Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 D'ORNANO PHILIPPE ANTOINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: D'ORNANO PHILIPPE ANTOINE   Mer 3 Oct - 15:04

Né le 17 janvier 1784 à Ajaccio. Décédé le 13 octobre 1863 à Paris.

Cousin de Napoléon Bonaparte par sa mère Isabelle Bonaparte.

Il commence sa carrière en 1799, comme sous-lieutenant au 9ème Dragons. En 1801, il devient aide de camp de LECLERC dans l'expédition de Saint-Domingue. De retour en France en 1803, il passe à l'armée des Côtes de l'Océan, puis devient aide de camp de BERTHIER.

Chef de bataillon aux tirailleurs corses de 1805 à 1807. Il est colonel à Austerlitz (1805) et à Iena (1806). Nommé colonel du 25ème Dragons en 1807. Sert en Espagne de 1808 à 1812. Nommé général de brigade en 1811 à Fuentès de Oro. Il sert en Russie avec un grand courage en 1812, se distinguant à Borodino le 7 septembre 1812, ce qui lui vaut le grade de général de division .

Sur le champ de bataille de Krasnoë le 18 novembre 1812, il fut laissé pour mort, renversé par un boulet, il ne respire plus et sur l'ordre Du Prince EUGENE, on l'enterre dans une fosse hâtivement creusée. Mais son aide de camp, le capitaine DELABERGE, ne peut supporter l'idée d'abandonner le corps de son chef. Il revient sur les lieux de la sépulture, en extrait le cadavre, le place sur son cheval et reprend la route. Un boulet explose à proximité et tue sa monture, le capitaine et son fardeau tombent à terre, et là le "cadavre" pousse un gémissement ; ORNANO vivait encore ... !!! On transporte le ressuscité au quartier Impérial où le chirurgien LARREY le soigne. "Que l'on place ORNANO dans mon landau, j'irai à pied" ordonne NAPOLEON. C'est ainsi que fut miraculeusement sauvé ORNANO.

Il est récompensé en 1813 par le poste de Colonel Major de la Garde. A la mort de BESSIERES, il commandera provisoirement toute la cavalerie de la Garde et défendra Paris en 1814.
Reprend du service au retour de l'Empereur mais un duel l'opposant au général Bonet ne lui permet pas de faire la campagne de Belgique,il sera blessé gravement au ventre (Bonet sera touché à la cuisse).
Après un exil en juillet 1815, il épousa Marie WALEWSKA, ancienne maîtresse de l'EMPEREUR,en 1816.

Il deviendra gouverneur des Invalides en 1853 et Maréchal de France en 1861


Dernière édition par rémy Godbert le Mer 23 Déc - 15:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: portrait du général d'Ornano en fin de carrière   Mar 17 Nov - 20:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
D'ORNANO PHILIPPE ANTOINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'ORNANO PHILIPPE ANTOINE
» Pourquoi Philippe Antoine(abraracoursix) est bannit...
» D'Ornano
» Un chanteur bien sympathique
» LARDENOY de (Antoine-Philippe) Fontainebleau SEINE-ET-MARNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: