Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'enfer espagnol ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'enfer espagnol ...   Sam 18 Aoû - 16:21

Bonjour,

Nous connaissons tous cette terrible page d'Histoire, et mon but n'est pas ici de venir vous la conter à nouveau.

Toutefois, je me plais à en évoquer certaines facettes, tant la présence de l'Empereur, à un moment donné, dans la péninsule ibérique, suffit une fois de plus à redresser provisoirement la situation bien compromise de son Armée ...
A contrario, son absence obligée engendrera un renversement total de situation, devenant confuse, puis, irrémédiablement perdue ...

Les Espagnols battus à Somosierra et Madrid ayant capitulé, l'Empereur se décida à redonner sa confiance à son frère Joseph, lui confiant de nouveau le trône.

La situation la plus critique était alors générée par la présence de troupes anglaises venues du Portugal en Espagne, pendant que d'autres troupes avaient débarqué en Corogne pour faire la jonction avec leurs compatriotes et marcher ensuite sur Madrid...

C'est alors que Napoléon s'élança à leur poursuite, accompagné de Soult et de Bessières, dans le but de les prendre au piège.
Ces troupes ennemies réussirent finalement à y échapper, non sans difficultés, mais fatiguées, se virent obligées de retraiter, laissant augurer d'une capitulation quasi certaine ...

Sur ces entrefaites, voilà quel'Empereur apprend par un courrier venu de France des nouvelles fort préoccupantes, voire inquiétantes ...

En effet, profitant de son absence, l'Autriche est occupée à réarmer intensivement, sans objections du Tzar qui semble bien faire l'impasse sur ses engagements d'Erfurt, tandis que les deux "inconciliables" que sont Talleyrand et Fouché, trouvent soudainement à ce sujet un terrain d'entente assez insolite, ce qui, au passage, ne manque pas d'intéresser le Chancelier de Metternich lui-même !

Sentant sourdre le complot, Napoléon fait volte-face pour regagner illico la France, après avoir pris le soin de confier l'achèvement de la débandade anglaise à l'un de ses meilleurs lieutenants, le Maréchal Soult.

Laissant ainsi en Espagne des troupes comptant parmi les meilleurs de sa "Grande Armée" ainsi que des chefs prestigieux, Il s'éloigna à regrets parce qu'il avait au fond de Lui ce sentiment pénible d'une tâche restée inachevée ...

En effet, si l'armée espagnole avait été bel et bien défaite, l'affaire n'était pas pour autant réglée, et de partout surgirent des bandes de guerilleros, mettant en difficulté les troupes françaises, bien rôdées à la guerre, mais nullement au terrorisme !

Pendant ce temps , l'Empereur quittant une Espagne qu'il ne devait plus jamais revoir, gagnait la capitale à cheval, à une folle allure tant il était inquiet de ce qui se tramait à Paris ...

Or, à peine s'était-il éloigné que le sort des combattants changea de camp, et que ses subordonnés semblèrent perdre toute maîtrise de la situation ...

Soult, ce Grand Maréchal, manoeuvrait avec une grande lenteur, permettant aux troupes anglaises de sortir de l'anéantissement vers lequel elles semblaient condamnées quelques temps plus tôt ...

Hésitant, il leur permit également de gagner la Corogne et de s'embarquer !

Il eût fallut une attaque brusque pour contrer le cours des évènements, mais Soult, fatigué sûrement, et ayant perdu son "Guide", laissa échapper sa proie par son irrésolution ...
Certes l'ennemi se trouvait affaibli, mais la capitulation leur avait été épargnée ...

Il n'y avait plus d'Anglais en Espagne, mais l'occasion manquée pour les Français sera longtemps vivement ressentie par l'Empereur ...

Car,ainsi qu'Il l'exprimera lui-même, "cette affaire mal engagée" sera lourde de conséquences, et ce, malgré le magnifique Wagram, malgré le mariage autrichien, malgré la naissance du Roi de Rome et d'autres victoires encore ...





salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2451
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Sam 18 Aoû - 23:47

Citation :
"cette affaire mal engagée" sera lourde de conséquences

Le guêpier espagnol sera une épine perpétuelle dans le talon de Napoléon et mobilisera des troupes aguerries qui lui feront défaut par la suite.
En entamant la campagne de Russie sans avoir régler ses problèmes dans la péninsule ibérique, l'Empereur commettra la première grande erreur stratégique de sa carrière militaire.
Celle-ci s'avérera fatale pour son Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
louis gaillard



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Ven 14 Mar - 10:15

Effectivement les deux erreurs cumulées ont causé sa perte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grenadier

avatar

Nombre de messages : 18
Age : 50
Localisation : Sète (Hérault, 34)
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Sam 5 Avr - 14:43

Certes, le cumul des erreurs à provoqué la chute de l'Empereur et encore faudra t'il d'autres circonstances défavorables ou imprévues plus tardives pour achever l'Empire.
Mais l'Empereur malgré son intelligence supérieure butte sur un écueil insurmontable: La taille de l'Empire... Les communications sont difficiles. Il n'a pas eu le temps de digérer ses conquêtes, toujours poussé en avant par la menace constante que font peser ses ennemis. L'empire grandit démesurément mais l'Empereur est seul... Seul contre tous. Les traitres sont nombreux, les incapables plus nombreux encore. Il ne peut pas être partout. Ceci lui sera fatal lors de la campagne de 1813 entr'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nabulio



Nombre de messages : 73
Age : 58
Localisation : draguignan
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Sam 5 Avr - 16:23

bonjour a vous tous
le seul problème de l'Espagne est que l'Empereur s'en va s'en avoir fini le travail car il a d'autre soucis a régler. Maintenant il laisse une situation assez claire. et comme le fait remarquer Joséphine c'est dans la conduite que rien ne va aller les errements de SOULT par la suite les maréchaux qui se prendront pour des petits rois et qui ne combineront jamais leurs actions etc etc. Effectivement c'est un bourbier pour les conséquences que cela a entraines. Napoleon était dans la logique de sa stratégie . les evénements ne lui ont plus jamais permis de venir finir ce qu'il avait commencé.
L'empire est grand c'est vrai et la aussi on peut dire que l'Angleterre ne lui a jamais laissé de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 10:46

Un point m'écappe, quel est le complot à Paris dont il est question ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 11:11

L'Espagne sera un bourbier et un charnier. C'est là et là seulement que bute le génie du Grand Capitaine ! Tout d'abord, le projet politique est hardi, sinon audacieux: substituer à la vieille dynastie des Bourbons, celle des Bonaparte, afin de faire de l'Espagne, une alliée commode, sinon un satellite de l'Empire français.

Il n'y a pas de grands reproches à faire à ce sujet à Napoléon: le projet est immoral, c'est entendu, mais s'il s'agit de révolutionner l'Espagne archaïque pour la faire rentrer dans les lumières, on peut l'absoudre du reste. Et ainsi, la part éclairée du peuple espagnol sera assez prête à se rallier à la nouvelle dynastie.

Mais le peuple ne marche pas. Il se soulève, encouragé par le clergé et une partie des Grands d'Espagne. Napoléon s'entête; on ne peut pas encore le lui reprocher car -au fond- la révolte paraît encore surmontable. Mais voilà qu'il quitte l'Espagne et qu'il n'y reviendra jamais... Ceci est une grande faute, d'autant qu'il n'organise pas son absence. Soult, Masséna, Marmont, seront successivement essayés, sans succès...

Curieusement, l'Empereur ne leur donne pas les moyens de vaincre et c'est là que l'on peut s'interroger. Venir à bout des guérillas était impossible, sans vaincre les Anglais dans la péninsule. Ceux-ci y maintiendront pendant plus de 4 ans, un effectif minimum de 30 000 hommes. C'était peu, mais bien assez pour inquiéter la domination française et encourager les rebelles. Avec les réguliers espagnols ou Portugais, Wellington narguait nos maréchaux avec 60 000 à 80 000 hommes tout au plus...

Enfin, on se souviendra que -d'après les décomptes les plus impartiaux- ce furent environ 400 000 hommes qui ne repassèrent pas les Pyrénées, tués, malades ou disparus (parfois, déserteurs). Soit un tribut annuel de plus de 60 000 hommes. pale
Revenir en haut Aller en bas
Grenadier

avatar

Nombre de messages : 18
Age : 50
Localisation : Sète (Hérault, 34)
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 11:56

J'ai essayé de regarder globalement la situation de l'Empire pour expliquer les problèmes Espagnols. Pour ce qui est de la situation en détail, je suis complètement de votre avis à tous, chacun de vous amenant un élément défavorable flagrant. Toutefois, êtes-vous sûr des motivations politiques de l'Empereur?? J'avoue ne pas avoir d'idée arrêtée à ce sujet, je suis assez sceptique... Comment la mentalité des Espagnols, bien connue en Europe a t'elle pu échapper à ce point à Napoléon? Pourquoi risquer de perdre un allié? Les Espagnols n'aiment pas les Anglais. Un rempart Espagnol contre les Anglais n'aurait-il pas été plus judicieux? J'avoue ne pas savoir, votre avis me serait précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 12:16

Il me semble que le but prioritaire de Napoléon était de faire de l'Espagne un allié solide contre l'Angleterre, et surtout de maximiser au mieux ses forces militaires et notamment sa marine. Ceci aurait pu se réaliser derrière le paravent de Ferdinand VII. Mais, la veulerie et la pusillanimité des Bourbon d'Espagne l'encouragèrent à tout oser...

Il estimait qu'il se gagnerait le peuple espagnol en réalisant les mêmes réformes que celles accomplies en France. Et c'était l'intérêt bien compris des Espagnols. Mais on ne gagne pas les gens sans s'en faire aimer, surtout avec des populations au sang chaud. Le guet-apens de Bayonne froissa tous les sentiments de la nation espagnole. Il était -dès lors- difficile d'aboutir, à moins d'être vainqueur militairement.

Mieux gouvernés, mieux administrés, les Espagnols auraient fini par se rallier, à mon avis. Mais pour cela, il fallait d'abord en finir avec les guérillas. Et ce n'était possible qu'en chassant les Anglais de la péninsule. J'avoue que je ne comprends pas l'inaction de l'hiver 1811, quand l'Empereur laisse Masséna se débrouiller tout seul face aux lignes de Torres-Vedras: il ne lui envoie pas les renforts promis, le matériel de siège indispensable, ni le ravitaillement nécessaire.

Possible que Napoléon ait sciemment spéculé sur l'échec de Masséna: obligé de se replier, ce dernier aurait Wellington sur ses basques et là, il pourrait le battre en rase-campagne. Mais alors, pourquoi ne pas lui envoyer les renforts en question qui aurait terminé la campagne ? Certainement parce qu'il comptait le faire lui-même et que sans cesse il repoussait finalement son départ...
Revenir en haut Aller en bas
Grenadier

avatar

Nombre de messages : 18
Age : 50
Localisation : Sète (Hérault, 34)
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 13:12

Salut à toi Bruno.
Oui, faire de l'Espagne un allié solide... Certes, mais les moyens employés sont catastrophiques!!! L'Empereur s'est laissé grisé par sa position favorable politiquement en Europe. Il a cru pouvoir "libérer" les Espagnols contre leur gré... Et puis aussi, les Espagnols ayant été à nos côtés à Trafalgar, était-il nécessaire de "souder" une alliance de fait? Ceci dit, nous sommes loin des évènements et bien des éléments nous échappent sans doute quant à la réalité de la situation à ce moment... De plus, nous avons un recul facile et l'esprit tranquille, pas l'Empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 13:27

Il est certain que Napoléon a commis une faute. Trop pressé d'accomplir la régénération de l'Espagne qui était tombée dans un état de décadence invraisemblable, il n'a pas lésiné sur les moyens et l'occasion a fait le larron. Grave erreur. Maintenir des forces importantes en Espagne en 1813, en est une autre. Il aurait fallu y renvoyer Soult dès le printemps avec les pleins pouvoirs, de manière à ne pas s'exposer à un échec qui ne pouvait que l'affaiblir face à la formidable coalition qui se profilait à l'horizon. Il avait du mal à se déssaisir de gages dont il pensait qu'ils pourraient encore le servir. D'une certaine manière, il était encore trop optimiste sur les forces et les atouts qu'il avait encore en mains...
Revenir en haut Aller en bas
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 16:11

L'Espagne était notre alliée et ce n'est pas la proclamation de Godoy en 1807 ni "les compromis" avec le blocus qui nous autorisaient à l'envahir . Mais ce fameux traité de Tilsit donne des ailes à Napoléon , comme il annonçait en 1805 : "A Naples , les Bourbons ont cessé de régner" ( ou quelque chose comme cela) . A Tilsit il vise la Péninsule ibérique . Pourquoi ?
Ceci ne m'éclaire pas sur son départ précipité pour Paris en 1809 et sur le fameux complot.
Sur quelles bases ces affirmations sont faites ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davin

avatar

Nombre de messages : 1577
Age : 59
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 18:25

Le Mediterranéen et Ccrse qu' était Bonaparte n' a vraiment pas compris la puissance du ressentiment de certaines populations du Sud, qui n' aiment pas les pouvoirs centraux, lorsqu' elles s' estiment bafouées.

Il aurait pourtant du le savoir: lui qui avait eu assez de mal à assoir son autorité sur sa propre ile natale au prix d' un véritable proconsulat militaire du général Morand , qui entre 1806 et 1808 avait eu affaire à une guerilla impitoyable en Italie du Sud ( Calabres et Abbruzzes), et qui avait connu la guerilla en Egypte, qui connaissait ce qui s' était passé à Malte etc.......
Bref un peu plus de politique d' influence et de subtilité aurait été plus utile avec l' Espagne plutot que de l' envahir.......

Si je ne comprend pas "logiquement" cette décision, je ne puis me prononcer sur la propre logique de Napoléon alors, qui semble loin du politicien brillant qu' il a pu être. .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 18:43

C'est du bon sens à l'état pur ce que tu écris.
On ne regarde pas assez en perspective autant en amont qu'en aval avec Napoléon , soit tu as une opinion sur un moment donné , soit une vue globale de son règne.
En clair tu as le nez dans le guidon ou tu survolles à 1000 m, c'est curieux ...
Regarde aussi comme il refille la Légion Corse à son Joseph, sans état d'ame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nabulio



Nombre de messages : 73
Age : 58
Localisation : draguignan
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 18:52

dans sa guerre contre l'Angleterre l'empereur avait besoin d'alliés sur. La peninsule iberique laissait passer les marchandises anglaises. comme la si bien dit un intervenant "l'occasion fait le laron". Maintenant qu'est ce qui a fait le plus mal: le fait de perdre les bourbons ou celui de voir intervenir les mamelouks dans la répression? a cela on rajoute l'intervention du clergé dans un pays qui sort tout juste de l'inquisition et le tour est joué. on sait que l'Empereur doit rentrer car la campagne de 1809 arrive. ce qu'on peut lui reprocher c'est de ne pas etre revenu. Mais en a t il eu le temps? militairement le controle de l'Espagne est un modéle. comme le dit BRH il faut se débarrasser des anglais et la gérilla aurait a terme cesse. mais les généraux en place a ce moment n'ont pas su venir a bout d'un Welesley pas encore rodé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 19:22

Juste un petit reproche amical , vous aimez bien les raccourcis.
Vous sous estimez le nationalisme espagnol lié à leur caractère mais aussi à leur étendue à travers leurs colonies. Or un blocus quand on a des territoires aussi nombreux et aussi éparpillés ne peut pas être sérieux.
Un navire parti de Cadix pour le Mexique, peut au retour passer par l'Angleterre et ramener de la marchandise et c'est sous c'est sous cet angle que les Anglais prennent positions au Portugal et en Espagne , c'est un marché gagnant gagnant.

Tout faire retomber sur nos chefs de corps , c'est pareil, leur mésantentes venaient du manque de cohèsion de Joseph et de son chef d'état major Jourdan. Fallait il écouter Napoléon ou le roi d'Espagne.

Pour les mamelouks , c'est franchement de l'image d'Epinal car dans l'armée des Bourbons vous avez toujours eu des auxilliares Maures , comme vous y trouvez des Suisses, des Irlandais , des Napolitains et même des Français.

Je ne veux pas insister mais quel est ce fameux complot à Paris ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nabulio



Nombre de messages : 73
Age : 58
Localisation : draguignan
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 20:40

si c'est a moi que vous parlez il ne me semble pas avoir parlé de complot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Dim 6 Avr - 22:03

Non , ce n'est pas à vous , c'est dans la présentation de Joséphine . Mais si vous connaissez quelque chose sur ce complot ,j'accepte bien volontiers votre réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Lun 7 Avr - 10:48

le complot, je pense qu'il s'agit de fouché et de Talleyrand qui s'étaient entendus pour nommer Murat chef d'n nouveau gouvernement si Napoléon avait été tué en Espagne. Le rapprochement de ces 2 loustics avait inquiété l'empereur...

Pour l'espagne, le grand drame c'est de ne pas avoir nommé un véritable responsable, tout ça pour ne pas froisser Joseph.. ou alors, il fallait laisser commander Jourdan. Napoléon, o ne le reconnaitplus dans cette histoire d'Espagne. Quand il vient à Madrid, si: on pense qu'il va faire le ménage, mais il est obligé de repartir à cause de Fouché, de Talleyrand et des bruits de guerre avec l'autriche. il ne reviendra plus.. Quel dommage...
Revenir en haut Aller en bas
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Lun 7 Avr - 19:47

Merci de votre réponse .
Donc le complot se situerait en début 1809 ?
J'avoue que je suis perplexe pour plusieurs raisons , je connais le rapprochement entre Fouché et Talleyrand, celui du "Crime s'appuyant sur le vice" mais pour Murat je pense que c'est comme la lettre d'Espagne citée dans le Mémorial de Napoléon à Joachim.
D'abord , le roi de Naples était trés occupé dans son nouveau royaume et loin de s'interesser aux affaires françaises trop occupé à discutter du Traité de Bayonne et des conditions qui le liaient par ce Traite .
Reste Caroline , mise à l'écart des affaires par son royal époux , mais elle est à Naples ...
Ensuite Talleyrand détestait Murat , on le voit au Congrés de Vienne, par contre Fouché a toujours été proche de Murat jusqu'à la fin. Il tentera en 1815 de lui faire rendre ses biens confisqués en 1808.

Est ce qu'il n'y aurait pas derrière cette affaire une manipulation impériale pour masquer son retour en vue de préparer la campagne contre l'Autriche ? Une sorte de rideau de fumée ou alors une excuse pour avoir abandonné l'Armée d'Espagne, comme il l'a fait en Egypte , il le fera en Russie et le soir de Waterloo.
Le sens de la propagande et de la mise en scène de l'Empereur n'est plus à démontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nabulio



Nombre de messages : 73
Age : 58
Localisation : draguignan
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Lun 7 Avr - 20:17

mais bien sur qu'il rentre pour preparer cette campagne comment pouvait il en etre autrement. lui meme est en decembre 1808 a Madrid et en avril l'Autriche attaque la Bavière.il n'y a aucun abandon la dedans. mis a part l'Egypte d'ou il rentre sans en avoir recu l'ordre, en Russie il le fait bien aprés la berezina quand au soir du 18 juin l'armée est complétement en déroute et ne s'arretera qu'a la frontière. et là je ne pense pas que dans le noir il soit arrivé a stopper le flot des soldats. mais il a reconnu lui meme qu'il n'aurait pas du rentrer a Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Lun 7 Avr - 22:26

Sans vouloir accabler l'Empereur , nous avons beaucoup d'exemple qui montrent que quelque soit l'endroit il traitait les affaires à distance.
Mon avis personnel , il pensait que l'affaire d'Espagne était réglée aprés la rédition de Madrid comme il l'avait fait aprés Turin, Milan , le Caire , Vienne , Berlin, Varsovie et Tilsit.
Si vous avez des doutes sur mon respect relatif envers Napoléon , allez voir le sujet "diorama" dans Figurines, vous verrez qu'il est présent dans de nombreux décors. Et c'est heureux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Mer 9 Avr - 11:21

Je suis d'accord avec Nabulio: il a bien abandonné son armée en Egypte (mais Kléber était un bon chef), par contre en russie, je ne comprends pas pourquoi on reprend cette propagande royaliste: il fallait bien mettre en place des renforts. cela dit, il aurait mieux fait de rester un peu plus... loin d'être tirée d'affaire, l'armée s'est liuéfiée après son départ. Pour Waterloo, c'est pareil: il a couru à Paris pour essayer de galvaniser les énergies; mais les députés l'ont renversé. C'était se jetter dans la gueule des bourons: merci Fouché !!! pig
Revenir en haut Aller en bas
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Mer 9 Avr - 12:07

Pas tout à fait d'accord sur la situation de l'armée en 1812, les débris se regrouppent de leur mieux autour de Koenigsberg.
Aprés Waterloo, c'est moins clair, que voulait il vraiment faire ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   Mer 9 Avr - 12:13

Je pensais à ce qui s'est passé à Wilna et au froid polaire qui s'est abattu sur les survivants. Napoléon ou pas, je ne sais pas si ça aurait changé grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enfer espagnol ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'enfer espagnol ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'enfer espagnol ...
» Peintures rupestres: Art du Levant espagnol.
» NOUVEAU : Napoléon, le faux pas espagnol
» Quels péchés mènent en enfer s'ils ne sont pas confessés ?
» L’enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: