Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11717
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....   Jeu 23 Juil - 20:57

...... sunny ....... ....Coups et Blessures d'un Soldat de l'Empire....

(Sources B.de Castelbajac)...(Documents fournis par la comtesse d'Orglandes.)

le 29 janvier 1848, M. Rogers, dentiste à Paris, répond à un client de province s'enquérant sur le prix des dents artificielles...a-t-il des gencives "molles et tendres"....? Ou bien saine...?...Son client, Philippe Higonet, maréchal de camp et baron d'Empire, est un rescapé de toutes les grandes batailles napoléoniennes. les cicatrices s'entrecroisent sur son corps, mais lui donnent moins de soucis que sa mâchoire...pourra-t-il mastiquer avec des gencives molles et tendres ?

Au mois d'avril 1804, Higonet, vingt-deux ans, est soldat volontaire au 4è régiment d'infanterie légère. Il livre son premier combat à Marienzell, en Autriche. L'épée sur la gorge du colonel du régiment de Collerado, il le force à se rendre, ainsi que deux cents de ses hommes.

Higonet n'a pas une égratignure. Heureusement ! A cette date, un régiment ne dispose que d'un seul fourgon sanitaire contenant deux matelas, six brancards, 50 kg de charpie et 100 kg de linge à pansements.

Austerlitz ! les français écrasent 105 000 Russes et Autrichiens. Une balle traverse la cuisse droite de Higonet. le blessé échappe au scalpel du fameux chirurgien Larrey, affecté à la Garde, qui avoue lui-même qu'il "coupe les membres toutes les fois qu'il y a fracture grave".

Higonet conserve sa jambe grâce à une médecine spéciale...une pièce de cinq francs à l'entrée de la balle, une autre à la sortie, un peu de charpie, et le tout est bien enveloppé. Si la gangrène se déclare, un bain de guimauve y remédiera. La gangrène gagne du terrain ? On applique de l'eau-de-vie camphrée, presque bouillante, sur tout le membre, à l'exception de la plaie, recouverte d'un tampon de charpie imbibé de "digestif animé". Cet onguent se compose de térébenthine, de jaune d'oeuf, d'huile d'olive et d'une résine d'origine exotique du nom de styrax.

Higonet guérit, mais 12 000 blessés croupissent à Brünn dans la paille, la vermine et les immondices. le typhus éclate et emporte plus du quart d'entre eux.

Moins d'un an plus tard, Higonet, promu lieutenant de grenadiers, s'élance suivi de ses hommes disposés en tirailleurs sur le plateau d'Iéna, arrive l'un des premiers, disperse 1200 hommes de la garde royale de Prusse, s'empare de trois canons et entre dans le village de Popell.

Le corps sanitaire n'a pratiquement pas de matériel. il a été acheminé sur des charrettes Bavaroises et la pluie a rouillé les instruments de chirurgie, détrempé la charpie. les troupes ont murmuré au passage d'un chariot d'où dépassent béquilles et jambes de bois. Des scies sont réquisitionnées chez un quincailler, du linge à pansement est dérobé dans les maisons abandonnées.

Le même jour, Davout culbute les 70 000 soldats de Brunswick. Complètement débordé, épuisé, le service sanitaire laisse sur le terrain à Iéna.... 3000 blessés, sans nourriture et sans soins, pendant deux jours. Napoléon craignant l'indignation que créeraient les récits des blessés rapatriés, interdit leur évacuation sur la France. Ils vont s'entasser dans les hôpitaux d'Erfurt.
Higonet est indemne, mais son frère, colonel dans le même régiment est tué.

Les combats d'Eylau font 3000 morts et 7000 blessés chez les Français. A la veille de chaque bataille, l'Empereur fait rappeler qu'il est interdit de quitter les rangs pour secourir ceux qui tombent. Trop souvent, des soldats ont mis un empressement suspect à transporter un blessé bien loin de la ligne de feu. Higonet, la jambe gauche labourée par une balle et fortement contusionné au bas-ventre, ne peut continuer le combat. Il se traîne jusqu'à l'ambulance de Larrey.

Au matin ce dernier s'est installé dans une maison qu'il a dû défendre pied à pied contre Caulaincourt qui veut la réquisitionner pour l'Empereur. Pendant vingt-quatre heures, sans repos, sans nourriture, sans même "satisfaire au plus puissants besoins que prescrit la nature", le chirurgien sectionne, désarticule, tranche et recoud.

Une tempête de neige soufle avec violence, la température descend à moins quatorze degrés. Les aides, les doigts paralysés par le froid, n'arrivent plus à opérer et se contentent de passer les instruments, puis laissent tomber bistouris et scalpels.

En une journée, Larrey, sans paraître touché par la fatigue, arrive à pratiquer deux cents amputations. Il lui faut moins de deux minutes pour désarticuler l'épaule d'un blessé. Celui-ci généralement assis sur un tambour, suporte sans broncher l'opération....hurle..""" Vive l'Empereur""", si la douleur est trop forte, avale ensuite un verre de vin ou de quinquina si l'approvisionnement le permet, et laisse la place qu suivant.

.....A.....Suivre.... ...salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....   Jeu 23 Juil - 21:53

Cher Jean Baptiste
Quel interessant texte.
J'attends avec impatience "...a suivre..." et quelques mots a le sujet general d'Aboville (je demande pardon si j'ai commis l'erreur au nom) qu'il a opere et sauve J.D. Larrey apres bataille de Wagram.
L'histoire de Robsomen - aussi.
D'apres de les criteres modernes - par exemple anglaise "TRAUMA SCORE" - cettes blesures constituent le plus haut niveau.
Amicalement et salut
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11717
Age : 72
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Coups et Blessures d'un soldat de   Ven 24 Juil - 8:45

..... sunny ..... Suite et Fin ....Coups et Blessures d'un Soldat de l'Empire....

(Sources B.de Castelbajac)...(Documents fournis par la comtesse d'Orglandes.)


Higonet prit son tour et rejoignit son régiment. A cette même bataille, Marbot, le futur Général, eut le pied gelé. La gangrène se déclara sur une ancienne blessure. Le docteur Raymond trancha au bistouri jusqu'à l'os et raconte le blessé, ""montant sur une chaise, trempa une éponge dans du vin chaud sucré, qu'il fit tomber goutte à goutte dans le trou qu'il venait de creuser dans mon pied. La douleur devint intolérable ! je dus néanmoins, pendant huit jours, subir soir et matin cet affreux supplice, mais ma jambe fut sauvée.""

Après les neiges de Prusse-Orientale et de Pologne, Higonet se retrouve en Bavière, sur le terrain accidenté et boisé d'Eckmühl. les Français perdent 1500 hommes. Higonet est encore blessé...une balle traverse sa cuisse gauche. le temps de se faire panser, il remonte en selle.

Wagram....des milliers de blessés agonissent pendant cinq jours, au milieu des blés, sous un soleil implacable, dévorés vivants par des mouches et des vers, ou brûlés vif par le feu qui avait pris aux moissons pendant la bataille.

Promu capitaine en 1806, Higonet assiste à la sanglante bataille de Borodino, qui fait 180 000 morts en dix heures, mais n'y participas pas, l'Empereur n'a pas fait donner la Garde. Moscou, l'immense brasier...Notre grenadier est nommé major le jour même où commence la retraite de 500 000 hommes traînant 600 canons et 2000 caissons. Harcelés par les Cosaques, décimés par le froid, la faim, le typhus, Higonet à un pied gelé à la Berezina.

Au combat de Leipzig, l'infatigable grenadier passe à travers les flèches des Baskirs, les balles et les boulets des Alliés, mais deux chevaux s'abattent sous lui. Il va maintenant soutenir le siège contre les Russes à Hambourg. Le maréchal Davout, qui l'estime, lui confie le commandement des avant-postes de la ligne d'Altona. A neuf reprises, il repousse l'attaque des Russes.

A Waterloo, Higonet, devenu colonel, a le pied à moitié cassé par son cheval qui s'est écroulé sur lui. Il remonte sur un second cheval qui s'abat à son tour, lui démettant la jambe droite. le troisième cheval, atteint par un boulet, le lâche lui aussi. A court de monture, le colonel combat à pied jusqu'à ce qu'une lance lui traverse la cuisse droite et le cloue au sol.

Cette dure journée passe....Il épouse juste un an plus tard, Augustine de Veillan. C'en est fini pour lui du glorieux uniforme bleu aux buffleteries blanches avec plumet rouge sur le haut bonnet d'ourson. Mais l'odeur de la poudre..... grise toujours le vieux grognard.

Nous le retrouvons dans l'Armée d'Espagne au siège de Pampelune, puis commandant la brigade du blocus de Saint-Sébastien où sévit la peste, commandant d'une brigade de l'armée expéditionnaire de Morée où il échappe de nouveau à la peste. Entretemps, il a manqué périr en sauvant un voltigeur qui se noyait.

Sa dernière action d'éclat se situe à Navarin. Pendant que les Alliés anéantissent la flotte Turco-Egyptienne, Higonet à la tête de la 1er brigade, grimpe à l'assaurt de la citadelle et l'enlève.

Le maréchal de camp Higonet, commandant de l'ordre royal de la Légion d'Honneur, député, vice-président de la société d'agriculture d'Aurillac, fait parfois une cure à Barèges pour soigner ses vieilles blessures. Mais sa mâchoire le tracasse bien davantage.

Jusqu'à sa mort, en 1859, il devra tous les soirs, avant de se coucher, enlever ses osanores, dents artificielles en ivoire d'hippopotame qui lui ont coûté 400 francs, pour les nettoyer.

.....FIN.... ....salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Trajan

avatar

Nombre de messages : 481
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....   Ven 24 Juil - 12:03

Quelle époque!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....   Ven 24 Juil - 12:16

visiblement Higonet avait une prédisposition pour les blessures aux jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coups et Blessures d'un soldat de l'Empire.....
» DAJOU (François) Soldat de l'Empire - Médaille de Ste-Hélène
» VILLIERS (Charles) SOLDAT du 1er EMPIRE - Bagneau YONNE
» Paris (20e) : Père Lachaise, (85e Division)
» Avec quel personnage du 1er Empire aimeriez-vous discuter ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: