Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 arguments et contre arguments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ferracci

avatar

Nombre de messages : 83
Age : 61
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: arguments et contre arguments   Mar 18 Déc - 13:31

bonjour a tous.

lors de discussions,je manque un peu d'arguments pour dire que
c'est l'Europe(avec l'or Anglais) qui a fait la guerre à Napoleon et non pas le contraire.
Pour moi ,chaque fois que l'armée Francaise est sortie des frontieres
intrenseques il y avaient de bonnes raisons: contrer 7 coalitions qui ont visé clairement à attaquer la France.Pour l'Egypte gener le commerce de l'Angleterre avec les Indes.
Pour l'Espagne ,menace de l'Angleterre qui débarquait des troupes au
Portugal.
Pour la campagne de russie, je ne sais pas.
Mais en tant que passionné, je manque certainement d'objectivité.
Qu' en disent les historiens d'aujourd'hui,sans doute plus objectifs
que les historiens de l'epoque.
merci pour votre avis et votre aide.
bonnes fetes a tous et vive l'Empereur.

salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 1:12

Bonsoir ferracci,

La guerre, en effet, Napoléon la trouva déjà sur son bureau, lorsqu'il arriva aux affaires...

Alors que certains rois ne l'avaient jamais connu que sous la plume, tel Louis XIV, Napoléon Lui n'en connaissait pas que le mot, mais également la chose...
... Pour avoir conduit lui-même ses Soldats sur les champs de bataille, pour y avoir exposé constamment sa vie, pour avoir mené une quinzaine de Campagnes et commandé dans une trentaine de batailles rangées ...

Ainsi, de toute évidence, de la guerre Il mesurait parfaitement tous les risques et en avait vu toutes les horreurs.

De cette guerre qui lui fut si souvent imposé, c'est bien l'Angleterre qui en fut le banquier, le ciment et l'âme...

"-Mes ennemis m'ont enchaîné à la guerre", dira Napoléon, et rien ne fut plus juste en effet ...

A peine un ennemi était-il vaincu et hors de combat, qu'un autre se présentait à lui, revenant à la charge ...

Vainqueur tant de fois, et à chaque fois, tout était à refaire !

Quel autre Homme que notre Grand Homme eût pu supporter tant de vicissitudes avec autant de courage, sans cesse illuminé du fabuleux espoir d'aboutir à une paix durable, et attaché pour ce faire à proposer des accomodements à la moindre occasion ?

Entre 1813 et 1814, la guerre aurait pu s'arrêter sur des bases honorables pour l'Empire et pour l'Europe, s'il n'en avait tenu qu'à l'Empereur de le décider.
Mais les coalisés, toujours aussi enragés de rancune, n'ayant oublié aucune de leurs défaites, s'étaient jurés de le vaincre, Lui et l' "insupportable Nation", qu'il avait toujours défendue avec passion, et qui avaient toujours tant effrayés l'ennemi ...




salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2446
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 1:35

Cela peut sembler surprenant, mais Napoléon a donné à la guerre une capacité de fascination qu'elle n'avait pas auparavant.
Son génie militaire et ses victoires retentissantes n'y sont pas étrangers.
Si au début, le général Bonaparte fait la guerre dans le but de consolider la France, les circonstances font que celle-ci oblige l'Empereur à adopter des solutions plus autoritaires qu'il ne l'avait initialement envisagé.
Aussi, qu'on le veuille ou non, la guerre fait partie de l'héritage napoléonien.
Cela n'en fait pas pour autant un dictateur sanguinaire comme certains se complaisent à le décrire, mais un homme qui bouge dans un monde en mouvement et qui finit par se laisse porter par les événements alors qu'au départ, c'est lui qui les portait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 1:53

Aussi, qu'on le veuille ou non, la guerre fait partie de l'héritage napoléonien (Percy) ...

Sans perdre de vue toutefois, que Napoléon ne percevait pas la guerre comme une finalité en soi, mais comme un moyen de la politique, conservant toujours intact à l'esprit que la gloire véritable restait attachée aux travaux de la paix ...




salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2446
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 2:13

C'est bien en cela que réside le drame napoléonien : avoir été obligé de toujours faire la guerre pour obtenir une paix qui se dérobait à lui, telle une chimère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esquirol

avatar

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 12:26

Par certains aspects, la France au moment de l'arrivée de Napoléon au pouvoir peut être rapprochée d'Israël au lendemain de la guerre des 6 jours. Ayant mené victorieusement une guerre qui se voulait au départ défensive mais qui a permis de conquérir des territoires, elle est confrontée à un dilemme difficile. Faut-il abandonner les territoires conquis dans l'espoir que cette importante concession permettra d'obtenir une paix durable ou faut-il conserver ces territoires conquis au prix du sang versé par les soldats au risque de rendre impossible la paix tant que les vaincus n'auront pas récupéré ces territoires ?
Napoléon comme les Israëliens a finalement opté pour le second choix et l'a répété à chaque nouvelle guerre victorieuse, augmentant ainsi toujours davantage la rancoeur de ses adversaires.
A-t-il vraiment vécu cela comme un drame comme le suggère Percy ?
Ca n'a pas l'air d'être le cas. Napoléon aimait manifestement mieux se retrouver au milieu de ses soldats plutôt qu'aux Tuileries et à Sainte-Hélène, c'est avec une fierté certaine qu'il comparaît le nombre de ses victoires à celui de César.
La vision d'un Napoléon pacifiste qui aurait cherché toute sa vie à établir une paix durable est une invention récente pour donner une image "politiquement correcte" de Napoléon à une époque où la guerre est désormais considérée comme une monstruosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 15:00

C'est bien en cela que réside le drame napoléonien : avoir été obligé de toujours faire la guerre pour obtenir une paix qui se dérobait à lui, telle une chimère... (Percy) ...

Rien n'est plus juste, en effet...

Combien de fois Napoléon n'a-t-il pas regretté de ne pouvoir être plus souvent présent aux affaires administratives, contraint par la guerre, de s'en trouver éloigné et d'avoir à gérer à distance de si nombreux dossiers !...
D'ailleurs, n'a-t-il pas eu à quitter quelquefois son Armée, afin de parer au plus urgent, à Paris ?

La guerre, il l'assuma le plus souvent avec brio, parce que l'art militaire, comme tant d'autres, faisait partie intégrante de son génie.
Mais il serait absolument faux de déclarer qu'il s'y complaisait, sauf à prouver de graves lacunes dans la connaissance du Grand Homme...

Il n'est guère d'exemple, en effet, qu'après avoir pris l'avantage dans une bataille, il n'eût aussitôt proposé à l'ennemi de suspendre les hostilités, en lui proposant des négociations.

Il ne savait que trop combien coûtait le prix des lauriers de la victoire pour se laisser aller à les cueillir à tout va !

Non, Napoléon n'a pas aimé la guerre ; elle lui fut imposée, et il excella dans cet art ...

C'est bien différent, et il convient de ne pas sombrer dans de tels amalgames.





salut
Revenir en haut Aller en bas
Esquirol

avatar

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Mer 19 Déc - 18:26

Joséphine a écrit:
Mais il serait absolument faux de déclarer qu'il s'y complaisait, sauf à prouver de graves lacunes dans la connaissance du Grand Homme...
J'ai toujours laissé entendre que l'histoire militaire ne m'intéressait pas, mais malgré cela, mes lacunes dans la connaissance de l'époque napoléonienne ne sont pas si graves que cela.
Joséphine a écrit:
Il n'est guère d'exemple, en effet, qu'après avoir pris l'avantage dans une bataille, il n'eût aussitôt proposé à l'ennemi de suspendre les hostilités, en lui proposant des négociations.
Lors de la campagne de 1809 (la seule à laquelle je me suis davantage intéressé), il n'y a à ma connaissance jamais eu de proposition de suspension des hostilités immédiatement après une victoire. Même après avoir écrit au roi de Saxe que "les journées du 19 et du 20 [avril] ont été pour l'armée autrichienne ce que la journée d'Iéna a été pour l'armée prussienne" ou au roi de Bavière que "l'armée autrichienne a été frappée par le feu du ciel qui punit l'ingrat, l'injuste et le perfide ; elle est pulvérisée", il n'envisage pas de négociations. Au contraire, dans la nuit du 21 au 22, il écrit à Davout qu'il est décidé à "exterminer l'armée du prince Charles aujourd'hui ou au plus tard demain".
Le 1er mai, l'archiduc Charles lui fait parvenir par l'intermédiaire de Davout une lettre où il lui écrit : "Je me sens flatté, Sire, de me mesurer avec le plus grand capitaine du siècle" mais également : "Je serais vraiment heureux si le sort m'avait choisi pour assurer à ma patrie une paix durable". Mais Napoléon se borne à accuser réception de cette lettre et écrit à Davout : "En attendant, gardez le parlementaire. D'ici huit jours, on pourra faire la réponse. Ces gens-là sont aussi vils dans l'adversité qu'arrogants et hauts à la moindre lueur de prospérité..."
Après Wagram et Znaïm, c'est l'archiduc Charles qui sollicite un armistice le 11 juillet que Napoléon accepte de signer contre l'avis de son entourage en disant : "Il y a eu assez de sang versé." Néanmoins, il faudra encore attendre trois mois pour que la paix soit signée, deux jours après l'attentat manqué de Frédéric Staps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2446
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Jeu 20 Déc - 0:57

Napoléon est avant tout un militaire passionné par la chose civile et s'il fait la guerre, c'est toujours pour pouvoir gouverner.
Se serait-il arrêté là qu'il n'y aurait pas de légende noire.
Mais l'héritier des Lumières annonçait aussi le romantisme, sa démesure et sa folie.
Ivre de ses victoires, il en vint à perdre l'équilibre.
La fin de son règne fut l'époque des grandes fautes que la propagande tenta de masquer du mieux qu'elle put.
Paradoxalement, ce fut sa chute qui lui réapprit la mesure et il revint de l'île d'Elbe porté par les fautes de ses adversaires.
Il a alors retrouvé la main, le sens du compromis, mais il est trop tard pour espérer renverser la vapeur.
Les Cent-Jours fascinent par l'incroyable et double renversement de situation qu'ils provoquent.
C'est ce qui fait le paradoxe de ce règne hors du commun qui vit un despote éclairé devenir le héros immortel d'une légende au sein d'une France résolument républicaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Jeu 20 Déc - 1:23

Percy a écrit:

Mais l'héritier des Lumières annonçait aussi le romantisme, sa démesure et sa folie.

En effet. Cela dit, la folie du Romantisme a porté la plupart des grandes figures de ce mouvement jusqu'au sublime... sunny

Quant à Napoléon, si ses entreprises parurent parfois démesurées, c'est bien à tort qu'elles ont été jugées comme relevant de la folie. salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2446
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Jeu 20 Déc - 1:38

La démesure fait partie intégrante du mythe napoléonien.
Elle le conduisit à certains excès, mais elle lui permit également de façonner sa légende.
Un paradoxe supplémentaire pour un destin hors du commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   Jeu 20 Déc - 1:43

Quant à Napoléon, si ses entreprises parurent parfois démesurées, c'est bien à tort qu'elles ont été jugées comme relevant de la folie. (Bruno) ...

En effet !

Et si certains ont attribué à Napoléon le travers de ce que l'on appelle communément "la folie des grandeurs", ceux-là mêmes seraient diablement aveugles de ne reconnaître point la grandeur de ces "folies" !





salut
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: arguments et contre arguments   

Revenir en haut Aller en bas
 
arguments et contre arguments
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» arguments et contre arguments
» [3è] Arguments et exemples : exercices
» Theorie de l'evolution (tous public)
» Critique sociale et argumentation en 4°?
» La création n'existe pas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: