Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 AMEY (François) - Baron - Général de division

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CapitaineCOIGNET

avatar

Nombre de messages : 1455
Localisation : Vierzon (CHER)
Date d'inscription : 29/10/2007

MessageSujet: AMEY (François) - Baron - Général de division   Lun 5 Oct - 11:15

Fiche présentée par M. Jean-Pierre BIBET - APN
Sources: Dictionnaire Biographique et Historique des Généraux et Amiraux Français - Tome 1.
Archives nationales (CARAN) Dossier de la Légion d'Honneur : LH/29/97.


AMEY (François-Pierre Joseph)
(1768 - 1850)

BARON DE L'EMPIRE
Général de division
Commandant de la Légion d'honneur


Règlement d'armoiries:
"Coupé:1 parti: a) d'argent à la tour de sable donjonnée d'une tourelle du même, ajourée du champ - b) de gueules à l'épée haute d'argent -2) d'azur à trois têtes de léopard d'or."



Né à Sélestat (Bas-Rhin), 2 octobre 1768.
Fils du légitime mariage de François Pierre Amey, chirurgien-major au régiment suisse de Waldner , et de Ursule Collignon.
Marié en premières noces à Anne Häntzler et en secondes noces à Charlotte de Polentz.
Décédé à Strasbourg, le 16 novembre 1850.

Etat des services connus:
Enfant de troupe à l'âge de 6 ans au régiment de Waldner.
Entré comme cadet dans le régiment de Vigier-Suisse, 2 octobre 1783, devenu Vigier.
Sous-lieutenant, 18 juin 1788.
Fit ses premières armes avec le Régiment de Châteauvieux dans les rues de Nancy pour contenir une mutinerie, 31 août 1790.
Licencié le 7 octobre 1792.
Capitaine de la 1ère compagnie de la légion du Rhin, 10 octobre 1792.
Adjudant-général et chef de bataillon, 23 juin 1793.
Adjudant-général chef de brigade, 4 brumaire an II (25 octobre 1793)
Général de brigade le 8 frimaire an II (28 novembre 1793)
Président du conseil de révision de la 17e région militaire, en 1799.
Employé dans la 2è division militaire de 1804 à 1808, commandant du département des Ardennes.
Général de division, 19 novembre 1812.
Lieutenant-général, commandant à Bourges, dans la 21è division militaire.
Se rallia avec l'Empereur après le 20 mars 1815 et servit dans la guerre que Napoléon eut à soutenir contre les Alliés.
Admis à la solde de retraite, 9 novembre 1815.
Bénéficiaire d'une pension de 6 000 francs.
Se tient éloigné des affaires.
Mis en disponibilité dans le cadre des officiers généraux, 7 février 1831.
Remis définitivement en retraite, en 1833.

Campagnes:
1792 : A l'armée du Rhin.
1793 - 1794 : Passé à l'armée des côtes de La Rochelle, puis à celle de l'Ouest, et servit avec distinction sous Duhoux, Menou, Kléber et Marceau. Il se fit plus particulièrement remarquer à la prise du Mans, où il eut un cheval tué sous lui, 12 décembre 1793. Commandant de la garnison de Mortagne, il combat auprès des colonnes infernales de Turreau.
An III à An VIII : Employé aux armées des Alpes et du Rhin.
An X: Embarqué sur mer avec le général Charles Leclerc pour l'expédition de Saint-Domingue, 21 brumaire an X.
Il réprime sans effusion de sang l'insurrection des Bourla-Papey dans le canton du Léman en 1802.
1808 : Détaché du service de l'intérieur et affecté à l'armée d'Espagne.
Il assista au célèbre siège de Girone, en novembre 1809.
Les Espagnols manquaient de munitions et tombaient chaque jour victimes d'une maladie épidémique, lorsque le maréchal Augereau donna l'ordre au général Pino d'enlever le faubourg de la marine. Cet ordre fut exécuté avec un plein succès. Cependant les Espagnols ayant tenté une sortie générale pour resaisir le faubourg, le général Amey, qui occupait une position au-dessous du mont Joui, vint prendre l'ennemi en flanc, le jeta dans une complète déroute et enleva les redoutes du Calvaire et du Cabildo.
1812 : En Russie, sous les ordres du maréchal Gouvion-Saint-Cyr.
La part brillante qu'il prit au combat de Polotsk (18 et 19 août 1812), et ses manœuvres habiles pendant la retraite, lui valurent une mention honorable dans les bulletins officiels.
1814 : France.
1815 : France

Campagne de captivité:
Fait prisonnier de guerre au combat de la Fère Champennoise, 25 mars 1814.

Mention:
Au 18 brumaire, Amey se trouvait à Saint-Cloud et fut l'un des témoins actifs de l'audacieux coup de main qui fit sortir le Consulat des ruines du Directoire. Immédiatement après cette journée fameuse, Amey fut attaché à la 17e division et devint ensuite président du conseil de révision.

Décorations:
- Membre (Chevalier) de la Légion d'Honneur, 19 frimaire an XI (11 septembre 1803)
- Commandant de la Légion d'Honneur, 25 prairial an XII (14 juin 1804)
- Chevalier de Saint-Louis par ordonnance du 8 juin 1814.

Titres et dotations:
Baron militaire de l'Empire par lettres pattentes du 15 juin 1810.
Bénéficiaire de deux dotations de 2 000 francs chacune en Westphalie.

Il fait partie des 660 officiers à avoir son nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, à Paris.

Autres fonctions:
Maire de la commune de Sélestat (Bas-Rhin) après 1833.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: AMEY (François) - Baron - Général de division   Lun 5 Oct - 21:34

Citation :
il combat auprès des colonnes infernales de Turreau.

Aux Herbiers, ça donnait ceci :

« Amey fait allumer des fours, et lorsqu’ils sont bien chauffés, il y jette les femmes et les enfants. Nous lui avons fait des représentations ; il nous a répondu que c’était ainsi que la République voulait faire cuire son pain. Les femmes des Royalistes manquant, il s’adresse aux épouses des vrais patriotes. La veuve Pacaud, dont le mari a été tué à Châtillon par les brigands lors de la dernière bataille, s’est vue avec ses quatre petits enfants jetée dans un four ; nous avons voulu interposer notre autorité ; les soldats nous ont menacé du même sort. »
(déposition de l'officier de police Gannet)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CapitaineCOIGNET

avatar

Nombre de messages : 1455
Localisation : Vierzon (CHER)
Date d'inscription : 29/10/2007

MessageSujet: Amey sans Turreau   Mar 6 Oct - 12:53

Il est vrai que la rumeur circulait à bon train à cette époque douloureuse de notre Histoire. On disait effectivement que le général Amey aurait fait chauffer les fours à pain pour y rotir vivant, femmes et enfants. Il n'y a aucune preuve établie à ce que le général AMEY ait participé personnellement à ces actes abominables de barbarie. Ceux-ci resteront attribués principalement au sanguinaire TURREAU et à ses colonnes infernales, un peu comme les opérations des Einsatzgruppen sur le front russe, au côté des soldat de l'arme de la Waffen SS, après juin 1941. Sans TURREAU le général AMEY, soldat et homme d'honneur n'aurait pas eu cette sinstre renommée .
Jean-Pierrre BIBET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: AMEY (François) - Baron - Général de division   Mer 7 Oct - 10:06

Citation :
Sans TURREAU le général AMEY, soldat et homme d'honneur n'aurait pas eu cette sinstre renommée .

Allons, ne vous servez pas de ce postulat indémontrable pour voiler la responsabilité d’Amey dans les exactions commises en Vendée sur les territoires de son ressort.

Citation :
Ceux-ci resteront attribués principalement au sanguinaire TURREAU

Qui lui-même se couvrira par les ordres reçus…
A ce petit train, tout le monde deviendrait responsable de rien.

Citation :
le général AMEY, soldat et homme d'honneur

La déposition de l’officier de police Gannet retranscrite plus haut montre à quel niveau se situait l’honneur d’Amey…
J’ajoute à ce document deux autres dépositions, celles des gendarmes Riqueur et Jauzelon, concernant la manière dont « l’honorable » général Amey fit évacuer les Herbiers :

« Le soir, Hamet fit ramasser et renfermer dans l’église une quarantaine d’individus, la plupart patriotes, sous prétexte de les faire conduire ensuite en prison.
A dix heures, dans la nuit, il les fit conduire derrière le cimetière et les fit hacher à coups de sabre et de baïonnette sans tirer un coup de feu, de crainte qu’on s’aperçut de cette exécution. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AMEY (François) - Baron - Général de division   Mer 7 Oct - 11:43

plus que d'accord avec ce qui est dit ci dessus.On ne peut faire porter le chapeau sur uniquement Turreau sans concevoir un instant que ses proches comme Amey n'aient pas à répondre eux mêmes des exactions qui furent commises par ces généraux ( simplement sur ordre?) à la tête de ces colonnes infernales.Même la convention,donneur d'ordre, fut à ce point choquée des détails de ces tueries qu'elle condamna .Comment comprendre alors qu'elle ait pu faire voter le 19 novembre sa loi d'amnistie?Comment comprendre que Napoléon lui-même ait pu faire nommer Turreau ambassadeur, et pire encore comment comprendre aussi qu'Amey comme Turreau soient décoré de l'ordre de Saint Louis? c'est pour le moins incompréhensible,sinon choquant.Notre histoire est décidemment bien compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Suite   Mer 7 Oct - 13:28

A l'actif du général Amey on citera la petite cité commerçante des Herbiers, réputée pour le civisme de ses citoyens, qu'il va livrer aux torches et raser entièrement.Quand Boutillier de St André y entre fin février, les charpentes achèvent de se consummer.Les cadavres gisent dans les rues,seuls habitants: des chats errants, quid des mille habitants?L'Abbaye de notre dame de la granetière est rasée au trois quarts, transformée en carrière de pierres, réhabilité en partie en 1963. Montrevault en Mauges est aussi rasé.Alors de grace, Amey soldat oui, peut être, homme d'honneur? il y a des termes qu'il est prudent de ne pas employer, sans tomber dans l'emphase,sinon à prendre une volée de bois vert des vendéens qui n'ont pas oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Termenón

avatar

Nombre de messages : 87
Age : 83
Localisation : O Rosal (Pontevedra) España
Date d'inscription : 11/05/2013

MessageSujet: Amey   Jeu 12 Sep - 12:09

Drouet Cyril a écrit:
Citation :
il combat auprès des colonnes infernales de Turreau.
Aux Herbiers, ça donnait ceci :

« Amey fait allumer des fours, et lorsqu’ils sont bien chauffés, il y jette les femmes et les enfants. Nous lui avons fait des représentations ; il nous a répondu que c’était ainsi que la République voulait faire cuire son pain. Les femmes des Royalistes manquant, il s’adresse aux épouses des vrais patriotes. La veuve Pacaud, dont le mari a été tué à Châtillon par les brigands lors de la dernière bataille, s’est vue avec ses quatre petits enfants jetée dans un four ; nous avons voulu interposer notre autorité ; les soldats nous ont menacé du même sort. »
(déposition de l'officier de police Gannet)
Quelqu'un peut me dire la date de ces événements(succès).
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marzan-2013.foroactivo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AMEY (François) - Baron - Général de division   

Revenir en haut Aller en bas
 
AMEY (François) - Baron - Général de division
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AMEY (François) - Baron - Général de division
» FLAMAND (Jean-François) Baron - Maréchal de camp
» BAGNERIS (François) - Baron - Général de brigade.
» LEPIC (Louis) Comte - Baron - Général de division - GARDE
» 52-Haute-Marne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: