Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le dernier Empereur des Français.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Dim 3 Aoû - 19:53

....... sunny ........ Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).

1er Chapitre


On sait quelle fut la lamentable vie conjugale du frère de Napoléon, Louis Roi de Hollande, et de la Reine Hortense. L'incompatibilité d'humeur était totale entre le souverain, vertueux hypocondriaque, et la frivole et charmante Hortense. Dès 1802, leur ménage était brisé qu'un enfant, mort jeune, ne raccommoda pas. Neurasthénique, soupçonneux et irritable, Louis était convaincu que sa femme le trompait et il cherchait des preuves d'infidélité.

A la suite de deux reconciliations, deux garçons naquirent, en 1803, Napoléon-Louis, qui vécut jusqu'en 1831, et en avril 1808, Louis-Napoléon. Louis se demande souvent si celui-ci était bien son fils. Que faut-il penser de ce problème ?....la jalousie morbide du roi de Hollande n'a-t-elle pas compliqué une énigme que les historiens ont souvent étudiée et dont la solution pourrait être plus simple...?

l'origine légitime de Napoléon III a de tout temps été contestée, sous le premier Empire, la société mondaine n'ignorait ni les lamentations du roi, son père, qui éprouvait une délectation morose à gémir sur son infortune conjugale, réelle ou imaginaire, ni les accusations du clan Bonaparte, acharné à salir la reine, sa mère, coupable avant tout d'être la fille de Joséphine.

La séparation des parents et les infidélités supposées d'Hortense fournissaient aux libelliste hostiles au régime un thème trop facile pour qu'ils n'en usassent pas....."Le roi de Hollande...Fait de la contrebande...Et sa femme....Fait de faux Louis"....

En 1840, Louis Napoléon, alors à Londres, fut provoqué par un fils naturel de Napoléon 1er, le comte Léon, qui lui écrivit brutalement....." Vous n'avez pas une goutte de sang français dans vos veines".... Dès que le fils de la reine Hortense, revenu d'exil en 1848, commença à jouer un rôle important dans la vie politique du pays, la vieille accusation reparut.

Il faut pourtant dire, à l'honneur des républicains de 1848, qu'ils ne l'utilisèrent guère pour saper une popularité avant tout fondée sur la parenté impériale.

Mme Dosne, la belle-mère de Thiers, attribua la paternité du prince-président à un Turgot (qui n'était pas l'ancien pair de Louis-Philippe). D'autres avancèrent le nom de l'amiral Hollandais Verhuell.

C'est la version popularisée par Victor Hugo. En 1853, dans..."Les Châtiments"...le poète traite Napoléon III de "Hollandais".

Dans les dernières années du règne, les adversaires de l'Empire appelaient couramment Napoléon III...."Monsieur Verhuell"...et l'on publia à Londres en 1870, une.... "Biographie de Verhuell-Bonaparte, ex-empereur"....

Les défenseurs de Napoléon III se sont élévés contre ce qu'ils ont appelé une légende. Frédéric Masson, historien de la famille Impériale, l'a fait en termes d'une violence excessive......." Rien n'est vrai de cette absurde calomnie que tout dément, que tout contredit, qui ne saurait résister au moindre examen....Charles-Louis-Napoléon, né le 20 avril 1808, fut sans contradiction possible.....sauf de la part d'un fou...le fils de Louis, roi de Hollande, et de Hotense de Beauharnais, son épouse "....

En 1927, Jean Hanoteau, annoteur des Mémoires de la reine Hortense, n'a fait mention des ..." odieuses calomnies répandues sur la naissance de Napoléon III "..... que pour ajouter, c'est une question aujourd'hui tranchée.

Affirmation biien catégorique au sujet d'un problème qui, par sa nature même incite à une grande prudence.

....A....Suivre....(Né trois semaines trop tôt).

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Lun 4 Aoû - 9:52

........ sunny .......Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).


2 ième chapitre.


Né Trois semaines trop tôt.....

Un mois et demi aprés la mort de son premier fils Napoléon-Charles, Hortense est partie à Cauterets, où elle séjourne du 18 juin au 10 août 1807. Elle est accompagnée notamment de Mme de Broc, Mlle Cochelet, le comte Villeneuve, premier chambellan, le comte de Boucheporn, chambellan, le comte Adam de Bylandt-Palterscamps, écuyer.

Le roi Louis la rejoint le 28 juin et repart le 6 juillet pour aller suivre une cure à Ussat. Villeneuve note le 2 juillet...."La reine pleure toujours beaucoup, mais elle est mieux "...et le 3...."La reine a repris toute sa grâce accoutumée, seulement une forte teinte de mélancolie s'ajoute à tout ce qu'elle dit ou fait".....

Hortense se rend aux eaux toutes proches de la Raillère, dessine, peint, monte à cheval, pique-nique avec sa suite, escalade les montagnes, aidée de deux guides porteurs. Le soir, on lui fait la lecture.

Du 10 au 19, elle interrompt son séjour pour une randonnée incognito dans le Sud-Ouest et en Espagne avec Mme de Broc et M. de Boucheporn. Après avoir faussé compagnie, à Pau, au préfet des Basses Pyrénées, le marquis de Castellane, elle s'arrête tour à tour à Irum, Saint-Sébastien et Fontarable.

De nouveau à Cauterets jusqu'au 10 août, elle rejoint, à Toulouse, le surlendemain 12 août, le roi qui vient d'Ussat.

Le mariage royal arrive le 27 août à Paris, où Hortense obtient des consultations de médecins qui déclarent le climat de la Hollande néfaste à une femme enceinte, et l'Empereur décide de la garder auprès de lui.

Louis qui a quitté sa femme pour se rendre à son château de Saint-Leu, ne croit pas que la décision ait été prise en dehors d'Hortense et, furieux, le 20 septembre, il quitte Fontenebleau (où la reine arrivera le lendemain) pour rejoindre son royaume.

Le 17 octobre, le journal de l'Empire incère cette note....."On annonce que la reine de hollande retournera bientôt dans ses Etats"....Hortense finit par savoir que c'est le coup de Madame mère, elle est du parti de Louis.....et obtient l'insertion d'une nouvelle note....." Sa Majesté la reine Hortense est grosse de trois mois. On dit que son état retardera son retour en Hollande et que MM. Corvisart et Baudelocque pensent qu'elle ne pourra pas voyager avant plusieurs mois".....

Le 20 avril 1808, à une heure du matin, Hortense met au monde, dans son hôtel de la rue de la Victoire, à l'issue d'un accouchement difficile, un enfant mâle dont Madame de Luçay, dame du palais de Joséphine, et la marquise de Laplace écrivent le lendemain qu'il se porte bien, alors que la mère, dans ses "Mémoires", le dira si petit, si faible, qu'il fallut lui donner des bains de vin et l'envelopper de cotons brûlants.

Les médecins Baudelocque et Corvisart, une dame d'honneur, Mme de Viry, la gouvernante, Mme de Boubers, attestent que la naissance a eu lieu avant terme. Hortense attribuera cette venue prématurée aux humilliations que lui a infligées Louis pendant sa grossesse.

Elle ajoutera que la délivrance fut précipitée par le trajet qu'elle fit en voiture pour conduire son fils à un bal d'enfants chez Caroline Murat et par l'émotion qu'elle éprouvera au spectacle de sauts périlleux exécutés par des danseurs de corde au cours de la fête.

Il n'est pas possible de fixer la conception de l'enfant avant le départ du roi Louis de Cauterets, le 6 juillet 1807, puisque la reine et son entourage déclarent la naissance survenue avant terme.

Si l'enfant est légitime, il aurait été conçu à partir du 12 août, date à laquelle les parents se sont retrouvés à Toulouse. Il serait donc né au bout de deux cent cinquante et un jours, c'est à dire un peu plus que trois semaines trop tôt. Mais on sait que le Code Napoléon fixe la durée de la grossesse entre cent quatre-vints et trois cents jours.....

A...Suivre.....(Pas de félicitations pour le père).....

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Lun 4 Aoû - 11:17

...merci, merci et encore une fois - MERCI:flower:
Revenir en haut Aller en bas
ThiNap
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 949
Age : 52
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Lun 4 Aoû - 13:45


La suite, la suite, la suite .....
lol! lol! lol!

_________________
ThiNap
- Un seul son de sa voix, un signe de ses yeux donnaient une secousse au monde. [Chateaubriand]
- Il n'y a d'immortalité que celle qu'on laisse dans l'esprit des hommes [Napoléon Ier]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thierry.pouliquen.free.fr/LeshommesdenapoleonIer.htm
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Lun 4 Aoû - 23:41

........ sunny .......Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).

3ième chapitre.


Pas de félicitations pour le père.

L'Empereur ayant choisi à l'enfant les prénoms de Charles, Louis Napoléon, le roi de Hollande lui répond en ces termes...."Je remercie Votre Majesté de la lettre qu'elle a bien voulu m'écrire relativement à l'accouchement de la reine. Je me conformerai avec empressement aux désirs de Votre Majesté sur les noms à donner à son fils"...."...(Son et non pas mon).....

Il n'est pas niable qu'à cette époque le roi Louis agit comme s'il n'était pas le père véritable de Louis-Napoléon, et les Bonaparte n'ignorent point cette attitude puisque, à l'exception du cardinal Fech, ils ne félicitent pas de la naissance...c'est le roi qui en fait la remarque à son oncle.

L'année suivante, Louis écrit à l'Empereur....." Sire, je supplie Votre Majesté d'approuver ma séparation d'avec la reine, ma femme...je demande de votre justice de conserver mon fils aîné auprès de moi et que la reine conserve le plus jeune "....Quand il écrit à sa femme, il appelle ce dernier ..."Votre fils"....

Le 1er juillet 1810... il abdique..."en faveur de Notre bien-aimé fils Napoléon Louis, et à son défaut, en faveur de son frère Charles-Louis Napoléon"....

Mais le 20 du même mois, il fait part au cardinal Fech de son désir de se retirer en Corse, avec écrit-il,..."le plus jeune de mes enfants"....cette fois il use de l'adjectif possessif. En juillet 1814, le roi Louis prend motif d'un voyage d'Hortense à Plombières, puis à Bade, pour lui réclamer l'aîné de ses fils et il ajoute....."Je pensais demander les deux enfants, mais je consens avec plaisir que vous gardiez le plus jeune. Je ne dois pas douter que vous veillerez sur lui comme j'aurai soin de son frère aîné ".....

Après l'Empire, Louis Napoléon grandit loin de son père qui, contrairement à ce qu'on a souvent affirmé, lui écrit des lettres où les effusions paternelles sont fréquentes, par exemple le 9 avril 1821, à l'occasion de sa première communion.

....." Je te renouvelle dans cette occasion solennelle la bénédiction paternelle que je te donne par la pensée chaque matin, chaque soir, et toutes les fois que mon imagination se porte vers toi ".....

Il se brouillera avec lui à la suite de chacun des coups de main de Strasbourg et de Boulogne, dont il réprouvera l'inspiration, mais en fera néanmoins son légataire universel. On ne peut rien conclure de cette dernière attitude....le père de Louis-Napoléon était bon et droit, et il a pu juger qu'il était de son devoir d'agit ainsi envers un enfant auquel il était d'ailleurs sincèrement attaché.

En résumé, le roi Louis, après avoir paru nier sa paternité, n'a pas ensuite manifesté cette conviction sans intermittence.

....A....Suivre....(Candidatures Postumes).....


salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Trajan

avatar

Nombre de messages : 481
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 5 Aoû - 0:40

très intéressant...et instructif. J'attends la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 5 Aoû - 12:06

Merci, cher Jean Baptiste.
Voila un sujet traité avec clarté et objectivité: des dates, des faits, des lettres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 5 Aoû - 16:29

....... sunny .........Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).

........4 ième chapitre.


Candidatures Postumes.

Si Napoléon III n'était pas le fils du roi Louis, de qui le serait-il donc ? ....Tournons-nous vers les candidatures postumes affirmées par la malignité publique et parfois cautionnées par les historiens.

La plus connue est celle de l'amiral Verhuell. Le ministre de la Marine du roi Louis a signé une lettre à la Haye le 24 juillet 1807. Est-ce un alibi incontestable ?...Il pouvait être à Cauterets quelques jours plus tard. On y a d'ailleurs signalé son passage le 3 août. Le chambellan Villeneuve en parle, le jeune Decazes également.

Du moins parlent-ils d'un Verhuell. Car il y a deux Verhuell, l'amiral et l'ambassadeur. Or c'est en réalité l'ambassadeur qui traversait les Pyrénées pour aller rejoindre son poste à Madrid. Ce Verhuell diplomate, gros homme...peu spirituel...ne paraît pas susceptible d'avoir été distingué par la reine. Et personne ne signale la présence de deux Verhuell dans les Pyrénées.

Sommes-nous quittes avec l'amiral ?...Un peu plus de quatre mois après le séjour à Cauterets, le roi demande à l'Empereur l'autorisation d'envoyer son ministre de la Marine à Saint-Pétersbourg, en qualité d'ambassadeur.

......" Il est vrai , Sire, que j'ai des raisons particulières de changer les fonctions de M. Verhuell....c'est un homme d'honneur, un bon militaire, mais nullement administrateur et très dérangé dans ses dépenses...il y a même une raison de conduite domestique qui m'y oblige".....

On peut imaginer avec vraisemblance que les relations d'Hortense et de l'amiral donnaient quelques motifs d'inquiétude à l'ombrageux mari, ce qui, rapproché du passage de l'autre Verhuell à Cauterets, est sans doute à l'origine d'une tradition tenace. Mais pour revenir à l'amiral comme père possible de Louis-Napoléon, il faudrait au moins qu'il fût venu dans les Pyrénées à l'époque de la conception, ce qu'il n'est pas permis d'affirmer.

Decazes n'est pas plus redoutable dans cette compétition posthume. Alors veuf de la fille du premier président de la Cour de cassation Muraire, il vint à Cauterets en Juillet. Il s'y trouvait le 26 et sollicita de la reine une place auprès du roi Louis. L'on ne sait rien d'autre.

Et pourtant, ses conversations avec la reine firent jaser,....." Hortense, a écrit Mme de Rémusat, disait la rencontre qu'elle avait faite du jeune M. Decazes, le désespoir dans lequel il paraissait plongé, la pitié qu'il lui avait faite.....les récits étaient simples et naïfs...la calomnie s'en empara et l'on réveilla l'esprit soupçonneux de Louis ".....

Le roi ne dut pas attacher d'importance à ces entretiens puisqu'il nomma Decazes secrétaire de ses commandements. L'attitude ultérieure de l'intéressé est peu compatible avec la paternité qu'on lui a attribué.

Préfet de police à l'issue des Cent-Jours, Decazes donna à Hortense l'ordre de quitter Paris sans rien faire pour faciliter son départ. Pair de France lorsque Louis-Napoléon passa en jugement après l'affaire de Boulogne, il vota la condamnation à la prison perpétuelle, alors qu'il n'eût pu ne pas assister à l'audience ...(ce que fit, notons-le en passant l'amiral Verhuell). Enfin, tant à sa seconde femme qu'à Thiers, il affirma que le fils d'Hortense n'était pas le sien.

Un secrétaire de la légation de Russie en Hollande, le comte Blondow, aurait affirmé en 1808 que le père de Louis-Napoléon était le comte Charles-Adam de Bylanddt-Palterscamps, écuyer de la reine.

Hortense a écrit négligemment à son sujet dans ses mémoires......" Mon écuyer Hollandais fit plusieurs chutes dangereuses en s'obstinant à me suivre à travers des routes trop difficiles pour son âge et je pris le parti de le renvoyer en Hollande, car il se serait tué dans ces montagnes ".....

Or, Bylandt était alors âgé de trente-trois ans ! Il est vrai qu'il ne faut pas attacher trop d'importance à cette appréciation, car Hortense, peut-être en raison des rumeurs, auxquelles avait donné lieu la naissance de Louis-Napoléon, vieillit tous les membres masculins de son entourage....Boucheporn est un..."homme âgé"....(à trente six ans)...Castellane, Préfet des Basses-Pyrénées, est vieux...(à quarante-huit ans).

...A....Suivre.....(Est-ce un Pèlerinage ?).

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Mer 6 Aoû - 15:26

....... sunny ........Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).


.........5 ième chapitre.


Est-ce un Pèlerinage ?....

Voici qui est plus grave....Bylandt n'aurait pas été renvoyé par la reine, mais rappelé par le roi, s'il faut en croire une lettre adressée à Mme Boucheporn le 18 juillet. Il convient toutefois de noter qu'il fit carrière militaire rapide grâce à Louis.

Colonel en 1810, il est incarnéré à Vincennes deux mois après l'abdication du roi de Hollande. Il aurait, parait-il, refusé de prêter serment à l'Empereur, Bylandt fut relâché après avoir adressé au souverain une supplique où il semblait ignorer le motif de son arrestation.

Louis le réclama en 1811. La suite est curieuse. De 1821 à 1830, la police française ne cessa de le surveiller...c'est que, chaque année pendant neuf ans, il allait voir à Arenenberg la reine Hortense, dont les "Mémoires" ne mentionnent pas ses séjours.

En 1827, il demanda comme d'habitude un passeport pour l'Italie et la Suisse, mais suivit un itinéraire inattendu qui le conduisit à....Cauterets. Bylandt se trouvait dans cette localité à la fin de juillet (vingt ans après !....), le 6 août à Saint-Sauveur, le 9 à Bagnères-de-Bigorre....un vrai pèlerinage !.... Plus jeune à cinquante trois ans qu'il ne l'aurait été à trente trois ans...."Bylandt courait les montagnes".....notait le prêfet qui le faisait surveiller.

En octobre, il était à Marseille...il partit pour l'Italie où se trouvait le reine Hortense. Le prêfet du Haut-Rhin annonça le 12 mars 1829 qu'on l'attendait à Arenenberg. On ne sait s'il continua ses voyages après 1830, car la police de Louis-Philippe cessa la filature. Bylandt mourut presque octogénaire, à Laon, le 5 juillet 1857.

Les titres, si l'on peut dire, de l'écuyer, le comte de Bylandt, apparaissent insuffisants pour emporter la conviction. Ceux du premier chambellan, le comte de Villeneuve, sont-ils meilleurs ?

On se souvient que, au début de son séjour Pyrénéen, la reine avait échappé aux soins encombrants du Prêfet des Basses-Pyrénées, le marquis de Castellane, lors de son voyage à Saint-Sébastien. Mais, à son retour, Castellane l'accompagna jusqu'à Cauterets, où il dîna avec elle. Le prêfet a laissé un récit de la soirée dans une lettre à son fils. Après une promenade sur la grand-route, la reine rentre, s'assied sur un canapé et se fait montrer des dessins.

........." Nous n'avions pas l'air établi, raconte Castellane.....il n'était plus question ni de lecture, ni de vers, ni de portraits...appuyé avec Villeneuve sur le bord du billard, j'attendais que tout cela prît une forme que j'aurais bien fait prendre si je fus resté....après quelques instants, Villeneuve appuie un doigt contre mon bras, comme pour m'indiquer qu'il a à me parler, me mène au bout de cette longue pièce et me dit qu'il va remonter dans sa chambre, que la reine veut être libre pour visiter ses dessins, qu'il va la laisser.....Comme résister ou feindre de ne pas le croire aurait été déplacé, nous sortons sans qu'on s'en aperçoive, ou qu'on ait l'air de s'en apercevoir, moi qui suis toujours entré à toute heure !....Avait-on envie de m'éloigner ?...Et M. de Villeneuve l'aurait-il osé s'il eut cru que cela devait déplaire à la reine ?...Ce qu'il y a de certain, c'est qu'il convient de se tenir sur ses gardes. Je ne conçois pas comment, à ses manières d'hier et de ce matin avec moi, étant venue dans ma voiture, ses pieds étendus à côté de moi, elle ne m'ait pas encore prié à dîner pour demain ".......

......A.....Suivre......(Un Ange de vertu et de douceur).....

salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mer 6 Aoû - 17:35

Vous etes sur. Aujourd'hui j'ai tres interessante lecture en francais et sans dictionnaire.
Amicalement et merci
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Mer 6 Aoû - 17:44

....... sunny ......


Ces révèlations historiques vous plaisent...chère Joanna...j'en suis content....!!!!

Amicalement......


salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mer 6 Aoû - 17:51

Merci je suis de service Evil or Very Mad et avec plaisir je visite notre forum.
Amities
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Jeu 7 Aoû - 15:55

........ sunny ........Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).


........6 ième Chapitre.

Un Ange de vertu et de douceur.

Il ressort de sa correspondance que Castellane est quelque peu candide. Hortense ne cache pas dans ses..."Mémoires"...qu'elle le trouve ridicule et ennuyeux...elle s'en est déjà débarrassée une première fois, à Pau, le 10 juillet...elle va s'en débarrasser de nouveau par deux fois, les 25 et 26, lors d'une excursion à Gavarnie.

Il est clair, pour qui confronte les récits de Castellane et ceux de la reine, qu'au cours de la soirée de Cauterets elle a chargé Villeneuve d'écarter l'importun. C'est son métier de Chambellan, et il n'y aurait rien à retenir de l'anecdote si Villeneuve ne s'imposait par ailleurs à notre attention.

Il écrivait à sa femme des lettres qui constituent une sorte de journal de route et l'on est quelque peu surpris de la manière dont il s'y exprime sur la reine. Il l'appelle...." un ange de vertu et de douceur ".....et décrit en termes émus la bonne entente du ménage royal lorsque Louis offre une parure à sa femme à l'occasion de son propre anniversaire. Il n'agirait pas autrement s'il voulait calmer une jalousie conjugale.

Outre sa correspondance, Villeneuve laissera de lui une photographie prise....un demi-siècle plus tard, alors que, âgé de quatre-vingt ans, il est devenu sénateur et chambellan de Napoléon III. La confrontation de ce document avec les photographies de l'Empereur vers la soixantaine révèle la même forme de nez et le même dessin des sourcils. Mais au dire d'un spécialiste qualifié, la similitude des sourcils n'est pas à retenir. Quant au nez, c'est aussi exactement celui du roi Louis.

On ignore si Villeneuve a, comme Bylandt, conservé des relations avec Hortense après la chute de l'Empire. Il passe pour avoir formé avec sa femme un ménage très uni et, à la différence de Verhuell, de Decazes et de Bylandt, la chronique de l'époque n'a point parlé de lui à propos de la reine de Hollande.

Les indices sur lesquels s'appuient les partisans des uns ou des autres sont bien légers et la multiplicité même de ces fragiles hypothèses adultérines milite en faveur de l'hypothèse légitime.

On pourrait tout aussi bien soupçonner un autre chambellan, Boucheporn, qui voyagea dix jours avec la reine sous la seule surveillance de Mme. de Broc, amie peut-être complaisante, on ne sait....ou encore le peintre Thiénon, alors âgé de trente cinq ans, seul personnage à avoir, toujours avec Mme de Broc, accompagné la reine à Gavarnie, où ils couchèrent à l'auberge.

Une brève aventure aurait sans doute été plus facile au cours de ces déplacements qu'à Cauterets, où Hortense devait difficilement échapper à la surveillance de son entourage.

....A.....Suivre.....(Une Hypothèse plus simple).

salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Ven 8 Aoû - 15:39

........ sunny ...............Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).


.........7 ième Chapitre.


Une Hypothèse plus simple.


Ces présomptions, aussi frêles que contradictoires, ces multiples candidatures dont il n'y a pas de raison valable d'adopter l'une ou l'autre nous conduisent à examiner plus attentivement l'hypothèse de la paternité légitime, d'autant plus que le roi Louis est un mari jaloux et inquiet, aux soupçons duquel on ne peut se fier sans réserve.

Tandis que la reine suit sa cure à Cauterets, le roi lui écrit d'Ussat des lettres d'amoureux, dont il souligne certains passages. Le 13 huillet....." Vous me dites que dans un mois vous viendrez me joindre, Hortense, il faut bien que j'éprouve pour vous une tendresse bien vive puisque rien ne me fait autant de mal que l'idée de vous être indifférent....aussi vos dernières lettres ont-elles changé mon existence.....heureux qui peut trouver sa maîtresse et son amie dans sa femme ".....

Le 30 juillet....." Tu vas faire mon bonheur, tu vas vivre pour moi, tu ne vas être heureuse que de cette manière....viens donc, ma chère Hortense, il me tarde de me jeter dans tes bras...je t'attends avec impatience, mais il ne faut pas que tu partes avant que ton indisposition accoutumée soit passée. Je calcule que tu partiras dans les premiers jours du mois d'août "....

Notons que la date de la première de ces lettres exclut l'hypothèse de tendresses calculées de la part de la reine en vue d'une réconciliation qui cacherait l'origine adultérine d'une grossesse.

La rencontre des deux époux et celle de deux amants. Suivant la propre expression de Louis, le ménage vit pour la troisième fois..."conjugalement"..... Il écrira à Hortense le 23 novembre 1809....." Le 12 août 1807, je vous revis à Toulouse...je me jetai dans vos bras, et bientôt je fus convaincu qu'après ce troisième effort tout était fini entre nous, que sans me plaindre, sans rien dire, je supportais une réunion qui me perçait l'âme parce qu'elle me prouvait que c'en était fait. Nous n'étions pas faits l'un pour l'autre ".....

Le 3 septembre, dans une lettre à laquelle nous avons fait allusion, Villeneuve écrit à sa femme...." On dit que la reine est grosse. Ils sont au mieux et hier matin, qui était l'anniversaire de la naissance du roi, dès 7 heures du matin nous étions tous au Palais. Nous l'avons vu , il était souffrant, car sa santé n'est pas meilleure. A 11 heures, je suis entré dans le salon et la reine tenait un écrin qui renfermait une parure que le roi venait de lui donner. Je l'ai vue se lever et aller embrasser le roi avec grâce et sensibilité en parlant de sa bonté ".....

Après la chute de l'Empire, lorsqu'il veut faire reconnaître la nullité de leur mariage, Louis écrit à Hortense, le 14 septembre 1816...." Pendant ces trois périodes (de vie conjugale), quoiqu'elles aient donné naissance à trois enfants, cependant tout Paris et on peut dire toute la France ont pu être témoins de notre éloignement réciproque "......

Cette affirmation donne une image inexacte de la réalité, car on a vu en quels termes, au cours de l'une de ces périodes mêmes, Louis manifestait sa tendresse à Hortense. Il est d'ailleurs difficile de ne pas tenir cette lettre pour une reconnaissance des trois paternités.

Au demeurant, même si Louis avait acquis ultérieurement la certitude que sa femme avait eu un amant à Cauterets, il n'aurait pu affirmer que l'enfant né en avril suivant était de cet amant et non de lui. Enfin, notons que ses soupçons ne durent avoir pour objet ni Decazes, ni Bylandt, ni Villeneuve, qui ne furent pas éloignés.

Quoi qu'il en fût, l'enfant devint Napoléon III et, de la dissemblance physique au second Empereur avec Napoléon 1er, comme de celle de leurs caractères, on devait tirer argument en faveur de son origine adultérine. C'est oublier qu'il y a plus d'un type de Bonaparte et que Louis lui-même ne ressemblait pas à Napoléon. C'est oublier surtout que Louis-Napoléon tenait beaucoup de son père.

....A....Suivre...(Un frère de l'Empereur lui ressemble).

salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Sam 9 Aoû - 14:03

....... sunny ......................Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).

8 ième Chapitre.

Un Frère de l'Empereur lui ressemble.


Valérie Masuyer, qui a connu l'ancien roi en 1830, alors qu'il était âgé de cinquante deux ans et que son fils en avait vingt-deux, notait alors dans ses carnets....."Le roi a une très belle tête...Son fils Louis lui ressemble, surtout le haut du visage...le profil est tout à fait le même, c'est des yeux, de la bouche et de la physionomie seulement que le prince tient de la reine ".....

Cette double ressemblance, fruit d'une double hérédité, a été curieusement confirmée trente ans plus tard, vers 1860, par Alfred Maury, alors bibliothècaire des Tuilleries avant de devenir directeur des Archives de France.

....." Etant de service près du cabinet de l'Empereur, j'y vis entrer, conduit par l'huissier Félix, un personnage qui me frappa par la ressemblance physique qu'il avait précisément avec celui près duquel il était introduit...c'était toute l'expression du regard de Napoléon III. Je demandais son nom à Félix...c'est me dit-il M. le comte de Castelvecchio, nouvellement nommé receveur politique du département des Alpes-Maritimes, et il ajoutra en riant....c'est le frère de l'Empereur, il est fils naturel du roi Louis ".... (On trouve le comte de Castelvecchio parmi les légataires du roi Louis).

......" Cette ressemblance, poursuit Maury, dénote visiblement une communauté d'héritage et montre que Napoléon III, qui ressemblait aussi beaucoup à M. de Morny, fils comme on sait de la reine Hortense, gardait également plus d'un trait du visage de son père "......

Si l'on en croit Mme Cornu, fille d'une femme de chambre de la reine Hortense, Mme Lacroix, cette ressemblance s'étendait même à certaines manières de regarder, de s'incliner, de tenir ses mains, qu'elle avait observées chez le père et chez le fils !.

Le précepteur de Louis-Napoléon, Le Bas, ne doutait pas, lui non plus, de la filiation légitime en raison de traits de caractère communs au père et au fils.

Le ressemblance physique est attestée par les documents iconographiques. Il existe du roi des portraits et des bustes datant de son éphémère royauté, alors qu'il était âgé d'une trentaine d'années. On possède de son fils un peu plus jeune des portraits qui permettent de vérifier les appréciations de Valérie Massuyer et d'Alfred Maury.

La ressemblance est frappante. Les deux hommes ont la même coupe de visage et exactement le même nez (qui est aussi celui de Villeneuve), très caractéristique avec sa protubérance à sa partie supérieure qui, à âge égal, a dû être plus accentuée encore chez le père que chez le fils.

Que faut-il conclure ?....On se trouve dans l'impossibilité d'attribuer la paternité à un tiers quelconque et le roi Louis est le seul homme dont on sait certain qu'il ait partagé le lit de la reine Hortense à l'époque de la conception.

Certes, il a exprimé à plusieurs reprises, de manière plus ou moins explicite, un désaveu de paternité qui a pu lui être inspiré par les racontars, par la naissance prématurée de l'enfant, ou même simplement par un retour, après l'échec de la réconciliation, aux penchants d'une nature malheureuse.

.....A......Suivre....(Prochain chapitre...Fin.)

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Sam 9 Aoû - 17:30

...un mot - MERCI
Amities et salut
Revenir en haut Aller en bas
Trajan

avatar

Nombre de messages : 481
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Sam 9 Aoû - 21:15

Effectivement, Merci et bravo pour ce travail très documenté et fouillé.
salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le dernier Empereur des Français.....   Dim 10 Aoû - 15:11

....... sunny ......Le dernier Empereur des Français était-il le fils du Roi Louis...?.......(Sources Adrien Dansette).

.....9 ième et dernier Chapitre.

Encore une fois, Louis, est un désiquilibré. On connait ses misères physiques, l'inquiétude morbide, l'humeur soupçonneuse de ce malheureux devenu paranoïaque. C'est chez lui une habitude de reconstituer le passé selon ses tourments et ses rancunes.

Il a affirmé à ses confidents sa certitude d'être un mari trompé, certitude dont il est si peu assuré qu'il s'efforce de l'étayer d'un aveu de sa femme. En vérité, il n'est pas plus sûr de n'être point le père de Louis-Napoléon qu'il ne l'était antérieurement de l'infidélité d'Hortense.

Lui-même en formule l'aveu, puisqu'il reconnaît qu'un enfant est né de chacune de leurs trois périodes de vie commune, sans accompagner cette constatation d'aucune réserve.

Enfin, si les documents iconographiques ne sont guère concluants par eux- mêmes, puisqu'on peut en tirer des arguments tant en faveur de la filiation légitime que d'une des filiations adultérines possibles, ils sont confirmés par des témoins dignes de foi en ce qui concerne la ressemblance de Louis-Napoléon avec son père et de Napoléon III avec son demi-frère de même origine paternelle. Ainsi existe-t-il en faveur de la filiation légitime ce faisceau de présomptions que les juristes assimilent à la preuve.

Si l'on ne considère pas comme définitivement résolu le problème, car il est très difficile en pareille matière d'arriver à une certitude, du moins ne voit-on pas à l'aide de quels arguments il serait possible, dans l'état actuel de nos connaissances de refuser au roi Louis de Hollande le bénéfice de l'adage bien connu...." Le père est celui que désignent les justes noces ".....

..........FIN.........

......Le doute persiste...seule Hortense emporta dans sa tombe ce secret, si secret il y avait...en tout cas merci Adrien Dansette pour ce travail de recherches...dates, lieux, lettres.... témoins tentant d'apporter des preuves sur l'infidélité de la reine Hortense qui ne sont en fait et restent pour l'histoire des soupçons.

salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Dim 10 Aoû - 18:07

Je peux ecrire seulement - je vous remercie a tout de mon poeur pour cets textes.
Amicalement et salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2450
Age : 59
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 12 Aoû - 0:24

Voilà effectivement un sujet captivant qui fourmille d'anecdotes instructives.
Je l'ai découvert à mon retour de vacances et lu comme un excellent roman estival.
Un tout grand merci à vous, mon cher J-B ! salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2004
Age : 56
Localisation : Prades le Lez - 34730
Date d'inscription : 30/10/2006

MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 12 Aoû - 10:36

sunny

Article très interessant.
La preuve qu'il y a encore beaucoup à lire et à dire. On est loin d'avoir fait le tour du sujet.

Bravo

_________________
On me croit sévère, même dur. Tant mieux cela me dispense de l'être. Ma fermeté passe pour de l'insensibilité. A Caulaincourt
Si je monte au Ciel, et que Napoléon n'est pas au Paradis, alors ce ne sera pas le Paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/tirailleurscorses/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   Mar 12 Aoû - 17:48

Cher Jean - Baptiste.
...un autre sujet mais je suis medecin. Connaitrez - vous cet texte de George Androutsos "La maladie urogenitale de Napoleon III".
Si non j'envoyerai.
Amicalement et salut
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dernier Empereur des Français.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dernier Empereur des Français.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dernier Empereur des Français.....
» 62-Pas-de-Calais
» Le miroir de l'esprit - Jetsün Khandro Rinpoché
» L'Empereur François Ier
» Dernier livre du Père François Brune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Vos Articles --
Sauter vers: