Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le 5ème Régiment de dragons - Hiver 1807

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cavalier Imago

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 69
Localisation : Languedoc Roussillon
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Le 5ème Régiment de dragons - Hiver 1807   Mar 26 Fév - 17:43

Etudiant la biographie du général Dubois ( Jacques Charles ) je me suis intéressé à l’historique du 5ème dragons qu’il commanda du 24 septembre 1806 au 25 juillet 1807, en remplacement du Colonel Lacour blessé à Austerlitz. Le travail de Jean Yves, qui retranscrit cet historique ( V. De Saint-Just ) m’a été d’un grand secours. Malheureusement si cet historique est très complet en ce qui concerne la campagne de Prusse, il dit peu de choses sur celle de l’hiver 1807. Concernant Eylau il en reste aux généralités en reproduisant ce qu’en dit Thiers. Par ailleurs les différentes sources disponibles sont muettes ou dans le meilleur des cas vagues en ce qui concerne la division Milhaud. Je me suis donc attelé au problème, et avec le bienveillant accord de Jean-Yves, je vous soumet le résultat de cette recherche. Dans un souci de facilité et de cohérence j’ai suivi la présentation de son article


Nommé major du régiment le 24 septembre 1806, Dubois ( Jacques Charles ) avait retrouvé son nouveau régiment vers le 10 octobre à Schielz. Selon le règlement en usage, il en avait assuré le commandement en remplacement du Colonel Lacour gravement blessé à Austerlitz. Il retrouvait aussi des anciens du régiment Colonel Général des dragons où, jeune engagé, il avait fait ses premières armes de 1781 à 1789. ( lettre à son frère Dubois Thainville 27.11.1806 )
------------------------------------------------------------------------------------
28.12 : la 3e division de dragons, commandée par le général Marisy, ( Rapp étant blessé ), se met à la poursuite des Russes, dans la direction d'Ostrolenka et de Novgorod et s'établit le soir à Podosie, à une lieue de Krasnoielsks. Le général Milhaud, qui commanda autrefois le 5ème dragons comme colonel, est nommé général de division et le 1.01.1807, prit le commandement en remplacement de Beaumont, malade et renvoyé se soigner en France. Latour-Maubourg promu dans la nouvelle division de Cavalerie Légère de Lasalle quitte le régiment. Boyé est toujours retenu à l’arrière.
Après les combats de Pultusk et de Golymin, l'Empereur répartit les divisions de la réserve de cavalerie en avant chaque corps. Le 5 ème dragons est établi devant le 4e (maréchal Soult) entre l’Orzyk et l’Omulew.
10.01 Très éprouvé par les maladies et par les fatigues supportées durant cette campagne le régiment, ainsi que le 16ème dragons est envoyé se refaire sur la rive droite de la Vistule, semble-t-il sous le commandement de Mazizy.
Son cantonnement, s’étend de Polock à Dobrzyn et le long de la petite rivière d'Harta jusqu'à Bolkowo.
27.01 : Ordre de rejoindre la division à Willemberg, le 1er février
29.01 : Les 5ème et 16ème Dragons ( « brigade Marizy ») se mettent en route.
02.02 : Lorsque la brigade rejoint la division Milhaud devant Allenstein, les opérations sont déjà engagées. Les dragons ralentis par l’encombrement des bagages de l’infanterie arrivent trop tard pour participer à l’assaut. La division Milhaud passe la nuit à Jonkendorf et Shönwald.
3.02 :
Le 5e et le 16e rejoignent , à Allenstein, la division Milhaud, de la réserve de cavalerie, commandée par Murat.
La Réserve de Cavalerie attaque de Jonkendorf , le soir gênés par les collines boisées et la neige, nos cavaliers laissent s’échapper les Russes.
4.02 : Napoléon surpris d’avoir rencontré une telle résistance – il pensait n’avoir affaire qu’à un détachement ennemi – et furieux de ne pas arriver à déchiffrer la situation, se plaint de manquer de renseignements. Il ordonne à Murat de multiplier les reconnaissances, et de lui rendre compte heure pat heure. Le réserve de cavalerie soutenue par le 4ème Corps inonde la plaine cherchant le contact avec l'ennemi. La division Milhaud de son coté, est envoyée en reconnaissance de l’autre coté de la Passargue vers Morunghen.
C’est lors d’une de ces reconnaissances le Major Dubois trouve l’occasion de se distinguer : « S’étant mis à la tête d’une compagnie d’élite, le major Dubois, va reconnaître une colonne d'infanterie russe qui file dans un ravin. Ayant atteint son arrière garde, il la charge avec vigueur, la culbute et lui fait des prisonniers.
L'audace et l'intrépidité dont il fait preuve dans cette rencontre excitent l'admiration de toute l'armée et lui valent les éloges les plus flatteurs du prince Murat »
. [fastes de la légion d’Honneur].
Le soir la division est à Deppen

5.02: Murat joint, sur les hauteurs de Waltendorf, l'arrière-garde ennemie ; il la charge vigoureusement et la rejette en déroute sur le gros de l'armée.
Les Russes comme les jours précédents se retirent vers le Nord en direction de Landsberg.
Les dragons de Milhaud bivouaquent dans la neige, dans une grande clairière à Open, partageant le peu de ressources avec la division Leval ( 4 ème Corps )


6.02 : Combat de Hoff . Vers 3 heures de l’après-midi, Les dragons ( Klein ) et les cuirassiers de Murat chargent encore l'arrière-garde Russe, près de Hoff.
La division Milhaud marchant en queue de colonne, dans un défilé, ne peut se déployer et ne participe pas au combat. Le soir la division bivouaque dans la neige, dans des vergers à l’entrée de Hoff
7.02 : Combat de Ziegelhof. Bagration déployé sur un plateau quelques kilomètres en avant de Prussich-Eylau combat avec acharnement pour donner le temps à Bennigsen de prendre ses dispositions. L’arrivée de Napoléon et d’Augereau emporte la décision. les dragons obligés d’avancer jusqu'aux faubourgs d'Eylau pour se reformer, mènent l'ennemi battant jusqu'à la ville et y entrent même pêle-mêle avec lui. Les escadrons de Dragons attaquent si vigoureusement les russes qu'ils entrent avec eux dans Eylau] Les combats pour la possession du bourg, se prolongent tard dans la soirée. La division Milhaud bivouaque à droite de Rohtenen
8.2 : Bataille d’Eylau. La division Milhaud est destinée à soutenir la division St-Hilaire du 4e corps, établie sur un mamelon à droite du cimetière. Malgré le coup de lance qu'il reçut, le maréchal des Logis chef Gatteau prit part à toutes les opérations du régiment durant cette journée.
Matinée : La division Milhaud reste inactive à droite de Rothenen jusqu’au moment des grandes charges. Du fait de la topographie et des circonstances de la bataille, ce n’est pas elle qui vient dégager la division Saint-Hilaire lorsque, vers 10 heures, celle-ci égarée dans les bourrasques de neige est violemment attaquée et bousculée par les Russes ; mais la division Grouchy. C’est sous la protection des dragons de Klein, que cette infanterie vient se reformer.
Grande Charge (entre 11 heures et midi ) La division Milhaud qui a avancé au niveau de Serpallen, se forme en colonne par brigade à droite des dragons de Klein. S’étant engouffrée à la suite de cette division dans la brèche ouverte par les cuirassiers d’Hautpoul elle charge en direction d’Anklappen et participe aux « tourbillons de cavalerie ». Du fait de sa position c’est à ce moment qu’elle peut avoir soutenu la division Saint Hilaire venue occuper les hauteurs des Kreege-Berger. L’acte de bravoure du Major Dubois [ fastes de la Légion d’Honneur] peut-être situé dans ce contexte : «Le 8 du même mois, à Eylau, il dégagea deux bataillons d'infanterie pressés par une cavalerie très nombreuse ; l'ennemi démasqua vainement une batterie de 5 pièces de canons à mitraille, le Major Dubois effectua sa retraite en bon ordre sous ce feu meurtrier et malgré les cosaques qui le harcelèrent jusqu'à ce qu'il eut rejoint le gros de l'armée, Il courut les plus grands dangers dans cette affaire et eut un cheval tué sous lui par un boulet »
Après-midi :
Vers midi l’Empereur met la division Milhaud à la disposition de Davout. Elle est postée sur une hauteur, en deçà de la route de Lampash, en face de Kuschitten lorsque, vers 16 heures, le corps de Lestocq débouchant sur le champ de bataille, reprend le village au 51ème d’infanterie (division Morand) qui est malmené. Du fait de la difficulté du terrain, nos dragons ne peuvent le secourir.
La participation de la division aux combats de la fin d’après-midi - « les braves trouveront ici une mort glorieuse, les lâches seuls iront visiter les déserts de Sibérie » . ( Davout ) - n’est pas détaillée dans le journal de marche du 3ème Corps.


9.02 : La division Milhaud marche avec le 3ème Corps, à la recherche des Russes, vers Domnau. Les villages sont plein de blessés. On ramasse 200 traînards et un canon. Des reconnaissances suivent les traces confuses de la retraite des Russes, mais se heurtent aux cosaques qui se montrent très agressifs. Si bien qu’on ne sait si les Russes sont en retraite vers le Niémen ou vers Königsberg. Le soir ils rejoignent la Réserve de Cavalerie en reconnaissance vers la capitale de la Prusse Royale, soutenue par le 6ème Corps.
10.02 : Envoyés en reconnaissance du coté de Weissenstein, une dizaine de kilomètres en avant de la rivière Frishing, dans un pays boisé, nos dragons aperçoivent 4 ou 5.000 cavaliers russes adossés au village de Ludwigswalde. Repérés , il renoncent à s'engager et reviennent à Gross-Lauth après avoir tiré quelques coups de canons. Le soir la division s'établit à Weissenstein.
11-12.02 : Nos dragons sont épuisés, les chevaux n’ont rien à manger. Les russes ne sont pas mieux lotis. Les avant postes fraternisent ! Les cosaques sont très actifs. Ils provoquent des engagements dans le but d’entraîner les dragons dans des embuscades.
13.02 : Contre l’avis de Milhaud, Murat ordonne l’attaque de Bochersdorf, perdu le 12 par les chasseurs de Bruyère ( 6ème Corps ) Vers 5 heures, les dragons de Milhaud reprennent le village, mais jugeant la position mauvaise à cause du voisinage des bois, se retirent ainsi que l’autorisaient les ordres. L’ennemi en force et très agressif les charge et les rompt. Ils reculent en désordre jusqu’à Uderwangen, laissant sur le terrain une cinquantaine d’hommes dont trois ou quatre officiers. Ney les fait incarcérer comme "alarmistes" !… Mais rien n’indique qu’ils appartenaient au 5ème dragons. Ni le contraire…
16.02 : Ordre du jour annonçant que la Grande Armée « victorieuse » va se rapprocher de la Vistule. La division Milhaud est mise à la disposition de Davout et envoyée à Bartenstein.
19.02 : Les dragons sont envoyés en expédition punitive à Barthen, dont le bailli avait refusé de se soumettre aux réquisitions. Celles-ci sont effectuées manu-militari et le château est détruit.
20-22.02 : Suivi de près par les cosaques. Davout craint d’être attaqué. Deux régiments de cosaques de la division Sedmoratsky renforcés par de la cavalerie prussienne marchent sur Seeburg. La division Milhaud les arrête devant Bischofstein. En cette occasion, les dragons mettent pied à terre pour combattre. Les jours suivants l’ennemi se montre encore menaçant
23.02 : La Grande Armée prend ses quartiers d’hiver le long de la Passargue. Les divisions de Cavalerie en arrière, entre les corps auxquels elles sont attachés et la Vistule. Le 3ème Corps pour la division Milhaud. Elle cantonne sur la droite de l'armée d'Hohenstein à Willemberg.
Le 5ème dragons, comme tous les autres régiments à beaucoup souffert de la campagne. Il ne reste que 216 hommes et 16 officiers sous les armes. 53 dragons et un officier sont prisonniers. Le reste est dans les hôpitaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le 5ème Régiment de dragons - Hiver 1807
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 5ème Régiment de dragons - Hiver 1807
» CHAMON Louis-Pierre - Capitaine - 17è régiment de dragons -
» COLIN - Maréchal-Vétérinaire - 6è Régiment de Dragons -
» 6e Régiment de Dragons
» 20e Régiment de Dragons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: