Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Charte d'Histoire-Vivante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 14 Déc - 15:28

Je souhaite le bonjour à tous les membres du forum cheers

Et je viens vous présenter le projet d'un groupe de personnes voulant partager leur passion pour la reconstitution et tout particulièrement l'histoire-vivante :

Citation :
La charte d'Histoire Vivante est un projet qui a pour objectif de sensibiliser le monde de la reconstitution Napoléonienne ainsi que les acteurs de ces différentes représentations qui formulent le souhait d'acquérir de nouvelles connaissances afin d'améliorer leur représentation ainsi que leur culture personnelle du Premier Empire et des conditions de vie des soldats de la Grande Armée.

Citation :
Préambule

La reconstitution connaît depuis ces dernières années un succès grandissant. Bon nombre de nouveaux participants affluent sur les champs de bataille et dans les divers bivouacs organisés lors des reconstitutions historiques, et ce, avec des motivations souvent bien différentes les unes par rapport aux autres.

Malheureusement, cet engouement a souvent un effet néfaste sur la qualité, la sécurité et l’authenticité des prestations. Combien d’anachronismes voyons-nous autour des tentes ou sur les champs de bataille : bouteilles et sacs en plastique, canettes en tout genre, marteaux et outils modernes, gobelets, assiettes, couverts en acier inox, etc… Notre cerveau est habitué à ces objets, nous n’y prêtons guère attention car ces objets font partie de notre vie du XXIème siècle. Cela n’est que la partie apparente de l’iceberg, et si nous observons de plus près les uniformes, nous constatons bien souvent que là aussi, les matières utilisées ne sont en rien conformes aux us et coutumes de nos Anciens.

Le but de cette charte n’est pas d’imposer une structure à la reconstitution, mais de donner une ligne de conduite commune aux reconstituteurs qui désirent réellement approcher et reproduire l’Histoire avec un grand « H » pour ainsi donner une vision totalement réaliste de ce que devaient vivre nos aïeux au quotidien.

En adhérant à cette charte, les reconstituteurs s’engagent à respecter un certain nombre de points bien précis qui les amèneront à un niveau de qualité et de réalisme rarement égalés jusqu’à ce jour.

La présente charte se décompose en divers articles qui prennent en compte la tenue, le comportement à adopter vis-à-vis des règlements, du public et des autres reconstituteurs, tant au niveau de l’aspect visuel qu’au niveau de la sécurité, point bien trop souvent considéré à la légère.

Les adhérents à la Charte n’ont aucune obligation envers les initiateurs de cette dernière en dehors des bivouacs dits « chartistes ». En effet, lors de bivouacs classiques, ils seront libres de leur comportement et de leur tenue et agiront selon leur conscience (l’idéal étant de malgré tout respecter les points décrits par la présente Charte). Par contre, lors d’événements organisés par les initiateurs de cette Charte, une stricte observation des points de ce règlement sera imposée.

Les articles de la Charte ne sont pas exhaustifs ; à tout moment, les adhérents peuvent apporter leur pierre à l’édifice et demander le rajout de nouveaux articles. Ces demandes seront étudiées et, en fonction de leur pertinence, pourront dès lors compléter les articles déjà établis. La Charte se veut être un travail collectif, où chaque adhérent a droit à la parole, à condition que cela soit dans le but de faire progresser celle-ci vers un mieux.

Marc la Bréole.

Ces articles sont tirés du site : http://www.chartehistoirevivante.com/

Bientôt, nous pourons aussi vous donner le calendrier des différentes manifestations de l'histoire-vivante

Au plaisir de vous lire. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 14 Déc - 15:29

Je vous présent également le calendrier provisoire de la Charte d'Histoire-Vivante.

Sortie "garnison" au Château du Barroux (prés de Carpentras)(14-15 Avril 2007)
Le 248e DM sera de retour au château du Barroux afin de surveiller la région de Carpentras d'une possible invasion britannique du sud de la France mais surtout pour traquer des réfractaires et fournir des soldats pour l'armée en Espagne. L'événement se déroule en avril 1812.

Site de la sortie: http://barrouxgarnison.monsite.orange.fr/index.jhtml

Sortie "garnison" à Montreuil-sur-Mer (prés de Boulogne-sur-Mer)(28-29 Avril 2007)
Le 248e Détachement de Marche, unité provisoire composée de détachements de divers régiments, a la responsabilité de tenir garnison à La citadelle de Montreuil-sur-Mer, ville clef de la défense de la vallée de La Manche. L'événement se déroule en mai 1814.

Sortie "campagne" à Corps (prés de Grenoble) (26-27 Mai 2007)
2e édition de la marche autour du lac de Sautet. Une fois de plus, une marche de 2 jours autour du lac et installation d'un bivouac de campagne avec abris la nuit. Nouveauté cette année, le 248e DM sera sur les traces de quelques soldats britanniques. Le scénario se déroule en mai 1815.

Sortie "camp/garnison" et "campagne" à La Boissière-Ecole (prés de Paris)
3e édition de ce qui deviens l'événement "vitrine" de la Charte d'Histoire-Vivante. Plus de renseignements bientôt. Le scénario reste à définir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Nyckten
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 26
Localisation : Pau
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 28 Déc - 21:40

merci de l'info marc Wink
salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Lun 8 Jan - 21:44

Charte d’Histoire-Vivante
Château du Barroux, Vaucluse
14-15 Avril 2007

La Charte d’Histoire-Vivante organise une reconstitution de la vie de garnison pendant un week-end au château du Barroux (entre Carpentras et Malaucène) lors du week-end du 14-15 avril 2007.

Afin d’obtenir une grande qualité dans le bivouac nous observerons les horaires réglementaires (couchage par chambrée, tours de garde, corvée, revues…). Nous attendons de chaque participant qu’il respecte ce règlement de son mieux.

De même une grande importance sera accordée à la qualité de la garnison en elle-même (réalisation de paillasses, rations réglementaires, meubles plausibles….). La sortie est faite en accord avec la Charte d’Histoire-Vivante que vous pouvez consulter sur le site Internet suivant : www.chartehistoirevivante.com

Le scénario

Depuis 1811, les relations entre la France et la Russie se dégradent de plus en plus. Nous sommes maintenant en avril 1812 et l’Empereur Napoléon Ier a décidé de réunir une « armée de vingt nations » afin de mettre les russes à leur place.

Alors que les divers préparatifs pour la guerre se mettent en place pour une prochaine concentration de l’armée en Pologne en mai 1812, les autorités françaises redoutent de laisser la France exposée à un éventuel débarquement britannique dans le sud. L’armée du Duc de Wellington, allant de victoire en victoire en Espagne, menace aussi les frontières françaises.

Afin de contrer ces menaces, le ministre de la guerre décide d’organiser une ligne de garnisons le long de la côte méditerranéenne et des Pyrénées qui auront pour mission de surveiller ces zones sensibles, de traquer les conscrits réfractaires et fournir des soldats pour l’armée française actuellement en opération en Espagne.

Le 248e Détachement de Marche, unité provisoire composée de détachements de divers régiments, a la responsabilité de tenir garnison au château du Barroux, un petit village au nord de la ville de Carpentras dans le Vaucluse.

Autres remarques

Apporter de quoi faire sa paillasse (une paillasse pour deux ou quatre).

Cette garnison est faite pour les reconstitueurs, le château nous est prêté gracieusement et financé par les participants eux-mêmes. C’est pourquoi nous demanderons une participation assez faible, mais nous ne pourrons ni vous défrayer, ni payer votre poudre ou toute autre fourniture que vous pourriez demander.

Une participation financière de 20 Euros par participant sera demandée afin de payer la paille, le bois et la nourriture pour la durée de l’événement.

Chaque soldat recevra une ration d'époque pour la durée du week-end:

VENEZ VIVRE LA VIE D’UNE GARNISON SOUS L’EMPIRE!

Pour plus d'informations et pour signaler votre participation, veuillez contacter Marc La Bréole via MP sur ce forum.

Merci de votre attention et dans l'espoir de vous rencontrer bientôt à un prochain événement.

Veuillez agréer, cher collègue, nos salutations les plus impériales.

Les organisateurs de la garnison « Charte » du Château du Barroux


Dernière édition par le Mer 31 Jan - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Ven 12 Jan - 13:47

Conditions de Participation au Barroux

Article 1
La Charte d’Histoire-Vivante sera intégralement appliquée pendant toute la durée de l’événement. Vous pouvez en prendre connaissance en visitant le site internet de la Charte (www.chartehistoirevivante.com) ou sur simple demande aux organisateurs.

Article 2
Afin de respecter les reconstitueurs et le site de la manifestation, aucun participant ne sera admis au sein du château dans une tenue moderne ou non-conforme dés le samedi matin.

Article 3
Absolument tous les articles visibles à l’intérieur des remparts du château doivent être historiques pour le scénario représenté (avril 1812). Des zones dites « moderne/XXIe siècle » seront indiquées aux participants lors de leur arrivée sur les lieux.

Article 4
Chaque soldat aura droit à une ration réglementaire pour la durée du week-end, il est conseillé aux participants de ne pas apporter de la nourriture avec eux.

Article 5
Il est rappelé aux participants que l’article dit « musette » ou « sac à pain » est strictement interdit sauf pour les cavaliers.

Article 6
Chaque groupe devra se confectionner des paillasses (1 paillasse pour 2 ou 3 personnes) en coton afin de pouvoir dormir sur la paille dans les chambres du château. Les lits picots/pliants ainsi que les matelas gonflables sont interdits.

Article 7
Seules les couvertures sont acceptables pour linge de lit. Les sacs de couchage, les duvets, les couvertures modernes (ex. Mickey Mouse) ne sont pas autorisées.

Article 8
Les bottes de paille ne doivent pas faire office de chaises, bancs ou tables.

Article 9
Il y aura un maximum de 3 officiers et leurs dames présents sur l’événement. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles, par les organisateurs, avant l’événement. Les candidatures non retenues peuvent toujours participer à l’événement mais uniquement en tant que soldat ou sous-officier.

Article 10
La participation non-militaire (femmes et enfants) est limitée à 4 femmes, faisant office de vivandières et blanchisseuses, et 2 enfants, faisant office d’enfants de troupe. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles par les organisateurs avant l’événement.

Article 11
Aucune femme ne pourra faire office de soldat. Les garçons âgés de moins de 16 ans ne pourront également pas faire office de soldat et seront considérés comme enfants de troupe s’ils sont sélectionnés.

Article 12
Les participants militaires seront organisés en escouade de service avant l’événement avec des individus désignés comme « chef d’escouade ». D’autres seront désignés à des positions dites « de service » telles que sergent-de-semaine, caporal-de-semaine, instructeur et fourrier.

Article 13
Afin d’être conforme aux différentes activités du week-end, il est conseillé aux participants de préparer une tenue de camp/écurie et une tenue de service. Il est également recommandé de prendre une capote.

Article 14
Une contribution financière de 20 euros par participant est demandée afin de fournir la nourriture, bois et paille pour la durée de l’événement. Cette contribution doit être envoyée par chèque avant le 28 février 2007. Contactez les organisateurs pour en savoir plus. Pour l’étranger : un virement par Code IBAN est accepté sur simple demande aux organisateurs.

Aucun versement ne sera remboursé en cas de non participation d’une personne inscrite si celle-ci ne prévient pas les organisateurs de son empêchement avant le 15 mars 2007.

Les chèques seront retournés avant le 31 mars en cas d’annulation de l’évènement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mer 31 Jan - 17:40

Charte d’Histoire-Vivante
Camp de Montreuil-sur-Mer, Pas-de-Calais
28-29 Avril 2007

La Charte d’Histoire-Vivante organise une reconstitution de la vie de camp pendant un week-end à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais au sud de Boulogne-sur-Mer) lors du week-end du 28-29 avril 2007.

Afin d’obtenir une grande qualité dans le bivouac nous observerons les horaires réglementaires (inspections, maniments d'armes et excerises, tours de garde, corvées, revues…). Nous attendons de chaque participant qu’il respecte ce règlement de son mieux.

La sortie est faite en accord avec la Charte d’Histoire-Vivante que vous pouvez consulter sur le site Internet suivant : www.chartehistoirevivante.com

Le scénario

Après la défaite de Napoléon en 1813 à Leipzig, le territoire national se trouve directement menacé par les forces coalisées. Le 21 décembre 1813, l’armée de Bohème passe le Rhin à Bâle alors que celle de Silésie le franchit le 1er janvier 1814 entre Coblence et Mannheim. La campagne de France débute avec son cortège de victoires et de revers pour les troupes françaises.

Cependant, une troisième armée menace le front Nord, appelée Armée du Nord et composée de Prussien, Russes, Hanovriens, Saxons et Suédois, elle envahit la Belgique et tente de s’emparer des ports donnant accès en Angleterre. La menace se précisant plutôt sur le port d’Anvers, il n’est pas à craindre une infiltration de cette armée vers les ports de Calais ou Boulogne.

Pour renforcer la défense de la côte, le ministre de la guerre décide en mars 1814, de réorganiser les garnisons le long de la côte de fer (ancien Camp de Boulogne). Ces garnisons auront pour mission de surveiller les zones sensibles, de prêter main forte à d’éventuelles offensives pour contrer l’Armée du Nord, de surveiller la bonne marche du ravitaillement et de prendre en charge les nouvelles reçues de la conscription ou des engagements volontaires.

Le 248e Détachement de Marche, unité provisoire composée de détachements de divers régiments, a la responsabilité de tenir garnison à La citadelle de Montreuil-sur-Mer, ville clef de la défense de la vallée de La Manche située dans le Pas-de-Calais située au sud de Boulogne-sur-Mer.

Autres remarques

Ce camp est faite pour les reconstitueurs, le château nous est prêté gracieusement et financé par les participants eux-mêmes. C’est pourquoi nous demanderons une participation assez faible, mais nous ne pourrons ni vous défrayer, ni payer votre poudre ou toute autre fourniture que vous pourriez demander.

Une participation financière de 15 Euros par participant sera demandée afin de payer la paille, le bois et la nourriture pour la durée de l’événement.

Chaque soldat recevra une ration d'époque pour la durée du week-end:

Pour plus d'informations et pour signaler votre participation, veuillez contacter Marc La Bréole via MP sur ce forum.

Merci de votre attention et dans l'espoir de vous rencontrer bientôt à un prochain événement.

Veuillez agréer, cher collègue, nos salutations les plus impériales.

Les organisateurs du camp « Charte » de Montreuil-sur-Mer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mer 31 Jan - 17:42

Conditions de participation à Montreuil-sur-Mer

Article 1
La Charte d’Histoire-Vivante, ainsi que ses Manuels, seront intégralement appliqués pendant toute la durée de l’événement. Vous pouvez y prendre connaissance en visitant le site Internet de la Charte (www.chartehistoirevivante.com) ou sur simple demande aux organisateurs.

Article 2
Afin de respecter les reconstitueurs et le site de la manifestation, aucun participant ne sera admis au sein du campement dans une tenue moderne ou non-conforme dés le samedi matin à 7 heure (Début de l’animation).

Article 3
Absolument tous les articles visibles à l’intérieur des remparts de la Citadelle et du campement doivent être historique pour le scénario représenté (mars 1814). Des zones dites « modernes/XXIe siècle » seront indiquées aux participants lors de leur arrivée sur les lieux.

Article 4
Chaque soldat sera fournit avec une ration réglementaire pour la durée du week-end, il est alors demandé aux participants de ne pas apporter de la nourriture avec eux.

Article 5
Il est rappelé aux participants que l’article dit « musette » ou « sac à pain » est strictement interdit sauf pour les cavaliers.

Article 6
Pour organiser le campement, il est demandé aux participants d’amener leur tente. Celles-ci devront être conformes à l’époque et aucun matériel moderne de devra être visible sur, autour et à l’intérieur des tentes.
Les tentes seront disposées en conformité avec les articles sur le campement de la Charte. Les organisateurs donneront le plan sur place.

Article 7
Seules les couvertures sont acceptables pour linge de lit. Les sacs de couchage, les duvets, les couvertures moderne (ex. Mickey Mouse) ne sont pas autorisés.

Article 8
Les bottes de paille ne doivent pas faire office de chaises, bancs ou tables.

Article 9
Il y aura un maximum de 2 officiers présent sur l’événement. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles par les organisateurs avant l’événement. Les candidatures non retenues pour toujours participer à l’événement mais uniquement en tant que soldat ou sous-officier.

Article 10
La participation de participants non-militaires (femmes et enfants) est limités à 4 femmes, faisant office de vivandières et blanchisseuses, et 2 enfants, faisant office d’enfants de troupe. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles par les organisateurs avant l’événement.

Article 11
Aucune femme ne pourra faire office de soldat. Les garçons âgés de moins de 16 ans ne pourront également pas faire office de soldat et seront considérés comme enfants de troupe s’ils sont sélectionnés.

Article 12
Les participants militaires seront organisés en escouade de service avant l’événement avec des individus désignés comme « chef d’escouade ». D’autres seront désignés à des positions dites « de service » telles que sergent-de-semaine, caporal-de-semaine, instructeur et caporal-fourrier.

Article 13
Afin d’être conforme aux différentes activités du week-end, il est demandé aux participants de préparer une tenue de camp/écurie et une tenue de service. Il est également recommandé de prendre une capote.

Article 14
Une contribution financière de 15 euros par participant est demandée afin de fournir la nourriture, pour la durée de l’événement. Cette contribution doit être envoyée par chèque.

Aucun chèque ne sera remboursé en cas de non-participation d’une personne inscrite si celle-ci ne prévient pas les organisateurs de son empêchement avant le 22 mars 2007.

Les chèques seront retournés avant le 07 avril en cas d’annulation de l’évènement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mar 22 Mai - 14:37

Bonjour!

Grande nouvelle à announcer! En ce jour, le mardi 22 mai 2007, deux cent ans jour-à-jour des deuxiémes journées des bataille de Valenciennes (1793) et de Aspern-Essling (1809), la Charte d'Histoire-Vivante dispose d'un site internet ainsi que d'un forum.

Venez le découvrir à l'adresse suivante:

http://histoirevivante.free.fr

Amicalement,

Marc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Jérôme C.

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 45
Localisation : Bresse
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mar 5 Juin - 21:48

sympa, je vois que nous sommes dans les liens Sad
on y reviendra au Barroux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assosehri.monespace.net/topic/index.html
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Ven 12 Déc - 15:27

Château du Barroux, Vaucluse
25-26 Avril 2009


La Charte d’Histoire-Vivante organise une reconstitution de la vie de garnison pendant un week-end au château du Barroux (entre Carpentras et Malaucène) lors du week-end du 25-26 avril 2008.

Afin d’obtenir une grande qualité dans le bivouac nous observerons les horaires réglementaires (couchage par chambrée, tours de garde, corvée, revues…). Nous attendons de chaque participant qu’il respecte ce règlement de son mieux.

De même une grande importance sera accordée à la qualité de la garnison en elle-même (réalisation de paillasses, rations réglementaires, meubles plausibles….). La sortie est faite en accord avec la Charte d’Histoire-Vivante.

Le scénario

Printemps 1813

Situation générale en Europe
La Grande Armée a disparu dans l’hiver russe et NAPOLEON reconstruit son outil militaire en Allemagne pour faire face à une coalition qui déjà se forme. Quoique lié à l’Autriche par son mariage, la mollesse du corps autrichien dans la campagne écoulée et les relations ambigûe entretenues avec son beau-père lui font entrevoir la levée prochaine de cet éternel vaincu pour rejoindre le camp des coalisés. Pour l’heure la priorité est donnée à l’armée d’Allemagne et l’armée d’Italie ne bénéficiant pas de l’effort de guerre, les frontières sud-est de la France seraient bien mal défendues si d’aventure une armée ennemie venait à les menacer.

Situation dans la 1ère division militaire
Le général commandant la 1ère division militaire est un vieux soldat des guerres de la révolution. Conscient du risque d’invasion que le ministre de la guerre ne lui a pas caché, il décide de prendre des mesures pour faire face à cette hypothétique invasion. S’il n’a pas de forces susceptibles de contrer une telle menace, il dispose de diverses ressources pour mobiliser quelques troupes. Son objectif ? Retarder de 3 à 4 jours une avancée ennemie vers la vallée du Rhône pour permettre aux troupes stationnées aux alentours de Lyon, de Marseille et de Toulon de se réunir pour constituer une force capable ensuite de bloquer et peut-être de vaincre un ennemi sur le Rhône. Pour se faire il choisit de réarmer une ligne de place aux débouchés est des Alpes qui passe par Malaucène, Le Barroux, Caromb, Carpentras, etc.

Aussi a-t-il pris un certain nombre de mesures relevant de son autorité :
Détourner les détachements en route vers l’Italie
Convoquer tous les officiers et soldats convalescents ou permissionnaires
Diriger une partie des dépôts sous son autorité vers ces places
Faire appel aux Gardes nationaux et anciens soldats pour renforcer ces détachements
Imposer aux populations civiles des réquisitions pour subvenir aux besoins de ces places
Il sait que face aux dangers de l’envahisseur, le patriotisme français ne demande qu’à se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Ven 12 Déc - 15:28

Calendrier 2009 de la Charte d'Histoire-Vivante:
http://histoirevivante.forumculture.net/campagne-2009-f22/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Lun 15 Déc - 18:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mer 14 Jan - 17:06

Conditions de Participation et d'Inscription pour Le Barroux 2009

Article 1
La Charte d’Histoire-Vivante sera intégralement appliquée pendant toute la durée de l’événement. Vous pouvez en prendre connaissance sur simple demande aux organisateurs. Dans les faits la journée est organisée de façon à recréer une vie de garnison sous le Premier Empire. En suivant ce cadre le participant ne peut que vivre l’Histoire.

Article 2
Afin de respecter les reconstitueurs et le site de la manifestation, aucun participant ne sera admis au sein du château dans une tenue moderne ou non-conforme dès le samedi matin. D’expérience, 90% des participants arrivent le vendredi soir sur les lieux. Un repas chaud est déjà prêt à leur arrivée. Lors de la dernière édition deux participants sont arrivés le samedi matin, ils se sont discrètement mis en uniforme puis se sont présentés à la sentinelle qui les a menés au poste de garde leur permettant ainsi une entrée directe dans l’ambiance de la garnison.

Article 3
Absolument tous les articles visibles à l’intérieur des remparts du château doivent être historiques pour le scénario représenté (avril 1812). Des zones dites «moderne/XXIe siècle » seront indiquées aux participants lors de leur arrivée sur les lieux. Les salles « XXIe siècle » sont situées près des quartiers des officiers (1er étage) et des quartiers de la troupe (rez-de-chaussée) on y trouve entre autres choses un vestiaire.

Article 4
Chaque soldat aura droit à une ration réglementaire pour la durée du week-end, il est demandé aux participants de ne pas apporter de la nourriture ou des boissons avec eux. La distribution des rations se fait avant chaque repas. Le petit déjeuner et le déjeuner sont pris par escouade pour la troupe. Les menus sont réalisés en tenant compte de la saison et des produits locaux. D'autres produits alimentaires et des boissons sont disponible auprès des vivandiéres et du fourrier en échange de pièces d'argent (voir article 6).

Article 5
La cotisation demandée recouvre les dépenses en bois, paille, nourriture, vin et autres fournitures (bougies, fruits…). Le château nous est gracieusement prêté.

Article 6
Les participants se veront versés une solde pendant leur séjour, en fonction de leur rôle. Cette solde sera représentée par des pièces de monnaie historique et sera la seule monnaie reconnu pour tout achat de produits/services durant l'événement.

Article 7
Il est rappelé aux participants que l’article dit « musette » ou « sac à pain » est strictement interdit sauf pour les cavaliers. La quasi-totalité des activités se déroulant dans l’enceinte du château, tout objet dont le participant peut avoir besoin se trouve toujours à proximité. En cas de patrouille ou de corvée le troupier pourra emporter son havresac ou un sac de distribution.

Article 8
Chaque groupe devra se confectionner des paillasses (1 paillasse pour 2 ou 3 personnes) en coton afin de pouvoir dormir sur la paille dans les chambres du château. Les lits picots/pliants ainsi que les matelas gonflables sont interdits. La paillasse consiste en une sorte de housse formée de deux draps pouvant être fermée par des ficelles ou rubans. En la posant sur une couverture elle isole parfaitement du froid et forme un confortable matelas.

Article 9
Seules les couvertures sont acceptables pour linge de lit. Les sacs de couchage, les duvets, les couvertures modernes (ex. Mickey Mouse) ne sont pas autorisées.

Article 10
Les bottes de paille ne doivent pas faire office de chaises, bancs ou tables. La raison à cela est simple, la botte rectangulaire ficelée qu’on connaît date de la moissonneuse batteuse. Sous l’Empire la paille n’existait donc pas sous cette forme si pratique.

Article 11
Il y aura un maximum de 3 officiers et leurs dames présents sur l’événement. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles, par les organisateurs, avant l’événement. Les candidatures non retenues peuvent toujours participer à l’événement mais uniquement en tant que soldat ou sous-officier.

Article 12
La participation non-militaire (femmes et enfants) est limitée à 4 femmes, faisant office de vivandières et blanchisseuses et 2 enfants, faisant office d’enfants de troupe. Ils seront sélectionnés parmi les candidats disponibles par les organisateurs avant l’événement. Le quota de 4 femmes ne comprend pas les 3 dames représentant des épouses d’officiers.

Article 13
Aucune femme ne pourra faire office de soldat. Les garçons âgés de moins de 16 ans ne pourront également pas faire office de soldat et seront considérés comme enfants de troupe s’ils sont sélectionnés.

Article 14
Les participants militaires seront organisés en escouade de service avant l’événement avec des individus désignés comme « chef d’escouade ». D’autres seront désignés à des positions dites « de service » telles que sergent-de-semaine, caporal-de-semaine, instructeur et fourrier. Si vous êtes intéressé pour remplir un de ces postes, merci de vous présenter.

Article 15
Afin d’être conforme aux différentes activités du week-end, il est conseillé aux participants de préparer une tenue de camp/écurie et une tenue de service. Il est également recommandé de prendre une capote.

Article 16
Une contribution financière de 25 euros par participant est demandée afin de fournir la nourriture, bois et paille pour la durée de l’événement. Cette contribution doit être envoyée par chèque à l’ordre de Dylan Flynn avant le 31/03/2098 à l’adresse suivante : Dylan Flynn, La Goutardière 84330 Le Barroux, France.

Email : flynndylan@yahoo.fr

Pour l’étranger : un virement par Code IBAN est accepté sur simple demande aux organisateurs.

Aucun versement ne sera remboursé en cas de non participation d’une personne inscrite si celle-ci ne prévient pas les organisateurs de son empêchement avant le 01/04/2009.

Les chèques seront retournés avant le 30/04/2009 en cas d’annulation de l’évènement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Ven 1 Mai - 15:04

Photos de l'édition 2009 du Barroux:

Photos de La Béquille:

http://picasaweb.google.fr/nicolas.salvetat/LeBarroux2009#

Photos de Deguignet:

http://picasaweb.google.com/Deguignet/LeBarroux2009#

Photos également sur le site du 12e Chasseurs à Cheval:

http://www.12emechasseurs.org/
(Cliquez sur "galérie photos" au menu à gauche de l'écran et puis "Le Barroux 2009")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Lun 11 Mai - 23:38

La sortie "campagne" entre Kaysersberg et Riquewihr, organisée par la Charte d'Histoire-Vivante, est terminée.

Sortie satisfaisante avec quelques détails à régler afin de faire encore plus de l'HV mais bravo pour vos efforts.

Quelques photos de la part de Tribune et Sourdine de cette campagne 1815 entre lignards de l’armée et des volontaires de la garde nationale :

Soldats Sénéjean, Lavallou et Leydet du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne accompagnés des volontaires Sourdine, Tribune et Barrique des 7e et 12e Cohortes de la Garde Nationale formant le 248e Détachement de Marche dans le village de Riquewihr.


Le 248e Détachement de Marche est route vers Kaysersberg en tenue légère.


Une pause bien méritée lors de l’ascension de la colline de Riquewihr.


Le paysage est magnifique.


Une nouvelle pause lors de la descente vers le Toggenbach.


Réquisition d’une petite grange sur les hauteurs opposées de Kaysersberg…


…en face de la ville et de son château.


Les hommes se préparent pour passer une bonne nuit…


...au chaud dans la paille.


Pause sur le chemin du retour dans les vignes de la vallée de Kaysersberg. Le soldat Lavallou contemple le Christ crucifié.


Derniere pause avant de descendre sur le village de Riquewihr.


Le 248e Detachement de Marche est de retour a Riquewihr, sans avoir perdu un seul homme. Les soldats Leydet et Sénéjean trouve une auberge qui semble acceuillante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11792
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Mar 12 Mai - 8:29

......sunny ......


Merci .....Marc La Bréole...pour votre reportage photos...superbe..!!!

salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Païpaï
Dessinateur officiel du forum des APN
Dessinateur officiel du forum des APN
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 33
Localisation : marseille
Date d'inscription : 12/09/2009

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 18 Fév - 6:18

A oui un tés beau reportage, des vidéos sympathiques, c'est sympa l'histoire vivante!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://payepaye.over-blog.com/
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 18 Fév - 13:39

Merci bien! On tent de rendre cette immersion interéssante en tout cas. cheers

Prochain épisode ce weekend aux Pays-Bas: La ville de Gravendam assiègait pendant la Guerre de Libération en 1814.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Dim 5 Juin - 19:03

GRAVENDAM 1814

Un matin en février 1814 dans le petit village néerlandais de Gravendam


Le soldat Sanmarchelli est déjà au travail pour préparer la viande pour la journée...


...et le forgeron du village est aussi a ses occupations.


Plus tard, une avant-garde de miliciens néerlandais rencontre le commande de place...


...et l'informe qu'une colonne coalisée va venir prendre la place soit de gré, soit de force.


Réalisant que la situation est foutue, le commandant de place rencontre le commandant britannique la colonne alliée pour négocier les termes de la capitulation du village.


Le commandant réussi de négocier la rédition de la place en échange de pouvoir quitter la place avec ses hommes en direction de l'armée française la plus proche.


La rédition sera signée demain, les soldats préparent a passer leur dernière nuit a Gravendam.


Le lendemain, les soldats se préparent pour l'arrivée des alliés.



La colonne alliée arrive enfin a Gravendam, sous les yeux de la garnison.


La rédition est signée.



La garnison française quitte le village sous la surveillance des coalisés.


Ils ont perdu un village...mais ils ont la vie sauve et combattront certainement un autre jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Dim 5 Juin - 19:42

Une journée au Fort Ecluse en 1815

L'heure du réveil est sonné un jour de Mai 1815.


Les sous-officiers de la place se préparent pour le cercle d'ordre.


Les soldats commencent déjà a travailler.


La blanchisseuse aussi commence son travail.


Ayant recu les ordres du jour au cercle d'ordre, le sergent de semaine quitte l'EM pour...


...poster les ordres du jour aux quartiers des soldats.


La garnison descend le pont levis du fort.


Les paillasses sont rangées...


Les soldats s'occupent a poursuivre leur instruction militaire...


...et de veiller a la sécurité du fort.


Les officiers inspectent scrupuleusement le fort afin de le fortifier.


Son service terminé, le sergent de semaine peut enfin revêtir sa tenue de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 7 Juin - 2:23

Juin 1815 au Fort l'Ecluse





















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 7 Juin - 2:24

Citation :
Extrait du journal personnel du fusilier Lionel dit Prairial…
1er juin 1815

Voilà 30 jours déjà que je marche depuis Marseille en compagnie de mes amis le soldat Belle-Epine et le soldat Julien pour rejoindre le Fort de l'Ecluse dans le Haut Jura ! Fatigué, fourbu, enfin je le vois en cette fin d'après-midi. Ouf. Le voyage a été long et difficile. Julien est un peu rêveur et il faut toujours le surveiller pour qu’il ne fasse pas de gaffes. Belle-Epine a eu une rage de dent, il n'a pas pu suivre, mais J'espère qu'il nous rejoindra bientôt... La forteresse est impressionnante, comme tapie dans la roche, surplombant majestueusement le Rhône encore jeune qui coule à ses pieds. Mais dans l’immédiat il nous faut nous présenter à la sentinelle que j’aperçois bientôt.

Un ancien du régiment, le caporal Moutarde vient nous chercher et nous amène. Les retrouvailles sont heureuses, revoir ce brave Moutarde me fait bien plaisir. Il a fonction de caporal de semaine au fort. On monte des escaliers et nous arrivons dans une cour qui sert de place d’arme. Encore quelques escaliers et nous voici bientôt devant une petite porte. Mon ami Julien entre d’abord, puis c’est mon tour.

Le caporal fourrier que j’aperçois derrière le bureau est encore bien jeune. Il m’interroge rapidement : si je peux lui fournir rapidement ma feuille de route, il n’en est pas de même de mon livret militaire, perdu corps et bien sous la pluie. Me voici présenté maintenant au commandant de la place, et là surprise : je retrouve assis à son côté mon lieutenant au 18e de ligne, au meilleur temps de l’Empire, le lieutenant Henri. Un bien brave homme, dont l’expérience et la compétence contraste à première vue avec le petit jeunot qui commande la place. « Voilà encore un planqué qui ne doit son grade qu’à quelque intrigue de cour », me suis-je dit. Le voici déjà en train de me moquer à propos de ma tenue - pas très règlementaire il est vrai – ou de mon livret perdu. J’aurais voulu le voir, lui avec un bout de papier à la main sous une pluie battante… Enfin, heureusement le lieutenant Henri, qui a fonction dans le Fort de Lieutenant de police, prend ma défense et donne de moi un portrait bien trop élogieux. Cela calme un peu l’autre affreux. On m’affecte à la deuxième escouade commandée elle aussi par un ancien du 18e, le caporal Nicolas. J’en suis bien heureux. Je connais depuis longtemps Béquille et c’est un caporal très compétent. Je me sens mieux maintenant, presque en famille…

Je fais alors connaissance avec mes amis de l’escouade : des belges qui ont marché depuis le Nord pour rejoindre leur nouvelle affectation ! Et dire que je trouvais mon voyage long. Il y a le soldat Bardin, le soldat Molière – un peu simplet mais qui fait bien rire- le Petiot et La Culasse. Tous bons camarades, je le devine rapidement.
Hélas rapidement les gradés se rappellent à nous. Il semblerait qu’on ait dérobé un livre à notre brave Moutarde. On nous fait mettre en rang tard dans la soirée pour fouiller nos paillasses. Sans résultat. On finit par pouvoir se coucher. Le sommeil me gagne rapidement.

2 juin 1815

Un « debout » aussi mélodieux que le cerf en rut nous réveille avec beaucoup de douceur. Il y a d’abord l’appel. Puis Il faut préparer les paillasses, nettoyer les quartiers, la salle commune, les latrines et la cour. On prépare quelques œufs pour le petit déjeuner puis on consulte les ordres affichés au mur pour connaitre nos affectations et la tenue à adopter. Pour notre escouade, ce sera exercices le matin, travaux de siège pour l’après-midi puis garde et fermeture des portes le soir.
On commence donc par l’exercice. On reprend tous les mouvements, même ceux que l’on croit si bien connaitre –à tort – comme le « porter arme ». On essaye les feux et on perfectionne les feux sur 3 rangs, un peu oublié ces dernières années de l’Empire où nous avions beaucoup pratiqué le feu avec 2 rangs pour pallier au manque de soldats. Ce fut d’ailleurs fort utile et intéressant.
Soudain un cri déchire l’air : « A la Garde ». Nous sommes attaqués. Vite, il faut attraper les fusils aux râteliers, mettre précipitamment nos gibernes et foncer vers la caponnière… dont la porte est fermée. Lorsque le commandant de la place arrive, tout essoufflé, il est de fort méchante humeur, d’autant que nous autres, petits soldats, on rigole bien sous cape de le voir en si méchante situation. La clef arrive tout de même et nous prenons place derrière les meurtrières pour déclencher un feu d’enfer. Le bruit est assourdissant. Les détonations résonnent dans l’espace réduit de pierre puis encore contre la falaise sur laquelle est adossée la forteresse. Les autrichiens ont dû nous entendre à des lieues à la ronde ! Tout simplement impressionnant. Cette attaque n’était d’ailleurs sans doute qu’une petite reconnaissance, juste pour que l’ennemi puisse déterminer combien nous étions et notre résistance… Et bien qu’ils y viennent !

Au retour de l’entrainement, nous touchons nos soldes pour 2 jours, soit 1 franc et 50 centimes. Je l’utilise rapidement pour acheter du fromage pour l’escouade afin d’améliorer l’ordinaire constitué de pain, vin, lard et légumes. Le lieutenant Henri nous offre une bouteille de vin puis le caporal Moutarde nous distribue le courrier. Une bien grande surprise m’attend : me voilà affecté comme aide de camp au général commandant la place de Strasbourg ! Moi, petit fusilier ! J’amène mon papier, triomphal, au caporal fourrier et au sergent. Mais on me rappelle bien vite à la réalité. Il s’agit sans doute d’une erreur. On aura voulu écrire ordonnance et non aide de camp. Une enquête est commencée.

L’après-midi nous voici à monter des gabions. Le travail avance sous l’œil moqueur mais finalement assez expert du commandant de la place. Soudain nouvelle alerte : cette fois ce sont deux déserteurs qui ont disparu, les deux de mon escouade : Julien et Molière ! Quelle surprise ! Ils sont rapidement rattrapés et vont subir une lourde punition, d’autant que Julien échappe à nouveau à ses poursuivants. Après un passage en salle de police, les voici contraint par le caporal Béquille à se tenir en plein soleil mains en l’air et en capote. Evidemment, ils risquent une punition terriblement plus sévère mais heureusement le manque de soldats et la proximité de la guerre fait sans doute réfléchir nos supérieurs. Tant mieux.

Il est maintenant l’heure d’un entrainement en école du peloton sous les ordres du lieutenant Henri et toujours sous la vigilance du commandant de place. Il se passe bien, nous apprenons et rectifions beaucoup d’erreurs. Immédiatement après, la 2e escouade est appelée à la garde. Nous avons de la chance, nous devons mettre habits vestes et shakos au moment où le soleil décline et où la fraicheur remonte. Je suis affecté à la porte de Genève, celle-là même où le danger est le plus grand d’une attaque ou, comme ce matin, d’une reconnaissance ennemie. Heureusement rien de tel. Au bout de ma garde, le reste de l’escouade arrive avec le lieutenant de police pour lever le pont-levis et fermer toutes les portes.

Le repas se passe bien, même si un soldat d’une autre escouade, chargé de préparer la tambouille des officiers, fait tomber tous les légumes par terre. Très ennuyé, il ramasse ce qu’il peut, ajoute à sa mixture des éléments d’autres soupes, dont la nôtre, et apporte le tout aux gradés. Il parait que le repas était « innommable » et que les légumes craquaient sous la dent. Je crois bien que ce soir-là, pour une fois, ce ne sont pas les officiers qui ont le mieux mangé ! Il y a parfois une justice…

3 juin 1815

« Debout, tout le monde dans la cour tels que vous êtes. Le dernier sera puni. » Tel est la jolie musique qui nous réveille ce matin. Et le dernier fut… le caporal Béquille ! Et évidemment le sergent punit toute l’escouade pour l’exemple. Bon début de journée…
Nous voici donc de corvée de latrine. En plus, il nous faut nettoyer la cour principale et ranger nos paillasses. Pire encore, il y a aujourd’hui une grande revue dominicale. Il faut être parfait. Après nos tâches nous voici donc à rénover nos buffleteries avec le blanc d’Espagne et nettoyer nos fusils avec des chiffons imbibés d’huile plongés dans un pot de poudre de tuiles pilées. Très efficace.
L’heure de la corvée arrive. Nous sommes un peu anxieux, nous savons bien que tout ne sera pas parfait. Pour ma part, je ne me suis pas méfié du temps de séchage du blanc d’Espagne. En m’équipant, mon habit se retrouve ainsi tout maculé de traces blanches. On nous fait monter tout en haut du fort, sur une vaste terrasse et nous voici à attendre que ces messieurs finissent la revue des quartiers. Cela dure longtemps, trop longtemps, c’est mauvais signe. J’avais caché sous ma litière quelques objets personnels que je ne savais trop où ranger, notamment mon cordon raquette et les sangles de capote de mon havresac.

Le commandant arrive enfin. Il est furieux. Immédiatement, il fait fouiller plusieurs havresacs. Julien y passe : « C’est merveilleux » commente-t-il, « Ce soldat a de quoi fumer, de quoi couvrir son shako, mais rien pour s’habiller ou entretenir son uniforme ! ». Le commandant nous livre alors le fond de sa pensée « Vous me dégoutez » dit-il, « vous ressemblez à des vagabonds ». Il faut reconnaitre que nous aurions pu faire mieux.

Heureusement, l’état des fusils est bien plus satisfaisant. Quelques exercices finissent par radoucir le lieutenant qui avoue que finalement, peut être pourrions-nous faire de bons soldats. De retour aux quartiers pour le repas, nous découvrons nos paillasses sans dessus-dessous, notamment la mienne. C’est bien ce que je craignais, ma petite cachette a été découverte, ainsi que quelques autres objets… Dont une bouteille d’alcool. Je soupçonne pour cette dernière la complicité de Bardin ou de la Culasse !

Soudain nouvelle alerte, cette fois l’attaque est sérieuse. Nous faisons front directement par la porte de Genève, tous ensembles en peloton. Encore une fois, nous sommes vainqueurs. Les jours qui suivront seront sans doute assez chauds.

Mais je dois me préparer à partir. Demain, commence mon voyage pour rejoindre ma nouvelle affectation à Strasbourg. C’est un peu dommage, j’avais retrouvé avec plaisir d’anciens camarades, découvert de nouveaux compagnons d’armes et me voici à devoir quitter tout cela. Même le colérique lieutenant, je crois qu’il va un peu me manquer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 7 Juin - 13:16

Le commandant de place remplit ses obligations administratives



L'officier de police prépare les ordres de la journée



Les appartements des officiers de jour...



...et de nuit



La chambré des sous-officiers



Les sous-officiers se préparent pour la journée à venir



Le fourrier de la place remplit les registres



L'administratif des sous-officiers



La chambré des soldats



La salle commune des soldats et des caporaux



Un soldat avec une guêtre de moins, signe qu'il est puni



Les officiers surveillant l'exercice des soldats



Le magasin du fort



Les soldats se préparent pour la grande revue dominicale



La grande revue dominicale va bientôt commencer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
Marc La Bréole

avatar

Nombre de messages : 95
Age : 37
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Jeu 7 Juin - 13:16

Sous-Lieutenant Tincelin, commandant de place



Lieutenant Caporali, officier de police



Caporal-Fourrier Cestrières du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne



Caporal Béquille du 18e Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Legoux du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Dauriach du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Figo du 1er Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Bouteille du 7e Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Corentin du 7e Régiment d'Infanterie de Ligne



Fusilier Julien du 18e Régiment d'Infanterie de Ligne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoirevivante.free.fr
martingale



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   Sam 7 Juil - 9:49

de bien belles photos ...merci afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Charte d'Histoire-Vivante   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Charte d'Histoire-Vivante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Charte d'Histoire-Vivante
» Angkor, une histoire vivante (1 et 2/2)
» reconstitution génie
» Invitation au Camp de Montreuil-sur-Mer (28-29 Avril 2007)
» la premiere bacterie a adn synthetique est vivante!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: LES UNIFORMES :: - Reconstitution Historique --
Sauter vers: