Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Esterhazy houzard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Esterhazy houzard   Lun 26 Mar - 21:20

Ayant eu l'honneur de servir six années durant dans un régiment de hussards dont l'étendard portait fièrement dans ses plis : Iena, Eylau, Friedland et Montereau, je me lance dans mon premier article en souhaitant rappeler son origine et son histoire. Je m'appuierai pour celà sur son historique régimentaire officiel en évoquant trois parties : sa création lors de l'ancien régime, puis les campagnes de la révolution enfin l'épopée impériale. Aujourd'hui donc ... L'ancien régime.

Historique du 3° Hussards

Les hussards tirent leur nom du mot hongrois "houz" qui signifie "vingt". Dans le royaume de Hongrie, en effet, dès le moyen âge, chaque village devait fournir au souverain des cavaliers montés, équipés et armés au nombre de un pour vingt hommes valides. D'où le nom de "houzard", devenu par la suite "hussard".
Les premiers houzards de l'armée française étaient des hongrois déserteurs ou transfuges de la cavalerie impériale. Dans les premiers temps, sous le règne de Louis XIII, ils constituaient des troupes irrégulières et, si l'on s'en rapporte aux chroniques de l'époque, assez indisciplinés. Cavaliers rustiques et primitifs, ils battaient l'estrade en avant du front et on les utilisait de préférence dans les actions d'avant-gardes et de surprise, les coups de mains hardis, les embuscades, le harcèlement des cantonnements et les attaques de convois ennemis.
Louis XIV tenta sans grand succès de constituer ses houzards en unités régulières; la discipline n'était pas le fait de ces rudes gaillards, solides au feu certes, mais incapables de se plier aux règles rigides alors en vigueur dans les armées du roi.
Il fallut attendre la régence, puis le règne de Louis XV pour former des régiments de houzards dignes de ce nom grâce à l'enrôlement dans leurs rangs, à côté des hongrois, d'un nombre croissant d'allemands, de rhénans et d'alsaciens.
Il était naturel que l'on confiât le soin de former de tels régiments à des chefs qui, par traditions et atavisme, connaissaient parfaitement toutes ces actions de partisans que l'on désirait faire exécuter par la cavalerie légère. Cette forme de guerre était alors peu connue en France et c'est la raison pour laquelle la plupart des premiers colonels de houzards (appelés aussi Maîstres de Camp) furent choisis parmi les nobles hongrois émigrés en France tels par exemple RATTSKY, BERCHENY et les ESTERHAZY.
Le 3ème Régiment de Hussards est directement issu d'Esterhazy Houzards, deuxième du nom, créé le 10 février 1764 à Phalsbourg. Son premier colonel était le comte Valentin Ladislas Esterhazy, dont le père, Valentin Joseph, émigré hongrois avait formé en 1733, un premier régiment de houzards portant son nom, régiment qui devint par la suite Chamborant, ancêtre de l'actuel 2ème Hussards.
Lorsque fut formé le nouveau régiment d'Esterhazy, il existait déjà trois autres régiments de houzards : Bercheny, Chamborant et Royal Nassau. C'est à l'aide d'un escadron de chacun de ces trois unités que fut constitué Esterhazy Houzards, les effectifs étant complétés par des volontaires alsaciens et allemands.
N'ayant vu le jour qu'après le traité de paris (1763), qui mit fin à la guerre de sept ans, Esterhazy Houzards ne prit donc aucune part aux campagnes de la monarchie, toutes antérieures à sa création. Il n'eut non plus la bonne fortune, comme son cadet Lauzun Houzards, d'aller en Amérique avec le Corps de Rochambeau aider les Etats-Unis à conquérir leur indépendance.
Sous l'ancien régime, la tradition voulait que chaque régiment ait une devise. C'était tantôt la devise du roi : "Nec Pluribus Impar", tantôt une devise choisie par le colonel créateur du corps. Celle d'Esterhazy figure encore en 2007 sur l'insigne du régiment et sur le fanion de son chef de corps : "IL EN VAUT PLUS D'UN"

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Jouineau

avatar

Nombre de messages : 852
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: Esterhazy   Mar 27 Mar - 9:50



slts
AJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.imagesdesoldats.com/
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Mar 27 Mar - 21:36

Suite de l'article, en remerciant André JOUINEAU pour ses superbes illustrations !

Campagnes de la révolution

Le 1er janvier 1791, un décret de l'assemblée nationale supprime les noms des régiments et leur donne un numéro. Le régiment Esterhazy devient 3ème Hussards, il a alors 27 ans d'existence.

Armée du Nord : 1792
Affecté à l'armée du nord du général de BIRON, le 3ème Hussards fit ses premières armes au cours de la difficile retraite de Valenciennes-sur-Mons, les 29 et 30 avril 1792. Il y acquit d'emblée la réputation d'une troupe d'élite et mérita les félicitations du général pour la façon dont il avait assuré l'arrière-garde sous les ordres du lieutenant-colonel de FROISSY de BRISSON, sans se laisser le moins du monde entamer, sauvant ainsi l'Armée d'un désastre certain.
Après plusieurs engagements heureux, le 3ème Hussards se retrouve le 10 août enfermé dans Thionville assiégée. Le commandant de la place ayant demandé des volontaires pour transmettre une lettre à Metz, trois hussards se présentent : DORDELIN, HONEL et BASTOUL. Chacun d'eux reçoit un exemplaire du pli et ils se lancent au galop, chacun dans une direction différente. Entreprise follement téméraire. Dès leur départ, la fusillade crépite de toutes parts. DORDELIN et HONEL sont tués. BASTOUL est grièvement blessé, mais il poursuit sa course. Soudain, un groupe d'autrichiens lui barre la route, baïonnettes croisées. BASTOUL fonce sur l'ennemi sabre haut et, percé de coups, réussit à s'ouvrir un chemin. Il s'échappe, arrive à Metz à demi-mort, remet lui même sa lettre au général et, mission remplie salue puis s'écroule et meurt.
L'héroïque conduite du hussard BASTOUL a longtemps été honorée au Régiment et, avant la seconde guerre mondiale, la cour du quartier de Sarreguemines portait encore son nom.
Cinq jours plus tard, le hussard FÖHR devait renouveler cet exploit, mais plus heureux, il parvint à Metz sans être blessé et rapporta le soir même à Thionville la promesse de renfort du général.
Le 20 septembre 1792, le 3ème hussards sera présent sur le champ de la première bataille de la conscription, à Valmy. Toutefois, son étendard ne verra ses plis ornés de ce nom de victoire qu'en 1989 !!!


Dernière édition par le Mer 28 Mar - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Jouineau

avatar

Nombre de messages : 852
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: le 3e Hussards   Mer 28 Mar - 11:02

Signalons que les hussards de l'article précédent datent de 1845
slts
AJ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.imagesdesoldats.com/
Jérôme C.

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 45
Localisation : Bresse
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Mer 28 Mar - 15:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assosehri.monespace.net/topic/index.html
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Mer 28 Mar - 21:36

Suite...

Armée de Moselle. 1793-1799

Au printemps de l'année 1793, le régiment est affecté à l'avant-garde de l'Armée de Moselle, en Belgique. Dès son arrivée, en mai, un détachement de 150 hussards du 3e met en déroute une colonne austro-hollandaise, faisant un grand nombre de prisonniers et capturant 9 pièces d'artillerie. Le 7 juin, au combat d'Arlon, il confirme sa réputation de troupe d'élite en chargeant le célèbre régiment de chevau-légers de RINSKY avec une telle vigueur que ceux-ci, saisis de panique, s'enfuient épouvantés, laissant entre nos mains un grand nombre de prisonniers et des approvisionnements considérables. Au cours de ce combat, le maréchal des logis FÖHR avait fait un prisonnier et capturé un cheval. Tout à coup, il aperçoit dans la mêlée son capitaine aux prises avec deux chevau-légers. Il abandonne aussitôt son prisonnier et son cheval et dégage le capitaine.
Le 12 septembre, une reconnaissance de seize Hussards et quarante fantassins envoyée sur la route de Thionville à Luxembourg, tombe à l'improviste, près d'Eurange, sur une forte colonne ennemie comptant environ 1500 fantassins et 600 cavaliers et doit battre en retraite. Mais les cavaliers ennemis, débordant la petite troupe, viennent lui couper la route de repli. Les seize Hussards se retrouvent à un contre 40. Appliquant alors la devise du régiment "il en vaut plus d'un", ils s'élancent au galop, le sabre haut, contre les cavaliers qui leur barrent la route. Le choc fut si brutal et si inattendu que cette poignée de braves parvint à percer la muraille ennemie et à rejoindre nos lignes. Trois Hussards seulement manquaient à l'appel.
Ainsi, de jour en jour, s'accroissait la réputation du 3e Hussards et, le 3 octobre 1793, le général DELAUNAY, commandant l'Armée de Moselle, écrivait au ministre de la guerre : "Le 3e régiment de Hussards est au dessus de tout éloge".
Le 23 décembre, à Froeschwiller, l'Armée française hésitait devant les prussiens formidablement retranchés et disposant d'une impressionnante artillerie. Le général HOCHE passe devant le front du 3e Hussards et, montrant les pièces, s'écrie : "Camarades ! à six cents livres les canons prussiens !" Aussitôt les escadrons, commandés alors par le chef d'escadrons LEBRUN de la HOUSSAYE, exécutent plusieurs charges sous un feu d'enfer et s'emparent de 28 pièces de canon, faisant en outre 1500 prisonniers. Les maréchaux des logis KIEFFER et WALDECK, le brigadier CHRISTIAN et le Hussard OSTER qui s'étaient emparés de trois canons reçoivent, outre les six cents livres promises, sabres et mousquetons d'honneur qui tenaient lieu à cette époque de décorations. Le chef d'escadrons de la HOUSSAYE fut cité à l'ordre et HOCHE mentionna dans son rapport le 3e Hussards comme étant un des régiments qui s'étaient le mieux comportés. Le 26 décembre, l'unité participe aux charges brillantes exécutées par la cavalerie contre les autrichiens à Wissenbourg. L'ennemi perdit dans cette bataille 300 tués et blessés, 500 prisonniers, 2 drapeaux et 16 canons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Jeu 29 Mar - 21:33

Suite et fin des campagnes de la révolution.

Armée des Pyrénées Orientales, 1793

Au cours de cette même année 1793, pendant que le 3e Hussards s'illustrait à l'Armée de Moselle, deux escadrons du régiment participaient aux opérations menées contre les espagnols par l'Armée des Pyrénées Orientales. En septembre, aux environs de Perpignan, ils chargent les espagnols et leur prennent 26 pièces d'artillerie, capturant également 2000 prisonniers. Le 17 septembre, au cours d'une attaque de nuit contre un camp ennemi, les Hussards effectuent une charge hardie dans l'obscurité, semant la panique et permettant à l'infanterie française de s'emparer de l'artillerie, des bagages et d'un grand nombre de prisonniers. Le 2 octobre, dans une autre attaque contre les espagnols, ils pénètrent par surprise dans le camp retranché du Boulou, en chassent les occupants et les poursuivent à mort jusque dans les montagnes. Le département des Pyrénées Orientales est alors évacué par les espagnols qui abandonnent entre nos mains quelques 200 canons, tous les caissons, mulets et équipages de montagne. Le 20 octobre, une charge vigoureuses exécutée par les Hussards à Saint Laurent La Monja leur permet la capture de 300 hommes des gardes wallonnes et d'un général.

Armée du Nord. 1794-1799

En mars 1794, le 3e Hussards passe à l'Armée du Nord. Il devait y rester jusqu'à la paix d'Amiens. Il est commandé pendant toute cette période par le brave Lebrun de le Houssaye, promu colonel. Sans cesse sur la brêche, il fut toujours au point le plus exposé. Le 15 juillet, il est à l'extrême avant-garde de l'Armée et arrive devant Malines occupée par les hollandais. Le régiment, entrainé par son ancien colonel de 1793, le chef de brigade de Bouchotte, se jette sur la Dyle, la traverse à la nage sous le feu de l'ennemi, et, ayant pris pied sur la rive, charge, sabre et culbute les hollandais, s'emparant de 5 officiers, 98 soldats et 40 canons.
En juin 1795, au combat de Liège, le 3e Hussards en découverte, s'empare encore de 4 pièces d'artillerie. L'année 1796 se déroule sans incidents notables, l'Armée française se bornant à occuper la Hollande.
Les opérations reprennent au printemps 1797 sous les ordres de Kléber, commandant des Armées du Nord et de Sambre et Meuse. Le 18 avril, à la bataille de Neuwied, le 3e Hussards enveloppe l'arrière-garde ennemie et la contraint à se rendre. Ce même jour, le capitaine Schoeny devait réussir un fait d'armes peu banal : chargé de s'emparer du village de Diersdolfs que défendait un bataillon ennemi retranché derrière une haute barrière, Schoeny entraîne au galop les 80 Hussards placés sous ses ordres et, d'un bond de son cheval, franchit la barrière. Une quinzaine de Hussards seulement parviennent à franchir l'obstacle et à le suivre. Avec cette poignée de braves, Schoeny traverse le bourg en sabrant tout ce qu'il rencontre et fait mettre bas les armes à 500 hommes. Il devait, pour cette action, être cité en termes élogieux et recevoir un sabre d'honneur.
Le 24 avril, le lieutenant Holossy et le lieutenant Réder chargent avec leur escadron un bataillon autrichien, le font prisonnier et s'emparent de deux pièces de canon.
Le régiment fut ensuite engagé dans plusieurs actions de détail et termina la guerre sur le Rhin. le 30 mai 1799, à Schrinheim, il surprend et capture un escadron autrichien. En novembre, à Bruckshall, le capitaine Schoeny se distingue à nouveau dans un combat d'arrière-garde contre les Hussards de Blakenstein. Il en sabre lui-même 7 et ramène 11 prisonniers.
Marcel Dupont écrit dan son beau livre : "Nos vieux houzards" :
"Si pendant toute cette période, le 3e de Hussards figure rarement à des combats importants, par contre, chaque fois qu'il y eut une action périlleuse à exécuter, coup de main, raid hardi, nos hommes étaient là, ardents, l'oeil aux aguets, la poigne ferme, prêts à foncer comme la foudre. A toutes ces qualités, communes aux autres régiments de Hussards, le 3e en joignait une autre, moins brillante à première vue, mais dont le prix est encore plus grand : la discipline. Jamais on ne vit un mouvement de révolte, jamais de protestation, jamais même ces pétitions aux représentants du peuple dont les troupes de cette époque ne manquaient pas de se servir quand elles estimaient avoir à se plaindre de leurs chefs ou de leurs effroyables misères. Et cependant, plus que tout autre, il eut à souffrir des conditions pénibles dans lesquelles les Armées de la République devaient tenir campagne."

Au début de 1800, le 3e Hussards participe à l'occupation de Mayence, puis il resta sur le Rhin jusqu'à la paix d'Amiens (1803). Il vient ensuite tenir garnison à Compiègne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Jouineau

avatar

Nombre de messages : 852
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: 3e Hussards   Ven 30 Mar - 10:36



A noter que l'emblème ci-dessus est l'étendard du 3e Hussards modèle 1880. Pour la période de la révolution nous ne connaisons par l'emblème du 3e Hussards peut être était il orné d'un dragon crachant des flammes sur fond de soie rouge.

Slts
AJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.imagesdesoldats.com/
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Ven 30 Mar - 19:20

L’épopée impériale

Le 3e Hussards passe les années 1801 et 1805 au camp de Montreuil (Pas de Calais), puis à l’Armée des côtes, stationnant successivement au Havre, à Rouen et finalement à Chartres.

Campagne de 1805. Elchingen.
A l’automne 1805, l’Armée impériale qui faisait face à l’Angleterre, abandonne subitement ses cantonnements et gagne le Rhin à marches forcées. Ainsi débutait pour la cavalerie française l’ère des grandes chevauchées à travers l’Europe, où chaque régiment allait se tailler à grands coups de sabre sa part de gloire. Le 3e Hussards allait écrire, de la Prusse-Orientale à l’Espagne, quelques-unes des plus belles pages de son histoire.
En entrant en campagne, en septembre 1805, le 3e Hussards forme avec le 10e Chasseurs, la brigade de cavalerie légère du 6ème Corps du Maréchal Ney. La brigade est commandée par un jeune colonel qui devait très vite s’affirmer comme un de nos plus brillants cavaliers d’avant-garde : Auguste de Colbert. Le régiment est placé sous les ordres du major Domont, remarquable officier, futur divisionnaire dans la cavalerie de la grande Armée.
Au passage du Rhin, le 26 septembre, un Hussard du 3e sauve la vie de son capitaine, qui l’avait cassé de son grade de Maréchal des logis quelques jours auparavant. L’Empereur, informé de cet acte généreux, se fait présenter le Hussard. « Sire, lui dit celui-ci, je n’ai fait que mon devoir ; mon capitaine m’avait cassé pour quelques fautes de discipline, mais il sait que je suis un bon soldat ». Napoléon lui rendit ses galons de sous-officier.
Dans la nuit du 6 octobre, l’escadron du capitaine Schoeny enlève un poste avancé près d’Ulm, se porte vers un pont tenu par un bataillon et une pièce de canon, l’attaque par surprise, mettant en fuite le bataillon et s’empare de la pièce. Le 16 octobre 1805, le 6e Corps livrait la bataille d’Elchingen qui allait fournir au 3e Hussards l’occasion de s’illustrer brillamment. La Brigade de Colbert avait dû fournir aux divisions d’infanterie quantité de piquets, patrouilles et détachements et c’est à peine s’il lui restait 200 sabres par régiment.
Dès le début de la journée, Ney fait donner sa cavalerie contre une forte colonne ennemie qui menaçait dangereusement son aile droite. Mais les deux régiments, en tout, moins de 400 hommes, venaient à peine de s’ébranler au trot, qu’un corps de cuirassiers autrichiens surgit sur dans leur propre flanc. Colbert fait immédiatement exécuter à sa brigade un changement de front au galop et se jette sur la masse des cuirassiers avec une telle vigueur, que les colosses bardés de fer lâchent pied et s’enfuient. Colbert rallie ses escadrons et les précipitent sur l’infanterie qu’ils traversent de part en part et prennent ensuite à revers, après avoir exécuté un rapide demi-tour. Le chef d’escadrons Domont est blessé au cours de cette charge qui se solde par la capture de deux bataillons et cinq canons.
Colbert laisse à peine le temps aux chevaux de souffler et se précipite à nouveau contre une colonne de 2000 autrichiens. Malgré la disproportion des forces, l’infanterie ennemie est rapidement rompue, sabrée, débandée : un général, 1800 hommes et 2 drapeaux restent entre nos mains. Le brigadier Pimm et le Hussard Dopplé, qui avaient pris chacun un drapeau, furent cités. Au cours de cette charge, Colbert eu sont cheval tué. Monté sur un cheval de trompette, il rallie ce qui reste de ses escadrons déjà éprouvés par trois engagements successifs et exécute une dernière charge contre un fort parti de Ulhans qui attaquait notre infanterie. Les charges magnifiques de la Brigade Colbert, toujours menées contre des forces très supérieures, furent pour beaucoup dans le succès de la bataille d’Elchingen. Le 3e de Hussards et le 10e de Chasseurs furent cités en terme élogieux dans le rapport du maréchal Ney à l’empereur.
Après la capitulation d’Ulm, la brigade du 6e Corps fut chargée de la poursuite du Corps autrichien du prince de Rohan. Ce fut une longue et dure chevauchée qui se prolongea au-delà des frontières du Tyrol.

Campagne de Prusse 1806. Iéna

Pendant la campagne de Prusse, le 3e Hussards, toujours jumelé avec le 10e Chasseurs, est à l’avant-garde du 6e Corps, placé sous les ordres de Colbert. Le régiment est commandé par le major de Lafferière-L’Evesque.
Au matin du 13 octobre, l’avant-garde de Ney, après une marche forcée de nuit, est au contact de l’Armée prussienne en avant d’Iéna. La mission confiée à Colbert est à la fois simple et périlleuse : réduire au silence l’artillerie prussienne, dont le feu violent interdit le débouché de nos colonnes d’infanterie. Le 10e Chasseurs s’élance le premier, mais à peine a-t-il abordé les positions de l’artillerie qu’il est chargé par trois régiments de cavalerie. Aussitôt, le 3e Hussards se précipite en trombe dans le flanc des escadrons prussiens et saxons et, après une mêlée épique, se rend maître du terrain. Au cours de cette charge, le régiment avait subi des pertes sensibles ; son chef, le major de Lafferrière et le chef d’escadrons Domont sont tous deux blessés. Le nom d’Iéna est inscrit sur l’étendard du 3e Hussards.
Le régiment participe ensuite à l’invasion puis à la capitulation de Magdebourg. Puis il rejoint Berlin où il est passé en revue par l’Empereur qui, le voyant défiler, murmure avec admiration la vieille devise d’Esterhazy : « Il en vaut plus d’un ! ». Napoléon décora de sa main de nombreux officiers, sous-officiers et Hussards du régiment.
Le Corps du Maréchal Ney fit ensuite mouvement sur la Vistule, toujours éclairé par la Brigade Colbert. Le 3e Hussards eut à nouveau l’occasion de se distinguer, notamment le 9 décembre à Gollup, où le chef d’escadrons Schoeny se signala, une fois de plus, en attaquant avec 60 Hussards l’arrière-garde ennemie forte de 400 cavaliers et en les mettant en déroute. Le 31 décembre, le régiment se jette sur l’arrière-garde du Corps prussien Lestocq, faisant 60 prisonniers dont quatre officiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Jouineau

avatar

Nombre de messages : 852
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: le 3e Hussards   Sam 31 Mar - 11:43

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.imagesdesoldats.com/
Corso
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2004
Age : 56
Localisation : Prades le Lez - 34730
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Sam 31 Mar - 23:14

sunny

Merci André

d'illustrer les posts avec vos magnifiques infographies.

Je rappellerai seulement que vous êtes l'auteur de 2 ouvrages consacrés aux Hussards français. (période 1786 à 1815 )
Bravo et merci.

_________________
On me croit sévère, même dur. Tant mieux cela me dispense de l'être. Ma fermeté passe pour de l'insensibilité. A Caulaincourt
Si je monte au Ciel, et que Napoléon n'est pas au Paradis, alors ce ne sera pas le Paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/tirailleurscorses/
Jérôme C.

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 45
Localisation : Bresse
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Lun 9 Avr - 16:54

une sabretache du 3e, la seule connue à ce jour, brodée a été vendue il y a deux ans à Paris.
Elle est un peu différente de celle présentée par André Jouineau puisque les feuillages ne sont aps rouges mais en nuances de verts et brun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assosehri.monespace.net/topic/index.html
André Jouineau

avatar

Nombre de messages : 852
Date d'inscription : 17/09/2006

MessageSujet: Les sabretaches du 3   Lun 9 Avr - 20:59

Celle que j'ai dessné sont tirés de dessins d'illustrateurs à postériori ou bien de Martinet. J'ai effectivement vu la photo de cette sabretache après avoir fait le tome II des hussards je ne l'ai pas mis dans le III car elle ne semble pas correspondre à la fin de l'Empire qui avait adopté des sabretaches en cuir du moins lorsque les hussards en étaient dotés. Outre la forme qui est differente de celle que j'ai dessinée il y a aussi la couleur mais là nous soulevons un sujet bien connu de l'altération des couleurs. Nous avons les couleurs du régiment bien que le gris argentin qui en a que le nom serait plutôt bleu ciel avec une pointe de noire (voir une miniature du musée de l'Armée, les planches du règlement de 1812 de C. vernet). La couleur tranchante serait rouge ou cramoisi toutefois les différences sont infimes sachant que la distinctive de 1812 est rouge et en 1815 (Restauration) cramoisi il y a peut être eu des variantes.
En résumé c'est toujours intérressant de découvrir des objets d'époque car cela permet de voir que quelquesfois on a eu raison d'autres que l'on a pas compris ou bien que cela ne correspond à aucun documents et souvent que l'on s'est planté.
Slts
AJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.imagesdesoldats.com/
Lintrépide



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 26/09/2008

MessageSujet: remerciements   Sam 27 Sep - 19:59

Bonjour,
quel plaisir pour moi que de trouver l'historique de mon régiment (1979-80) à Pforzheim. merci. laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grognard62

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 49
Localisation : Arras
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   Dim 28 Sep - 0:09

Ce fut aussi le mien, mais à IMMENDINGEN, 1er Escadron (1998-2004)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esterhazy houzard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esterhazy houzard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Esterhazy Houzards
» Esterhazy houzard
» 3e de hussards : Esterhazy
» 2ème régiment de Hussards : Chamborand
» Valentin Esterházy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: