Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11590
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   Ven 31 Juil - 17:23

...... sunny ..... ....Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.... (Sources Vladène Sirotkine).


Le 21 décembre 1812, le général Koutouzov informait le Tsar Alexandre 1er, que la campagne se terminait par la destruction complète "de l'ennemi". Depuis, les historiens russes et français se disputent et sur les chiffres des morts et sur le destin des rescapés de la Grande Armée.

En fait, tous les calculs sont teintés de chauvinisme...les Russes gonflent les pertes ennemies. Koutouzov lui-même, en écrivant aux siens, estimait qu'il avait fait prisonniers 150 000 hommes et récupéré 850 canons (presque tous les canons ont été conservés et se trouvent au Kremlin ou dans les musées consacrés à la campagne de 1812 à Borodino, Viazma, Maloïaroslavets, Smolensk...ect).

Ce chiffre de 150 000 prisonniers ne comprend pas les 50 000 à 60 000 soldats et officiers qui, malades, exténués ou légèrement blessés ne furent pas à même de suivre la Grande Armée battant en retraite le long du Vieux Chemin de Smolensk. Tous les auteurs de mémoires notent que lors du passage de la Berezina 25 000 à 30 000 restèrent sur la rive "russe".

Sur ces milliers d'hommes, un bon nombre essaya de trouver un abri...les officiers dans les châteaux et les soldats dans des maisons particulières. Les uns et les autres passèrent l'hiver rigoureux de 1812 - 1813 comme précepteurs ou valet de ferme. Certains s'attardèrent même en Russie. Par exemple, G.Capet, un officier de la garde de Napoléon, blessé, fut précepteur plusieurs années après la campagne de 1812 du futur grand poète russe Lermontov, lui ayant inculqué le culte de Napoléon, le " génie de l'époque".....A la différence de Pouchkine et de Tolstoï, Lermontov, qui périt très jeune, resta un admirateur fervent de Bonaparte.

La guerre en Europe sévit en 1813 et 1814 et le gouvernement russe dut résoudre le problème des prisonniers de guerre (officiel et non officiel)...ces derniers se cachaient chez des nobles et des paysans.

On trouva une solution. En juillet 1813 fut publiée une circulaire de K.Viazmitinov, Ministre de la Police, suivie en novembre 1813 d'une ordonnance (oukase) du Tsar d'après lesquelles les prisonniers de guerre de la Grande Armée pouvaient, à titre de colons étrangers, se faire naturaliser russes. Ils étaient libre de pratiquer leur culte, libérés du service militaire, exemptés d'impôts pour cinq à dix ans. En même temps, ils touchaient un subside pour "pouvoir établir une économie" et recevaient un lopin de terre en Ukraine ou en Sibérie.

L'ordonnance prévoyait une citoyenneté provisoire (de deux à trois ans) ou "éternelle", et exigeait de préciser l'appartenance à telle ou telle couche sociale, la noblesse (officiers), la bourgeoisie (la classe bourgeoise), comme disait l'ordonnance, le clergé (anciens aumôniers de la Grande Armée) ou la paysannerie (paysans libres ou ceux d'Etat).

Les artisans (classe bourgeoise) avaient le droit d'ouvrir des ateliers, ceux qui allaient travailler dans les usines et les fabriques concluaient un contrat individuel avec la patron de l'entreprise (en présence d'un fonctionnaire d'Etat) sur l'embauche et les conditions de travail (ce qui était inconnu des ouvriers serfs en Russie).

En Août 1814, près d'un quart des prisonniers de guerre se fit sujet du Tsar....la majorité prit la citoyenneté russe provisoire. La guerre continuait toujours, on n'en voyait pas la fin, alors que le statut de citoyen russe provisoire était beaucoup moins contraignant que celui de prisonnier de guerre.

Dans toute l'histoire de la Russie depuis Pierre 1er, ce fut le projet le plus audacieux, qui prévoyait de verser un contingent de près de 20 000 ressortissants d'Europe occidentale (l'épuivalent de la population d'une ville comme Moscou ou Saint-Pétersbourg en 1812) dans l'industrie, le commerce et l'agriculture. Lorsque les royaliste avaient immigré en Russie, comme le duc de Richelieu, le comte Langeron, ect...ils avaient été affectés à l'armée ou à l'administration.

Pourtant cette expérience ne dura pas. Le Premier Empire s'effondra en 1814 et les Bourbons demandèrent à Alexandre 1er de rendre les prisonniers de guerre à la France. Les guerres avaient décimé les hommes aptes au travail, accentuant la chute démographique.

F.Glinka, officier décembriste, participant à la campagne de 1814 en France, nota sur son journal...."Partout où nous passions il n'y avait qu'enfants, femmes et vieillards, où sont donc les hommes, la fleur de l'adolescence ?".

Le Tsar réagit rapidement à la demande de Louis XVIII. Le baron Morain, commissaire au rapatriement, "commissaire au roi au renvoi accéléré en France des prisonniers de guerre se trouvant dans l'Empire russe" comme le disait son mandat, arriva bientôt en Russie.

A partir de l'été 1814, dans les journaux russes, Morain commença à faire publier des annonces en français et en allemand sur le rapatriement des prisonniers de guerre.

Une majorité, y compris ceux qui avaient pris la citoyenneté russe provisoire, répondit à cet appel. En automne 1814, le premier transport maritime comprenant trois bateaux, avec 900 anciens prisonniers de guerre à bord, quitta Riga pour le Havre. Plus tard à la fin des années 1814 -1815 (après l'intervale des Cent-Jours), la majorité des prisonniers de guerre regagna la France soit par mer soit par terre.

Mais pas tous. Ceux qui n'avaient pas beaucoup servi ou, au contraire, les vétérans, ceux qui n'avaient pas de famille ou ceux qui avaient perdu leurs parents ne tenaient pas à revenir en France. Les rapports des généraux-gouverneurs de l'époque abondent en refus de partir.

Le 17 août 1814, le général-gouverneur de Novgorod nota..."Sur ces groupes de prisonniers de guerre voyageant à travers le gouvernement de Novgorod, il y en a qui, revenant dans leur pays, expriment le désir de rester, quittent leur groupe, uniquement pour prêter serment et acquérir la citoyenneté russe".

la pression de ceux qui ne voulaient pas s'en aller fut assez forte pour que le 29 août 1814... le Tsar fasse paraître un nouvel "oukase"...le rapatriement est facultatif, il ne faut renvoyer personne de force en France.

Par ailleurs, jusqu'en 1816, les Bourbons firent paraître en français, dans les journaux russes, des annonces sur un retour immédiat de leurs sujets. le nombre de soldats et d'officiers de Napoléon restés en Russie àprès 1815 était donc considérable. Les Bourbons n'auraient pas déployé une telle activité pour quelques centaines de personnes.

....A....Suivre.....salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11590
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   Sam 1 Aoû - 15:18

..... sunny ...... Suite et Fin.........Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.... (Sources Vladène Sirotkine).


Mais qui sont ceux qui restèrent en Russie ?.....Jean Ariès de Liège. Capturé en Novembre 1812, il prêta serment pour une citoyenneté provisoire en 1813 et s'installa à Nijni-Novgorod. Ensuite il se décida à rentrer, mais après les Cent-Jours y renonça et, ayant acquis "une citoyenneté russe éternelle", se fixa à Nijni-Novgorod.

Trois anciens de la Grande Armée furent capturés et depuis 1812 se trouvaient à Laroslavl (Haute Volga). Refusant le rapatriement le 27 janvier 1816, ils demandèrent la citoyenneté russe éternelle, devinrent paysans libres et obtinrent un lopin de terre chacun dans l'Altaï (Sibérie du Sud). Chacun d'eux reçut également 350 roubles (un serf russe payait 3 roubles d'impôts l'an) et fut exempté d'impôts pour une durée de cinq ans.

En Mai 1817, les trois Français arrivèrent dans l'Altaï, reçurent leur lopin de terre, se firent orthodoxes, se marièrent et restèrent à tout jamais en Russie.

En 1837 la police secrète recensa tous les anciens prisonniers de guerre fixés en Russie. La plus grande partie se trouvait à Moscou et dans le gouvernement de Moscou...sur 350 000 adultes l'on comptait 1557 Français anciens prisonniers ainsi que leurs enfants, nés en Russie. Socialement, ils se répartissaient ainsi...710 ouviers, artisans ou propriétaires d'atelier, 213 commerçants, 654 précepteurs et domestiques.

Toutefois, tous les records furent battus par jean-Baptiste Savin, un ancien officier, chef du "convoi d'or" de Napoléon...c'est lui qui vécut le plus longuement en Russie. Fait prisonnier pendant la bataille de la Berezina, il se trouve bientôt à Laroslavl. Comme il n'avait aucun métier, il gagna sa vie en donnant des leçons d'escrime. Plus tard, il adopta une citoyenneté éternelle et se fit orthodoxe...Mikhaïl Andréevitch Savine.

Ensuite Savine se maria avec une jeune fille russe et partit pour Saratov où il enseigna l'escrime dans une école militaire. Ayant pris sa retraite, il fut professeur de français dans un des gymnases de la ville (lycée), ce qui lui valut le titre de fonctionnaire de 8è classe. Le petit Nicolas Tchernychevski, futur écrivain et révolutionnaire démocrate, fut son élève.

Une sombre journée de novembre 1894 vit presque toute la ville de Saratov sortir dans la rue pour assister à son enterrement. Bientôt un monument, érigé grâce aux dons des concitoyens, vint orner sa tombe...l'inscription..M.A.Savine, 1767-1894 (il aurait eu cent vingt-trois ans) du dernier vétéran de la Grande Armée était encore lisible dans les années 1920.

Sources.......Archives d'histoire de Leningrad...Rapport du Gouverneur de Sibérie destiné à Pétersbourg 27.V.1817....Correspondance des prisonniers de guerre de la Grande Armée (lettres en français et en allemand)...Recueil des documents de la commission des archives de Vitebsk v.1.1910 (Titre en Russe).

FIN.......... salut

_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   Sam 1 Aoû - 18:03

Cher Jean-Baptiste
Comme toujours merci mille fois pour Votre texte.
Connaissez - vous le texte de Charles Coury "La rapatriement des prisonniers francais de la campagne de Russie" qui a paru en 1962/63 comme communication apres Congres International d'Histoire de la Medecine a Varsovie
J'ai cet texte [seulement copie] mais mon scanner Evil or Very Mad Evil or Very Mad - competement ne fonctionne pas.
Amicalement et salut
Revenir en haut Aller en bas
Isly1844

avatar

Nombre de messages : 166
Age : 35
Localisation : Poche de Colmar
Date d'inscription : 24/07/2009

MessageSujet: Re: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   Lun 3 Aoû - 10:43

Bonjour,
Merci pour cette anecdote.
Meilleures salutations,
Mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://afcfef.fr/
merlinoilmago



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   Mar 1 Sep - 10:52

Un anecdote simplement excellent.
Merci
Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les Grognards deviennent sujets du Tsar.....
» C'est parti pour les TD!!!!!!
» Les temps deviennent plus difficiles mais vous n'êtes pas seuls, écrivez-le sur des papiers pour vous en souvenir quand la panique viendra, priez pour que je guérisse de la peur vos frères et soeurs de la terre - via Carol AMECHE
» Débats d'idées sans détour : OVNI-Quand l'armée enquête [1/5]
» Test de Student quand Paramètre à comparer = moyenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Vos Articles --
Sauter vers: