Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....   Lun 8 Juin - 10:18

...... sunny ....... Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....(Sources Aymar du Chatenet)



En 1906, Charles Joseph Bonaparte, petit-neveu de Napoléon 1er, devient Ministre de la Justice de Théodore Roosevelt....Ennemi juré des grands trusts et de la corruption, il fonde le Bureau des Enquêtes, le futur FBI....

Alors qu'un de ses neveux se faisait élire président de la République Française en 1848 puis proclamer Empereur en 1851 sous le nom de Napoléon III, outre-Atlantique un de ses petits-neveux entamait une brillante carrière politique pour devenir ministre du président Théodore Roosevelt. Il s'appelait Charles Joseph Bonaparte, citoyen du Nouveau Monde, avait pour grand-père, Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon, à l'origine de la branche américaine de cette modeste famille Corse. Jérôme, petit dernier de la tribu Bonaparte, est un enfant gâté. Choyé par sa mère Letizia Ramolino, veuve de Charles-Marie Bonaparte, il a à peine dix ans lorsque son frère Napoléon, jeune officier de l'armée Française, réalise son premier fait d'armes, la prise de Toulon contre les royalistes en 1793.

Jérôme va ainsi grandir dans le sillage d'un frère alors en pleine ascension. Fêtard, noceur et frivole, le petit frère se complaît dans la courtisaneries d'une nouvelle aristocratie pressée d'oublier le "rasoir national" et la Terreur. Que faire de ce Jérôme...plus intéressé par le décolleté des dames que par la raison d'Etat ?..Bonaparte, premier consul, cherche pour ce turbulent jeune homme une carrière qui devrait l'assagir...Jérôme sera marin. Le grand large, les îles, de quoi former cette tête en l'air et peut-être faire naître une vocation.

Après plusieurs campagnes dont celle de Saint-Domingue, Jérôme se trouve bloqué à la Martinique par le flotte anglaise. Il décide de se rendre aux Etats-Unis, nouvelle patrie des droits de l'homme. Jérôme retrouve les plaisirs d'une vie mondaine, auréolé du prestige grandissant d'un frère dont le récit des exploits parvient jusqu'à Washington. Hors du contrôle de son frère, il rencontre à Baltimore une jeune américaine de dix sept ans, Elisabeth Patterson, issue d'une des plus riches familles de la côte Est.

Les diplomates français et monsieur Patterson père s'inquiétent de cette liaison, prévoyant des complications qu'une telle union pourrait engendrer avec le nouveau maître de la France.

Rien n'y fait, Jérôme Bonaparte n'est pas un politique et il est bien le seul à ne pas anticiper sur le destin de son frère. Le 24 décembre 1803, le premier évêque catholique des Etats-Unis, monseigneur John Carroll, bénit le mariage de Jérôme et Elisabeth. Napoléon Bonaparte est fou de rage. Lui qui ne raisonne qu'en terme d'alliances et de conquêtes fera tout pour briser cette union qu'il n'a pas "négociée".

Le 18 mai 1804, Bonaparte devient Napoléon 1er, se fait proclamer Empereur puis sacrer par le pape pie VII à Notre-Dame de Paris le 2 décembre. De l'autre côté de l'Atlantique, le jeune couple mis à l'index ne résiste pas à la tentation de se rapprocher du nouvel "astre"....d'autant qu'Elisabeth Bonaparte attend un descendant qui portera le nom de la nouvelle dynastie.

Rien n'y fait, l'Aigle ne pliera pas. Lorsque Jérôme et Elisabeth arrivent à Lisbonne, le comité d'accueil a reçu des consignes formelles...interdiction pour Elisabeth de débarquer, quant à Jérôme il est convoqué auprès de l'Empereur qui séjourne en Italie.

Délaissant son épouse, le jeune cadet est reçu par son auguste frère qui le met devant une alternative, la séparation, et il aura droit à tous les honneurs, ou l'exil. Jérôme choisit....il ne reverra plus son ex-épouse, et le mariage sera annulé. En récompense il est promu contre-amiral, trois ans plus tard, il est fait roi de Westphalie après avoir épouse Catherine de Wurtengerg.

Elisabeth Bonaparte-Patterson, elle, rejoint l'Angleterre, après une seconde tentative de débarquement sur le vieux continent à Amsterdam. Trop heureux d'accueillir une "Bonaparte" en disgrâce, les Anglais lui offrent l'hospitalité. Et c'est dans une propriété du Sussex, le 7 juillet 1805, qu'elle met au monde son fils, Jérôme-Napoléon, surnommé " Bo " par les Anglo-Saxons, premier rejeton de la lignée américaine des Bonaparte.

Elisabeth Bonaparte-Patterson et son fils vivront à Baltimore jusqu'à la mort de l'Empereur à Sainte-Hélène en 1821. L'Europe, ce continent si longtemps interdit, la riche américaine accompagnée de son fils " Bo " va le découvrir d'Ouest en Est, du Nord au Sud, promenant son nom et son héritier dans les salons européens d'une éphémère aristocratie issue de l'Empire, en quête d'une reconnaissance postume.

Las, la mère et le fils reprennent le chemin de l'Amérique conscients que le Nouveau Monde est leur seule véritable patrie. l'histoire leur réservait encore une surprise. En 1848, un Bonaparte revient au pouvoir, Napoléon III. " Bo " s'est depuis coulé dans le moule d'une éducation américaine....l'université de Harvard. Avocat à Baltimore, il s'est marié avec une milliardaire américaine qui lui donne deux fils, le premier également prénommé Jérôme-Napoléon, fera West Point, la célèbre académie militaire, avant de s'engager dans l'armée française sous la bannière du Second Empire.

En effet " Bo " n'a pas résisté à la tentation d'aller voir son cousin Napoléon III et ainsi de faire enfin la connaissance de son père, l'ex-roi de Westphalie, Jérôme Bonaparte.

.....A Suivre..... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....   Mar 9 Juin - 8:47

...... sunny ...... Suite......Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....(Sources Aymar du Chatenet).


" Bo "...est venu avec son fils à qui il présente son grand-père, dernier survivant, à soixante dix ans, des huit frères et soeurs de Napoléon...le second fils de "Bo" ne connaîtra jamais cet ex-roi.

Charles Joseph naît avec vingt ans d'écart sur son aîné, le 9 Juin 1851. Il se refusera de faire le "pèlerinage" vers la terre de ses ancêtres. Il ne vit jamais la France, ni même l'Europe. A l'opposé de son frivole grand-père, Charles Joseph est un homme rigide, scrupuleux, d'un abord glacial dont les qualités morales seront mises à contribution par le Président Roosevelt, Charles Joseph Bonaparte sera le "Monsieur Propre" de Théodore Roosevelt qui en fera en décembre 1906 son ministre de la justice (Attorney général).

Le jeune Charles Joseph fait de brillantes études qui le mènent comme son père à Harvard, Diplômé de la Harvard Law School, il devient avocat à Baltimore, épouse en 1875 une Américaine du Connecticut, Ellen Channing Day, et hérite de la colossale fortune...à part égale avec son frère de sa grand-mère Elisabeth Bonaparte Patterson, décédée à quatre-vingt-quatorze ans. Disposant du plus important patrimoine immobilier de Baltimore, Charles Joseph Bonaparte aurait donc pu mener une vie paisible de rentier ou de gentleman farmer.

Levé tous les jours à 5 heures 30, c'est un monstre de travail. Avocat il se fait une réputation de technicien hors pair, doté d'une phénoménale mémoire, redouté pour son talent à cuisinier un témoin. Quand il decelait une faiblesse, il sortait son scalpel, sans se soucier de savoir où il l'enfoncerait. Même ses confrères critiquent cet avocat qui " se prend pour Napoléon".

La gestion de ses biens immobiliers le porte naturellement à devenir un spécialiste du droit des affaires. Ecoeuré par les malversations des promoteurs, Charles Joseph Bonaparte est un " Saint-Just du droit ", croisé de la lutte anti-corruption, vice-président de la " Société pour la suppression du vice" et principal bailleur de fonds d'un hebdomadaire "The Civil Réformer". Apôtre de ce qui s'apparenterait aujourd'hui à une "opération mains propres".

Charles Joseph Bonaparte fait des adeptes dans tous les Etats-Unis. De multipes associations, dénonçant les magouilles de l'administration et l'affairisme des milieux économiques, se regroupent en un puissant lobby...la National Civil Service Reform league, soutenue par un journal dont le titre fait figure de programme...Good Government (Le bon gouvernement).

C'est au court de cette campagne que Charles Joseph Bonaparte rencontre Théodore Roosevelt qui règne sur la commission du service public avant de prendre la direction de la police de New York. la corruption est, à l'époque, un sujet prioritaire pour Roosevelt. Elu Président des Etats-Unis en 1801, il fait appel à l'avocat de Baltimore. D'abord en charge du Bureau des Affaires Indiennes, Charles Joseph Bonaparte est ensuite chargé de la répression des fraudes dans les services postaux.

En Juillet 1905, le petit-fils du contre-amiral Jérôme Bonaparte est nommé secrétaire d'Etat à la marine des Etats-Unis. Un poste auquel Roosevelt attache une importance toute particulière pour deux raisons...il a lui même rempli cette fonction sous la présidence de McKinley et il est convaincu que le renforcement de la Marine consolidera la politique extérieure des Etats-Unis. Un Bonaparte patron du l'Us Navy !....les attaques de l'opposition et de la presse n'entament en rien la confiance de Théorore Roosevelt qui, en décembre 1906, confie à Charles Joseph Bonaparte la Ministère de la Justice.

Le petit-neveu de l'Empereur peut enfin appliquer son programme anti-corruption. Le ton est donné lorsqu'il annonce qu'il n'acceptera aucun billet gratuit des compagnies de chemin de fer pour lui et sa famille. Son principal combat, il le livre contre les grands trusts. Plus d'une vingtaine de ces consortiums sont poursuivis pour infraction à la législation antitrust qui interdit les situations de monopoles. C'est ainsi que Charles Joseph Bonaparte obtient, entre autre, la dissolution de l'une des plus puissantes holdings...l'Américan Tobacco Compagny.

......A....Suivre..... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11720
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Un Bonaparte Fonde le Futur FBI   Mer 10 Juin - 9:28

...... sunny ....... Suite et Fin......Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....(Sources Aymar du Chatenet).


Charles Joseph Bonaparte pose ainsi les bases d'une nouvelle forme d'investigation policière spécialisée, à l'origine, dans la lutte contre la corruption. En arrivant à la Maison Blanche, Roosevelt avait à gérer un énorme scandale sur la vente des terres publiques de l'ouest des Etats-Unis.

Des fonctionnaires étaient compromis, les enquêteurs du Ministère de l'Intérieur avaient touché des pots-de-vin, un sénateur et un député avaient participé à des détournements de fonds. Roosevelt entreprend alors de renforcer les enquêtes de moralité sur les membres du Sénat et du Congrès.

Levée de boucliers de la classe politique qui accuse le président de faire usage des services secrets comme d'une police privée. Le recours à des agences de détectives est à l'époque chose courante, bien que la réputation de ces officines ne soit pas excellente.

On y trouve en effet des policiers "marrons" ou d'anciens gangsters "reconvertis". Charles Joseph Bonaparte va s'appuyer sur cette douteuse réputation pour proposer la création d'un corps d'enquêteurs professionnels dépendant du Ministère de la Justice.

Cette fois-ci le Congrès Américain s'oppose au vote de tout budget destiné au financement des agents de renseignements dépendant de la Justice....."""" Il n'y a que les criminels qui ont raison d'avoir peur de nos détectives """" déclare Roosevelt. Bonaparte ne renonce pas.

Contournant les obstructions des parlementaires, il prélève une enveloppe budgétaire sur les fonds de son ministère et recrute les neuf premiers agents de ce qui va devenir le BI, Bureau of Investigation qui sera créé officiellement en 1935 par J.Edgard Hoover, le FBI.....Ainsi grâce à Charles Joseph Bonaparte, petit neveu de Napoléon, les Etats-Unis disposent de ce qui est aujourd'hui la plus puissante force de police du monde....Le FBI.

....FIN....... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Bonaparte Fonde le Futur FBI.....
» Futur Capteur
» Mémoires de Napoléon Bonaparte Tome I : La campagne d'Italie
» les valeurs du futur en 3ème: y en a combien?
» Cadeau de fin d’année de Bonaparte à Napoléon, par JOB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Vos Articles --
Sauter vers: