Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Aventures du Testament de Napoléon....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11600
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Les Aventures du Testament de Napoléon....   Dim 29 Mar - 12:51

.......sunny ....... Sources Françoise de Bernardy....Mars 1949.


Cinq ans ont passé depuis que le vaincu de Waterloo a débarqué un soir d'Octobre 1815, à la nuit close, sur l'âpre rocher de Sainte-Hélène et voici que la fin de la captivité approche.

L'Empereur, fort changé depuis un an, alourdi, jauni, le pouls très lent, ne quitte plus Longwood. Secoué de nausées, il mange à peine, le flanc labouré par une douleur opiniâtre qu'il appelle "" son coup de canif "".

Au début de 1821, les vomissements se font plus fréquents. Le 17 mars, Montholon croit voir dans la cuvette un caillot de sang et les yeux des familiers se dessillent. La fin mars est mauvaise, une légère détente semble se produire en avril et, malgré la faiblesse du malade, ses médecins le déclarent en convalescence. L'entourage reprend espoir, mais lui sait.....La Visiteuse ne tardera plus.

Le 10 avril, l'Empereur parle à Montholon de ses dernières dispositions, le 12, il lui indique les bases de son testament. Le 13, à midi, il fait pousser par Montholon le verrou de sa chambre et, appuyé à ses oreilles, commence posément de dicter.... """"" Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans laquelle je suis né, il y a plus de cinquante ans...je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé.""""" ....et les paragraphes se succèdent longuement.

Le Lendemain, Napoléon reprend la dictée de ce dernier bulletin, le plus grand de tous. Aprés de nouveaux legs, il institue Montholon, Bertrand et Marchand, ses exécuteurs testamentaires. Le 15 avril, au matin, sous la dictée de Montholon, il commence de copier son testament. Assis sur son lit, une feuille de carton en guise de pupitre, il s'applique pour que sa difficile écriture soit lisible. Montholon debout, lui tient l'encrier. L'effort est grand, trop grand...deux fois Montholon doit appeler Marchand auprès de l'Empereur qui vomit. Puis Napoléon se remet à la tâche avec une espèce de hâte....il l'achève le lendemain. Ce même jour, il dicte ses deux premiers condicilles qu'il recopie peu après.

Le 18, en fin d'après-midi, l'Empereur fait venir Bertrand, lui annonce qu'il a fait son testament et lui remet les trois plis. Le grand Maréchal y oppose sa signature et son cachet. Le soir, l'Empereur fait signer à son tour, l'abbé Vignali.

Quelques jours de repos, puis Napoléon, le 22 avril, complète ses dernières dispositions...il écrit quatre nouveaux codicilles qui seront datés du 24, puis il dicte à Marchand ses instructions pour ses exécutions testamentaires. La tache est presque terminée. Il est temps car l'échéance est proche.

Le 23, un dernier codicille, qu'il copie et signe trois jours plus tard en même temps qu'il signe ses instructions. Il a passé en revue ses diverses parties. Songeant à l'article 8 et à sa dernière phrase...."""" J'ai fait arrêter et juger le duc d'Enghien parce que cela était nécessaire à la sureté, à l'intérêt et à l'honneur du peuple français, lorsque le comte d'Artois entretenait de son aveu, soixante assassins à Paris. Dans une semblable circonstances, j'agirai encore de même.""""......Il répète au grand Maréchal qu'il ne s'en repend et le referait. Comme l'a dit Octave Aubry....."""" Si prês de mourir, il endosse ainsi hautement l'acte qu'on lui a le plus reproché, qu'il n'avait sans doute pas voulu, mais qu'il n'a jamais désavoué parce qu'ayant les épaules d'un chef, il se jugeait responsable même des crimes commis par ses agents.

Cette fois, la tâche est accomplie. Le 26, au matin Napoléon cachète les cinq derniers codicilles et les instructions à ses exécuteurs testamentaires, puis, très las, il se rendort. Dans l'après-midi, il est pris de nausées et rend pour la première fois...quelque chose de noir, semblable à du marc de café.

Le soir, l'Empereur se lève et s'assied dans son fauteuil. Près de lui, sur son guéridon, sont placés les neufs plis testamentaires, noués de faveurs rouges et vertes....Bertrand, Montholon, Marchand, l'abbé Vignali apposent sur chacun des six nouveaux plis leur signature et leur cachet. Le lendemain 27, Bertand dresse un procès-verbal.

Napoléon confie à Marchand le testament et les condicilles, après sa mort il les remettra à Montholon. L'Empereur est épuisé....dans la nuit les vomissements noirs reprennent, et la fièvre monte et avec elle des moments de complet délire. Très vite, en quelques jours, c'est la fin....Le 5 mai, juste après le coucher du soleil.

Trois semaines plus tard, les compagnons de l'Empereur quittent Sainte-Hélène. Lowe s'est montré correct, a facilité leur embarquement, n'a point réclamé les papiers de Napoléon ni son testament. Après deux mois d'une lente navigation, le 25 juillet, on arrive dans les mers d'Europe et Montholon, obeissant aux instructions de l'Empereur, ouvre le testament et ses codicilles. Une semaine encore et c'est le débarquement en Angleterre.

Le 10 décembre 1821, le testament de Napoléon est déposé à la Prérogative Court de l'archevêché de Canterbury où sont conservés tous les testaments sous la garde du primat d'Angleterre.......Trente Années.....

Les Bourbons ont dispartus, puis la monarchie de Louis-Philippe après que, par une singulière aberration elle ait cru s'auréoler du retour des Cendres. Le 10 décembre 1848, l'héritier des Bonaparte, Louis-Napoléon est élu président de la nouvelle république française. Trois ans plus tard, à l'anniversaire du Sacre et d'Austerlitz, c'est le Coup d'Etat...dans la pensée du nouveau Bonaparte, ce nouveau Brumaire prélude à un nouveau Consulat. Vite, pourtant, l'ombre de la couronne impériale se dessine.

Le 5 mai, un service funèbre est célébré à Notre-Dame, peu après les Aigles sont distribuées aux régiments, et le 15 août, déclaré fête nationale. Comment le prince président ne songerait-il pas à l'incomparable relique qui dort depuis trente ans dans les salles poussiéreuses de la calme cité britannique, à l'ombre de la vaste cathédrale...?

L'ambassadeur de France à Londres est le comte Walewski, le fils de Napoléon et de la Polonaise, celui que le mourant de Sainte-Hélène a deux fois mentionné dans ce dernier message. Sur l'ordre du prince-président, il va trouver le ministre des Affaires étrangères Malmesbury et le prie de faire savoir à la reine combien Louis-Napoléon serait heureux que ce document sans prix fût rendu à la France.

Victoria n'aime pas le prince-président....elle lui en veut d'avoir supplanté ses amis d'Orléans et elle garde un sentiment d'orreur par les heures sanglantes de décembre. Mais elle a l'esprit juste et reconnaît le bien-fondé de la requête. Ele consent aussitôt à la satisfaire. Le 13 novembre 1852, Malmesbury informe Walewski que le cabinet britannique va lui remettre le testament de l'Empereur.

Trois mois s'écoulent pourtant sans que la promesse soit tenue. Alors comme aujourd'hui, il faut compter avec les lenteurs administratives. Le 18 février, Walewski annonce à Napoléon III....entre temps l'empire a été proclamé....qu'il espère pouvoir lui envoyer d'ici deux ou trois jours le testament, celui-ci venant d'arriver au Foreign Office. Quatre semaines encore avant qu'on aboutisse. Enfin le 16 mars, voici la pièce officielle.

""""" Le Soussigné ambassadeur de S.M. l'empereur des Français près S.M.B. reconnaît avoir reçu de S.E.M. le comte Clarendon, P.S. d'Etat de S.E.B. au département des affaires étrangères, le testament olographe et les sept codicilles de l'empereur Napoléon 1er, déposés jusqu'à ce jour dans les archives de la cour de Canterbury...Le soussigné s'engage à la faire enregistrer, à Paris, conformément au jugement de ladite cour de Canterbury le 17 février dernier, le testament et les sept codicilles ci-dessus énoncés, chez le notaire de la famille impériale, et à remettre aussitôt que faire se pourra, à S.E.M. le comte de Clarendon un certificat constatant ledit enregistrement....Fait à Londres le 16 mars 1853...A. Walewski."""""

Tout est en règle cette fois. Trois jours plus tard, Walewski écrit à Thouvenet, directeur politique aux Affaires étrangères, avec une joie qu'il ne cherche pas à dissimuler, que son premier secrétaire Baudin va partir lundi avec les précieux plis.

Le 21 mars l'ambassadeur annonce enfin à l'Empereur et au ministre des Affaires étrangères Drouyn de Lhuys, le départ de son messager. Si la lettre au ministre est toute officielle, le billet au souverain éclate d'un bonheur profond, sincère, qui touche. Walewski jamais ne fait allusion à son origine....il feint de ne point comprendre lorsqu'on lui parle...il n'importunera pas Napoléon III du souvenir de son sang, mais ici il écrit en proche et en parent.

"""""" Je bénis la Providence d'avoir permis que les dernières lignes tracées par l'Empereur et exprimant ses dernières volontés fussent restituées par mes soins au digne héritier de son nom, de ses vertus, de sa grandeur."""""

L'ambassadeur dont le masque romain et les belles mains blanches rappellent tant ceux du Corse aux cheveux plats, a dû frémir lorsqu'il a touché pieusement ces vingt grandes feuilles format ministre, au filigrane anglais de 1819, où l'on aperçoit encore des traces de sable.

Napoléon III fit aussitôt enregistrer la pièce...le 19 avril Clarendon accusait réception à Walewski de sa note du 16 mars ainsi que du certificat demandé qui est immédiatement envoyé à Canterbury. Puis le nouvel Empereur remit le document aux Archives impériales et les épais feuillets jaunis, à l'encre pâle mais où jamais depuis la jeunesse l'écriture de Napoléon n'a été si nette et si posée, dorment depuis aux Archives nationales, sous la cote AE 13 n°2.

...........FIN.......... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Aventures du Testament de Napoléon....   Dim 29 Mar - 18:12

Cher Jean-Baptiste.
Quel interessant texte - comme toujours merci flower
Amities et salut
Revenir en haut Aller en bas
cyril

avatar

Nombre de messages : 188
Age : 47
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Les Aventures du Testament de Napoléon....   Lun 30 Mar - 23:02

me suis régalé à vous lire ... merci salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Aventures du Testament de Napoléon....   Mar 31 Mar - 11:31

on en apprend tt les jours ,merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Aventures du Testament de Napoléon....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Aventures du Testament de Napoléon....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Aventures du Testament de Napoléon....
» Les alliés de Napoléon
» La vie des ouvriers d'usine sous Napoléon III
» NOUVEAU : Napoléon, le faux pas espagnol
» Napoléon, défenseur immolé de la paix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Vos Articles --
Sauter vers: