Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Canonniers sédentaires de Lille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Les Canonniers sédentaires de Lille   Mar 6 Mar - 20:59

Autre fomation locale : les Canonniers sédentaires de Lille.

En 1483, est instituée, la confrérie Sainte Barbe ancêtre de la compagnie des canonniers bourgeois de Lille. Cette confrérie traversa les époques jusqu'aux bouleversements révolutionnaires

Dès avril 1789 les confrères prennent part au service de garde et de patrouille institué pour tenter d'enrayer les troubles. Au mois d'août une garde bourgeoise est formée, dans laquelle s'intègre la confrérie. Les canons sont mis en dépôt â l'hôtel de ville et les exercices d'entraînement, quelque peu délaissés depuis plusieurs années, sont repris de façon intensive.
L'octroi de drapeaux en avril 1790 semblait indiquer que la garde bourgeoise était formée pour une période durable. Les événements en décideront autrement : la fête de la Fédération des départements, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme, qui se déroule sur l'esplanade de Lille, â laquelle la garde assiste avec ses nouveaux étendards est la dernière
manifestation de la confrérie avant sa dissolution.
En effet, le 13 août 1791, la suppression de toutes les corporations armées encore subsistantes est décidée : le 29 août, les confrères s'inclinent devant la loi.
Leurs biens sont immédiatement mis sous séquestre par la municipalité. C'est donc la fin de la confrérie de Sainte Barbe mais ce n'est pas la fin de l'artillerie lilloise. Les membres de l'ancienne formation se regroupent immédiatement sous forme de compagnies d'artilleurs intégrés dans la garde nationale, ainsi que l'autorisait la loi du 14 octobre 1791 réorganisant cette garde. Ils porteront désormais la dénomination un peu longue mais bien dans le goût de l'époque de «canonniers de la garde nationale sédentaire citoyenne de la ville de Lille» et formeront deux compagnies comportant chacune trois officiers, cinq sous-officiers, cinq caporaux, huit artificiers et sapeurs, quatre-vingt-neuf canonniers.
Les canonniers continuent un service particulièrement actif, partagé entre les patrouilles de maintien d'ordre et les exercices d'artillerie.
Aussi, ne sont-ils nullement pris au dépourvu lorsque l'archiduc Albert de Saxe-Teschen vint mettre le siège devant Lille, en 1792, a la tête de 13000 Autrichiens. Ce siège fut pour l'essentiel un combat d'artillerie, l'archiduc Albert ayant tenté d'incendier la ville grâce au tir des 50 canons de siège et des 12 mortiers récupérés dans les arsenaux des Pays-Bas belges.
La garnison française, 10000 hommes environ, fit face avec un courage, d'autant plus méritoire que tout le monde connaissait les récentes capitulations de Verdun et de Longwy. Les artilleurs lillois font l'essentiel du service d'artillerie : ils ne disposent pour les aider que des 132 hommes de deux compagnies du 3e d'artillerie.
C'est au cours de ce siège que s'illustrèrent les deux commandants des compagnies lilloises: Charlemagne Ovigneur et Louis Nicquet. Le 8 octobre 1792, les Autrichiens à bout de munitions et ne pouvant enlever la ville de vive force lèvent le siège et battent en retraite en abandonnant une partie de leur matériel. Ils laissent également une ville sévèrement abîmée avec plus de 400 maisons complètement détruites dans le quartier populaire de Saint-Sauveur.
Aussi, la convention nationale prit-elle, le 12 octobre 1792, le décret proclamant que «Lille et ses habitants avaient bien méritées de la Patrie»
1797 : La compagnie des Canonniers est intégrée dans le premier bataillon de la seconde demi-brigade de la Garde Nationale, dite de l’Égalité

Quand le citoyen Premier consul vint visiter Lille en 1803, au cours d'une tournée d'inspection dans le Nord de la France, il se fit rendre compte des circonstances détaillées du siège de 1792 et après avoir visité les bastions où les canonniers lillois avaient installé leurs pièces.
Le 13 fructidor AN XI (31 août 1803) Le premier Consul prend le décret reconstituant cette formation et octroie à cette unité le couvent des
Urbanistes.
Saint-Cloud, 31 août 1803 :
ARRÊTÉ
- ARTICLE 1. - Les canonniers sédentaires de la ville de Lille, institués depuis le 2 mars 1483, seront de nouveau organisés
- ARTICLE. 2. - Ils porteront un uniforme de canonniers et s'exerceront aux manoeuvres. A cet effet, il leur sera donné une maison nationale, pour
leur tenir lieu de celle qui a été vendue.

- ARTICLE. 3. - Il leur sera fait présent de deux pièces de 4, sur lesquelles seront gravés ces mots, Le Premier Consul aux canonniers de Lille,
avec la date du 29 septembre 1792, afin de conserver la mémoiredu siège de Lille.

- ARTICLE. 4. - Les ministres de la guerre et des finances sont chargés de l'exécution du présent arrêté.
Les dispositions de ce décret ne furent que partiellement exécutées : les canonniers lillois ne purent jamais obtenir les deux canons portant les inscriptions gravées mais conservèrent à la place deux pièces de 4 du système Gribeauval.
Ces deux canons, intacts, avec tous leurs accessoires et agrès font toujours l'orgueil du musée des Canonniers.
Il restait à arrêter différentes dispositions pratiques qui se concrétisèrent
en un règlement, daté du 10 pluviôse AN XII (2 février1804), signé par le conseil d'administration des Canonniers dela Garde Nationale de Lille et approuvé par l'autoritésupérieure le 27 avril suivant.
Cette pièce indique, donc, que l'existence des Canonniers Sédentaires ne sera effective que dans le courant de l'année 1804.

Ce bataillon fut mis sur pied, équipé d'uniformes à la coupe de l'artillerie de la ligne :
Fond bleu foncé et revers de même couleur, avec collet et parement rouge;
Patte bleue foncée, liseré rouge au revers et aux pattes;
Grenade bleue sur retroussis rouges;
Chapeau porté en "bataille" avec cocarde tricolore et pompon rouge.
En 1806 le chapeau est remplacé par le shako avec plaque de cuivre jaune.
A la tête fut d'abord élu le commandant Burette-Martel auquel devait succéder en 1808 le commandant Brame, ancien aide de camp du maréchal Augereau.
Les deux compagnies furent successivement appelées à se rendre à l'île de Walcheren où elles prirent position dans une région insalubre pour participer à lar ésistance face à une menace de débarquement anglais. Trois officiers et vingt-quatre canonniers périrent au cours de cette expédition dite de Flessingue.
Les canonniers participent à la garde d'honneur au cours de la visite à Lille de l'empereur Napoléon 1er. Le capitaine Ovigneur fut décoré de la Légion d'honneur par l'Empereur lui-même pendant son séjour.
De nouvelles armoiries ayant été octroyées à la ville de Lille par décret impérial, un étendard fut acquis auprès de la maison Chailliot et remis au corps le 8 décembre 1812. Cet étendard, toujours conservé au musée, comporte en son centre les nouvelles armes de la ville. Bien entendu celles-ci seront abandonnées avec la chute du Premier Empire, les circonstances malheureuses accompagnant cet événement conduisant
l'autorité militaire à mobiliser les canonniers, auxquels une troisième compagnie sera temporairement adjointe afin de mieux mettre en défense les remparts.

Le bataillon des canonniers de Lille existe toujours. Son étendard est conservé dans la salle d'honneur de l'hôtel des canonniers, où se réunit le conseil d'administration du bataillon. Dans ce même hôtel sont regroupées les intéressantes collections du musée militaire entretenues par un conservateur assisté par l'association des Amis du Musée des Canonniers.

Souces : Musée de canonniers, A.M.L, A.D.N.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Drapeau   Mar 6 Mar - 21:29

Un décret du 6 juin 1811
attribua à la Ville le blasonnement : "coupé d'azur et de gueules, l'azur au drapeau en barre d'argent orlé d'or, de gueules à la ville fortifiée et bombardée, le tout d'argent. Le chef cousu des bonnes villes de l'empire qui est De gueules à trois abeilles d'or". C'est le blason qui figure sur le drapeau des Canonniers Sédentaires.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Le Commandant Brame   Mar 6 Mar - 22:16

Toile visible au musée des Canonniers Sédentaires de Lille: le Commandant Brame vers 1812


Malheuresement cette toile est actuellement très abimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Davin



Nombre de messages : 1566
Age : 58
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Les Canonniers sédentaires de Lille   Mar 6 Mar - 22:54

Merci Michel pour l' historique de ce corps très particulier qui à ma connaissance n' a pas d' équivalent sous l' Empire pour une autre ville. cheers
Cordialement ,
Didier Davin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: 1809 Expédition de Walcheren   Mer 7 Mar - 17:06

En avril 1809, le gouvernement anglais prépare une expédition qui doit servir de diversion et qui était en fait dirigée contre les établissements maritimes d’Anvers et de l’Escaut.
L’expédition, composée de 36 vaisseaux de ligne, 16 frégates, 42 sloops et quantité de plus petits navires, et 45.000 hommes, met à la voile le 24 juillet et paraît le 29 devant l’embouchure de l’Escaut.
Une division de la flotte anglaise est détachée devant l’île de Cadzand, afin d’y effectuer un débarquement mais, intimidée par les démonstrations que le général Rousseau fait effectuer par les faibles troupes dont il dispose, elle n’ose pas y procéder. De l’autre côté, l'autre partie débarque le 30 juillet sur l’île de Walcheren et met le siège devant Flessingue.
L’amiral Missiessy retire alors la flotte française vers Anvers.
La garnison de Flessingue livre des combats de retardement sous la conduite du général Osten.
Le 13 août, les Anglais, qui ont terminé l’investissement de la place, commencent le bombardement de la ville, qui se poursuit durant deux jours, détruisant plus de la moitié des habitations et des édifices, endommageant les autres, et tuant ou blessant une grande partie de la garnison et de la population.
Le 15 août, le général Monnet capitule. La garnison obtient les honneurs de la guerre, mais est conduite prisonnière en Angleterre. Pendant ce temps, le roi de Hollande Louis Bonaparte est arrivé à Anvers, et il prend le commandement en chef des troupes françaises et hollandaises qui accourent de tous points ; mais l’arrivée du maréchal Bernadotte provoque le départ du roi, qui confie le commandement des troupes hollandaises au maréchal Dumonceau, et retourne à Amsterdam en emmenant sa garde avec lui,
Le ministre de la police, Fouché (chargé par intérim de l’Intérieur), procède à une levée intensive des gardes nationales des départements du Nord, les Canonniers Sédentaires de Lille sont de la partie.
Cette décision du Ministre, lui vaudra d’abord l’assentiment de Napoléon, puis son courroux, et enfin la disgrâce.
Les troupes anglaises, bloquées dans les marais insalubres de la Zélande, sont décimées par les fièvres ; dès le 22 août, elles comptent 1.560 malades, chiffre qui monte à 10.948 le 8 septembre.
Le 25 décembre, les Anglais évacuent Flessingue et l’île de Walcheren, après avoir détruit le port et les fortifications de Flessingue. Ils auront perdu plus de 5.000 hommes dans les combats et 9.000 par la fièvre des polders.
Au cours de cette expédition dans les polders hollandais, trois officiers des Canonniers et vingt-quatre Canonniers trouvent la mort. Nombre de ceux qui retrouvent leur foyer sont atteints de la fièvre paludéenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
vivelempereur
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 1014
Age : 66
Localisation : villeneuve d'ascq
Date d'inscription : 18/09/2006

MessageSujet: Re: Les Canonniers sédentaires de Lille   Jeu 15 Mar - 23:29

Bravo Michel pour ce réçit si bien documenté.
Je suis fier d'étre presque Lillois.
Nos 2 Gribeauval sont uniques : aucun autre musée ne posséde de piéces complétes à ma connaissance.
Pour l'Empereur

_________________
VIVE L’EMPEREUR
Le premier empire en miniatures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alain.lestienne.free.fr/
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Petite photo   Dim 18 Mar - 14:41

Bonjour,

Une petite photo du bataillon vers 1900 (avec les canons) :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: Fifres   Jeu 5 Avr - 19:15

Une pétition du 20 mai 1811, rédigée d'une belle écriture régulière est adressée par "Les Canonniers Sédentaires de Lille à Messieurs leurs Commandant et Officiers" demandant d'avoir dans leurs rangs, comme la Ligne, des fifres. Ceux-ci seront choisis parmi les fils ou frères des Canonniers.

Le Conseil d'administration des Canonniers lors de sa séance du 25 arrête les articles suivants:

  • Article 1: Deux fifres seront affectés par compagnies, ils seront choisis parmi les parents des Canonniers et agès de 10 à 14 ans au plus.
  • Article 2 : L'engagement de service est de 6 ans........
  • Article 3: L'habillement et l'équipement seront à la charge des contractuels........ L'uniforme (habit-veste) est le même que celui des Canonniers, guêtres noires à boutons de cuivre jusqu'aux genoux et qui seront garnies d'une manchette qui ne dépassera que de 2 lignes, plumet de 12 pouces, épaulettes d'après le modèle déposé, sabre-briquet.
  • Article 4: les contractants recevront du coprs le shako et le fifre.

Le 19 juillet, un traité est passé avec le sieur Clais, chapelier pour la fourniture de 4 shakos avec plaque uniforme, jugulaires, tête de lion en cuivre (?), velours noir au lieu du bord écarlate, visière garnie de cuivre, pompon rouge, cordon de même couleur pour le prix de 18 francs l'un.

Ce seront Messieurs Lestocard, Gourmez, Lefebvre, et Gravelin, fils de Canonniers qui seront retenus. Les fifres choisis seront formés musicalement par le maître de musique de la Garde Nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Michel



Nombre de messages : 877
Age : 69
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

MessageSujet: drapeau   Lun 6 Aoû - 20:18

Le drapeau mis en ligne un peu plus haut est erroné. Comme les post ici ne sont modifiables.

Suivant l'original et le dessin de Rigo j'ai tenté de le refaire en infographie :



Particularités : bien que du type 1804-1812 les triangles rouge et bleu ne sont opposés. la broderie est alternée en feuilles de chêne et de lauriers. Fabriqué par la maison Carbonnelle à Paris, l'étoffe (0,82 m x 0,82m) est brodée par Mme Chaillot, le tout revenant à 1627 franc. Il est remis le 8 décembre 1812.

Il me reste à faire les franges et la hampe. Embarassed

salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lillempire.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Canonniers sédentaires de Lille   Aujourd'hui à 4:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Canonniers sédentaires de Lille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Canonniers sédentaires de Lille
» Evénement: Le Rotary reçoit à Lille le bouddhiste Matthieu Ricard
» Ecoles d'orthoptie LILLE
» douleurs dentaires
» CHRU DE LILLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: LES UNIFORMES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: