Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le 96eme de ligne

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 20 Mai - 14:06

Marengo (14.06) Cette bataille étant très connue, je ne donnerais que quelques indications concernant le régiment qui nous intéresse. La veille, la division gardanne (corps Victor) appyée par la brigade Rivaud (43e et 96), refoule dans la journée les Autrichiens jusqu'à la Bormida ; le soir, le corps de Victor campe en avant de marengo. le lendemain, la division chambarlhac est placée à gauche du village. les 1er et 2eme bataillons de la 96e, sous les ordres du chef de brigade lepreux, forment l'extrême gauche de notre ligne. Un feu nourri de la 96re arrête net une charge de la cavalerie du général autrichien Pilatti.
Le 3e bataillon, sous les ordres du général Rivaud, est allé avec la 43e soutenir la division Gardanne qui a la plus grande peine à se maintenir sur Marengo.
A la fin de la bataille, la 96e qui avait en ligne 1586 combattants au début de l'action, comptait 2 officiers tués et 35 blessés ; 54 soldats tués ou morts de leurs blessures, 330 blessés et une vingtaine de prisonniers ; ces derniers furent échangés le lendemain.
les 2 premiers bataillons de la 1/2 brigade soutinrent à eux seuls, pendant près de treize heures, tous les efforts de l'aile droite ennemie ; tous, officiers et soldats, y firent leur devoir et méritèrent des éloges.
Furent cités :
Le chef de brigade Lepreux, pour sa conduite et son énergie ;
Le sergent major Louis Durand, le fourrier Augustin Pinchard et le caporal Michel Oudard[/b, se firent remarquer dans une attaque à la baïonnette où il firent plusieurs prisonniers.
Le fourrier [b]Charles Leroy
, porteur du drapeau de sonbataillon, se trouva à un moment seul avec le sergent Biche, le caporal claude Robert et le fusilier Joseph Duchoisy au milieu d'un groupe d'autrichiens ; malgré ses blessures, Leroy défendit son drapeau avec intrépidité et parvint à le sauver avec l'aide de se camarades.
Le sergent Claude Boisson : les officiers de sa compagnie ayant été tous mis hors de combat au début de l'action, il prit le commandement de sa compagnie qui opérait un mouvement de retraite, la ramena à l'ennemi, électrisa sa troupe par son exemple, et fondit sur ses adversaires avec la plus rare intrépidité.
Le caporal claude Daroz chargea l'ennemi sans relâche, il contribua par son intrépidité à le débusquer d'une position avantageuse qu'il occupait.
Le caporal Voillemin se signala dans une charge à la baïonnette où il captura une pièce de 8 et un officier autrichien.
Le caporalPierre Lodis, et le fusilier Jean-François Maréchal bien qu'atteints d'une blessure grave, continuèrent à combattre jusqu'à ce qu'une blessure plus grave encore les forçât de quitter le champ de bataille.
Le grenadier Jean-Louis Buisson voyant son capitaine tomber aux mains de l'ennemi, se débarrassa de son sac et se précipita avec 2 de ses camarades, les grenadiers André Botaché et Nicolas Gadant, dans les rangs autrichiens et tous 3 parvinrent à le délivrer.
Le grenadier Zacharie Courcel aperçut un officier autrichien s'avançant la tête de quelques hommes ; il se porta à sa rencontre, le noma audacieusement de mettre bas les armes, et le fit prisonnier avec son escorte.
Ces 16 braves reçurent plus tard chacun une arme d'honneur.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Ven 23 Mai - 13:48

La 96e à l'armée d'Italie (24.06.1800-20.02.1801) : A partir du 24.06, l'armée de réserve cessa d'exister et fut fondue avec l'armée d'italie, sous le comamndement de Masséna.
Le régiment estt affecté à la division Miollis, dans le corps deréserve, que commande le général Duhesme. Son dépo^t, fort de 200 hommes, fut appelé de Versailles à Pignerol et alla tenir garnison à Crémone.
L'armée d'Italie se reposa dans les riches plaines de la Lombardie. Brune, qui commandait depuis août, modifia sa composition. La 96e forma, avec la 8e Légère, la brigade Clauzel dans la 8e division que commande le général Gazan ; cette division fait partie du centre, sous les ordres de Suchet.

Castiglione (17.12) : L'armistice avec les Autrichiens venait d'être rompu ; la reprised es hostilités fut fixée au 5.12 et l'armée d'Italie se concentra sur le Mincio.
Le 17, pour appyer un fourrage, le général Gazan, à la tête de bataillons, pris dans la 8e légère et dans la 96e, se trouva aux prises avec des détachements autrichiens qu'il refoula sur les hauteurs de Castiglione.

(a suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 25 Mai - 10:03

Guidizzolo, 19 et 20.12 : Le 19, dans une reconnaissance, la brigade Clausel chassa un poste d'un millier d'Autrichiens occupant Guidizzolo et rentre au camp.
le lendemain, la brigade Clausel délogea, comme la veille, l'ennemi du village.
Vers dix heures du soir, les Autrichiens, croyant le village occupé que par des grand'gardes exécutèrent sur 4 points différents une charge qu'ils cherchèrent à rendre plus effrayante par des "Hurrah!"
mais la 8e légère et les grenadiers de la 96e ne se laissèrent pas intimider, et, après leur avoir tué un grand nombre d'hommes ils forçèrent le reste à se sauver en désordre. La brigade ne perdit qu'un carabinier.
Le lieutenant Jean-Louis Callier, de la 96e, fut cité :"Commandant un peloton d'éclaireurs, par sa bravoure et son intelligence, empêché l'ennemi, qui avait déjà traversé une demi-brigade d'avant-garde, de pénétrer derrière l'armée, et l'a forcé à la retraite.

la Volta, 21.12 : Le centre eut pour mission d'enlever les hauteurs de la Volta. La division Gazan gravit avec ardeur les pentes et décida l'ennemi à la retraite. les autrichiens abandonnèrent les 4 redoutes qu'ils occupaient et se replièrent en toute hâte jusqu'au Mincio, en laissant 300 prisonniers.
(a suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 25 Mai - 18:09

Passage du Mincio et bataille de Pozzolo (25.12) :Dans la matinée, Suchet envoye la brigade clausel au secours de Dupont qui franchit le Mincio près de la Volta. la brigade enlève à la baîonnette le village de Pozzolo, et elle fait 1000 prisonniers et prend un drapeau et 5 pièces de canon ; le 2e bataillon de la 96e, qui marche dans la plaine sur la gauche du village, ramène pour son compte 300 prisonniers.
L'ennemi, renforcé par de nouveaux bataillons, reprend Pozzolo.la brigade clausel, appuyée par le rested e la division gazan, prononce une nouvelle attaque et enlève une seconde fois le vilage, où elle s'établit solidement et où elle réside à un nouveau retour offensif de de Bellegarde, le soir à six heures malgré la nuit.
dans cette journée, 11 000 français luttèrent contre 40.000 autrichiens, forçèrent le passage du Mincio et se maintinrent dans cette position difficile.
plusieurs militaires de la 96e se distinguèrent : Le capitaine Etienne Léouffre, qui, à la tête du 3e bataillon reeprit 2 pièces de canon que le 6e léger dut laisser à l'ennemi.
Le lieutenant René Langlois, ramena au combat près de 200 fuyards de différents corps,et, à leur tête, repoussa l'ennemi.
Le sous lieutenant Thomas Thomé, désarma 3 officiers et fit 300 prisonniers.
Le sergent major Thévenin tua un autrichien qui metteait en joue le capitaine Juliard du 2e bataillon, se précipita ensuite dans les rangs ennemis, sabra tout ce qui se présentait devant lui et s'élança sur un drapeau autrichien ; il allaitle saisir lorsqu'un hussard du 10e régiment plus prompt que lui grâce à son cheval, l'emporta. en retournant à son poste, il rencontra un peloton d'une cinquantaine d'autrichiens ; mettant son sabre sous la gorge de l'officier qui les commandait, il le força à faire mettre bas les armes à ses hommes.
Le sergent Mougey, porteur du drapeau du 3e bataillon se distingua tout particulièrement en excitant le bataillon à marcher en avant au moment de la reprise des deux canons de la 6e légère.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Lun 26 Mai - 21:47

1.01.1801 : L'armée d'italie franchit l'Adige, et la division gazan est engagée le lendemain avec un fort détachement ennemi près de Vérone. les Autrichiens se retirent en bon ordre en résistant sur toutes les positions avantageuses.

7.01 : Montebello et Montecchio : Brune attaque le général Bellegarde de front et de flanc ; Suchet, avec le centre, essaye de tourner la droite de l'ennemi. Gazan se porte de ce côté avec la brigade Clausel, force les Autrichiens à la retraite,e t les poursuit jusqu'à Montebello, d'où il les chasse.
Le général Clausel reçoit l'ordre de marcher sur Montecchio avec un bataillon du 96e et 2 compagnies de carabiniers de la 8e légère pour appuyer Suchet sur ce village. Il est cerné par 2 bataillons de croates et par 500 cavaliers ; il réiste en s'adossant à une maison et fait diriger par ses compagnies un feu terrible sur tout ce qui présente. Les hussards ennemis chargent en vain. les autrichiens se rtirent à la tombée de la nuit après avoir subi une perte considérable, laissant clausel maître du champ de bataille.
15.01 alors que les français vont traverser la Piave, les autrichiens demandent une suspension d'armes. La paix de Lunévillemet fin à la campagne. La division Gazan est envoyée à Padoue.
20.02 : La 96e fait partie des demi-brigades désignées à rentrer en France. Elle quitte Padoue le 21, et se rendant à Paris par Turin, Grenoble et Lyon, et est rejointe en route par son dépôt rappelé de Fenestrelles ; elle ne complus que 1500 hommes sous les armes.
12.05 au 26.12.1801 : la 96e au Corps d'observation de la Gironde à Bordeaux. Cette armée est placée sous les ordres du général Leclerc, devant appuyer une armée Espagnole qui agirait pour forcer le Portugal à se détacher de l'Angleterre.
Le corps de la gironde entre en Espagne dans les derniers jours de mai ; il n'apas l'occasion d'y combattre et sa présence seule suffit qu'on obtint du portugal le traité de Madrid.
La 96e séjourne principalement à Salamanque et à Valladolid et rentre en France à la fin de l'année.
26.12 : A Bayonne
1802 : En garnison à Mans
1803, mi-mars :En garnison à Meaux qu'elle quitte milieu septembre pour Paris. Les troupes cessent alors de s'appeler demi-brigades pour reprendre le nom de régiment.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Jeu 29 Mai - 22:32

6.10.1803 : Le colonel Lepreux est remplacé à al tête du régiment par le colonel Barrois.

Le 96e à l'Armée des Côtes de l'Océan (1.02.1804-25.08.1805) :
Le 96e est désigné pour faire partie de l'Armée des Côtes de l'Océan . Le 1er bataillon part le 1.02 pour le hâvre. Le 2eme bataillon, par à son tour de Paris le 10.04 pour la m^me destination. le 3e resta au dépôt.
Mi-août, le 96e conduisit du Hâvre à Boulogne les bâteaux lui étant affectés et eut à échanger, avant d'entrer dans le port de Boulogne, une vive canonnade avec les bâtiments anglais qui faisaient la croisière. cela se passa sous les yeux de l'Empereur qui, dans une grande fête militaire, était venu au camp distribuer les croix de la Légion d'Honneur.
les 2 bataillons du 96e s'installèrent au camp de Camiers, et leurs bâteaux comptèrent à la 1ere escadrille.
le rgiment envoya une députation assister au sacre de l4Empereur, et pour recevoir, 3 jours après, l'aigle impériale distribuée en grande pompe au Champ de Mars.
le régiment pasa l'hiver et la 1ere moitié de l'année 1805 au camp de Montreuil ; il formait avec le 32e de Ligne la brigade Marchand qui, avec le 9eme léger, composait la 1ere division (général Dupont) de l'aile gauche (maréchal Ney).
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 1 Juin - 9:32

A la Grande Armée (28.08.1805-21.06.1807 :
Napoléon, suite à la déclaration de guerre de l'Autriche, se doit de renoncer à son projet de descente en Angletterre. Dès le 28.08, il dirigea rapidement sur la Bavière l'armée des Côtes de l'Océan, qui pris dès lors le nom de Grande Armée (180.000 hommes partagés en 7 corps d'armée).
La 96e fit partie du 6e corps (Ney), et formait avec le 32eme de lgne, la 2e brigade (Marchand) de la 1ere division (Dupont)
la division Dupont, partit de Montreuil le 29.08 et franchit le Rhin le 26.09.
10.10 : La Grande Armée tourne la position que l'armée autrichienne, sous les ordres de Mack, occupe autour d'Ulm.
11.10, Albeck : La division Dupont, réduite par les fatigues des marches précédentes à 6000 combattants est seule pour garder la rive gauche du Rhin. L'archiduc ferdinand et ses 25.000 hommes s'avacent vers la division Dupont. Ce dernier sachant qu'il ne serait pas soutenu, et prévoyant qu'il serait sabré par la cavalerie ennemie s'il battait enretraite , prit l'héroîque parti de résister. Il disposa ses 5régiments en ligne : A droite, adossés à un bois, le 96e de ligne, le 9eme léger et le 17e dragons ; à gauche, le 32e de ligne et le 1er hussard : Il ordonna à ses 2 régiments de droite (le 96e et le 9e léger) de charger à la baïonnette ; ceux-ci culbutent la 1ere ligne autrichienne, la mettent endsordre et ramènent 1.500 prisonniers.
les Autrichiens avancent une seconde fois contre notre ligne. les 2 régiments chargent de nouveau à la baîonnette et font encore de nombreux prisonniers
Le village de Juningen, occupé par l'archiduc Ferdinand fut pris à plusieurs reprises par le 96e de ligne (5 fois), à chaque fois nos soldats firent de nombreux prisonniers.
Finalement, les autrichiens se replièrent derrière leurs retranchements de Spitzberg; Dupont reagne la petite ville d'Albeck avec 4000 prisonniers.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
Jean-Yves
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9007
Age : 58
Localisation : Evreux
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Dim 19 Sep - 19:29

14.10 : Haslach : La division Dupont, restée sur la rive gauche du Danube, s'avanceoar la route d'Albeck ; à peine a-t-elle dépassé cette ville qu'elle se heurte, près du village de Haslach, au corps de Werneck que Mack a envoyé en reconnaissance de son côté. Pendant que le 32eme de ligne et le 9eme Léger se précipitent en colonnes serrées sur l'infanterie des Autrichiens, le 96e, formé en carré, reçoit les charges de leur cavalerie. werneck, après plusieurs tentatives infructueuses, et de prisonniers. La division Dupont n'éprouva ce jour-là que des pertes insignifiantes.
Le prince Ferdinand avait réussi à sortir d'Ulm avec 20.000 hommes avant la capitulation de celle-ci et il parvient à rejoindre Werneck. Tous deux s'enfuient vers la Bohême par le Haut Palatinat. Napoléon lance Murat à leur poursuite avec sa cavalerie, et le fait appuyer par les grenadiers d'Oudinot et la division Dupont.
Murat, parti le 16 au matin, force Werneck à capituler le 18 à Nordlingen avec 8000 hommes, et, le 20, le corps du prince Ferdinand se rend à nous à Nuremberg, sauf 3000 cavaliers qui s'échappent avec le prince.
Les troupes de Murat ont fait 50 lieues en 5 jours ; elles sont à bout de forces : 13 000 prisonniers, 120 pièces de canon, 11 drapeaux, plus de 500 voitures et le trésor du prince Ferdinand sont les glorieux trophées qui les dédommagent de leurs fatigues.
Après quelques jours de repos pris à Nuremberg, la division Dupont, au nombre de 4000 hommes, se porte à Passau, sur le Danube, où elle arrive le 2.11. Elle se trouve ainsi isolée à l'extrême gauche de notre ligne.
(A suivre)

_________________
Pour en savoir plus sur notre association, visitez notre site :
http://www.lesapn.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/laiglonparlimage
tom741

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 31/10/2011

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 1 Nov - 15:17

bonjour

avez vous des information sur ce régiment pendant le second empire ?
car mon A.A.A. grand père avait fait la guerre de 1870 1871 dans ce régiment
salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rodrigo

avatar

Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 1 Nov - 17:52

Bonjour,

Dans l'ordre de bataille de l'armée du Rhin au 1er août 1870, le 96e de ligne se trouve dans la 1ère brigade (Woeff) de la 1ère division (Ducrot) du 1er corps d'armée (Mac-Mahon).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom741

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 31/10/2011

MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   Mar 1 Nov - 18:25

merci beaucoup Very Happy Very Happy salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 96eme de ligne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 96eme de ligne
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les équipages de 5 avions de ligne rapportent avoir vu des OVNIs (Mexique)
» 67eme de Ligne
» Natalie Portman sort sa propre ligne de chaussures vegans
» GROUPE DE PRIERE EN LIGNE
» BAILLOT (Louis-V.) Fusilier -105è de ligne - Carisey (YONNE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: GÉNÉALOGIE :: - Historiques de Régiments - :: L'Infanterie :: La Ligne-
Sauter vers: