Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les amours de Napoléon...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les amours de Napoléon...   Jeu 4 Jan - 1:48

Quelques lignes sur le amours de Napoléon...

Au moment où il va être nommé commandant en chef de l'armée d'italie, un hasard heureux va lui faire connaitre la veuve d'un général guillotiné sous la tereur, le général de Beauharnais qui a laissé deux enfants, un fils Eugène, une fille Hortense. Eugène a alors 14 ans. Il a demandé audience à Bonaparte pour le prier de l'autoriser à conserver l'épée de son père, malgré l'interdiction faite, sous peine de mort, à tous les habitants de Paris, de garder chez eux des armes. Bonaparte accorda la faveur demandée. Mme de Beauharnais vint le remercier. Le général fut charmant; il avait le désir de plaire, mais il avait affaire à forte partie.....le conquérant fut conquis! La partie n'étais pas égale...voyez les deux adversaires ! Le général. Il ignore la femme ! Il a vécu, sinon chaste, du moins réservé. Et puis il n'a pas le temps de songer à l'amour. L'ambition a été jusque-là sa seule maitresse. Il est timide, il n'a pas l'usage du monde. Il se sent plus à l'aise avec ses grenadiers que dans un salon. Enfin il ignore les raffinements, sa tenue est médiocre. Il est...ne disons pas mal mais... peu soigné. Et quel adversaire a-t-il trouvée en face de lui ? Une femme ! La vraie femme faite pour plaire, pour séduire, pour aimer et pour être aimée. Ce n'est pas seulement une femme, c'est une dame, et une dame de Paris. Elle est sûre de triompher, elle n'a eu qu'à paraître, à parler, à sourire. Bonaparte est vaincu pour la première fois de sa vie ! Il rend les armes ! Il lui appartient corps et âme. Il écrira bientôt..."Je l'aime à la folie"...et comme on le comprend, Joséphine de Beauharnais à toutes les qualités et tous les défauts qui rendent une femme irrésistible. Elle est jeune, elle a dépassé la trentaine, c'est le bel âge de la femme. Elle est jolie, mieux encore, elle est séduisante. Son sourire est enchanteur, sa démarche est souple, sa voix est caressante, elle a tout le charme de la créole et toute la grâce de la parisienne. Si elle est coquette, frivole, prodigue, dépensière, menteuse, infidèle, ces légères inperfections serviront seulement à provoquer des querelles passagères qui rendront la reconciliation plus douce et plus tendre....Bonaparte est fou d'elle, et sa passion dure longtemps........
A Suivre......

Ces lignes sont extraites des merveilleuses pages écrites par.......... Henri-Robert (1863-1936) de l'académie française, ancien batonnier..........vieux livres de chevet.

Amicalement.......Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Constance

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Re: Les amours de Napoléon...   Jeu 4 Jan - 23:20

Citation :
Il a vécu, sinon chaste, du moins réservé. Et puis il n'a pas le temps de songer à l'amour. L'ambition a été jusque-là sa seule maitresse.

Il a quand-même bien eu un coup de coeur pour la jeune et jolie Désirée Clary non? Wink Qu'il appelait Eugénie d'ailleurs.

"J'ai lieu de désirer souvent que vos sentiments correspondent à la force des miens. Il n'est pas un plaisir auquel je ne désire vous associer.
Il n'est pas un rêve que vous ne soyez de moitié
...".

Napoléon à Désirée le 12 février 1795
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: les amours de Napoléon   Ven 5 Jan - 12:22

....Sans doute chère Constance...

Je n'ai pas découvert l'information sur cette belle Désirée Clary....dans le livre de Henri-Robert..(1863 - 1936).

Bien à vous......Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: les amours de Napoléon   Ven 5 Jan - 15:24

Quelques lignes de plus toujours de notre Académicien Henri-Robert....

Bonaparte est fou d'elle........Joséphine le trompera avec un personnage médiocre ce qui est ridicule et inexcusable, il pardonnera ! Joséphine fera des dettes, il les paiera; elle se laisse aimer, mais quand Bonaparte, devenu Empereur, songera à la remplacer, moitié par lassitude, moitié par intérêt dynastique, alors elle l'aimera follement. C'est l'éternelle histoire ! La température des amoureux n'est jamais égale. Quand l'une monte, l'autre descend. On n'est jamais dans l'unisson.
Le 2 Mars 17796, Bonaparte est nommé Général en chef de l'armée d'Italie. Le 9 Mars, à 10 heures du soir, dans le petit hôtel de la rue Chantereine, en présence de Barras, de Tallien et de deux comparses, il épouse Joséphine de Beauharnais. Il aura, en même temps, la gloire et l'amour!. Le notaire Raguideau, conseil de Mme de Beauharnais, a cherché a dissuader d'épouser un Général sans fortune qui n'avait que la cape et l'épée.
Napoléon vengera Bonaparte de ce conseil maladroit. Aprés la cérémonie du sacre à Notre-Dame, il interpellera le malheureux tabellion tout confus et lui demandera si Joséphine a eu tort d'épouser un homme qui n'avait que la cape et l'épée.
Les effusions conjugales sont de courte durée, le 26 Mars 1796, Bonaparte arrive à Nice et prend possession de son commandement. Il a vingt-sept ans. Il est Général en chef ! quelle armée commande-t-il ? on lui avait promis soixante mille hommes. Il en a à peine quarante cinq mille. Le matériel est insuffisant, l'équipement lamentable. Les soldats n'ont pas de fusils, pas de souliers, des uniformes en lambeaux...mais ce sont des soldats français..qui sait les commander peut tout leur demander et tout en obtenir! harassés, fourbus, malades, fievreux, ils courront à la bataille. Ils marcheront à pas de géant ! Bonaparte leur a dit que c'est avec ses jambes que le soldat remporte la victoire! Ah ! les admirables soldats, dignes ancêtres des héros de la Marne qui, à la voix de Joffre, de Foch et de Pétain, trouvaient des forces surnaturelles pour défendre la patrie en danger. Si les hommes sont admirables, le jeune Général est merveilleux. Dès son arrivée, il a pris possession du coeur de ses soldats.

Je pourrais bien sur poursuivre....cette copie...mais le thème était les Amours de Napoléon.....L'auteur quitte Joséphine...pour les braves soldats. Dans un autre ouvrage il revient sur Joséphine....L'affaire du Divorce Impérial.......à suivre.

Amicalement.............Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les amours de Napoléon...   Ven 5 Jan - 15:41

Poursuivez, mon Cher Jean-Baptiste, même si vous devez changer d'ouvrage ! Wink

Nous ne nous lasserons jamais de lire et de relire tous ces moments touchant la vie de Napoléon, qu'elle soit privée, politique ou militaire.

Merci à vous.





salut
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les Amours de Napoléon.........   Ven 5 Jan - 15:56

Bonjour chère Joséphine.......

Avec plaisir......je ne changerais pas le sujet au début du message....aprés tout amour de ses femmes.....amour de ses braves soldats....!!!! cela me permet aussi de relire ces vieux ouvrages....retrouvés au fond d'une bibliothèque.....

Je précise que cet auteur Henri-Robert ....était l'ami de Frédéric Masson (1847-1923)......voyez ses oeuvres....

http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=497

Bien à vous......Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les Amours de Napoléon......   Sam 6 Jan - 16:23

Suite des précédentes pages écrites par Henri-Robert

Il a pris possession du coeur de ses soldats. Il leur a dit : Soldats! Vous êtes nus, mal nourris...je veux vous conduire dans les plus fertiles plaines du monde. De riches provinces, de grandes villes seront en votre pouvoir, vous y trouverez bonheur, gloire et richesse. Soldats d'Italie, manqueriez-vous de courage ou de constance ?.... Quel orateur ! il sait trouver les mots qui portent, les formules brèves et définitives, la phrase qui pénétre dans le cerveau ou le coeur et qui reste gravés en caratères ineffaçables.
Les soldats répondent à l'appel de leur chef. Il ne manquent ni de courage ni de constance, et des noms sonnent comme des fanfares de gloire ! Montenotte, Millesimo, Mondovi ! Le pont de Lodi est enlevé à la baïonnette et Bonaparte marche, court, vole à la tête de ses grenadiers qui, dans leur enthousiasme, lui décernent le grade de caporal ! Le Petit Caporal !
Le merveilleux homme de guerre ! il vit avec ses soldats, il se promène, un peu courbé, les mains derrière le dos, en chantonnant d'une voix fausse, il est penché sur ses cartes, un rictus tord sa bouche et, d'un mouvement involontaire, il relève l'epaule gauche. Les officiers l'entourent et gardent le silence pour ne pas troubler la méditation du chef qui va créer la manoeuvre géniale d'où sortira la victoire.

La Lombardie est conquise. Les troupent françaises font leur entrée dans Milan le 5 Mai 1796, et Bonaparte s'adresse à ses "frères d'armes", leur dit.....Soldats ! vous vous êtes précipités comme un torrent du haut de l'Apennin. Vous avez culbuté, dispersé, éparpillé tout ce qui s'opposait à votre marche....Que les peuples soient sans inquiétude. Nous sommes amis de tout les peuples, et plus particulièrement des descendants des Brutus, des Scipion et des grands hommes que nous avons pris pour modèles. Rétablir le Capitole, y placer avec honneur, les statues des héros qui se rendirent célèbres, réveiller le peuple romain engourdi par plusieurs siècles d'esclavage, tel sera le fruit de nos victoires. Vous aurez la gloire immortelle de changer la face de la plus belle partie de l'Europe.

Le peuple français, libre, respecté du monde entier, donnera à l'Europe une paix glorieuse...vous rentrerez dans vos foyer et vos concitoyens diront en vous montrant....Il était de l'armée d'Italie !.....

La conquête du Milanais est suivie d'une ère de plaisirs. Les jolies Milanaises ne sont point cruelles pour les vainqueurs.
Une princesse essaie de séduire le jeune Général, il est insensible à ses provocations, elle doit se contenter de Berthier. Bonaparte n'a pas le temps de songer à l'amour, l'ambition est maîtresse de son coeur.........

à suivre.......

Bonne lecture...............Jean-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les Amours de Napoléon.......   Lun 8 Jan - 22:57

Suite....des merveilleuses pages de notre Académicien.

L'Autriche ne s'avoue pas vaincue. Pour décider la victoire à changer de camp, elle change ses généraux. Le vieux Beaulieu, âgé de soixante-seize ans, est remplacé par Wurmser. En cinq jours, Bonaparte le culbute. Le 5 Août 1796 à Castiglione, l'armée autrichienne est écrasée et s'enfuit vers le Tirol. Les Français la suive de près. Pendant qu'il se bat, Bonaparte trouve le temps d'organiser l'Italie. Le Grand homme de guerre est aussi un grand administrateur. Il ne suffit pas de conquérir, il faut aussi organiser la conquête. C'est ainsi que doivent agir les grands capitaines.
L'Autriche a un nouveau soubresaut et le fel-maréchal Alvinzi, qui commande la nouvelle armée ennemie, réussit à mettre en péril les forces françaises d'importance moindre. Nos soldat, malgré leur bravoure, doivent reculer..Le général en chef les rappelle durement à leur devoir :
"Soldats ! Vous avez montré ni discipline, ni constance, ni bravoure...vous vous êtes abandonnés à une terreur panique....Soldats de la trente-neuvième et de la quatre-vingt-cinquième, vous n'êtes pas des soldats français....Général, chef d'Etat-Major, faites écrire sur le drapeau..."Ils ne sont pas de l'Armée d'Italie !".

Bonaparte peut être tranquille ! Les grenadiers ne reculeront plus ! comme les soldats de 1914, ils se feront tuer sur place plutôt que de céder un pouce de terrain !.
Et c'est Arcole et le pont de bois de l'Alpone ! un passage étroit et sans garde-fou ! le pont n'est pas long, mais il fait chaud, dira l'un des combattants. Il faut passer ....impossible ! le pont est balayé par la mitraille. Tous ceux qui s'y hasardent sont tués ou blessés. Bonaparte arrive. Il veut renouveler son exploit du pont de Lodi. Il s'empare d'un drapeau et s'élance....Il est enveloppé dans un cercle de fer et de feu....Jeté dans le marais, on le sauve à grand peine. Les soldats sont électrisés par la bravoure de leur général...La lutte continue et, le lendemain, le pont est franchi....C'est encore une victoire.

Le 14 Janvier 1797, l'armée autrichienne est écrasée à Rivoli.
Le pape, qui était d'abord venu à Bonaparte, a cru habile de se joindre ensuite à l'Autriche. Il a joué la mauvaise carte. Bonaparte envoie Victor et Lannes pour rappeler le Saint Père à l'exécution de ses premiers engagements....

à suivre............Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: les Amours de Napoléon.......   Mer 10 Jan - 12:12

Encore quelques lignes de (Henri Robert...1863-1936).

Nos troupes rencontrent, sur les rives du Servio, une armée étrange, composée de moines et de paysans armés de crucifix, commandée par un cardinal : une armée rouge ! En une heure, l'affaire est réglée. Les troupes papales s'évaporent au premier coup de canon. Le traité de Tolentino nous assure trente millions, des objets d'art, de précieux manuscrits, consacre l'abandon des droits du saint siège sur Avignon et le Comtat Venaissin, nous donne enfin Bologne, Ferrare, Ancône et la Romagne.
L'empereur d'Autriche ne s'avoue pas encore vaincu. Suprême ressource, il lève une nouvelle armée dont il donne le commandement à l'Archiduc Charles. Mais les troupes sont médiocres et l'Archiduc pourra dire :...jusqu'ici il y avait une armée sans généraux, il y a maintenant un général sans armée !
L'archiduc Charles n'est pas plus heureux que Wurmser et Alvinzi. Sur la Piave,....rivière historique...il subit un cruel désastre...Bonaparte arrive sur les hauteurs du Semmering, d'où il peut apercevoir Vienne.....L'autriche demande grâce....Les préliminaire de paix de Léoben signés le 18 Avril 1797, épargnent à Vienne l'arrivée des français victorieux, et le traité de Campo-Formio, signé le 17 Octobre 1797, nous donne une paix précaire avec l'Autriche.

En attendant la signature du trraité de paix, les plénipotentiaires ennemis discutent, ergotent et biaisent, oblige Bonaparte à menacer le ministre autrichien Coblenz de "Briser la monarchie de Vienne comme il brise une potiche de porcelaine"...et il joint le geste à la parole.

Pour se reposer de ses fatigues, le général en chef s'installe au château de Monbello, prés de Milan, dans une situation admirable.
Là il s'exerce à mener la vie de cour, entouré de sa famille, des rois, princes ou ministres étrangers et d'une armée de généraux. Les courtisans sont admis à le regarder manger.

Avant de se rendre au congrès de Rastadt, il résume, dans un ordre du jour adressé à ses soldats, les exploits de l'armée d'Italie :
.....150.000 prisonniers, 170 drapeaux, 17.000 chevaux, 550 pièces de siège, 600 pièces de campagne, 67 combats et 18 batailles rangées, 9 vaisseaux de 64 canons, 12 frégates de 32, 12 corvettes et 18 galères. Nos musées remplis de chefs-d'oeuvre de Michel-Ange, du Titien, de Véronèse, de Raphaêl et de Léonard de Vinci.......
Sans compter les conquêtes territoriales, et elles étaient importantes.

L'arrivée de Bonaparte à Rastadt hâte les travaux du congrés qui languissaient. Sa présence stimule l'ardeur et le zèle des plénipotentiaires. D'un mot ou même d'un regard, il supprime toutes les velléités de résistance.
Le 5 décembre, il est à Paris. Quel enthousiasme ! tout le monde veut le voir de héros de l'armée d'Italie. On se presse dans l'hôtel de la rue Chantereine, qui, pour lui faire honneur, devient la rue...de la victoire...La curiosité est universelle, les ovations interminables ; le Directoire, qui le déteste et le jalouse, doit le recevoir au palais du Luxembourg. Quand il arrive, tout le monde se lève et se découvre, même les directeurs qui le couvrent de baisers....Sous leurs lèvres, il sent leurs dents prêtes à mordre.

Jean-Baptiste................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les amours de Napoléon...   Mer 10 Jan - 18:10

Merci encore mon Cher Jean-Baptiste pour ces récits captivants ..

Sur la conclusion de votre dernière intervention, j'ajouterai ceci, ne faisant que renforcer vos propos :

Si l'on a coutume de déclarer, à juste titre, que Bonaparte doit beaucoup à la Révolution, nous pouvons affirmer, à contrario, qu'aux Directeurs, il ne devait absolument rien.
Et encore moins un quelconque respect ou reconnaissance !

Ces hommes l'avaient en effet traité en "quantité négligeable", avant de l'accueillir tel un véritable Messie ...

Profitant honteusement des circonstances, ils s'étaient tout d'abord accrochés à lui comme à une planche de salut sur un océan déchaîné ..

Puis, une fois à l'abri de tout danger potentiel, ils l'avaient purement et simplement envoyé au diable, persuadé qu'Il ne reviendrait jamais ...

Ils agissaient ainsi, au gré de leurs ambitions ou de leurs terreurs.
Pour parer leurs faiblesses, ils échafaudaient des coups de force, trop fourbes et lâches pour passer franchement à l'acte devant tel ou tel évènement...

Mon Cher Jean-Baptiste, pardonnez-moi pour cet apparté qui nous éloigne de votre sujet de départ, mais puisque vous évoquiez le Directoire, je me suis permis cette petite parenthèse. Wink


Bien cordialement,






salut





salut
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les Amours de Napoléon.....   Mer 10 Jan - 19:10

......Tout fait d'accord avec vous ma chère Joséphine....c'est vrai aussi que nous éloignons des amours de l'Empereur.....

...... Nous aimerions tant pouvoir poursuivre cette discussion avec l'auteur...Henri - Robert.

Bien cordialement.........Jean-Baptiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les amours de Napoléon...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les amours de Napoléon...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amours de Napoléon...
» Les alliés de Napoléon
» La vie des ouvriers d'usine sous Napoléon III
» NOUVEAU : Napoléon, le faux pas espagnol
» Napoléon, défenseur immolé de la paix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: