Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journal Dernière Heure 19.01.07 articles travaux de Waterloo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le gendarme

avatar

Nombre de messages : 388
Localisation : Département de la Dyle
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Journal Dernière Heure 19.01.07 articles travaux de Waterloo   Ven 19 Jan - 23:03

Journal Dernière Heure 19.01.07 articles travaux de Waterloo
Date: 19/01/2007
Section: REGION
Sous Section: WAVRE

Aux armes, citoyens !

Vos réactions sur l'arrêt du Conseil d'État sur le projet de Mémorial au pied de la Butte du Lion

WATERLOO Le sujet vous passionne visiblement. Mais nous avons dû couper certaines réactions beaucoup trop longues. En espérant avoir respecté votre substantifique pensée.

Philippe de Villelongue, président de l'Association franco-européenne de Waterloo : "Dès le début, nous avons fait remarquer que le projet ne semblait pas respecter la loi de protection du site votée le 26 mars 1914 par le Parlement belge. Par ailleurs, nous relevions l'absence totale d'étude d'impact environnemental. Étude qui serait pourtant indispensable pour déterminer l'impact sur le milieu naturel, sur le trafic routier, sur la conservation du terrain permettant de comprendre les opérations militaires (contre-pente anglaise, chemin creux). Le site, tel qu'il est proposé de l'aménager, risque d'être clos, et ne pourrait être accessible que moyennant paiement. Nous sommes amenés à nous opposer fermement à ce qu'il soit indispensable de payer pour fouler la terre d'un lieu historique, patrimoine de tous. Nous avions aussi estimé particulièrement inutile et coûteuse la démolition de certains établissements qui ont une âme et attestent des efforts qui ont permis au site pendant près d'un siècle de montrer un visage humain et accueillant dans le souvenir des combattants. Il est enfin difficilement acceptable que l'aspect de mise en valeur historique ne ressorte pas dans l'enquête publique alors que notre Association, appuyée par d'autres, était largement intervenue pour la constitution d'un Comité d'experts sur le travail et les avis duquel nous n'avons aucune information. Dans cette situation confuse, loin d'être satisfaisante compte tenu de l'importance de ce lieu de mémoire et du respect qui lui est dû, nous sommes en plein accord avec les positions prises par le Conseil d'Etat et préconisons une remise à plat pour améliorer le projet ainsi que proposé par M. l'Inspecteur général du Patrimoine."

Georges Dewaelheyns, de Villers-la-Ville : "En voyant le plan du projet, je ne vois toujours pas la raison de faire une route de contournement qui abîme le site et ne fait qu'ajouter une route complémentaire dans le coin. Ma proposition est de condamner la route traversant le site au trafic routier sauf véhicules de service (subsisterait une petite circulation locale en cul-de-sac à partir de la N5 pour l'hôtel 1815), de détourner le trafic par la N27 et N5 via le rond-point entre ces deux routes, et de faire un grand parking au niveau du pont du RO du côté de la N27 pour les visiteurs. Tout le site serait alors piétonnier et respectueux de l'histoire. Pourquoi nos spécialistes n'ont-ils pas adopté cette possibilité ? Elle est peut-être trop simple, trop écologique, moins coûteuse..."

Willy Deneufbourg, d'Estinnes : "Je considère que le raisonnement de Madame Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten est tout à fait correct et que quelques modifications mineures seraient suffisantes. La plus agréable à mes yeux serait la mise en piétonnier d'une partie de la route du Lion."

David De Breucker, Vilvorde : "En apportant des modifications supplémentaires, et au demeurant très onéreuses, au champ de bataille de Waterloo, je suis persuadé que la Région Wallonne se trompe d'objectif. Essayons à tout prix de rendre à notre illustre plaine l'aspect qu'elle pouvait avoir le 18 juin 1815. L'exemple que j'invite à suivre est celui du Gettysburg National Battlefield Park, site de la célèbre bataille de la guerre de sécession aux USA. Je propose d'étudier sérieusement, pour Waterloo, la faisabilité des aménagements suivants : mise en valeur du monument du Lion en enlevant toutes les constructions attenantes et existantes, excepté le magnifique panorama; construction d'un unique bâtiment Centre du visiteur qui regrouperait l'accueil, une salle de cinéma, un grand musée (présentation des plus belles pièces de collection en provenance des musées Wellington, du Caillou, de l'Armée et de collections privées), une boutique du souvenir et une grande librairie; restauration et modernisation du Panorama avec un véritable son et lumière; aménagement d'un seul grand parking à l'entrée actuelle Ouest de la route du Lion (peu après le pont surplombant le RO); instauration d'un système de navettes pour conduire les visiteurs vers le Hameau; mise en piétonnier des actuelles routes du Lion, rue de la Croix, rue du Dimont (ancien axe de défense principal anglais) avec aménagement - stèles, statues, reconstitutions statiques, haies vives - conforme à l'époque -; reproductions de canons, bornes interactives,... Cette politique d'aménagement pourrait également être appliquée à d'autres emplacements : ferme d'Hougoumont, position de la grande batterie de Napoléon, Belle Alliance,... Élément central, la construction d'un tunnel en dessous du carrefour (route du Lion/N5) permettrait d'enterrer la circulation et de rendre au site son caractère calme. Ou alors restreindre la circulation à 2 x 1 bande, de manière à permettre aux piétons de traverser en toute sécurité la N5 et de joindre ainsi les parties Ouest et Est du champ de bataille."

Michel Delrivière, par courriel : "Je suis un féru d'histoire militaire et je donne tout à fait raison à Madame Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten. J'estime qu'il faut laisser le site dans l'état d'origine et ne surtout pas modifier le relief environnant afin que le déroulement de la bataille reste compréhensible aux générations futures. Je tiens par la présente à apporter mon soutien total à sa démarche."

Yves Moerman, auteur de livres sur le Premier Empire, de Zemst : "Avant toutes choses, n'oublions pas que ce lieu est un gigantesque cimetière et que nous nous devons d'avoir un travail de mémoire pour les générations futures qui visiteront ce champ de bataille mondialement connu. Oui, il faut faire des travaux sur le champ de bataille, mais de grâce ne pas faire tout et n'importe quoi. Aménager le site, oui, mais le garder le plus possible dans son état original de 1815. Alors, oui au Mémorial, mais avec certaines conditions et de lieux. Et pourquoi pas dans les bâtiments existants ? Il ne faut pas non plus abîmer la contre-pente anglaise. Il faut prévoir un accès facile aux commerces du Hameau de Lion et laisser libre passage aux véhicules motorisés dans le site. Ne pénalisons, en effet, pas les touristes, ni les personnes moins valides ou à autonomie réduite. Rien n'empêche cependant de multiplier les casse-vitesse sur la route du Lion. Pourquoi aussi ne pas ouvrir à la circulation automobile le chemin de Maison du Roy, qui va de la chaussée de Charleroi vers la chaussée de Nivelles et l'avenue Alphonse Allard ? Pour désengorger le Hameau du Lion, mais aussi le rond-point du la chaussée de Charleroi et chaussée de Louvain. Enfin, pourquoi, MM. Kubla et Vander Cruysen n'organiseraient-ils pas une grande assemblée entre tous les acteurs européens voire mondiaux du site de Waterloo, riverains compris ? Pourquoi ne pas organiser des groupes de travail ? Plutôt que de ce faire la guerre par des combats juridiques et médiatiques, il est préférable de travailler de concert pour l'amélioration du site historique."

Jacques Boulanger, ancien échevin d'Ohain
: "Mémoire, où es-tu ? En 1989, la Fondation Roi Baudouin créa un concours d'idées. En principe, il y a eu des gagnants. Très peu, très mal payés. Une véritable duperie, tellement le jury prit tout cela à la légère. Le premier reçut à peine ce que chaque participant avait investi. La discussion actuelle devrait commencer par une table ronde où les uns et les autres seraient écoutés et entendus. Il me plairait d'arbitrer pareil débat."

Jean-Marie Bailly, de Liège : "Si le Conseil d'Etat a contré la demande du permis de bâtir de la Région wallonne, c'est que les magistrats ont bien compris l'erreur monumentale que celle-ci allait commettre. L'erreur étant humaine, la Région doit quand même bien comprendre qu'elle se dirigeait vers une mauvaise solution. Une amélioration du site est possible, la conservation étant une priorité de mémoire. En gérant mieux les terrains et les bâtiments existants, on sait réaliser un site attractif aux touristes du monde entier, tout en leur montrant un site concordant à l'Histoire. Les familles séculaires du Hameau du Lion ont dû se plier aux injonctions et déménager. Ils n'avaient pas le choix. Tout cela pour implanter une firme française qui n'a de culturel que le nom. À ce jour, les prix pratiqués par cette société ont doublé. Passer une journée de promenade instructive en famille est quasiment du luxe."

Jean Peraux, par courriel : "Je suis d'accord en grande partie avec l'action de Madame Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten. Ses propositions vont dans le sens d'une protection durable du Champ de bataille et certainement de la topographie du Chemin Creux. Cependant il est utopique de croire qu'un réaménagement léger du site serait suffisant pour rendre attractif cet endroit historique. Le projet d'un Musée moderne avec une scénographie adaptée réveillerait la morne plaine. Affaire à suivre."

Yves Vander Cruysen, président de l'Intercommunale Bataille de Waterloo 1815 : "Je laisserai aux avocats le soin de commenter l'impact qu'aura l'arrêt Waterloo dans le fonctionnement futur du Conseil d'Etat et donc de notre Pays. Car il permet dorénavant à tout un chacun, pour raisons sentimentales ou intellectuelles, de bloquer une décision. Je me contenterai de m'étonner du fait que cette institution importante n'ait pas cru bon consulter plusieurs spécialistes et historiens avant d'affirmer que le projet de revalorisation du champ de bataille allait créer "un préjudice grave difficilement réparable". C'est justement pour contrer ce type d'accusation injuste qu'un comité d'accompagnement scientifique international a été mis sur pied par la Région wallonne. Il a avalisé le projet. Pourtant, il n'a même pas été interrogé par le Conseil d'Etat. Mieux informé, il aurait pu découvrir qu'au cours des siècles, dès le XIXe mais aussi au début du XXe siècle, les mouvements de terres ont été légions. De célèbres historiens les ont d'ailleurs détaillés au début des années 1900. Je ne peux par contre laisser Madame Brassinne se draper dans l'uniforme vertueux de la grande défenderesse du champ de bataille et faire passer les autres comme des gens irrespectueux du Patrimoine et de l'Histoire. Je la mets au défi de me montrer le contreseing gouvernemental pour toutes les constructions érigées par sa famille et ses proches ces nonante dernières années. Même le Bivouac de l'Empereur a été construit au début des années 50. Soit bien après la Loi de préservation du Champ de bataille de 1914. Les Brassinne ont d'ailleurs été jusqu'à développer à cette époque un héliport... modifiant pour ce faire le niveau des terres de la fameuse contre-pente anglaise. Il a fallu que l'intercommunale Bataille de Waterloo 1815 et la Région wallonne rachètent les bâtiments et commerces du hameau pour faire disparaître du paysage un karting, un golf miniature et une plaine de jeux pitoyables, des friteries aussi brinquebalantes que clandestines. En proposant un projet de revalorisation du champ de bataille de Waterloo, l'intention de ses défenseurs était de répondre aux attentes légitimes des touristes venant du monde entier tout en lui rendant son authenticité et en lui redonnant l'allure qu'il avait au début du XIXe siècle. En rasant l'actuel Centre du visiteur, on permettait aussi aux visiteurs de mieux percevoir le champ de bataille et la butte, aujourd'hui cachés par des bâtiments n'ayant aucun intérêt architectural ou historique. En déplaçant l'actuelle route du Lion, nous voulions sécuriser le lieu, rendre les actuels parkings à la végétation et profiter d'une dénivellation naturelle de six mètres pour réduire l'impact paysager des nouvelles voiries et zones de parcage. Est-ce cela dénaturer le site ? Je peux comprendre qu'une personne ayant vécu longuement dans un site n'apprécie guère de voir celui-ci se développer. Je lui demande néanmoins de ranger de côté ses amertumes ou nostalgies pour prendre la juste mesure de son combat. Pour la première fois de son histoire, le champ de bataille de Waterloo a trouvé les moyens d'être digne de son aura universelle. Son projet est soutenu par toutes les autorités, même par les grandes familles belligérantes. Il est envié dans le monde entier. Les délégations officielles ne cessent de se succéder pour découvrir notre projet. Elles viennent de Gettysburg, Gergovie, Austerlitz, Verdun, Marengo, Washington,... Ne gâchons cette opportunité, qui ne se représentera pas. Mobilisons-nous, tous ensemble, pour offrir à la Wallonie une vitrine internationale dont elle a tant besoin. Et à Waterloo un site revalorisé dont nous pourrions enfin être fiers !"

Recueillis par Jean-Philippe de Vogelaere

Au coeur de vos préoccupations, l'aménagement du Hameau du Lion. Au point que vous proposez une table-ronde réunissant toutes les parties. (DH)


Voir aussi la page de la D.H. édition Brabant Wallon: http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=676433

Et demain, samedi 20 janvier 2007, dans la D.H. (la Dernière Heure) édition nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gendarme

avatar

Nombre de messages : 388
Localisation : Département de la Dyle
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Journal Dernière Heure 20.01.07 articles travaux de Waterloo   Sam 20 Jan - 13:12

Journal Dernière Heure 20.01.07 articles travaux de Waterloo

Date: 20/01/2007
Section: INFORMATIONS GENERALES
Sous Section: SOCIETE

Plus de contournement ?

Dans vos réactions, vous souhaitez une table ronde sur l'avenir du Mémorial de la bataille

WATERLOO Une nouvelle délibération du gouvernement wallon, un projet d'aménagement à reprendre à la base, avec une nouvelle procédure de certificat de patrimoine et, surtout, l'abandon de la route de contournement au nord du Hameau du Lion pour lui substituer celle que l'on pourrait aménager dans le chemin partant de la Maison du Roy jusqu'au Parc de l'Alliance.

Telle est la solution envisagée par le ministre wallon André Antoine pour répondre au Conseil d'Etat qui, saisi par la Brainoise Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten, a fait suspendre le permis pour le Mémorial de la Bataille de Waterloo, prévoyant aussi la démolition du Centre du Visiteur et l'aménagement du Mémorial semi-enterré (DH du 5 janvier).

Le sujet soulève en tout cas vos passions. Suite à notre appel, le moins que l'on puisse écrire, c'est que, de Philippe de Villelongue, président de l'Association franco-européenne de Waterloo, à Yves Moerman, auteur de livres sur le Premier Empire, vous soutenez Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten dans son objectif de garder l'esprit des lieux et que vous demandez à ce que l'on organise "une table ronde pour permettre à toutes les parties de donner leur avis sur l'avenir du Champ de Bataille".

David De Breucker, de Vilvorde, propose aussi de réaliser un tunnel sous le carrefour de la route du Lion et de la N5, "afin que les visiteurs puissent se promener tranquillement d'est en ouest. Ou à tout le moins de réduire le trafic à deux fois une bande. "Jean-Marie Bailly, de Liège, s'affole du coût de 20 millions d'euros du projet : "Tout cela pour implanter une société française qui n'a de culturelle que de nom. Passer une journée de promenade instructive en famille est quasiment du luxe."

Et la valeur des bâtiments existants qu'on veut abattre ? Pour Yves Vander Cruysen, le président de l'Intercommunale Bataille de Waterloo 1815 - qui rappelle que le projet de Mémorial "n'est pas mon projet, mais celui qui résulte d'une large consultation. Car une table ronde a déjà eu lieu !" - nous dit qu'il met Marie-Thérèse Brassinne-Vandergeeten "au défi de montrer le contreseing gouvernemental pour toutes les constructions érigées par sa famille et ses proches au début des années 50."

De quoi faire bondir l'intéressée qui réplique, documents du XIXe siècle à l'appui, que ses anciens bâtiments existaient déjà bien avant 1950. Pour le reste, elle estime que "la proposition de supprimer la route de contournement du Hameau du Lion va dans le bon sens puisqu'elle préservera le coeur même du dispositif anglais de la bataille." Mais elle ne satisfait pas Yves Vander Cruysen : "J'implore le ministre Antoine pour qu'il nous rende visite et comprenne, de visu, qu'aménager une route à partir de la Maison du Roy ne va en rien solutionner l'engorgement du rond-point de Mont-Saint-Jean."

Jean-Philippe de Vogelaere

Le projet de Mémorial de la Bataille de Waterloo pourrait être relancé par une nouvelle délibération du gouvernement wallon et l'abandon de la route de contournement du Hameau du Lion. (flemal)


Aussi sur : http://pdfonline.dhnet.be/index.php?action=thumbpreview&documentId=1457570

Et : http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=677070
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal Dernière Heure 19.01.07 articles travaux de Waterloo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal Dernière Heure:Un mémorial enterré au Lion-30.03.07
» Cette dernière heure est terrible (Message de Jésus à J.N.S.R. le 11 Mai 1998)
» Dernière heure de cours de la semaine : besoin de conseils
» Waterloo travaux article dans le journal La Dernière Heure
» Parabole des ouvriers de la dernière heure. Saint Matthieu, 20, 1-16

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: