Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les défaites militaire à l'époque napoléonienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   Lun 25 Juin - 0:46

Je n'ai jamais dit que vous l'aviez écrit .... Mais si l'on suit votre raisonnement comme celui de Joséphine, je m'interroge sur l'utilité de l'Empereur.... Wink Wink Wink (Bergisel) ...

Mon Cher Bergisel, après vous avoir lu de nouveau sur ce sujet, permettez-moi de vous dire que vous avez mal suivi mon raisonnement ... Rolling Eyes

Comme l'explique nabulio, l'Empereur fut (évidemment) "utile" à maintes reprises au cours de cette bataille, et tant qu'il pût le faire, au gré des évènements ...
Et l'on n'explique pas une défaite en concluant sur la "responsabilité morale" d'un Chef, mais bel et bien par les fautes, les erreurs commises, et les aléas de tous genres survenus ce jour-là, et concourrant en notre défaveur.
Un Chef est toujours responsable de ses subordonnés , si tant est que ceux-ci remplissent correctement les missions qui leur sont imparties, en respectant les ordres donnés ; mais il ne peut, en aucun cas, être tenu responsable de leurs intentions quand ces dernières ne s'inscrivent pas dans la logique du commandement initial.

Maintenant que ce soit le Chef, qui, en premier lieu, en subisse les conséquences, cela est indéniable ; on ne se limite pas à reconnaître l'indiscipline des subordonnés, mais on ne peut les occulter en pareil cas, où, comme l'exprime nabulio, dans une bataille telle que Waterloo, se sont succédés les revers ...

Austerlitz brille et brillera toujours, mais Waterloo me fait tout autant vibrer par l'émotion intense qui se dégage d'une bataille pas comme les autres, la dernière que l'Empereur livra, contre une Europe coalisée, et celle aussi qui nous rappelle à chaque évocation, avec quelle dignité le Grand Homme venait d'accomplir son dernier combat terrestre...




salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   Lun 25 Juin - 14:24

Friedland.... Qu'aurait été Friedland sans la résistance matinale de Lannes et de ses troupes, l'initiative "douteuse" de Sénarmont, le sang froid de Dupont, ... A la base Friedland n'est pas une bataille consciencieusement préparée par Napoléon comme a pu l'être Austerlitz, mais une accumulation d'évènements que Napoléon transforma sur le tard en une fulgurante victoire sur l'armée russe. Mais le sort de cette bataille s'est plus joué entre les mains de ses subordonnés que sur des initiatives impériales à mon sens. (Stéphane) ...

Bonjour Stéphane,

Je me permets de revenir sur ce point que vous évoquez : "Qu'aurait été Friedland sans la résistance matinale de Lannes ..."

La bravoure du Maréchal Lannes n'est bien sûr pas discutable, et son action traduit bien les qualités indéniables de ce grand militaire.
Mais il ne fut pas le seul à s'être distingué ce jour-là, et je pense qu'il est un peu abusif de mettre en balance la victoire de Friedland, par la seule présence de Lannes.

Il y eut, en effet, l'intrépide lieutenant de Napoléon, en la personne de Ney qui, traduisant l'ordre impérial, exécuta avec ardeur une brusque attaque contre l'ennemi qui avait déjà déployé toute son armée, même s'il ne pût dépasser le petit village de Posthenem...
Soult et Mortier, brillèrent également, et, dociles aux ordres de l'Empereur, ils se mirent en marche pour déborder l'ennemi et lui couper la retraite sur Koenigsberg ...

L'ennemi fut contenu ...

Avec Lannes, ces hommes ont su, par la qualité et la précision de leurs actions, se montrer dignes de leur passé et de leur Chef.

Enfin, concernant la préparation de cette bataille de Friedland, je pense, très sincèrement, qu'elle n'a pas, plus que les autres, échappée à une préparation minutieuse de la part de l'Empereur pour qui, l'art militaire exigeait, de prime abord, une étude approfondie tant sur le plan tactique que sur celui stratégique des opérations.
Ce n'était ni dans ses habitudes, ni dans son état d'esprit.

En revanche, ce qu'il ne pouvait assurer à coup sûr, c'était bien évidemment les revirements de situations, lorsqu'au coeur de l'action , ses plans préalablement pensés ne pouvaient voir leur concrétisation sur le terrain, du fait même de l'imprévisibilité de mouvements des armées ennemies.

Et c'est là, précisément, que Napoléon déployait une autre facette de son génie, bouleversant à la rapidité de l'éclair, un plan initial et le mouvement de ses troupes, adaptant le tout aux circonstances nouvelles se présentant à lui et à ses hommes.

Ce qui pourrait alors, en apparence, s'apparenter à un rétablissement de situations "sur le tard", n'est en fait que la faculté de Napoléon à faire face, très rapidement, à une nouvelle situation imprévue, usant d'une perspicacité et d'un bon sens qui n'appartenaient qu'à lui.





salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   Lun 25 Juin - 20:48

Dès que j'ai lu ce post, j'ai immédiatement pensé à la reddition du général Moreau à Soissons le 3 mars 1814. Ouvrant ainsi une porte de sortie inespérée aux troupes de Blücher. C’est incontestablement un acte lourd de conséquence pour l’empire et Napoléon.

Il faudrait que je retrouve deux ou trois textes à ce sujet...

Dans le livre d'Hourtoulle "1814, la campagne de France" (page 74) on peut lire ceci :
"La perte de Soissons a fait effrondrer les habiles actions stratégiques de Napoléon et a marqué le vrai tournant de la campagne. Thiers a assimilé "Soissons à Waterloo"." (Eric) ...

Bonsoir Eric,

Pendant que vous recherchez vos textes, je me permets de vous livrer un passage du récit qu'en a fait le Général Comte de Ségur :

"...Enfin, l'ennemi était rejoint, et obligé de se retourner pour se défendre. Il s'arrêtait : il lui fallait disputer l'Ourcq à son tour ; nous nous en applaudissions ; nous savions que l'Empereur accourait, suivi de 25.000 hommes ; qu'en trois jours, du 27 Février au 2 Mars, il avait franchi par Arcis, Herbisse et Esternay, l'intervalle de Troyes à La Ferté-sur-Marne ; qu'en même temps, Victor et le Duc de Padoue avaient, de Bussières et de Vieux-Maisons, gagné directement Château-Thierry ; et qu'en cet instant, le 3 Mars, atteignant lui-même à toute course Bezu et Rocourt sur la route de Soissons, Napoléon, pendant que Blücher nous tenait tête, le tournait, dépassant la gauche de ce Prussier, en se précipitant sur Micy par Fère, Fismes et Braisnes.

Dès lors, prévenu sur la Vesle et l'Aisne, enfermé entre nous et ces deux rivières, Blücher, dans le désordre de sa fuite, acculé sur l'Aisne et sur Soissons, allait enfin être détruit ou contraint de mettre bas les armes...

Déjà, le vieux feld-maréchal, troublé, cherchait des yeux un passage pour s'échapper ; ses regards, de toutes parts repoussés, étaient forcés de se reporter sur l'Aisne ; mais le pont de Soissons lui était interdit. Quant à ses pontons, ils étaient engravés dans nos traverses : il les appelait vainement à son secours...
Le temps, l'Aisne, Soissons et nos routes défoncées, nous le livraient donc ; il était vaincu d'avance, quoique toujours plus nombreux que nous ; Napoléon était là, et sa présence nous valait une armée ...

Ainsi, la Coalition, mutilée dans l'une de ses armées les plus lestes et dans son chef le plus acharné, allait être frappé mortellement, quand l'un des nôtres, MOREAU, ce funeste commandant de Soissons, la sauva !
Blücher, éperdu et sans refuge, était déjà sous notre main ; Moreau lui livra ce passage ; et, de vaincu et pris qu'il était, avec 50.000 hommes sur la rive gauche de l'Aisne, ce maréchal se retrouva sur l'autre rive, non seulement à couvert de nous, mais à la tête de 110.000 hommes !

Ce fut le 3 Marsd que ce cruel malheur arriva. Nous l'ignorions. Comment supposer que Soissons, dont la première reddition venait de faire livrer deux de nos généraux à des conseils de guerre, reprise, réparée depuis quinze jours, et qu'un nouveau commandant défendait avec une artillerie nombreuse et une garnison d'élite, ne fût pas restée Française !

Le lendemain, 4 Mars, ma brigade, après avoir franchi le dernier repli de l'Ourcq, poussait avec confiance l'arrière-garde ennemie contre les remparts ; nous nous étonnions de ne plus trouver de résistance, lorsque, arrivés en vue de cette ville, un coup de canon en sortit et me couvrit de terre, au moment où mon cheval, en franchissant le fossé, s'abattait sous moi...

A ce coup imprévu, un cri de surprise partit de nos rangs :

"Quoi ! Soissons tirer sur nous ! Soissons ne serait plus à nous ! Soissons serait prise !"

Hélas, il n'était que trop vrai. Déjà, Blücher, sauvé, s'y abritait. Ses remlparts, contre lesquels toutes nos manoeuvres tendaient à l'écraser, étaient devenus son refuge...

Saisis de dépit et de douleur, nous demeurâmes consternés.
Alors commença contre Moreau ce murmure de malédictions que bientôt répéta l'armée entière ...

L'avant-veille au soir, 2 Mars, aux premières attaques par la rive droite, de Bulow et de Woronzow, le canon de Soissons avait victorieusement répondu ; et pourtant, dans la nuit suivante, les sommations insidieuses d'un certain Martens, capitaine prussien, en avaient ébranlé le commandant.
Le malheureux Moreau, l'esprit frappé, dit-on, du sac d'Auxerre, dont il avait été la cause en voulant en vain la défendre, n'avait songé qu'à ne plus renouveler ailleurs un pareil désastre.
Dans l'importance de son poste, il avait donc vu avant tout, le danger du pillage de cette ville, la conservation de quelque artillerie confiée à sa garde, et le salut de sa garnison ... Comme si la citadelle était là pour la garnison, et non la garnison pour la citadelle !
On l'avait laissé libre de sortir avec armes et bagages. Ces concessions eussent dû l'éclairer, mais elles l'aveuglèrent ....

Dans la matinée du 3 Mars, il avait signé notre perte et son déshonneur !

Jusque-là cette faute, quelle qu'en fût l'énormité, avait des exemples ; mais ici, s'ajoute une sorte de fatalité, en se montrant par l'inconcevable obstination de ce général dans l'aveuglement le plus manifeste ...

Voilà comment, le 3 Mars, vers deux heures de l'après-midi, l'heureux Blücher, qui ne savait plus où fuir, avait vu les ponts-levis de Soissons s'abaisser et ses portes s'ouvrir à sa retraite. Aussitôt, appelant tous les siens, il s'était précipité dans ce refuge ...

Le lendemain de ce malheur, le 4 Mars au matin, l'Empereur l'ignorait encore. Dès la veille, 3 Mars, et depuis deux heures après minuit, il avait, de La Ferté-sur-Fismes, par Château-Thierry, Bezu et Rocourt, entraîné, au pas de course, toutes ses colonnes.
Pendant qu'il se hâtait sur une route solide, le trouble, la précipitation de Blücher fuyant à travers champs, le désordre de ses Corps, une foule de traîneurs égarés et d'équipages embourbés, tombant entre nos mains, avaient persuadé Napoléon qu'il allait enfin porter aux alliés un coup décisif ...

Agité de cet espoir, dans la soirée du 4, il avait atteint Fismes... lorsqu'à peine avoir mis pied à terre, un officier de Marmont arriva.
Alors retentit dans le quartier impérial, la fatale nouvelle !

A ce coup de foudre, tout s'y transforma : l'ardeur en indignation, le bonheur en anxiété ! Dans ces moments extrêmes, où de chaque heure pouvaient dépendre de si grandes destinées, six journées enières de fatigue excessive étaient perdues ...

A cette funeste nouvelle, Napoléon s'exprima ainsi :

"Je tenais ce fou de Blucher dans les replis de l'Aisne ! Et voilà qu'on lui ouvre Soissons ; qu'on lui en livre le pont même sans le rompre ! La mort de Rusca a dérangé tous mes plans. C'est ce malheureux Moreau qui nous perd. Ce nom-là est devenu fatal à la France !" ...




salut
Revenir en haut Aller en bas
camille

avatar

Nombre de messages : 17
Localisation : Yerres - Essonne
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   Jeu 23 Aoû - 19:53

Bonsoir,

Je tenais à porter à la connaissance des membres du forum que l'auteur des questions " posées " par Davout était Sibuet, un ami vendéen.

http://forum.napoleon1er.org/viewtopic.php?t=14926&start=0

Au plaisir de vous lire,

Vive l'Empereur !

Camille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davout

avatar

Nombre de messages : 144
Age : 39
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   Sam 25 Aoû - 21:41

Bonsoir,

C'est vrai, mais la raison de cela n'est pas mon égoïsme mais j'ai trouvé ses questions tellement intérressante et étant moi-même incapable d'y répondre j'ai voulu vous les poser.

Je m'en escuse auprès des personnes concernés ET au membres du forums... Embarassed Embarassed Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les défaites militaire à l'époque napoléonienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les défaites militaire à l'époque napoléonienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Les défaites militaire à l'époque napoléonienne
» Annuaire des associations de reconstitution historique
» gourde napoleon???
» Un très vieux 90mm
» Papier d'époque napoléonienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: