Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 59-Nord

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
Jean-Yves

Nombre de messages : 9035
Age : 59
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: 59-Nord   59-Nord Icon_minitimeJeu 7 Sep - 22:58

Si vous avez des photos de ce département, mettez-les ici.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/laiglonparlimage En ligne
Moustache
Membre d'honneur
Membre d'honneur
Moustache

Nombre de messages : 98
Localisation : (94) Val-de-Marne - France
Date d'inscription : 13/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: Maroilles   59-Nord Icon_minitimeJeu 5 Oct - 0:43


Maroilles (59) à environ 25 km de Maubeuge
Arc de Triomphe érigé à la gloire de NAPOLEON et de la Grande Armée.
À l’origine, c’était le grand portail de l’Abbaye bénédictine fondée par Saint Humbert au 7e siècle et détruite sous la révolution en 1792.
Le portail fut donc démonté et conservé et, en 1807, transféré et réédifié, près de la place verte, par Nicolas, Joseph VENDOIS, Baron de l’Empire, et Maire de Maroilles à l’époque.
Après la chute de l’Empire, son existence fut contestée, mais l’Arc fut sauvé de la destruction à l’occasion d’un passage de Louis-Philippe à Maroilles en 1833.

Une plaque commémorative est visible sur la partie supérieure de l’Arc ( voir détail sur la photo )

Aujourd’hui encore, les « Maroillais », conscients de ce qui possède, revendiquent la chose suivante :

« Il y a, à notre connaissance, deux monuments de ce genre en France : Place de l’Étoile et ici. Mais le nôtre, dressé 30 ans avant l’achèvement de celui de Paris est donc l’ancêtre paysan de l’Arc de la capitale »

Pour l’anecdote, il faut savoir aussi que NAPOLEON signa, du Kremlin en 1812, la création d’une importante foire aux bestiaux à Maroilles. Elle se tint jusqu’en 1914 à l’emplacement actuel du Monument aux Morts.


59-Nord Arctriomphemaroileqq3
Photo de l'auteur ( Moustache )

SOURCES :
- Renseignements pris sur place à la Mairie et auprès de l’Association des « Amis de Maroilles »
- Brochure du syndicat d’initiative de Maroilles.


salut
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.orange.fr/moustache-empire/
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 17:39

Le château "Vandamme" à Cassel (Nord) est un édifice qui a été construit sous la révolution et l'Empire et comme son nom l'indique il l'a été pour servir de demeure au général Vandamme.
Malheureusement, édifice privé mais classé monument historique, ce château "Vandamme" appelé aussi "la frégate" n'est plus habité et entretenu depuis les années 30-40.
Bien que les services des monuments historiques aient engagé des travaux dans les années 1980 et aux seuls frais de l'Etat, le propriétaire très âgé n'a pu participer à son sauvetage.
Ce monument, un des rares témoignages des demeures Empire dans la région ( il conservait des décors intéressants) est en état de péril et la commune souhaite son déclassement et même qu'il soit rasé afin d'assurer la sécurité du public (édifice situé en bordure d'une rue).
N'ayant pas visité Cassel, depuis quelques années, je ne sais comment est l'état actuel du château, ni ne connait les projets le concernant. Quelqu'un des A.P.N. pourrait, peut-être en dire plus? J'ai retrouvé une série d'articles, des années 80 le concernant, je vais vous les "poster". Ils sont intéréssants malgré que ce reportage fût dicté par l'effrondement d'une partie du château.

59-Nord Fregate
Le château vers 1935, coté jardins
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel (suite)   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 17:45

Article1
Citation :
Depuis de longues décennies, les amateurs d'art de la région se désolaient car l'état du château Vandamme, à Cassel, ne cessait de se dégrader. Beaucoup ne le connaissaient que de réputation : muet derrière sa façade grise donnant sur la route qui, peu après être passée devant lui, se fait fourche vers Saint-Omer et Cassel, il était un mystère.
Seuls ceux qui avaient eu la curiosité de jeter un regard par la fente d'un volet délabré avait entrevu la merveille : la demeure du terrible général de Napoléon recelait le plus beau décor de style Empire que l'on puisse trouver au nord de la France.
Parfois le passant s'interrogeait sur cette grande carcasse échouée là comme un bateau et qui, au fronton sur rue, révélait son nom dans une couronne de bois : La Frégate.
Etait-ce la forme du bâtiment qui avait été à l'origine de cette désignation? Le visiteur pouvait le supposer en voyant ces sortes de proue et de poupe que formaient les arrondis ménagés aux pignons. Mais le château Vandamme restait ignoré du public, engoncé qu'il était dans sa solitude et sa misère. Et voici que «La Frégate» coule sans gloire et coule sans doute à tout jamais malgré les étais et les tirants hâtivement installés.
En 1980, un espoir avait lui grâce à l'exposition que la Bibliothèque municipale de Lille avait consacré au général Vandamme, après les recherches et travaux du docteur Gérard et du général Milot. Nous crûmes un instant que l'évocation de Vandamme allait attirer les regards sur l'état critique de son château. Il n'en fut rien. Il n'y eut personne pour former le carré, le dernier carré et sauver la demeure.
Michel MARCQ
La voix du Nord du 29 mai au 2 juin 1983


Dernière édition par le Mar 9 Oct - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel (suite)   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 17:51

Article2
Citation :
Il est vrai que le général Vandamme n'avait pas tout fait pour que sa demeure traverse les siècles. Il avait racheté comme bien national. la maison du doyen de Notre-Dame de Cassel et l'avait fait transformer, abattant les murs-pignons pour les remplacer par des sortes de demi-lunes et rendant ainsi moins homogène la bâtisse installée, comme bien des édifices de la ville, sur un terrain en pente.
Au vrai, nous sommes mal renseignés sur l'histoire de ce château, de sa construction, de sa décoration et des transformations. Il serait intéressant de connaître l'architecte qui dirigea les. travaux d'aménagement à la demande du général, ainsi que le nom des artistes qui travaillèrent, superbement, à la décoration des intérieurs. La qualité des stucs est telle que seul quelque grand grand nom leur doit être attaché. Mais quel grand nom? Les travaux du docteur Gérard et du général Milot, nous permettent de savoir que Vandamme se tourna vers l'Italie, lorsqu'il s'est agi de peupler de statues, le parc dévalant sous le château.
Sur le même nom et sur sa forme. le général Milot nous apprend ceci dans le « portrait psychologique de Vandamme» par lui dressé dans le n° 318 de la revue « Souvenir napoléonien». Comme tout homme libre. il chérira la mer et gardera au coeur une vague nostalgie de l'outre-mer (Vandamme fut à La Martinique). En 1795. quand, privé de commandement, il se retire à Cassel pendant quatre mois, il envisage sérieusement de se mettre au service d'une armée quelconque en Amérique. C'est la voie maritime qu'il emprunte de son propre chef pour rentrer de captivité et, son navire ayant talonné devant Dunkerque, il fait preuve des qualités d'un commandant de bord. Ses commandements à Boulogne et à Cherbourg lui conviennent. A sa maison de Cassel, il « donne la silhouette d'une arrière de navire, baptise son château "La Frégate" et, du haut de cet observatoire, aperçoit, par temps clair, la mer du Nord. Parrain de la deuxième fille de sa soeur, il lui impose, pour premier prénom, celui d'Uraniie inusité dans la famille. mais nom de la flôte qui, à l'âge de dix-neuf ans, le transporta de Lorient aux Antilles. Il était naturel que, proscrit, il gagnât les Etats-Unis. pays de liberté au-delà des mers ». C'est donc à l'amour que portait le général flamand pour la mer et les bateau que nous devons la forme et le nom du château qui se meurt sous nos yeux.
Mais de quand datent. exactement les stucs? Des premiers travaux voulus par Vandamme ou de ceux qu'entraina peut-être le pillage du château, en février 1814, par les cavaliers du comte Von Puckler?
Et ce ciment qui couvre les façades? S'il date des besognes effectuées lors de l"acquisition par Vandamme, nous avons là le précieux témoin de l'une des premières utilisations du ciment en revêtement dans notre région. Et cet attique, a-t-il été ajouté par Vandamme? Et le portique côté jardin ? Est-il de son temps? On le voit, nous n'avons là que des questions à poser.
Curieusement, les récits des voyageurs ne nous apprennent rien sur le château lui-même. mais nous disent tout, ou presque, sur le parc et sur les écuries, Ces récits, nous en donneront quelques extraits dans un prochain article.
Michel MARCQ
La voix du Nord du 29 mai au 2 juin 1983
[right]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel (suite)   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 18:00

Article 3
Citation :
L'extérieur du château du général Vandamme qui s'écroule aujourd'hui à Cassel était plus étrange que beau. Il fallait pénétrer pour en découvrir les trésors. C'est ce que fit Mme Christiane Lesage avant de rédiger pour le "dictionnaire des châteaux de France" paru en 1978, une notice à laquelle nous empruntons la description suivante : ''A l'intérieur de cette bâtisse à l'allure massive et à l'architecture sobre, le visiteur a la surprise de découvrir nombre de pièces dont les décors de stuc peint, d'une impressionnante luxuriance et d'une richesse qui provoque l'admiration, ne sont pes sans évoquer ceux que l'on rencontre à Malmaison ; au rez-de-chaussée se succèdent, outre un office et une cuisine, le vestibule, une vaste salle à manger au plafond dessinant des caissons biconvexes, une salle de billard, deux salons ronds ménagent de multiples recoins". Nous ne la suivrons pas dans les étages, ni à ce dernier niveau où selon cet auteur "on a le mieux l'impression de se trouver dans une frégate".
Nous avons recherché des textes anciens décrivant l'intérieur de "La Frégate". Nous n'en avons pas trouvés. Par contre, les quelques textes rencontrés évoquent tous le parc du château ainsi que les écuries.
Le premier texte dont nous donnons quelques extraits, a été publié en 1820 dans une série intitulée "L'Hermite en province", aussi célèbre que celle de "L'Hermite à Paris" ; il est dû à Etienne de Jouy. Cet auteur conte son retour à Cassel non sans émotion, car il se souvient d'avoir combattu là en 1793, ce qui nous vaut l'évocation de la bataille d'Hondschoote et des jours qui suivirent durant lesquels, dit-il: "j'eus l'honneur de combattre près des Jourdan, des Lerclerc, des Vandamme, des Collaud, des Hédouville, c'est là que je fus grièvement blessé..." Malgré ses fatigues de la journée. Etienne de Jouy gravit le mont à pied. Pour lui, c'est une sorte de pèlerinage. Il va loger ce premier soir à l'hôtel du Sauvage et, en attendant le souper, s'installe au balcon et rêve en regardant la campagne.
Suivons le voyageur : "Bien que Cassel ne soit élevé que de cent dix mètres au-dessus du niveau de la mer, il n'existe pas -de vue plus étendue ; les voya geurs s'accordent Il la regarder comme la plus belle de toute l'Europe, après celles de Constantinople et du golfe de Naples. Le tableau qu'elle offre au lever du soleil est ravissant. Résolu d'en jouir le lendemain,j'étais sorti avant l'aurore. J'avais gravi la butte; j'étais parvenu sur le point le plus élevé de Cassel, et, un peu essoufflé de ma marche ascendante, j'étais venu m'asseoir sur l'escalier d'un moulin. Un homme d'une belle stature était appuyé sur l'une des piles d'appui de ca moulin, où quelques gentlemen et quelques ladies semblaient s'être donné rendez-vous : l'air était frais et tranquille, un calme heureux régnait dans la nature, que chacun de nous observait dans une sorte d'extase. Le disque d'or parut, enfin. à la droite du mont des Récollets, qui nous présentait ses flancs noirâtres comme une ombre magique dans ca superbe tableau... Passons sur le récit qui suit et par lequel l'auteur, ancien chef d'Etat Major du général O'Moran, dit comment Vandamme vient vers lui et comment 32 ans après, iis se reconnaissent. Dans le cours de la conversation, Vandamme lui déclare : "L'admiration que vous manifestez pour ce magnifique tableau de la nature me touche plus qu'il ne m'étonne, habitué que je suis d' en jouir dès mon enfance, je me dérobe encore tous les matins au sommeil venir le contempler... Vandamme entraîne son ancien compagnon d'armes à "La Frégate".
Ecoutons Etienne de Jouy :Madame la comtesse Vandamme voulut bien prendre la peine de me faire connaître ellemême sa délicieuse habitation, que sa position, sur le penchant sud-ouest du mont Cassel, rend l'une des plus pittoresques, des plus riantes et des plus magnifiques que j'aie vues dans mes courses. Des fenêtres du château, qui présente le front au nord, on aperçoit lescôtes de la Manche, éloignées de six à sept lieues, tout l'espace compris entre Fumes et Dunkerque, la riche plaine sur laquelle s'élèvent des villes, des bourgs et de nombreux et beaux villages. A travers Iss diverses percées faites dans les massifs de verdure qui ornent les jardins, l'oeil se promène dans de riches vallons, sur des champs immenses, rencontre des villes de Saint-Omer, d'Aire, de Béthune, et va s'arrêter sur les monts de l'Artois qui bornent l'horizon à l'ouest et au sud". "Une riche variété d'arbres, d'arbrisseaux, de plantes exotiques, peuple ces bosquets que garnissent de belles statues, sur lesquelles on remarque avec regret les traces du passage des armées ennemies ; de beaux kiosques, des bassins de forme élégante, où les eaux sont recueillies, contenues et conservées avec beaucoup d'art, se montrent au milieu des pelouses émaillées. Enfin, tout ce qui peut ajouter au charme de la campagne et de la retraite a été réuni dans ce séjour, où le général, au milieu de sa famille et de l'étude dont il s'est fait un besoin, essaie d'oublier les glorieuses années qu'il a consacrées à la défense de la patrie et de la liberté ".
"Le lendemain matin, pendant que mon conducteur disposait notre équipage et pansait son cosaque, (c'est ainsi qu'il appelait son cheval), je parcourus Cassel. La ville est bien percée, petite, mais assez élégamment bâtie. Je n'y aperçus nulle trace de commerce ou d'industrie ; cependant mon hôte m'assura qu'on y faisait un petit commerce de fils et de bestiaux. Les seules choses qui m'aient frappé dans cette promenade, c'est le bâtiment d'un ancien collège de jésuites, le gothique édifice de hôteI de ville, et le nom ultra flamand d'un notaire, que je vis imprimé sur les murs et qui se nomme Dehandtschoewercker. Ce garde-note a le temps de réfléchir sur les actes qu'il vient de passer, pendant qu'il y appose sa signature".
Michel MARCQ
La voix du Nord du 29 mai au 2 juin 1983
[right]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel (suite)   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 18:07

Article 4
Citation :
La jungle est sans doute , l'une des causes de l'étouffement du château du général Vandamme, à Cassel. et de son récent, partiel, mais grave, effondrement. A force d'enserrer «La Frégate ». la sylve folle a fini par la faire éclater. Cette jungle fut jadis un parc enchanteur, l'un des plus beaux jardins de cette terre du Nord. C'est ce qui nous a révélé le texte d'Etienne de Jouy dont nous avons publié quelques extraits, c'est ce que confirment deux autres documents que le docteur Gérard excellent historien du général, a l'amabilité de nous faire toucher
Le premier, provenant de la collection de M.Fernand Decroix, est daté de 1824. Il est de la main de Hyacinthe Corne, homme politique du Pas-de-Calais, et, pour le moins, peu tendre à l'égard de l'ancien général de Napoléon, que ce dernier, avait fait comte d'Unsebourg, en récompense de la brillante campagne de Silésie en 1807,Le second, de 1825, est une brève lettre d'un certain Lucien Cuvelier écrivant à sa mère.
Hyacinthe Corne présente la propriété Vandamme à l'époque où le général y vivait l'été, faisnat de Gand, d'où était originaire sa femme, sa résidence d'hiver. Laissons la parole à Hyacinthe Corne: «Si un méchant homme peut être grand général, il peut aussi être homme de goût, et Vandamme a fait preuve qu'il l'était parti qu'il su tirer de l'admirable position de ses domaines. Le parc, dont il est le créateur, situé sur le haut et le penchant de la montagne, présente l"aspect le plus varié et le plus plus pittoresque qu'on puisse se figurer. Il est dessiné avec tant d'art qu'a chaque détour d'allée, sous bosquet et sur le bord de chaque étang, la vue change et offre une tout autre perspective. C'est toujours la même plaine qui se déroule aux yeux du spectateur, mais les échappées de vue sont si bien ménagées qu'on croirait à chaque pas découvrir des campagnes nouvelles et les murs du parc si adroitement déguisés qu'il semble n'avoir d'autres bornes que celles de l'horizon. On trouve dans cette magnifique propriété tous les embellissements que l'on pouvait porter à une nature déjà si riche de ses propres beautés. Des pièces d'eau, des massifs d'arbres verts, des pelouses, de jolis pavillons, des jeux de toute espèce concourent, avec la magnificence du site, à en faire un séjour charmant et digne d'être une résidence royale si le château répondait à la beauté du parc, mais il est très ordinaire....
« ... Et l'on peut dire que le général Vandamme a mieux logé ses chevaux que lui-même. En effet, il leur a fait construire une espèce de palais digne, tout au plus, des chevaux d'Achille, par honneur pour leur origine divine, ou de l'immortel Bucéphale, ou bien encore du plus illustre comme du plus infortuné des coursiers, l'incomparable Rossinante; Les stalles, au nombre de vingt-quatre, destinées à recevoir chacune un cheval, sont toutes de marbre noir ainsi que les auges. Le pavé même était de marbre; on a été obligé de lui substituer un pavé plus simple, mais plus commode. Un dôme, en forme de lanterne, éclaire le vaste édifice. Dans le fond est une pompe qui vomit l'eau par une tête de cheval en bronze parfaitement travaillée. Une sellerie et une grange, ornées de vitraux de couleur, complètent cette magnifique écurie. Elle peut charmer un instant la curiosité du voyageur, mais devant la raison, un luxe si exorbitant pour le logement des animaux n'est qu'un larcin coupable fait à l'indigence. On ne séduit pas la raison comme les yeux. Elle s'indigne souvent de ce que ceux-ci admirent, et que de fois dans les jardins magiques de Versailles, n'a-telle pas gémi de la prodigalité des princes qui épuisent la substance de leurs peuples pour élever des palais enchantés où ils s'endorment au sein des plaisirs! Les hommes devraient s'entendre pour n'accorder leur admiration qu'aux travaux vraiment utiles aux hommes. »
Hyacinthe Corne avait-il pénétré à l'intérieur de la maison? Il ne le semble pas car, alors, il ne l'eut point trouvée "très ordinaire".
Que devint la propriété après la mort de Vandamme en 1830? Il est probable que la comtesse y résida peu. Selon les maigres informations à notre disposition, il semble que la propriété ait été bien entretenue jusqu'en 1935. C'est, ensuite, que «La Frégate» commença la lente dérive qui se transforme aujourd'hui en naufrage. Dans un pays, qui eut le véritable souci de son patrimoine historique et artistique, la présente catastrophe eut été évitée. La législation pour la protection et la conservation de nos monuments est si défectueuse qu'elle a pour conséquence l'impuissance de l'administration spécialisée et un inexorable appauvrissement d'une France incapable de se souvenir qu'elle fut la " mère des arts, des armes et des lois" et impuissante à le redevenir.

Michel MARCQ
La voix du Nord du 29 mai au 2 juin 1983


Dernière édition par le Sam 27 Oct - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: La frégate à Cassel (suite)   59-Nord Icon_minitimeMar 9 Oct - 18:10

Quelques photos :
59-Nord Fregate1


59-Nord Fregate2


Bien sur, des photos plus récentes seraient les bienvenues. Si un membre en possède?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: Le pont Napoléon à Lille   59-Nord Icon_minitimeLun 11 Fév - 17:05

Un pont construit sous le 1er Empire par Benjamin DEWARLET
Le pont Napoléon traversait la Deûle à proximité de l’esplanade à Lille. Construit en 1812, c'était un pont couvert du plus curieux effet.
59-Nord Pont_nap3

De cette petite merveille, il ne reste plus que ces quatre colonnes ornementales, deux sur chaque rive, et quelques vieilles photographies antérieures à la nuit du 16 au 17 octobre 1918. Alors que les troupes anglaises se rapprochent de la ville, occupée depuis quatre ans, les Allemands se livrent cette nuit-là à de nombreuses destructions, faisant notamment sauter tous les ponts de la Deûle ainsi que l'écluse de la Citadelle. Déjà pendant l'occupation, ils avaient effacé à coups de marteau les noms d'Iéna et d'Auerstaedt. Du pont Napoléon ne resteront que des ruines, sa charpente du être retirée de la Deûle.

59-Nord Pont_nap1
Pilier avec la victoire d'Auerstaedt buriné.

Unique en France, ce pont couvert est bâti à l'initiative de François de Pommereul, général de division et préfet du Nord depuis fin 1805. il célèbre la gloire de Napoléon et porte mention sur les frontons de sa galerie et sur les faces de chaque piédestal des traités de paix signés, des royaumes conquis et de batailles remportées par Sa Majesté l'Empereur.
Le pont sera rebaptisé pont Royal après la chute de l'Empire, puis renommé pont Napoléon sous le Second Empire. il comptait une seule arche et deux sphinx montaient la garde à chaque entrée au pied de l'escalier qui menait à son préau.

Vingt ans après sa destruction, cet édifice pittoresque faillit bien être reconstruit, mais la délibération du conseil municipal du 28 juillet 1939 ne fut pas suivie d'effets.
Un projet de requalification du Champ de Mars, aujourd’hui possible du fait de la maitrise foncière du site par la ville de Lille suite à un accord passé avec l’armée, se met en place. Le chantier intègrera une amélioration de l’accessibilité au site par la reconstruction du pont Napoléon et l’aménagement de nouvelles passerelles.

59-Nord Pont_nap2
les piles du pont de nos jours
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
Michel

Michel

Nombre de messages : 877
Age : 72
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/09/2006

59-Nord Empty
MessageSujet: En passant par Tourcoing   59-Nord Icon_minitimeVen 9 Jan - 12:42

Un hommage aux grognards;

59-Nord Broutteux


Aujourd'hui;

59-Nord Broutteux1

plus;
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Watteeuw
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lillempire.fr
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
rémy Godbert

Nombre de messages : 815
Age : 68
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

59-Nord Empty
MessageSujet: monument "les vainqueurs de Wattignies" à Maubeuge   59-Nord Icon_minitimeMer 23 Déc - 10:46

59-Nord 18010880745072301085018
ce monument est visible en centre-ville,porte de Mons.
"Les vainqueurs de Wattignies",au centre Lazare Carnot,à sa gauche le général Jean-Baptiste Jourdan et à sa droite le général Duquesnoy.
Photo issue de Wattignies 1793.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




59-Nord Empty
MessageSujet: Re: 59-Nord   59-Nord Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
59-Nord
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un petit nouveau du nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: LES MONUMENTS ET SOUVENIRS DES DEUX EMPIRES :: - Les Monuments et Souvenirs du Premier Empire - :: - Les Monuments - :: - Les monuments civils en France - :: Les monuments civils en Province-
Sauter vers: