Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BRUYERES Pierre Joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: BRUYERES Pierre Joseph   Sam 3 Nov - 20:35

Jean-Pierre-Joseph BRUGUIERE dit BRUYERE
Né le 22 juin 1772 à Sommières dans le Gard, décédé le 5 juin 1813 à Gorlitz.


Incorporé dans l'armée en 1793 comme chasseur dans la 45ème demi-brigade d'infanterie légère. Il fit les campagnes de la Révolution aux armées d'Italie, de réserve et à celle d'observation du Midi. Adjoint aux adjudants-généraux, il fut promu sous-lieutenant au 3ème bataillon de la 15ème demi-brigade légère et lieutenant en 1795. Il passa en qualité d'aide de camp auprès du général de division BERTHIER chef d'état-major de l'armée d'Italie le 18 ventôse an V. Promu capitaine au 7ème régiment bis de hussards le 20 thermidor.

Il fit des prodiges de valeur à Marengo en 1800, en allant chercher DESAIX et en le ramenant, ce qui décide de la victoire et assis son renom. Il est élevé au grade de chef d'escadron du 7ème hussards. Affecté à l'armée des côtes de l'océan, il reçoit la Légion d'Honneur. Repart en Italie comme colonel du 23ème régiment de chasseurs à cheval, où il est blessé d'un coup de feu à la cuisse. Il fait la campagne de Prusse en 1806 avec la Grande Armée, se distingua particulièrement à Iéna le 14 octobre, gagnant ses galons de général de brigade le 31 décembre.

A la campagne de Pologne, il mène une furieuse charge à Eylau le 8 février 1807, mettant en déroute une colonne de 6000 russes... Un biscaïen qui passa entre son corps et son bras gauche lui occasionna une forte contusion. Le 9 juin suivant au combat de Glottau, il chargea avec la même bravoure et le même succès, la cavalerie et l'infanterie russes. Fait officier de la Légion d'Honneur le 11 juillet 1807. En 1808, il prend le commandement d'une brigade de cavalerie légère à l'armée d'observation d'Allemagne et reçoit le titre de baron d'Empire.

Il servit à la Grande Armée en 1809, titré commandant de la Légion d'Honneur le 14 juin. Le 6 juillet, il est à Wagram sous les ordres de LASALLE, il se signala encore par des actions intrépides mais fut blessé à deux reprises, l'un très grave avec fracture à la cuisse droite, l'autre à l'épaule gauche. Cité à cette occasion comme un officier général de cavalerie de la plus haute espérance, l'Empereur l'éleva au grade de général de division le 14 juillet. Obligé de rentrer en France pour soigner ses blessures, à peine rétabli, il sollicita un commandement ... !!!

L'Empereur lui donna celui d'une division de grosse cavalerie de l'armée d'Allemagne, le 17 octobre 1809. Replacé le 8 avril 1811 à la tête de la cavalerie légère, puis à la cavalerie de réserve de la Grande Armée le 15 janvier 1812. Pendant la campagne de Russie, il soutint sa réputation militaire, le 28 juin à la tête de sa division, il prît Wilna et poursuivit l'ennemi en lui faisant des pertes considérables ... Le 25 juillet suivant, appuyé par la division du général Saint-Germain, il culbuta la cavalerie ennemie à deux lieues d'Ostrowno, lui enleva ses batteries et sabra l'infanterie qui s'avançait pour soutenir son artillerie. L'ennemi abandonna 8 pièces de canon et 600 prisonniers.

Le 17 août, il est à Smolensk où après avoir chassé un gros corps de cavalerie russes et de cosaques postés sur le plateau même de Sloboda-Raczenska, y prit position et s'y maintint malgré tous les efforts de l'ennemi. Le 7 septembre à la Moskowa, il pénétra dans les masses ennemies et y fit un horrible carnage. Il échappa aux désastres de la retraite et fut employé en 1813 au 1er corps de cavalerie de la Grande Armée. On le vit toujours intrépide aux batailles de Bautzen et Wurschen les 20 et 21 mai, cette campagne lui est fatale car le 22 mai, il a les 2 jambes emportées par un boulet à Reichenbach, il succombe le 5 juin à Gorlitz.


Ainsi prend fin la vie intrépide d'un autenthique héros, mort au combat.

Son nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile.


Dernière édition par rémy Godbert le Dim 12 Jan - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: portrait du général Bruyères   Mar 17 Nov - 12:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BRUYERES Pierre Joseph
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BRUYERES Pierre Joseph
» FARINE Pierre Joseph - Général d'Empire
» Pierre-Joseph Redouté, « Dessinateur et peintre du cabinet de la Reine »
» JEANNINGROS Pierre-Joseph . général
» HABERT (Pierre) - GÉNÉRAL DE DIVISION - Montréal (YONNE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: