Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 DEFRANCE Jean-Marie.-.Général de cavalerie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: DEFRANCE Jean-Marie.-.Général de cavalerie.   Mer 19 Déc - 16:44

Né le 21 septembre 1771 à Wassy.
Décédé le 6 juillet 1855 à Paris.

Pour le détourner de la carrière militaire vers laquelle ses goûts semblaient le diriger,ses parents l'embarquèrenr vers les Antilles,il n'avait que 18 ans quand il arriva à Saint-domingue.Oubliant les ordres reçus,il s'enrôle comme volontaire dans un régiment pour réprimer la révolte des noirs.
De retour en France vers 1791,il s'engage dans le bataillon de Seine et Marne qui combattait à l'Armée du Nord sous les ordres de Dumouriez.
Ses qualités le firent nommer sous-lieutenant en 1792.
Pour ses débuts d'officier,il eut un cheval tué sous lui à l'attaque de Marchienne.

Nommé capitaine de dragons en 1793,puis adjudant-général de l'armée de l'Intérieur en 1795,servant successivement sous les ordres de Marceau,de Masséna,de Lecourbe et de Moncey.
Partout il se fit remarquer par ses talents militaires,son intrépidité et la confiance qu'il inspirait à ses soldats.
En récompense de la valeur qu'il déploya à la bataille de Zurich,Masséna voulut le nommer général de brigade sur le champ de bataille,mais ce jeune officier de 28 ans refusa ce grade !!!,faisant ainsi preuve d'un grand désinterressement et d'une grande modestie.
Sur sa demande,Bonaparte lui donna le commandement du 12ème chasseurs et l'appela à l'armée d'Italie.
La veille de la bataille de Marengo,il eut son troisième cheval tué sous lui et pendant cette bataille mémorable,le 12ème chasseurs se couvrit de gloire,à la fin de la journée les 2/3 du régiment étaient hors de combat.


Il fut ensuite envoyé à l'armée des Grisons commandée par Macdonald,puis au camp de Boulogne où il reçut l'une des premières croix de la Légion d'Honneur.
Peu après Napoléon l'attacha à sa personne et le nomma général de brigade,il avait 34 ans et c'était un brillant cavalier à la physionomie expressive et passionnée.

Après avoir fait les campagnes d'Ulm et d'Austerlitz auprès de l'Empereur,il prit part de 1806 à 1809 à celles de Prusse,de Pologne et d'Autriche à la tête de la brigade de carabiniers.
Sa belle conduite lui valut les plus flatteuses récompenses:il devint commandeur de la Légion d'Honneur,chevalier de l'ordre du mérite de Bavière,chevalier de la Couronne de Fer et comte d'Empire avec une dotation de 30.000 francs de rentes annuelles en Westphalie.
Son nom fut cité avec éloge dans les bulletins de campagnes.
Il se distingua tout particulèrement à la bataille de Wagram où il eut encore deux chevaux tués sous lui et son épée brisée
.

En 1811,l'Empereur le chargea d"aller annoncer au roi d'Espagne,la naissance du roi de Rome.Au retour de sa mission qui n'était pas sans danger car des combats partiels se livraient dans les provinces du nord,
il se vit conférer le grade de général de division.

En 1812,il participe à la campagne de Russie à la tête de la division de carabiniers.A la bataille de La Moskowa,il succéda dans le commandement de la cavalerie de réserve aux généraux Montbrun et Caulaincourt qui venaient d'être tués.Il était dans la charge brillante qui permit d'enlever la Grande Redoute qui servait de pivot à l'armée russe.

Pendant la désastreuse retraite de Moscou,il commande les gardes d'honneur,escadron formant l'escorte de Napoléon.
Son excellent moral et l'égalité parfaite de son humeur résistèrent aux plus pénibles épreuves.

Il prit ensuite une part active aux dernières campagnes;il fut cité plusieurs fois dans les mouvements hardis qu'il exécuta à Château-Thierry,à Montmirail et surtout à Reims dont il s'empara par un coup de main audacieux.
Il assista aux combats de Saint-Dizier et traversa sa ville de Wassy le 25 mars 1814 avec les gardes de l'Empereur
.

Pour le récompenser de ses incomparables services,Napoléon le nomma Grand Officier de la Légion d'Honneur,mais cette nomination ne put être validée qu'en 1817.

Pendant la Restauration,il se rallie aux Bourbons et se voit confier le commandement de la 1ère division militaire,puis il contribua à la réorganisation de la cavalerie en tant qu'inspecteur général.
En 1829,Charles X,le fit Grand Croix de la Légion d'Honneur,il était encore en service quand il mourut subitement au château d'Epinay sur Seine le 6 juillet 1855 d'une rupture d'anévrisme.

Ses enfants furent digne de leur père;son fils ainé devint capitaine de frégate et aide de camp du Prince Jérôme Bonaparte,il mourut en 1875.
Son second fils servit dans la cavalerie et devint général et commandeur de la Légion d'Honneur,il mourut en 1891.
Une de ses filles,se maria au fils du général Duhesme qui périt à Waterloo.

Son nom est inscrit sur le côté est de l'Arc de Triomphe de l'Etoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: portrait du général Defrance   Lun 16 Nov - 15:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DEFRANCE Jean-Marie.-.Général de cavalerie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès de Mgr Jean-Marie Lustiger
» Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort
» prière pour jean marie
» VERGEZ (Jean Marie) Général de brigade
» Curé d'Ars (Jean-Marie VIANNEY)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: