salaire qu'a été l'Empire. Les paysans qui formèrent la masse des troupes de la Grande Armée écoutent le soir, à la veillée, les survivants raconter et embellir leurs exploits: une telle scène figure dans Le médecin de campagne de Balzac. Enfin, toute une génération, née avec l'Empire et élevée dans le sentiment de la gloire, découvre une France frileuse, où le port de la soutane remplace le prestige de l'uniforme. La lecture du Mémorial de Sainte-Hélène (1823), le plus grand succès de librairie du siècle, cristallie regrets et nostalgie: Napoléon, qui a dicté ses souvenirs à Las Cases, s'y présente comme le continuateur de la Révolution, désireux du bonheur du bonheur des peuples, et, pour cette raison, haï des rois. Pour beaucoup, Napoléon devient le héros par excellence, le "père du peuple", le martyr de la Révolution. Avec Béranger, la chanson populaire diffuse son culte. Bravant les interdictions royales, les colporteurs vendent gravures, images et statuettes de l'Empereur, aussitôt vénérées.
Le héros épique
Mais c'est surtout la littérature qui donne à la légende son principal support. Royaliste à l'origine et avant de se tourner vers le libéralisme, le Romantisme verse dans un "bonapartisme poétique", où l'aspect grandiose du personnage l'emporte sur la politique du chef d'Etat. La fin solitaire du maître de l'Europe sur le rocher de Sainte Hélène (5 mai 1821) frappe les esprits. Julien Sorel, pour qui Napoléon symbolise l'homme energique dévore le Mémorial avec des "transports d'amour". Balzac, qui évoque sa figure dans plusieurs de ses romans, n'est pas loin de le considérer comme unn second Prométhée. Hugo chante dans Les Orientales le "héros éblouissant et sombre". Il transforme l'aventure napoléonienne en épopée et en combat politique contre Napoléon III, qu'il surnomme "Napoléon le Petit", par opposition au grand Napoléon. La légende, qui atteint son apogée lors du retour des cendes de l'Empereur (1840), a en effet été si forte qu'elle a contrtibué à la naissance du Second Empire (1852-1870). Après 1870 et la perte de l'Alsace Lorraine, le mythe napoléonien acquiert une nouvelle dimension: celle du "sauveur" que la France attend pour reconquérir les provinces annexées par l'Allemagne. En même temps, la légende se répand hors des frontières. Les Russes Dostoievski (Les frères Karamazof, 1879-1880) et Tolstoï (Guerre et Paix 1865-1869) la véhiculent par exemple. Le présentant tour à tour comme un césar des temps modernes, l'"Homme de la Providence", comme un dictateur ou un héros d'épopée, la légende de Napoléon demeure vivace et contrastée à l'aube du XXeme siècle, où la littérature et le cinéma lui consacreront, à travbers le monde entier, plus de livres et de films qu'a aucun autre personnage de l'histoire.
Source: XIXe siècle; édition Hatier; collection Itinéraires Littéraires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Napoléon dans la littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Napoléon dans la littérature
» Les monstres dans la littérature
» La Poétique Métisse dans la littérature maghrébine polyglotte
» Marseille dans la littérature
» Le meurtre dans la littérature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: