Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Omelette aux oignons de Napoléon.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11590
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: L'Omelette aux oignons de Napoléon.....   Mer 1 Juil - 10:06

..... sunny ..... L'Omelette aux oignons de Napoléon... (Sources M.Miquel)

Napoléon n'aimait pas prendre du retard. Il gagnait tout le monde de vitesse, ses ennemis, ses rivaux, ses maîtresses et s'en trouvait fort bien ! Sobre au combat, comme le vieux Caton, il mangeait, pour ainsi dire à la pointe de l'épée, comme jadis le bouillant Achille, qui préparait dit-on, lui-même ses brochettes et les offrait à ses compagnons, aux soirs de ses victoires.

Marengo renouvelait, en un sens ce genre d'exploit, lorsque le cuisinier Dunant, à cours d'arguments et de victuailles, avait improvisé avec trois écrevisses attrapées dans un ruisseau, un maigre poulet perdu, deux tomates et trois oeufs, un repas que Napoléon lui avait fait promettre de reproduire aux soirs de toutes ses victoires à venir.

Le pauvre Dunant s'essoufflait, on le conçoit, avec sa roulante à poursuivre son maître. Ses soldats, eux, avaient moins de peine, attirés vers le bivouac, par une forte odeur d'oignons frits qui annonçait la présence de "l'homme à la redingote grise". D'où la popularité de la chanson "J'aime l'oignon frits à l'huile!". Pour plaire à Napoléon, l'omelette devait être baveuse (préparée sur le mode rapide) et vite expédiée.

L'oignon pendant des siècles a servi d'ordinaire aux soldats. Les Romains le mangeaient cru, accompagné de pois chiches cuits, baignant dans la fameuse bouillie du légionnaire (bouillie d'épautre). les pauvres manants partant pour la guerre se contentaient bien souvent d'un oignon cru, d'un morceau de pain noir et d'une croûte de fromage au cours des longues marches.

Toute sa vie Napoléon resta sobre. Le vieux Caton lui soufflait-il ce qu'il avait à faire, pour se maintenir en forme ? Toujours est-il qu'il laissa les fastes et l'étiquette envahir ses salons et châteaux, dès son couronnement, ses tables parfois, mais son assiette jamais.

Il restait de marbre devant l'étalage des candélabres et des surtouts commandés par sa femme pour les repas princiers, à la maison Odiot, et se moquait des chefs-d'oeuvre de nougat et de sucre filé, représentant le passage du Saint-Bernard, ou l'épisode du pont de Lodi, offerts par Talleyrand le boiteux (qu'il détestait cordialement) et exécutés par le grand chef cuisinier Carême, pourtant admirateur inconditionnel de l'Empereur.

A un diplomate rencontré lors de ces sompteux repas, il prit un malin plaisir de dire ..."""Si vous êtes petit mangeur venez chez moi, voulez-vous manger bien et beaucoup, allez chez Cambacérès !""""....Carême, lui prétendait qu'on y mangeait mal et des plats réchauffés, Cambacérès étant le roi des ladres.

De fait, Napoléon n'était vraiment heureux qu'avec ses compagnons d'armes, qui croyaient en son génie et à sa bonne étoile. Il ne ménageait guère ses soldats, étant lui-même très endurci, mais leur faisait partager un sentiment grisant de liberté et de gloire. Lors des Cent-Jours, épopée unique dans l'histoire, il fit la reconquête de ceux qui l'avaient suivi et jamais oublié, mais aussi des hommes simples, des humbles, des paysans.

""""Vos pères sont menacés du retour des dîmes, des privilèges, et des droits féodaux...n'est-il pas vrai citoyens ?"""".....Ce langage là, jeunes et vieux soudain le comprenait fort bien...

C'était la liesse dans les villages, les bourgs, sur les chemins hasardeux et ces à-pics qui, partant de la Méditerranée, grimpaient vers les basses puis les hautes Alpes. La route Napoléon est née...à Gap, Grenoble on dansait, chantait !

Les royalistes attendaient l'Aigle dans la vallée du Rhône. Il ne s'y montra pas...il allait pourtant fondre sur Lyon et remonter plus haut encore !.

Il aurait fallu de fins limiers pour le pister dans les montagnes et humer l'odeur de l'oignon frit dans les pics où nichait encore la victoire.

FIN....... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Omelette aux oignons de Napoléon.....   Mer 1 Juil - 18:09

Cher Jean-Baptiste.
Comme toujours - merci. Je cours a la cuisine eprouver le plat nouveau. Le poulet "...a la Marengo..." il y a prefere plat.
...mais le pommes de terre avec sel directement de foyer aussi.
Amicalement et salut
Revenir en haut Aller en bas
Patrice Raynaud



Nombre de messages : 3656
Age : 66
Localisation : Villeneuve la Comptal 11
Date d'inscription : 28/03/2008

MessageSujet: Re: L'Omelette aux oignons de Napoléon.....   Ven 3 Juil - 11:09

Bonjour Jean Baptiste,

Merci, grace à toi j'aurais au moins appris l'origine de la chanson que l'on entent dans Austerlitz d'A. Gance.
Dans Constant , il parle d'une cuisse de poulet grillé et d'un verre de Chambertin coupé d'eau ( entre nous c'est un sacrilège).
Il devait être bien malheureux quand il était invité par d'autres monarques comme à Tilsitt, Baviere ou ailleurs.
Il avait été impressionné par la gloutonnerie de la famille d'Espagne.
En temps normal , le repas ne devait pas dépasser 10 mn, après il se remettait au travail.

Ce n'était pas un homme du Midi ce Corse lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Omelette aux oignons de Napoléon.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Omelette aux oignons de Napoléon.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Omelette aux oignons de Napoléon.....
» Les alliés de Napoléon
» La vie des ouvriers d'usine sous Napoléon III
» Naan aux oignons
» NOUVEAU : Napoléon, le faux pas espagnol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: