Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MAROLAZ, Baron Jacob-François MAROLA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: MAROLAZ, Baron Jacob-François MAROLA   Sam 27 Oct - 20:20

Né le 6 novembre 1769 à Zeiskam, près de Spire dans le Palatinat, décédé le 10 juin 1842 ai château de Filain (Haute-Saône).

Fils de Hussard, il commence sa carrière le 16 septembre 1778 comme enfant de troupe dans le régiment de son père : le Esterhazy Hussards. Le 1er novembre 1784, il s'engage dans ce régiment. Le 1er janvier 1791, il est nommé brigadier fourrier, puis maréchal des logis le 23 juin 1792. En octobre, il passe lieutenant au corps des éclaireurs, qui deviendra plus tard le 8ème Hussards. Capitaine le 1er mars 1793, il combat en Vendée, est blessé à Dol de Bretagne, capture la garnison de Pontorson et prend Laval. Il passe ensuite à l'armée du Nord en 1794-1795 sous le commandement de PICHEGRU, il fait 500 prisonniers à Boxtel. Il est blessé d'un coup de sabre à la joue droite le 30 avril 1794, près de Menin. Nommé chef d'escadron au 8ème hussards, blessé de nouveau à Bousbecques le 18 mai 1794. Intrépide cavalier, il accumule blessures et faits d'armes, il est cité à l'ordre de l'armée le 17 septembre 1794.

A l'armée du Rhin en 1795-1797, il est blessé d'un coup de feu au bras droit devant Huningue le 25 octobre 1796. Passe ensuite à l'armée d'Helvétie où il est chef de brigade. Le 15 juin 1799, il est blessé de 5 coups de feu, dont 4 à la poitrine, un le transperçant de part en part, lui brisant 2 côtes ... !!! mais notre hussard a la vie dure et en octobre, on le retrouve dèja sur les champs de batailles, à Célan près d'Andelfilgen où il défait les cosaques. Début 1800, il est affecté à l'armée du Rhin sous le général MOREAU, et s'empare d'un canon et de 800 prisonniers au passage du Rhin, le 1er mai. Il prend la ville de Landsberg le 27 mai.

Il obtient un sabre d'Honneur en 1801. Commandant de la Légion d'Honneur en 1804. Nommé général de brigade le 1er février 1805. Mais ses blessures le rattrapent et le privent de la campagne d'Austerlitz et celle de Iéna-Auerstadt. Commandant de la brigade de cavalerie légère du 3ème corps de DAVOUT en décembre 1806. Il se couvre encore de gloire, blessé à Golomyn le 26 décembre, prend Ostrolenka le 4 janvier 1807, il charge héroïquement à Eylau le 8 février et fait 5000 prisonniers le lendemain.

Baron d'Empire en décembre 1808, commandeur de l'ordre de Hesse-Darmstadt et de l'ordre militaire de Bade. Il achète le château de Filain en Haute-Saône à cet époque. En 1809, la guerre reprend et on lui confie le commandement de la cavalerie légère du corps d'observation du Rhin sous MASSENA . Il sert à Landshut les 21 et 22 avril, à Neumarkt le 24 avril,à Ebersberg le 03 mai, blessé d'un coup de feu à la cuisse à Essling le 22 mai.

Le 6 juillet à Wagram, il veut venger la mort de son ami LASALLE, a huit heures du soir, il prend la tête de son ancien régiment le 8ème hussards et de sa division de chasseurs et termine le travail de LASALLE. Cependant, il est lui-même renversé et son cheval tué sous lui ; c'est son 26ème cheval depuis le début de sa carrière et ce sera aussi le dernier. Gravement blessé d'un coup de feu à la jambe, son tibia est atteint, on le remet sur un autre cheval, mais sa blessure ne lui permet pas de tenir.

Il est nommé général de division le 12 juillet 1809 et investi du commandement de la division comprenant l'ancienne brigade de Lasalle et la sienne. Il demande cependant à être déchargé de cette lourde tâche et est appelé au commandement de la 6ème division militaire de Besançon. Il remporte un dernier combat à Baume-les-dames, le 31 décembre 1813. Le 4 janvier 1814, la place de Besançon est en état de siège avec le général MARULAZ comme gouverneur, il tiendra jusque après la chute de l'Empire. Lors des Cent-Jours, il accomplit la même tâche avec le même zèle. Il meurt d'une attaque d'apoplexie dans son château le 10 juin 1842, à l'âge plus que respectable pour un hussard de 72 ans.

Sabreur d'un courage exceptionnel, son nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MAROLAZ, Baron Jacob-François MAROLA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAROLAZ, Baron Jacob-François MAROLA
» MONNIER (François) Directeur de Police - Baron de l'Empire
» François Jacob, La logique du vivant (présentation)
» BAUDUIN Pierre-François
» Le retour des GRANDS NOTABLES de l'EMPIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: