Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Le 96eme de ligne

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Le 96eme de ligne   Mer 16 Jan - 7:49

Sources :Historique du 96eme régiment d'infanterie deLigne par J.Bouvier,capitaine adjudant-majorau corps, 1892


1.11.1745 : le prince Guillaume Nassau-Saarbrück, maréchal de camp du roi, lève, pour son fils Louis le régiment
Nassau-Saarbrück, du nom de son colonel- propriétaire, et,le 4.02.1746, il obtint unbrevet pour commandercecorpsjusqu'à ce que son fils fût en âge.

1746 Guerre de succession d'Autriche
Cette guerre était commencée depuis 1741.Leplus gros denos forcesque rejoignit lerégiment,était auxxpays-bas,sous les ordres du maréchalde Saxe,vainqueur de Fontenoy l'année précédente.Il est aux sièges de Mons (7.06.10.07.1746), de Charleroi (14.07.-2.08),à la bataille de Rocoux (11.10)
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/


Dernière édition par le Mer 16 Jan - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mer 16 Jan - 22:19

Quelques temps après, Nassau retourna dans les Evêchés pour y prendre ses quartiers d'hiver.


1.07.1747 Une ordonnance porte lerégiment à 3 bataillons comprenant chacun 6compagnies.

1747-1748. Campagne de Hollande
2.07-1747 : bataille de Lawfeldt
Nassau reprend dans les Evêchés ses quartiers d'hiver
11.04-1748 au 6.05 : Siège de Maêstricht
10.12 Un décret ramena à2 le nombre de bataillons.
1.02.1749 :Pour raisons économiques, le gouvernement réforma le 2eme bataillon de Nassau,qui resta ainsi réduit à un seulbataillon pendant 9 ans.

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Ven 18 Jan - 22:32

1756-1763 : Guerre de 7 ans
1756 : La France, alliée à l'Autriche,à la Russie et à la Suède,déclare la guerre à l'Angleterre et la Prusse. En 1757, une armée de 60.000 hommes, sous les ordres du maréchal d'Estrées,pour conquérir cette province appartenant alors à l'Angleterre. Le régiment de Nassau fut désigné pour faire partie de ce rassemblement.
26.07 : Bataille d'Hastenbeck : Le régimenty montra une grande valeur malgré les fatigues endurées depuis 3 jours. Cette victoire décida les villes de Minden et de Hanovre à se rendre.
Après la capitulation du duc de Cumberland à Closter-Seven
(8.09), Nassau fait partie du corps occupant le Hanovre.
Fin Novembre : le corps de M. de Morangiès, dans lequel se trouve Nassau se porte à Soltau puis à Biennenbüthel.
Début décembre, Nassau passe au corps de M. D'Armentières
1758 : A cause de l'état de délabrement de l'armée, le Hanovre est abandonné et le corps doit se replier sur le Rhin début février et le 31.03 toutes les divisions rassemblées autour de Wesel franchissaient le Rhin.
Le roi décide alors d'envoyer un corps de 24 000 hommes en Bohême,sous le prince de Soubise, pour secourir l'empereur d'Autriche.Nassau fut désigné pour en faire partie et se dirigea sur Coblentz dansl es premiers jours d'avril.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 20 Jan - 20:49

Le 20.03 précédent, une ordonnance porte le régiment à 2 bataillons et le jeune prince Louis de Nassau-Saarbrück, en vertu de la même ordonnance, en devint colonel-propriétaire à la place de son père.
10.04 Le régiment est à Coblentz et fut ensuite envoyé sur le Mayn pendant les mois de mai et juin.
Il fit partie de l'expédition du prince de Soubise dans la Hesse, milieu juillet, contre le prince de Brunswick. Fin septembre, l'armée est réunie au camp retranché sous Cassel
10.10 : Luttenberge : Après un comba topiniâtre, le prince de Soubise force les Hessois à abandonner leur position. Nassau resta ce jour-là en deuxième ligne. L'armée occupe ensuite, sanscoup férir, Francfort.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Sam 2 Fév - 22:50

1759 :Début Avril, le duc de Broglie commande l'armée française et rassemble ses troupes, à la rencontre du prince de Brunswick, à Bergen.
13.04, bataille de Bergen : A ce combat, Nassau fait partie des bataillons placés en première ligne à l'aile gauche, alors dissiimulée dans le bois de Wihel. A la nuit tombante, nos restons maîtres du terrain et l'ennemi bat en retraite en direction de Marienborn.
Courant mai :Le corps du Mayn est désigné pour former la réserve de l'armée aux ordres du maréchal de Contades.
11.06 : Le duc de broglie entre dans Cassel et continue sa route sur Warburg pour se rapprocher de l'armée.
Après la défaite de l'armée française à Minden (1.08), le maréchal de Contades se replie sur Cassel qu'il est bientôt forcé d'évacuer pour aller prendre position sur la Lahn, près de Wetzdar, et ensuite autour de Friedberg, où l'armée passe l'hiver.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 5 Fév - 13:46

1760 : le commandement en chef de l'armée d'allemagne est confiée au duc de Broglie qui, conformémént aux instructions de versailles, essaya de reprendre l'offensive en plein mois de janvier ; mais la neige le força bientôt à regagner ses cantonnements.
20.02 : Nassau est porté à 3 bataillons de 8 compagnies chacun en exécution d'une ordonnance royale du 18.01.
22.06 : Toute l'armée du duc de Broglie quitta ses emplacements et se dirigea vers Cassel où 85.000 alliés étaient réunis.
10.07, Corbach : Nos brigades de tête paviennent en quelques heures à mettre en déroute l'armée alliée.
31.07, Cassel : La brigade La Marck, où se trouvait Nassau, appuya l'attaque que fit le 31.07 M. de Lusace avec son corps d'armée contre le camp retranché de cassel. malgré un feu très vif d'artillerie, les bataillons français chassèrent des retranchements le corps entier du général Kilmansegg qui les défendait.

(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mer 6 Fév - 13:36

19.09. Dransfeld : Après un combat de mousqueterie sous bois qui dura plus de deux heures et ne se termina qu'à la nuit, les ennemis furent enfin repoussés, et l'obscurité seule empêcha de les poursuivre.
Nassau fut ensuite cantonné dans l'arrondissement de Marburg.
1761, défense de Ziegenhayn (7-25 mars) :En février, le baron Zuchmastel reçut l'ordre de réunir dans Ziegenhayn les 3 bataillons de Nassau et d'augmenter les défenses de la place par tous les moyens en son pouvoir. le régiment comprenait alors 1044 homes.
dans la seconde quinzaine de février, le duc de broglie fut contraint d'abandonner avec son armée les environs de Cassel et de se replier dans la vallée du Mayn, Ziegenhayn était abandonnée à ses seules ressources.
Le 7.03, les alliés bombardent la ville ; le 15, celle-ci est en cendres et la garnison n'a plus que les casemates pour abris.
L'arrivée d'un renfort important permit au duc de Broglie de reprendre l'offensive et de chasser les alliés des bords de la Nidda.le 25, M. de Montchenu se présenta avec plusieurs bataillons aux abords de Ziegenhayn , et, aidé par la garnison, délogea les ennemis auxquels on prit 300 hommes, 3 drapeaux et 2 pièces de canon.
le duc de broglie s'empara de nouveau de toute la Hesse et y fit cantonner ses troupes pour leur donner un peu de repos.
En juin, à la reprise des hostilités, nassau est à l'avant-garde sous les ordres de M. de Belsunce.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mer 6 Fév - 22:10

15.07, Willinghausen :Le duc de Broglie fait attaquer le château de Nateln et le village de Willinghausen où les ennemis sont retranchés. Il se livre un combat très vif d'artillerie qui ne cesse qu'à la nuit close, et les ennemis se retirent à quelque distance du village. le lendemain, le combatrecommença ; le duc de Broglie privé de l'appui du maréchal de Soubise, dut battre en retraite devant les alliés supérieurs en nombre.
2.09, Osterode : M. De Belsunce attaque le corps de M. de freytag, le défait, et disperse son infanterie qui se retire sur Goslar à travers le Hartz.
13.11, passage de la Rhume : M. de Clausen remplaçait M. de Belsunce à la tête de l'avant-garde. Les corps de M. de Lusace et de M. de Clausen étaient cantonnés sur la rive droite de la Rhume, et repassèrent cette rivière ce jour-là. le prince héréditaire attaqua, au moment du passage, M. de Clausen avec des forces considérables ; mais notre infanterie obligea les ennemis à s'éloigner.
1762 Au commencement de mai, le maréchal d'Estrées, qui commandait en chef l'armée du Rhin dans cette campagne se rapprocha de Cassel, où toute l'armée se trouva réunie dans le spremiers jours de juin.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 17 Fév - 10:22

24.06, Wilhelmstalh : le 21, l'armée française campait sur 2 lignes à Grebenstein. dans la nuit du 23 au 24, le prince Ferdinand passa le Diemel, tomba de grand matin sur nos avant-gardes surprises par la rapidité du mouvement et les refoula sur le gros de l'armée qui, menacée d'être coupée de Cassel par un corps anglais, se vit forcée de se replier sur cette ville. Nassau combattit en 2eme ligne. cet échec nous coûtait 3.000 hommes dont la moitié faits prisonniers.

15.10-2.11, défense de Cassel : Nassau fait partie des régiments laissés en garnison à cassel pour la défense de la ville. le siège de cette ville par le prince ferdinand dura du 15.10 au 2.11, date à laquelle le bon de Diesbach demanda à capituler. la garnison sortit avec les honneurs de la guerre et tambour battant, pour rejoindre l'armée française par le chemin le plus court, en emmenant ses blessés et ses bagages.

Le 3.11, on signait à Fontainebleau les préliminaires de la paix. L'armée d'Allemagne fut réduite à 90.000 hommes jusqu'à la conclusion définitive de la paix, et un certain nombre de régiments rentr-rent en france ; de ce nombre fut Nassau qui alla tenir garnison à Metz.

1764 : Courant novembre le régiment tint garnison à Lille
1765 En octobre, il est envoyé à Dunkerque
1766 : En octobre, à Fort-Louis, pendant 3 ans
1769 : En août, après un mois passé au camp d'instruction de Compiègne, à Thionville et Longwy, et en novembre à Saarlouis
1770 : En août à Schlestadt
1778 : En avril, Nassau est envoyé au Quesnoy et à Condé
1780 : En mai, à Saarlouis
1781 : En novembre, au Fort-Louis
1782 : En mars, à Metz, et en juin à St-Claude, où il reste près d'un an, pendant les troubles de Genève.
1783 : En mai, à Besançon, et en octobre à Huningue
1784 : En octobre, le régiment tint garnison, pour la 3eme fois, à Saarlouis, et y resta 3 ans et demi.
1788 :Le 17.03,une ordonnance appora quelques modifications dans la composition des régiments, décida l'embrigadement des corps : Nassau forma le régiment allemand de Salm-Salm, la 42e brigade. En avril, Nassau fut envoyé à Metz.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Jeu 28 Fév - 22:38

1789 : Début juillet, nassau est mandé, ainsi que bon nombre d'autres régiments étrangers, autour de la capitale, par le gouvernement de Louis XVI ; il s'établit à Choisy.
9.07 : A Versailles avec le régiment de Bouillon. Ces deux régiments sont consignés à l'Orangerie.
Après la prise de la Bastille, le peuple de Paris obtient l'éloignement des régiments concentrés dans les environs. nassau retourne à Metz, et détache au mois de novembre son 2e bataillon à Verdun.
1790 : Début juin, le régiment est en entier à Thionville.
31.08 La garnison de Nancy s'étant révoltée contre ses officiers qu'elle enfermât et voulut mettre la ville à contribution, le général de Bouillé reçut de l'Assemblée l'ordre de marcher sur Nancy pour réprimer cette rébellion. A la tête d'une colonne où se trouvait le 1er bataillon de Nassau, et composée en grande partie de gardes nationales de cavalerie, il marcha sur la ville devant laquelle il arrive le 31.08 ; ses troupes étaient moins nombreuses que les rebelles soutenus par la populace. toutefois, ils allaient céder aux injonctions du délégué du gouvernement, lorsque des coups de feu partirent on ne sait d'où. La mêlée devint bientôt générale ; les troupes de Bouillé attaquèrent la ville avec la plus grande ardeur et occupèrent en peu de temps les principales places. le général obtint alors la soumission des régiments et les fit sortir de la ville ; il délivra les officiers et les autorités emprisonnés et livra les principaux coupables à l'Assemblée.
Le 1er bataillon de Nassau rentra ensuite à Thionville après cette journée qui fut très meurtrière.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Ven 21 Mar - 13:38

1.01.1791 : une ordonnance réogarnise l'armée,et décide que les régiments quitteraient les noms qu'ils portent et seraient désignés, désormais, par des numéros. Nassau devient ainsi le 96eme régiment d'infanterie.
18.06 : Le 96e quitte Thionville pour se rendre à Sédan. Sur ces entrefaite, Bouillé se prépare à assurer la fuite du roi entre Châlons et Montmédy, et, le 22, le 2eme bataillon fut échelonné sur le chemin que devait suivre les fugitifs. mais Louis XVI fut arrêné à Varennes et reconduit à Paris. ces circonstances jetèrent le discrédit sur le 96 qui n'avait, pourtant, joué dans cette affair, qu'un rôle passif et inconscient.
Lors de son arrivée à Sedan, les habitants refusent de le recevoir. A Thionville, quand il se présente aux portes le pont-levis est levé. A Saarlouis, il est menacé d'être mitraillé s'il s'approche à portée des canons.
A Metz, l'autorité se trouve assez forte pour ne pas craindre la mauvaise humeur des habitants et reçoit le régiment. Des querelles surgissent entre les soldats humiliés du 96e et des soldats excités par les meneurs des autres corps de la garnison ; un duel entre un grenadier du 96e de l'ancien régiment de Condé, duel dans lequel ce dernier est tué, amène une rixe qui menace de dégénérer en une bataille générale. Ordre est donné au 96eme de partir à l'instant pour Toul. C'est alors que 4 ou 500 hommes du corps, outrés de la répulsion qui s'est attachée au nom de Nassau, qu'on continue à donner au régiment en dépit du décret, sortent des rangs, arrachent leurs boutons, déchirent leurs retroussis et tout ce qui rappelle le titre étranger du corps,et déclarent qu'ils sont Français et veulent servir comme tels. Ils remettent leurs armes pour q'on ne les soupçonne pas de mauvais desseins, et demeurent à Metz.
Le reste du corps se met en route, ne traverse Pont-à-Mousson le 14.07 qu'en renouvelant le serment civique, et parvient à grand-peine à se faire recevoir à Toulon
21.07 Suite à ces événements, l'Assemblée Nationale décréte que "le 96e régiment d'Infanterie, ci-devant nassau, et tous ceux ci-devant désignés sous le nom de régiments d'infanterie française. En conséquence, ils ne font avec elle qu'une seule et même arme ; ils prendront l'uniforme français, suivront la même discipline que les troupes françaises, et, à compter du premier de ce mois, ils seront traités de la même manière relativement à la solde, aux appointements et à la fixation des diverses masses."
Cette mesure apaisa tout : les dissidents rejoignirent le corps, et celui-ci se mit en route pour Besançon.
Les colonels des régiments étrange furent indemnisés de la perte de leur charge : le prince de Nassau reçut une pension de 15.028 francs, et le régiment n'eut plus qu'un commandant, M. d'Hamilton qui ne resta qu'un mois et fut remplacé par M. de Haack. Le 23.11, ce dernier est remplaçé par M. de Schawembourg.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jérôme C.

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 46
Localisation : Bresse
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Ven 28 Mar - 19:35

voici une petite illustration sur le 96e, sauf que les boutons cy-après sou Empire salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://assosehri.monespace.net/topic/index.html
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Lun 31 Mar - 13:55

Ne craignez rien, cavalier jacobin. ! On finira par y venir à l'Empire ! Wink Cela va demander juste un petit peu de temps. Wink En attendant, voici la suite du 96eme de ligne.
1792 : Début de cette année, le 96eme se rend à Strasbourg qu'il quitte courant mars car, il est alors affecté à l'armée du Rhin et est envoyé à Huningue. Le 20.04, la guerre est déclarée à l'Autriche, et le 26, les deux bataillons : tandis que le 2eme bataillon demeure à Huningue, le 1er bataillon, avec le colonel, est dirigé sur Altkirch.
Courant mai, le bataillon alla à Neuf-Brisach et campa sur les glacis de cette place ; le 24.06, il partit pour le camp de Plobsheim, près de Strasbourg
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Lun 31 Mar - 19:53

Fin juillet :s. Le bataillon s'achemine vers Wissembourg et fit partie du camp d'Alstadt.
C'est alors que les Autrichiens se rendent sur la Moselle pour donner la main aux Prussiens. Un corps de 8.300 hommes sous kellermann est tiré de l'armée du Rhin et envoyé pour renforcer l'armée du centre. ce corps partit de Wissembourg, le 30.08 et gagna le camp de Frescaly, près de Metz. le 1er bataillon du 96eme, fort de 669 combattants, en faisait partie : il formait, avec les 30e et 62eme de ligne et 2 bataillons de volontaire, la 2e ligne de ce corps sous les ordres du général Muratel.
20.09 : le 1er bataillon du 96eme, sous les ordres du lieutenant-colonel Rewbell fait partie de la 2eme ligne commandée par le général Muratel, qui est en position sur la butte du Moulin en avant de la 1ere ligne sous la protection de 18 pièces d'artillerie. les troupes de Muratel, placées sur les pentes en colonnes par bataillons arrêtèrent vers midi, une vigoureuse attaque des bataillons prussiens, et le combat continua par une violente canonnade. Plus tard, le bataillon marcha avec l'armée du centre à la poursuite des prussiens qui nous abandonnèrent Verdun et Longwy et évacuèrent le territoire français, et prit ses cantonnements d'hiver à Woêl.
par application du décret du 1.10, l'armée du centre prend le nom d'Armée de la Moselle et passe sous les ordres du général Beurnonville.
26.11 : le bataillon compte à la division du général Pully qui doit agir entre Sarre et Moselle.
6.12 : Prise de Saarburg : cette division, commandée provisoirement par le général Humbert, s'empare de Saarburg, après un léger combat.
12.12 : Bibelshausen :Pour déloger l'ennemi d'Eille et de Bibelshausen, en avant de Saarburg, le bataillon commandé par le colonel rewbell, enlève la 1ere position, se portant ensuite sur Bibelshausen, et en chasse l'ennemi. A peine, les troiupes de Pully sont-elles rentrées à Saarburg que l'ennemi reient en forces attaquer Bibelshausen, il enest chassé une 2eme fois. le 1er bataillon fut cité parmi les corps qui se distinguèrent.
15.12 : Wavren : les troupes du général Pully enlèvent les positions et méritent toute la gloire de cette journée.
16.12 : Konzsaarbrûck : le bataillon se trouve parmi les troupes sous les ordres du général Landremon qui essaya en vain de s'emparer de Konzsaarbrûck. l'armée de la Moselle prit ses cantonnements sur les deux rives de cette rivière : le bataillon s'installa à Bouzonville.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Jeu 3 Avr - 21:59

1793 : Février: le bataillon fait partie d'une colonne qui, sous les ordres du général Destournelles, s'empare de Homburg e de Kaiserslautern.
Début avril : reprise des hostilités. le 96 compte au corps de réserve que comande le général Pully.
le nouveau commandant de l'armée de la Moselle, le général Houchard; essaya de prendre l'offensive et s'avança du côté de Mayence ; mais la capitulation de cette place le força à rétrograder jusque sur les hauteurs de Saarbrück.

Surprise de Koederich (17.08) : A deux heures du matin, tous nos avant-postes furent attaqués par surprise dans l'obscurité ; ceux de Koederich et de Felsenbrunn, se replièrent dans le désordre et entraînèrent les bataillons établis en arrière. Le bataillon avait ses deux compagnies de grenadiers et une compagnie de chasseurs postées à felsenbrunn ; il fut, lui aussi, victime de cette panique.

Combat de Koederich (20.08
) : le 1er bataillon du 96eme fit partie d'une colonne de 4.000 hommes qui, sous le sordres du chef de brigade Lagoublaye, fut chargée de reprendre le poste important. L'ennemi n'ayant que peu d'hommes, le village fut repris facilement. mais à peine les troupes de lagoublaye y étaient -elles établies qu'elles furent attaquées par 22.000 fantassins, ujne nombreusecavalerie et 20 piècxes de canon. Après avoir tenu tête autant que possible à des forces aussi disproportionnées, le chef de la colonne ordonne la retraite qui ne s'effectua pas sans quelque désordre.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Ven 18 Avr - 19:51

Pirmassens (14.09) : Dans cette malheureuse attaque, le bataillon perdit 220 hommes, et, dans la déroute qui suivit, 2 canons et 2 caisses.
Le 31.10, Hoche prit la tête de l'armée de la Moselle, mais le 1er bataillondu 96e ne prit pas part aux opérations durant l'hiver 93-94 et tint garnison à Longwy du 15.11 au 19.02. A cette date, le 1er bataillon passe à la division Taponnier..
26.03.94 : le 1erbtaillon est amalgamé avec le 5e bataillon de volontaires la Moselle et le 6eme bataillon de volontaires des Vosges pour former la 173e demi-brigade, qui devint plus tard 37e demi brigade et 37e d'infaterie de ligne.

Opérations du 2eme bataillon

Armée du Rhin (26.04.1792 au 30.03.1793) : Retenu à Huningue et placé sous les ordres du lieutenant-colonel en second Lovaria, le 2e bataillon du 96e continua aà faire partie de l'armée du Rhin. Envoyé successivement à Neuf-Brisach, à Colmar et à Strasbourg, il passa au corps de Custine et fut attaché, vers la fin de l'année, à la brigade du général Munnier qui avait pour mission d'observer Manheim ; il pasa l'hiver aux environs de cette place.
20.03 : Il prit position au village d'Eich, sur la route de Mayence à Worms pour couvrir un convoi de pièces d'artillerie.

Gunstersblum (30.03) : Un corps prussien de 8000 fantassins et de 1000 cavaliers commandé par le prince de Hohenlohe surprend le corps de Lovaria qui doit mettre bas les armes.
Le bataillon est emmené en captivité à Wesel, et sed ébris à leur rentrée en france, furent amalgamés, le 26.10.1793 avec le 1er bataillon de Volontaires de la Haute-Vienne et le 2eme bataillon de volontaires de l'Yonne, pour former la 174e 1/2 brigade, devenue la 49e au second embrigdement et supprimée en 1803.
(a suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Sam 19 Avr - 21:54

1796 : Au 1er embrigadement, la 96e 1/2 brigade de bataille devait être formée avec deux bataillons de volontaires et avec le 2e bataillon du 48e régiment d'infanterie, ci-devant Artois. mais ce bataillon étant alors employé à St-Domingue, la demi brigade ne figura finalement que sur le papier.
Lors du second embrigadement, la 96eme 1/2 brigade d'infanterie de ligne fut formée, le 15.02, de la 66e 1/2 brigade de bataille, à laquelle échut, au tirage au sort ce nouveau n°.
A l'armée de Sambre-et-Meuse (15.02.1796-19.10.1797)
Au moment de sa formation, la 96e est à l''armée de Sambre-et-Meuse et était cantonnée autour du Rhin-cassel ; son dépôt était à cambrai, et fut transporté quelque temps après à Maestricht.
la 96e forma, avec la 105e, la brigade Leval dans l'avant-garde que commandait le général Lefebvre.
2.06, passage de la Sieg : le 1er juin, la division Lefebre enlève la petite ville de Siegburg après un dur combat aux troupes de Kienmayer, s'empare du pont de la sieg défendu par plusieurs pièces d'artillerie, et va prendre position le soir à Happershoss, après avoir infligé une perte de 2400 hommes à l'ennemi. Le lendemain, toute l'aile gauche franchit lea Sieg et se dirige sur Uckerath.

(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 20 Avr - 10:01

Altenkirchen, (4.06) : Kléber attaque le prince de Wurtemberg. la division lefebcre reçoit l'ordre de déloger les Autrichiens ; elle est fractionnée en 3 colonnes ; la colonne du centre, composée de la brigade leval (96e et 105e) et de la cavalerie du général d'Hautpoul,est dirigée par le général Lefebvre en personne. Les troupes françaises chassent l'ennemi malgré une résistance opinâtre, et parviennent à faire 3000 prisonniers, à enlever 4 drapeaux, 12 pièces de canon et une quantité considérable de caissons et de chariots.

Wetzlar (15.06) : L(archiduc Charles pousse en avant de Wetzlar le corps de Wartensleben (36.000 hommes). lefebvre ne tarde pas à rencontrer les Autrichiens, bien que n'ayant 6.500 hommes ildécide de combattre. Débodé par les cuirassiers de Karacksay, il est obligé de céder du terrain. Deux bataillons des 83e et 96e 1/2 brigades attendent à bout portant les cavaliers hongrois, les couvrent de feu, les mettent endésordre,et donnent ainsi au reste de notre infanterie le temps de se reformer en arrière ; une 3e charge de cavalerie du général richepanse disperse l'ennemi, et lefebvre peut rallier sa division venant d'être fortement éprouvée ; il se replie sur Obertienfenbach.
Jourdan, apprenant cela, décida de battre enretraite sur Dusseldorf durant la nuit.
Nuit du 17 au 18.06 : le 3e bataillon du 96e, qui avait été détaché en flanqueur, fut cerné pendant trois heures et s'ouvrit un passage de vive force.
Le 18, au matin : Kléber prend position à hauteur d'Uckerath ; la division lefebvre fit 28 lieues en 3 nuits, après avoir livré un combat meurtrier.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 27 Avr - 10:01

Uckerath (19.06) : Avant le jour, un de nos avant-postes est surpris et massacré par l'avant-garde ennemie commandée par le général Kray.L'alerte est donnée et nos troupes vite sur pied.
Kléber forme 3 colonnes et dirige celle celle du centre, qui se compose d'un bataillon de grenadiers et des 83e et 96e 1/2 brigades. bientôt, il s'aperçoit qu'il a, sur les bras, presque toute l'armée autrichienne et ordonne la retraite qui s'effectue dans le plus grand ordre, et le soir, il réoccupe les positions du matin.
Cette journée fut indécise et chaque parti s'attribua la victoire. Nos pertes s'élevèrent à 1.400 hommes et celels de l'ennemi furent plus considérables.
le 96e y eut 20 hommes tués et une soixantaine de blessés ; le chef de brigade Patel fut cité parmi ceux qui se distinguèrent dans cette journée.
Wilnsdorf (4.07) : lefebvre attaque l'avant-garde Autrichienne de kray. Après une défense opin^tre, les autrichiens se retirèrent dans le plus grand désordre nous abandonnant leurs blessés, leurs équipages et 600 prisonniers.
Friedberg (10.07) :Le corps de Kléber, composé des divisions Lefebvre, Colaud et Bonnard, marcha contre Friedberg, où le corps de Kray était en position. Lefebvre eut pour mlission de tourner la droite de l'ennemi ; il réusssit et força les Autrichiens à abandonner leurs positions, après une lutteacharnée à l'arme blanche autour du village de Fauerbach. Cette journée coûtait aux Autrichiens 2000 hommes tués ou blessés, 500 prisonniers et 3 pièces de canons, et aux français 500 hommes seulement hors de combat.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mer 7 Mai - 23:03

Prise de Francfort (16.07) : les troupes de Kléber entrent dans Francfort.
Jourdan poursuit Waternsleben à travers la Franconie, et le corps de Kléber s'empare de Gemünden et de Schweinfurt : Wurtzbourg tomba également, ainsi que koenigshofen, Zell et nombrte d'autres villes; Wartensleben se retire sur Nuremberg.

Sulzbach (17.08) : Lefebvre déloge l'arrière-garde ennemie à Neukirchen et la pousse sur Sulzbach. Agissant de concert avec les divisions Colaud et Grenier, qui sontà sa droite, ilcontraint les Autrichiens à se replier sur Amberg, après un combat acharné qui coûta à l'ennemi 1200 hommes hors de combat et 600 prisonniers.

Retraite sur le Rhin :l'archiduc Charles décide de laisser quelques troupes pour "amuser" l'armée de Rhin et Moselle pendant qu'il frapperait un grand coup sur, l'armée de Sambre-et-Meuse. Apprenant que l'archiduc se dirige à marches forcées sur Ingolstadt,Jourdan prend le parti de battre en retraite.
La division Lefèbvre quitte la ville de Nabburg le 23.08, couvrant la retraite de l'armée de Sambre-et-Meuse, qui s'effectue le plus souvent de nuit, au milieu de populations hostiles.
Lefebvre ne prit pas part à la bataille de Wurtzbourg que Jourdan livra le 3.09 à l'archiduc et dans laquelle il ne put résister à des forces disproportionnées.
Le 9, l'armée de Sambre-et-Meuse traverse la Lahn à Wetzlar et prend position sur la rive droite de cette rivière.

Giessen (16.09) : une forte colonne d'infanterie hongroise débouche de giessen et fait replier les troupes françaises postées dans les environs ; elle commençait à prendre position en avant dans la ville, lorsque les généraux Olivier et leval, à la tête de leurs brigades, la chassent par une charge vigoureuse dans laquelle se signale la 96e 1/2 brigade.
Le 20, Jourdan prend position autour d'Uckerath.
L'archiduc Charles avait atteint son but : Séparer l'armée de Sambre-et-Meuse de lcelle de Rhin et Moselle. l'armée de sambre et Meuse passe, alors, sous le commandement du général Beurnonville.
le nouveau commandant en chef reste sur la défensive et se contente de garder le Rhin entre Dusseldorf et Mayence ; il laisse ses troupes goûter un repos dont elles ont le plus grand besoin, après une retraite de plus de 100 lieues en pays ennemi. Il partage son armée en 3 corps.
Le 96e compte toujours à la division Lefebvre qui fait partie de l'aile gauche placée sous le commandement de mac donald et chargée de garder les abords de Dusseldorf.
Le 15.11, la division Lefebvre est retirée de l'aile gauche et envoyée dans le Hundsrück pour renforcer le centre que comande Kléber ; à la fin du mois, elle prend des cantonnements à Neuwied et aux environs.
Le 96e, qui a 2300 hommes sous les armes, forme avec la 105e la brigade Soult, dans la division Lefebvre.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 13 Mai - 13:25

1797 :Courant Février, Hoche est fait général en chef de l'armée de Sambre et Meuse, la réorganise et y rétablit la discipline.
16.04 : Hoche dénonce l'armistice et fait marcher son aile gauche sur la Sieg. Le général autrichien Werneck, qui garde la rive droite du Rhin enface de Neuwied, appelle à lui la plus grand epartie de ses forces pour se porter à Altenkirchen.
18.04, Neuwied : hoche tente le passage du Rhin. L'infanterie de lefebvre, appuyée par l'artillerie légère et par les chasseurs, emporte promptement 3 redoutes qu'elle a devant elle, et les Autrichiens ne tardent pas à battre enretraite. dans cette journée, qui coûtait aux Autrichiens 2.000 hommes tués ou blessés, la 96e, sous les ordres du chef de brigade Callier nouvellement promu, concourut pour une large part à la prise des 3.000 hommes, des 30 pièces de canonet des 7 drapeaux que l'on fit à l'ennemi.
Le lendemain, toute l'armée de sambre et Meuse poursuit Werneck. Le 22, Lefebvre allait franchir la Nidda et marcher sur Francfort lorsqu'il reçoit l'ordre de suspendre les hostilités : Les préliminaires de paix de Léoben venant d'être signés ; un armisticce fut aussitôt conclu entre les généraux en chef des deux armées opposées. la division Lefebvre fut échelonnée le long de la rive droite de la Nidda, et la 96e s'installa au camp sous Hochst, où elle séjourna jusqu'en octobre.
Son dépôt fut transporté, dans les premiers jours de mars, de Maêstricht à Aix la Chapelle

(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mer 14 Mai - 22:25

La 96e à l'armée d'Allemagne (20.10-8.12.1797)
Hoche mort à Wetzlar le 18.09, c'est le général Augereau qui est désigné pour lui succéder ; il réunit sous on commandement, le 20.10, l'armée de Sambre et Meuse et celle de Rhin et Moselle, sous le nom d'Armée d'Allemagne. Cette armée de 120.00 hommes continue, même après la signature de Campo-formio, à occuper la rive droite du Rhin en attendant le règlement de questions litigieuses. la division lefebvre reste sur la rive droite de la Nidda.
La 96e, qui comptait toujours à cette division, quitta le camp d'hochst pour Homburg , elle avait 2670 hommes sous les armes.

La 96e à l'armée de Mayence (9.12.1797-25.02.1798)
Au congrès de Rastadt, il fut convenu que les Autrichiens évacueraient mayence avant le 30.12 et que les français pouraient en faire le siège à partir du 10.01, si la garnison électorale n'en faisait pas la remise immédiate.
En prévison d'un siège probable, le Directoire décide que l'aile gauche de l'armée d'Allemagne en serait chargée ; cette armée prit le nom, le 9.12, d'armée de mayence, et le commandement en fut donné au général Hatry.
Après l'évacuation de mayence par les Autrichiesn, la ville ouvre ses portes au général Hatry qui y installe une forte garnison et la division Lefebvre fut échelonnée aux environs. la 96e fut installée dans un camp sous la place, et y stationna jusque dans les derniers jours de février.

La 96e à l'armée d'Angleterre (26.02-31.08.1798)
Le Directoire décide la réunion, sur les côtes de la Manche, d'une armée destinée à linvasion de l'Angleterre et en confia le commandement à Bonaparte et prend le nom d'armée d'Angleterre.
la 96e en fait partie ; elle quitte Mayence le 26.02, et arrive à Abbeville le 12.03. Placée dans la division Grenier, qui, avec la division Championnet, forme l'aile droite de cette armée, elle est répartie dans diverses localitésdes côtes de la manche, entre dunkerque et le Hâvre, qu'elle occupe successivement depuis mars jusqu'à fin août.
Le dépôt de la 1/2 brigade, resté à Aix-la-Chapelle jusqu'au 26.04, est transféré à Amiens, de là à Doullens et enfin à Aire début juin.
Bonaparte reconnaissant un débarquement en Angletere impossible, il fait adopter son projet d'expédition d'Egypte. L'armée d'Angleterre est dissoute fin août ; la 96e reçoit l'ordre d'aller tenir garnison à Paris.

La 96e à l'Intérieur (1.09.1798-16.03.1800) :
La 96e arrive par bataillon dans la capitale vers le 10.09 ; elle occupe les casernes de Lourcine, de Babylone, de Mouffletard et de Popincourt ; elle compte près de 2800 hommes.
Son dépôt ayant quitté Aire en septembre, il est transféré successivement à Saint-Omer, à Senlis, à Paris et enfin à Versailles, où il arrive le 23.02. Son effectif est de 750 hommes.

(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Jeu 15 Mai - 13:40

18 brumaire an VIII : la 96e, sous les ordres du général lefebvre, appye le renversement Directoire ; dan sla matinée, elle est passée enr vue par Bonaparte dans le jardin des Tuileries, come toutes les troupes de Paris.
Dans la soirée, les grenadiers de la /2 brigade partent sous les ordres de Murat partent pour Saint-Cloud.
Le grenadier Thomas Thomé eût dses vêtements déchirés en protégeant le général Bonaparte des représentants armées de poignards. il fut promu sous-lieutenant au corps, un mois après, il y prit sa retraite comme capitaine en 1812.
Les grenadiers de la 96e concoururent à l'expulsion des députés de l'orangerie, et, dans la soirée, les deux conseils réunis, après l'élimination d'une partie de leurs membres, décrétèrent que les généraux et la 96e 1/2 brigade avaient bien mérité de la patrie.
Le chef de brigade Lepreux fut nommé le 7.12 au commandement de la 96e. celle-ci reçut en incorporation, le 12 du même mois, le bataillon auxiliaire de seine-et-marne formé à Fontainebleau avec des conscrits 3 mois auparavant.

[b 1800 : ]Répression de la guerre civile en Normandie[/b] : Courant janvier, la Vendée et la Bretagne sont soumises, seule la Normandie résiste encore. le Premier Consul envoie de paris quelques bataillons avec les généraux de Gardanne et Chambarlhac pour réduire l'insurrection.
Le 3e bataillon de la 96e quitte Paris le 23.01 pour se rendre à Evreux ; le 2eme bataillon part à son tour le 30 du même mois pour Verneuil.
début février, les chouans mettent bas les armes et leur chef, le comte de Frotté est exécuté à Verneuil. les bataillons rentent à Paris, ceux de la 96e sont de retour le 20.02.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Jeu 15 Mai - 22:31

La 96e à l'armée de réserve d'Italie (17.03-23.06.1800)

la 96e forme avec la la 24e légère et la 43e de ligne, la division Chambarlhac ; elle quitte Paris le 17.03 pour Dijon, à l'effectif de 93 officiers et 2775 hommes présents
elle passe tout le mois d'avril à Dijon ou aux environs et se dirige sur Genève début mai.

Passage du Grand Saint-Bernard : la 96e y déploya beaucoup de zèle pour le transbordement, sur des traîneaux et des troncs d'arbre, des pièces deu parc d'artillerie ; à elle seule elle fit passer deux pièces de 8 avec leurs affûts et leurs caissons. Aucun homme ne voulut accepter l'argent qui devait être le prix de ces travaux pénibles, ne voulant "diminuer l'étonnant de l'opération qu'ils ont entreprise. Agréez, général consul, cette somme que vous nous destiniez ; qu'elle soit conservée pour des besoins plus urgents. Le seul regret qui; puisse rester à la 1/2 brigade, c'est de n'avoir pu que suivre l'exemple des corps de la division ; son ordre de bataille a empêché qu'elle ne le donnât !"
(extrait de la lettre de A. F. Lepreux, chef de la 96e 1/2 brigade d'infanterie de ligne au 1er Consul)
22.10 : Le général en chef de l'armée d'Italie de faire connaître à la 96e 1/2 brigade et à la 24e légère, qu'en témoignage de leur condute au grand st-bernard, il faisait présent de bonnets à poils aux grenadiers des deux corps.
22.05 : La division Chambarlhac, qui marchait en queue, finit de passer le col.
Sous le fort de Bard, les 3 canons de la 96e ainsi que les caissons son trainés pendant la nuit sur la route recouverte de paille, par les grenadiers de la 1/2 brigade.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 18 Mai - 10:08

Montebello (9.06) : La division Chambarlhac forme avec la division Gardanne un corps sous les ordres de Victor. Le 9.06, il est placé derrière le corps de Lannes qu'il doit soutenir dans l'attaque de la position de Casteggio occupée par 17000 autrichiens, sous le général Ott. la division Chambarlahac secourt la division Watrin. La 96e, flanquée à droite par la 24e légère t à gauche par la 43e de ligne, marche droit au centre de l'ennemi, le rejette dans Casteggio et décide de la victoire.
Une pièce de canon fut enlevée aux Autrichiens pendant l'action par le grenadier Jean-Roch Coignet, du 1er bataillon, qui massacra à lui seul les servants qui restaient. Il mérita pour ce fait d'armes les éloges du général Berthier et du Premier Consul arrivés dans la soirée sur le champ de bataille. En récompense, il pasa dans la Garde Consulaire. Il écrivit, en 1850, ses "Souvenirs".
Le chef de brigade Lepreux fut cité" pour sa belle conduite et les dispositions qu'il sut prendre.
Le chef de bataillon Leriget s'y distingua dans une charge par l'ardeur et le courage qu'il sut imprimer au 1er bataillon qu'il commandait.
Le capitaine
Merle,des grenadiers du 1er bataillon, y déploya beaucoup de courage et fut blessé grièvement : il fut nommé chef de bataillon au corps le 24.08 suivant.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 96eme de ligne
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les équipages de 5 avions de ligne rapportent avoir vu des OVNIs (Mexique)
» 67eme de Ligne
» Natalie Portman sort sa propre ligne de chaussures vegans
» GROUPE DE PRIERE EN LIGNE
» BAILLOT (Louis-V.) Fusilier -105è de ligne - Carisey (YONNE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: GÉNÉALOGIE :: - Historiques de Régiments - :: L'Infanterie :: La Ligne-
Sauter vers: