Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un Mariage de Raison......

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11542
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Un Mariage de Raison......   Ven 19 Fév - 10:59

...... ......

Un Mariage de Raison....


....(Sources Armand Le Corbeiller)....


...Charles Pierre François Augereau °1757 +1816.


Les mariages « arrangés » si fréquents jadis, sont repoussés par les jeunes générations qui veulent construire elles-mêmes leur bonheur. Les ménages ainsi édifiés sur des convenances familiales, sociales ou autres, étaient-ils moins heureux que ceux qu’avait rapprochés une grande passion ? Qui le dira ?....Voici en tout cas, un mariage de raison historique.


L’année 1808 allait vers sa fin. En ce début de décembre, le manoir d’Arrigny est tout imprégné de tristesse. Il est perdu dans les bois enserrant le petit cours d’eau dénommé le Blaise…..et qui ayant d’abord portée son eau au moulin, la verse dans la Marne qui s’enfuit vers Vitry-le-François.

Si l’on s’en tient à l’aspect extérieur de ce modeste château, où maints dégâts du temps appellent d’urgentes réparations, on devine que les gens qui l’habitent sont fort désargentés. Les propriétaires sont personnages de l’Ancien Régime, figés dans leurs regrets d’une époque finie, souffrant d’une médiocrité allant vers la misère, mais se maintenant de tout leur orgueil de caste, fidèle au roi et dédaigneux des honneurs des places impériales. Enfermés dans leur modeste vie sédentaire, sans relations, ils tiennent farouchement à leur titre périmé de « Seigneurs d’Arrigny ».

Pauvres seigneurs, d’ailleurs, dont le blason se dédore chaque jour un peu plus, obligés pour vivre d’hypothéquer leurs terres à gros intérêt, ou de les vendre par lopins à d’avides paysans qui agrandissent leurs propriétés en achetant celles des « ci-devant », ruinés.

Par exemple, ce seigneur d’Arrigny est riche d’un beau nom qui vient de loin en sonnant haut…chevalier Bernard de Bourlon de Chavanges. Il a quarante ans. Son frère Henry est diacre à l’évêché de Toul. Quant à lui, son seul titre est…ancien officier d’infanterie.

En 1791, le nouveau régime, au nom de la liberté, l’a mis en demeure d’abandonner sa profession. Il n’a plus eu d’autre moyen de gagner sa vie qu’en spéculant, moyen qui fleurit toujours en temps de révolution, mais qui ne profite qu’aux familiers des alliées du pouvoir, au courant des secrets déclanchant les coups de Bourse. Le chevalier confiné dans sa lointaine campagne, se ruine à ce jeu.

Ce lieutenant d’infanterie sans emploi, et noble, se morfond à Arrigny, dans la plus sombre tristesse, angoissé chaque jour par l’effritement de sa fortune. Il vit avec sa femme Jeanne Françoise de Launay, dont le père fut commissaire général des ports et des Arsenaux.

Mme de Bourlon de Chavanges n’a que trente six ans, et s’est mariée à seize ans en arrivant de l’Ile de France où elle est née créole, et déjà sa fille Adelaïde à dix neuf ans, et son fils Alphonse à dix sept ans.

La famille est donc, on le voit composée d’éléments jeunes, mais la jeunesse, malgré sa force et ses ardeurs naturelles, ne l’incite pas à se sauver de la ruine autrement qu’en détruisant son capital. Bien certainement, si Bourlon de Chavanges sollicitait une place de l’Empereur, il l’obtiendrait. Cependant les convictions du gentilhomme s’opposent à ce qu’il serve « Napoléon », pour lui homme sans scrupule, entourés de prétoriens venus on ne sait d’où et
qui, toujours en guerre, s’affublent de noblesse auprès de laquelle, la sienne, authentique et solide, ne compte plus.

Jamais Chavanges ne consentirait à vivre au milieu de ce monde chamarré, comblé de luxe et de fêtes, créant une aristocratie étouffant l’ancienne dont il est. Plutôt se résigner, et rester parmi les cent habitants d’Arrigny.

Pourtant, que deviendront ses enfants ? Comment, et à l’aide de quelles ressources assurera-t-il leur établissement ? On n’a plus à Paris la moindre relation, en dehors du père de Mme de Chavanges.

De plus, on est dans l’impossibilité de séjourner dans la capitale….il y fait trop cher vivre. Alors ? Si le père et la mère sont encore jeunes, Adélaïde est déjà en âge de se marier. Qui la prendra sans dot à des parents aux trois quarts ruinés et que la vie peut encore garder longtemps ? Le temps presse.

Adélaïde est de visage fort agréable, gracieuse, instruite et d’éducation parfaite qu’elle doit à son oncle, le diacre de Toul. Intelligente, énergique, elle prend sa part des soucis paternels, devinant que son avenir est compromis, car nul hobereau ne songera à en faire sa femme, et personne ne se doutera jamais que, dans ce village d’Arrigny vit une jeune fille charmante, titrée, digne de tenir de la ville rang parmi les plus belles.

Nulle autre perspective pour ses parents que la ruine prochaine annoncée par le notaire à toutes ses visites attendues, chaque fois, pour la réalisation d’une hypothèque par la vente d’un champ bordant ceux d’un riche cultivateur. Tout le domaine y passera.

Cependant, c’est peut-être le notaire que choisit cette fois, le destin veillant sur Adélaïde, pour proposer un possible mariage….question délicate et difficile. Il s’agit d’un Parisien né rue Mouffetard, sur la paroisse Saint-Médard. M. et Mme de Bourbon de Chavanges se récrient…on a beau habiter aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, on connaît suffisamment Paris pour savoir ce qu’est cette populacière voie qui gravit la Montagne Sainte-Geneviève, et que n’y réside nulle aristocratique famille.

Mais c’est bien pis quand ils apprennent que le prétendant, né d’un père domestique et d’une mère très modeste fruitière, a eu pour parrain un pauvre manœuvre maçon. Ils croient qu’on se moque d’eux.

Comment ! Adélaïde serait la femme d’un de ces godailleux qui, dans l’auberge du « Chat qui dort », le cabaret des « Rats goutteux », ou encore celui du « Poing d’or et de la Main d’argent », ont hurlé des chansons obscènes et fait tapage dans les jardinets ! Car, c’était cela la rue Mouffetard, et personne ne l’ignorait…non, cent fois non !

Et quel âge a donc cet individu qui ose solliciter son entrée dans la famille des Bourlon de Chavanges ?...Cinquante deux ans…douze ans de plus que le futur beau-père. Celui-ci suffoque. Il n’est pas au bout de sa consternation.

Le candidat s’est fait soldat à dix sept ans. Il a roulé partout avec les régiments, depuis le Clarke-Irlandais en 1774, jusqu’au Bourgogne-Cavalerie, en passant par le Berwerd-Brubswick où, en Prusse, il a nécessairement, pris goûts et habitudes de reître….C’en est assez…M. Et Mme de Bourlon de Chavanges refusent d’en entendre davantage…Pourtant, ils ont dû céder à l’insistance de l’intermédiaire. Son protégé, en 1789, avait trente trois ans…c’était l’année où naissait Adélaïde. A ce moment, soudard accompli, ayant mené la vie des camps….pillages, ribauderies, orgies, enfin tout, on le citait dans la troupe pour son allure vulgaire, grossière, indécente.

.....A....Suivre.....






_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Ven 19 Fév - 23:07

Savoureux ce récit haut en couleur qui narre les moeurs de ces hobereaux aristocratiques en pleine décadence.
La suite promet de nouveaux plaisirs de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11542
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Sam 20 Fév - 9:31

....... ........

Un Mariage de Raison....

....(Sources Armand Le Corbeiller)....Suite....

...Château de Houssaye-en-Brie (Seine et Marne)....Propriété du Maréchal Augereau.


Aux nouvelles récriminations de ses auditeurs outrés d’une telle peinture, on avait répondu que l’homme rachetait ses défauts…il s’était admirablement battu à Millesimo, Lodi, Arcole, aux armées de Sambre et Meuse, du Rhin, de la Moselle, en Espagne. Il avait pris du galon.

Bien sûr, répondaient les parents décidément indifférents, il méritait de l’avancement, ce parvenu de la Révolution….Attendez ! Certes, il fut récompensé de sa bravoure et de ses talents militaires puisqu’il devint officier, même général….Et l’Empereur l’a fait maréchal de l’Empire, grand aigle et grand officier de la Légion d’honneur, chef de la quinzième cohorte, grand cordon de Charles III, grand dignitaire de la Couronne.

On écoute de nouveau, on ouvre grands les yeux, se demandant où on va ? Jusqu’au titre de duc que Napoléon lui a conféré en avril dernier. Et le nom, le nom de ce nouveau grand seigneur ?....Pierre Charles François Augereau, duc de Castiglione.

Maintenant on sait tout…un peu oppressé, presque épouvanté. Chez les royalistes, tout le monde connaît Augereau et sa réputation de brutalité. Personne n’a oublié sa manière d’il y a onze ans…Fructidor. Augereau est effrayant de cynisme. Autoritaire, violent telle une brute, dit-on. Et il serait le mari d’Adélaïde ?

Le visiteur doit rompre le silence qui se prolonge…le maréchal est dans l’opulence. Depuis quatre ans, il reçoit annuellement un traitement de quarante mille francs, la dotation de son grade lui a valu deux cent mille francs qui l’ont fait propriétaire de l’hôtel du 116 de la rue de Grenelle à Paris. Ses nombreuses prises de guerre lui ont permis d’acheter, en 1801, le domaine de la Houssaye en Brie….château Renaissance flanqué de trois tours, entouré de fossés, d’un parc et de vastes étendues cultivées.

M de Chavanges écoute. En homme qui connaît la valeur des biens ruraux, il suppute des revenus d’une telle propriété voisine de Paris. Seule, peut-être, Mme de Chavanges entend qu’Augereau est veuf depuis deux ans d’une Smyrniote….Gabrielle Jrach, jadis épousée par amour, et qui est inhumée dans la pelouse du château de la Houssaye.

Il faut se décider à dire quelque chose. Quoi ? Pour le père, le passé, le nom même d’Augereau, créature de l’Empereur, son origine moins que plébéienne…jacobine négatrice de toutes traditions et croyances, le poussent au refus net. Accepter, c’est se déjuger. La mère est plus hésitante…il s’agit de sa fille et de la mettre à l’abri de l’adversité par un mari de 33 ans plus âgée qu’elle. Le mot de la fin est dit sans doute par le tiers…. « Vous n’avez plus rien, et ce mariage est votre salut. »…On doit consulter Adélaïde, seule maîtresse de sa détermination.

Le dilemme qui se pose devant les parents est lourd de conséquences…qu’Adélaïde refuse, et c’est l’écroulement du foyer…qu’elle accepte, et c’est la vie assurée pour tous, l’aisance qui reparaît, l’avenir d’Alphonse qui s’éclaire. On conçoit que M. de Chavanges garde le silence. Il n’exhale plus ses rancunes….à quoi bon dénigrer les gens de l’Empire à présent que l’un d’eux et non des moindres, veut épouser sa fille ? Si la chose se fait, quelle peut-être l’attitude du modeste lieutenant de jadis, en présence de ce maréchal ?

Mme de Chavanges est plus tourmentée, et pour de multiples raisons…elle se demande quelle décision elle eût prise à la place de sa fille. Ce qu’elle soupçonne des turpitudes d’Augereau, sans doute la trouble et, à ces pensées, le rouge monte à son front. Avoir pour un tel homme élevé Adélaïde….nouvelle Iphigénie, que nulle Diane ne peut sauver !

Adélaïde réfléchit au sacrifice. Entre elle et ses parents qui l’ont très loyalement mise en face de la situation, nul ne s’interpose. Elle décidera seule, quand elle aura vu Augereau. Est-elle tentée de devenir duchesse et riche, à moins de vingt ans ?...C’est à la Houssaye qu’Augereau reçoit les Chavanges, dans le cadre somptueux de son château où, il y a un an, séjourna l’Empereur.

A Adélaïde, Augereau apparut de belle taille. L’ensemble pouvait ne pas déplaire, mais les cheveux, rares et blancs, qu’il portait longs jusque dans le cou, lui donnaient l’aspect d’un vieillard. Son grand nez, à pente accentuée, surplombe une petite bouche aux lèvres pincées…ses lourdes paupières abritent le regard morne d’yeux enfouis sous leurs arcades et les sourcils fortement incurvés. Il a l’air étonné d’un homme surpris de se trouver là, et son visage reflète l’expression d’une intelligente prétention.

Rien ne révèle, n’explique le geste héroïque d’Arcole qu’on lui attribue…sous le feu des canons autrichiens, il a planté dit-on, le drapeau au milieu du pont. On comprend, à le voir, que d’aucuns traitent de légende ce fait d’armes, pourtant officiellement reconnu. En bref, il donne l’impression d’un homme las et qui n’aspire plus qu’au repos.


Mais, en cet instant, son atone regard s’allume d’admiration. En vérité, le sort le comblait. Après lui avoir donné la toute belle Gabrielle Jrach, voici qu’il lui offrait une adorable Française, de toute fraîche jeunesse et de belle race aristocratique ! Quelle récompense pour le « godailleux » de la rue Mouffetard, le troupier de jadis qui, sauf en de très rares circonstances, n’approcha jamais les jolies femmes d’un monde si éloigné du sien !

Très fine, Adélaïde aperçoit vite la nature inculte, la rude écorce du maréchal…sorte de sergent recruteur…à peine cachées par des attitudes maladroitement mondaines, elle devine le peu de charme d’une existence liée à celle de ce militaire vieilli.

Et pourtant, il sait faire les honneurs de son château, s’efforçant d’y mettre des grâces vulgairement surannées, mais non déplaisantes. On visite en détail la demeure, les immenses salles, les chambres et les invraisemblables cuisines démesurées dans le sous sol, l’orangerie honorablement garnie, le parc où les arbres de haut jet, splendides et puissants ancêtres, ombragent des eaux insuffisamment courantes.

Adélaïde s’arrête devant le tombeau de Gabrielle Jrach. C’est un parallélépipède très simple, en pierres de taille, surmonté d’une amphore…l’épitaphe indique l’âge de la morte….quarante ans, et la date du décès, sur la face nord, Adélaïde lit…. « Rendre heureux son époux, soulager le malheur, furent les seuls besoins de son vertueux cœur. »

Combien de temps dura le séjour à La Houssaye ?...Beaucoup trop, sans doute, au gré du seigneur d’Arrigny, vite lassé de promenades au milieu du luxe prétentieux de ce soldat républicain enrichi, suffisant pour qu’on ait posé les bases du mariage envisagé.

Il ne semble pas qu’Adélaïde ait longtemps hésité…il est probable que, dès son arrivée au château, son parti était pris. Il ne s’agit en réalité que d’un marché. Si elle consent à se vendre, il faut que ce soit au prix le plus élevé, elle sait ce qu’elle vaut, elle est sûre qu’Augereau ne la sous-estime pas.

Elle est prête à se marier, et voici ses conditions, elle n’apporte ni dot, ni trousseau, mais le trousseau lui est reconnu pour vingt mille francs, tous les biens, meubles et immeubles du maréchal sont sa propriété. De plus, Augereau s’engage à constituer à M. de Bourlon de Chavanges, une rente à vie de trois mille francs et une aussi à vie, de deux mille francs à Alphonse.

......A.....Suivre......


_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Sam 20 Fév - 20:40

On a beau savoir que c'était monnaie courante à l'époque, on n'en est pas moins surpris des arrangements auxquels étaient soumis ce type de mariage que l'on aurait mieux fait de nommer "mariage de déraison"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11542
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Dim 21 Fév - 11:08

....... .......


Un Mariage de Raison....

....(Sources Armand Le Corbeiller)....Suite..



Enfin, elle ne veut plus voir le mausolée de Gabrielle sous ses fenêtres, elle exige que le monument disparaisse avant la cérémonie. Tout cela est clair, précis, Adélaïde ne tolère aucun marchandage. Lorsque en 1806, Augereau a mis au tombeau Gabrielle, a-t-il pensé sceller avec elle sa faculté d’aimer ? Adélaïde, cette jolie fille, lui est-elle donc si indispensable que, pour avoir le droit d’en faire sa femme, il entende sans broncher le prix indiscutable ?

Aucune illusion, on ne l’accepte que pour sa fortune et sa situation, on ne lui promet nulle tendresse affectueuse, si nécessaire, pourtant, à l’homme qui vieillit. On le subira. On tiendra rang de duchesse, on étayera, en quelque sorte, sa toute récente noblesse, du nom d’une authentique lignée d’Ancien Régime, moyennant quoi il paiera pour le présent, et pour l’avenir d’une famille qui l’accepte.

Qu’espère-t-il encore, en vue de son déclin ? Au sommet qu’il occupe, ambitions et chimères s’éteignent, la route suivie pour y monter s’estompe dans les grisailles du souvenir…le chemin qui se présente n’est plus que celui de la déchéance physique dont, déjà, il éprouve les marques.

Du moins veut-il parcourir auprès d’une femme très jeune, gardienne d’un foyer qu’il doit maintenir à la place assignée par l’Empereur. Gracieuse, élégante, Adélaïde sera remarquée, et les règles de l’étiquette la plus rigoureuse qui soit, seront pour elle jeu d’enfant. Augereau cède à tout ce que veut la jeune fille, trousseau, rentes, dévolution de ses biens…sans tarder, Gabrielle est exilée à plus de huit cent mètres de la cour d’honneur, au bout de l’allée des charmilles, dans un taillis.

Le mariage est fixé. Il ne se fera pas à Arrigny, mais à La Houssaye. Il est célébré à la mairie le 22 février 1809. Le lendemain, jeudi, l’ancien sans-culotte Augereau, agenouillé devant l’autel près d’Adélaïde Joséphe de Bourlon de Chavanges, dans la chapelle entourée des grands arbres du parc, reçut la bénédiction de l’abbé Bigot. Ce fut très intime. Aux côtés d’Adélaïde, outre son père, sa mère et son frère, il n’y avait que son grand-père maternel. Les témoins d’Augereau furent ses aides de camp…un lieutenant colonel et un capitaine. Aucun des maréchaux ne l’assista.

Ce qu’on sait de l’intimité du ménage permet de croire que les rapports entre les époux, si dissemblables, aident les appréhensions d’Adélaïde à s’affirmer bien vite. Le maréchal n’est pas homme à se réformer parce qu’une aristocrate est devenue sa compagne…il a des habitudes trop invétérées pour en faire litière. Qu’il s’efforce à plus de politesse et à un langage moins gras, la chose est possible, mais non certaine, peut-être même prétend-il ne point renoncer à ses attitudes légendaires. D’ailleurs, sa femme le supporte avec l’indulgence et la condescendance qui conviennent à un supérieur bien élevé, vis-à-vis de celui dont il déplore la native grossièreté.

Elle compte le courber, peu à peu, sous son joug, l’amener progressivement à ses idées et apprivoiser l’ours jacobin. Tout de même, la duchesse éprouva un rude haut le corps lorsqu’elle entendit pour la première fois ses lourds propos salés qui sentaient la troupe, le bivouac et le corps de garde. Lui aimait cela, il se plaisait à effaroucher Adélaïde. On devine l’effarement de la jeune femme.

Elle s’y fit, pourtant, car on s’accoutume à tout. Elle se contenta de hausser les épaules et, plus tard, d’en rire. On partit pour les eaux d’Aix la Chapelle, prescrites au maréchal, au retour la duchesse de Montebello, dame d’honneur de l’impératrice Marie-Louise et veuve du maréchal Lannes, fit nommer dame du palais Adélaïde, à qui ces fonctions rapportèrent trois mille francs l’an.

La duchesse de Castiglione vit maintenant au sein de cette aristocratie impériale qu’elle avait naguère entendu tant décrier par son père. Elle s’étonne de la fidélité obséquieuse à Napoléon de toutes ces dames aux grands noms d’Ancien Régime. Très souvent, au contact des membres de la famille Bonaparte, elle en subissait les travers, entre autres de la reine de Naples….calculatrice n’ayant de but que de garder les faveurs du maître pour Murat.

Par contre Adélaïde s’entendit bien avec la douce Pauline, franche, aimant sincèrement ses frères et sœurs, obligeante à tous. Les deux femmes s’appréciaient beaucoup, et Pauline se confiait volontiers à la maréchale Augereau qu’elle admettait dans son intimité.

Au château de La Houssaye séjournait la famille d’Adélaïde, et c’est à la Houssaye que, le 1er juillet 1812, mourut à l’âge de quarante ans la très jeune belle-mère du duc de Castiglione. A ce moment, Augereau commande le 11è Corps de la Grande Armée. A Leipzig, il perd ses neuf chevaux, ses fourgons, sa voiture et son argenterie, il en demande le remboursement, ainsi que de ses frais et de sa solde depuis mars 1813. On lui paie trente cinq mille trois cents francs, et on l’envoie « se reposer » à Paris.

Au début de janvier suivant, il est à la tête de l’Armée de Lyon, où le trouvent, toujours fatigué, les évènements de 1814. Augereau ne pense qu’à prendre conseil de la municipalité, se met d’accord avec elle, évacue Lyon où, le 21 mars, le prince de Hesse entre librement.

Augereau est à Paris. Il s’entend avec Soult, Suchet et Maison, s’entretient deux fois avec le Tsar Alexandre et assure de son dévouement le roi Louis XVIII qui, le 21 juin, le maintient à Lyon comme gouverneur. A la fin de l’année, il passe au commandement de la 14è division militaire de Caen.

Voici Augereau maréchal de la monarchie…le simple cavalier de Clarke-Irlandais de 1774, le sans culotte de l’armée d’Italie ? Le briseur de complots royalistes, prête serment à son roi légitime. La vie a de ces retours imprévus. En mars 1815, l’Empereur revient de l’Ile d’Elbe.

Augereau couvre les murs de Caen d’une affiche qui exhorte les troupes à se rallier à Napoléon dont les « aigles immortelles » sont les « seules qui conduisent à l’honneur et à la victoire ». Il a, décidément la mémoire courte. C’est qu’il espère beaucoup encore.

Le retour de l’Empereur n’apporte aucun avantage au duc de Castiglione…au contraire…Napoléon, qui, dès son débarquement au golfe Juan a qualifié « défection » l’attitude à Lyon du maréchal, n’est pas disposé à lui accorder la pairie qu’il sollicite avec un aplomb égalé par son inconscience.

On le laisse à Caen. Après Waterloo, l’Empereur exilé et Louis XVIII rentré, Augereau se rappelle au souvenir du roi…Il perd le sens commun. Il réclame, en novembre, le paiement de sa solde depuis avril. Il tombe mal, car le maréchal Clarke, duc de Feltre, qui l’a durement cinglé après l’affaire de Lyon, et qui est encore ministre de la Guerre, se charge de son exécution. Il indique au roi qu’Augereau a « violé ses serments ». Il propose de le priver de sa place et de son traitement, ce que Louis XVIII approuve d’un « Bon » et de sa signature.


.....A.....Suivre......



_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Dim 21 Fév - 19:45

L'amour rend aveugle, dit le dicton.
Augereau en est un parfait exemple : véritable girouette politique, il fut le jouet de ses sentiments et de ses ambitions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11542
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Dim 21 Fév - 20:05

....... ........

Tout à Fait.....!!!...La belle en aura bien profité....


_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Jean-Baptiste
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint
avatar

Nombre de messages : 11542
Age : 71
Localisation : En Languedoc
Date d'inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Lun 22 Fév - 10:10

...... .....

Un Mariage de Raison....

....(Sources Armand Le Corbeiller)....Suite..et...Fin..



La carrière d’Augereau est finie. Il n’a plus qu’à se retirer dans son château de La Houssaye avec sa femme, loin de toutes les agitations. Il appelle son frère près de lui et le baron Augereau lieutenant général aussi en non activité, ne se fait pas prier. Entre ces deux militaires, Adélaïde supporte des jours gris et lourds, sans doute la pensée ailleurs. Huit années ont coulé depuis qu’elle gravita dans la gloire impériale. A présent garde malade d’un marin exigeant, elle envisage l’avenir en face de lui pour qui il n’est plus de clartés, alors que le roi légitime est maintenant sur le trône de France.

Augereau raconte-t-il son existence, son extraordinaire et aventureux passé ? Ou bien son état de maladie s’aggravant, le force-t-il à ne penser qu’à soigner sa lassitude et l’hydropisie reconnue par le médecin ?.....Ce repos, auquel il n’a cessé d’aspirer depuis quinze ans, lui vient enfin et, définitif, le 12 juin 1816 à huit heures du soir lorsque, de huit mois, il eut dépassé la cinquante-huitième année de son âge. Pas plus que pour son mariage, il n’eut pour l’accompagner un seul des maréchaux. Son frère et son beau-frère Alphonse de Chavanges, devenu lieutenant colonel et couvert de décorations royales, menèrent le deuil.

Le cercueil, conduit au chevet de l’église, fut descendu dans la tombe voisine de celle de Chavanges. Puis Adélaïde fit dresser une stèle afin de perpétuer la mémoire de ces deux êtres qui partagèrent son affection, et qu’une étrange destinée réunissait dans ce funèbre petit enclos de campagne…à treize lieues de Paris.

La duchesse de Castiglione est veuve à vingt sept ans, sans enfant, légataire universelle de son mari et probablement sans un immense chagrin, mais avec quelques regrets malgré tout, et une lourde situation à liquider aussi vite que possible. Car la mort du maréchal ne la laisse pas avec une fortune aussi nette qu’on l’entrevit, il y a sept ans.

Tout d’abord, elle doit rembourser à la Caisse de l’Extraordinaire, les deux cent mille francs du majorat…ensuite donner deux cents autres mille francs au frère d’Augereau et à un neveu en exécution d’une donation. Cela fait quatre cent mille francs à quoi s’ajoutent une quarantaine de mille francs de dettes du ménage. Une seule opération semble possible…réaliser les biens. Sans tergiversations inutiles, Adélaïde vend le domaine de La Houssaye.

Les comptes réglés, Mme Augereau s’installe rue Saint-Dominique, numéro 11. Alors comme veuve d’un maréchal de l’Empire, elle sollicite une pension qu’on lui refuse. Est-ce en visiteuse intéressée chez Clarke duc de Feltre…le même qui stigmatisa si fort Augereau….qu’Adélaïde a rencontré le comte Charles Camille joseph Balthazard de Sainte Aldegonde, familier du ministre ?...Peut-être. Toujours est-il que le « petit comte de Sainte Aldegonde », ainsi qu’on dit, s’éprend de cette femme extrêmement belle, à qui on ne peut reprocher que le ton élevé de sa voix et le peu d’expression de ses yeux abrités de sourcils épais, très noirs, mais un peu trop remontés…. « Arcs sans flèches », soulignait Talleyrand. »

Sainte Aldegonde se présente comme un mari possible….sans fortune. En effet, il n’a que sa solde de colonel et les mille francs de rente que lui sert son aïeule…Mme de Tourzel. Mais Mme de Tourzel c’est l’évocation de l’ancienne France…la cour de Louis XVI, Marie-Antoinette, et les enfants dont elle fut la gouvernante. C’est tout le passé qui remonte après plus de trente années. Adélaïde arrive à un nouveau tournant de sa vie à l’heure où, jeune encore et déjà expérimentée, elle croit à l’amour. Il lui importe peu de déchoir dans la hiérarchie nobiliaire….duchesse d’Empire vaut moins que comtesse irréfutable…..Le mariage se fit en 1817…Adélaïde commençait une nouvelle vie.

Infatigablement, la comtesse de Sainte Aldegonde sollicitait la rente que s’obstinait à lui refuser Louis XVIII. Il avait la rancune tenace. Adélaïde dut attendre la mort du roi et quatre ans encore pour voir enfin, par Charles X, sa persévérance couronnée de succès.

La comtesse de Sainte Aldegonde tenait son rang au milieu de la noblesse, elle y jouissait d’une sympathie renommée. Son passé lui conférait une place dans l’extraordinaire aventure du premier Empire qui commençait d’entrer dans la légende, bien qu’il fût de bon ton de se montrer discret. On la voyait dans les réunions mondaines, à Paris et aux bains de mer de Dieppe, où la cour suivait la duchesse de Berry.

Depuis le mois d’août 1824, la bru de Charles X ….y séjournait chaque année six semaines. La comtesse de Sainte Aldegonde n’était pas la moins remarquée, avec ses deux filles, aux réunions sur la plage ou rue de la Halle-au-blé à la maison Quenouille. Sa vie semble couler sans tribulations. Elle habite Paris, 36, rue Saint-Dominique.

Aux heures de solitude, quels souvenirs peuplent ses pensées ? Le contraste entre son second ménage et le premier est trop grand, pour que ne surgissent pas d’obsédantes réminiscences. Ce n’était pas en vain qu’elle avait vécu sept années de sa jeunesse auprès du troupier parvenu qu’était le duc de Castiglione. A la suite de ses surprises effarées du début, Adélaïde s’était retrouvée divertie par ses étourdissants bavardages, ses plaisanteries osées et la truculence de son langage, entraînée peut-être, par ses manières cavalières.

Ah ! Cet Augereau était tout de même d’une autre trempe que le petit Sainte Aldegonde…maniéré, de politesse affectée, parfois solennel….général de salons. Au cours des réunions monotones, glaciales, d’ennui insurmontable, la comtesse n’évoquait-elle pas, avec une pointe de regret, les soudaines inconvenances du maréchal soulevant les protestations amusées, les rires étouffés ?

Et puis, comme il arrive toujours, la mort idéalisant tout, même les travers de l’être disparu, peut-on affirmer que, par instants, la comtesse de Sainte Aldegonde ne songeait pas à Augereau pour le regretter ? Tout de suite après les journées de juillet 1830, Adelaïde se rapproche de la famille d’Orléans. Elle devient dame d’honneur de la reine Amélie, et son mari, aide de camp du duc de Chartres.

Le temps passe. Adélaïde vieillit parmi tant d’autres qui partent. Camille de Sainte Aldegonde, son mari, est mort en 1853. Le second Empire….Napoléon III, né quand elle épousait le duc de Castiglione ! C’est à son tour de revivre le Passé, ce Passé Impérial qui l’a faite riche…elle en est fière. Elle a toujours conservé les papiers du maréchal. Que deviendront-ils après sa mort ?

Lorsqu’elle touche à ses soixante huit ans, elle estime prudent de mettre en sûreté les documents qu’elle possède et qui sont sans intérêt pour ses héritiers. Elle fait dont au Ministre de la Guerre du tableau peint par Thévenin, sur l’ordre du Directoire, et représentant Augereau au pont d’Arcole. Un peu plus tard, elle adresse au même ministre tous les titres et lettres formant le dossier constitué par Augereau. Elle ne demande, en échange, qu’une copie du parchemin de 1808 conférant au maréchal, son mari, le dignité de duc de Castiglione.

Après cinquante années, son esprit se reportait aux heures de sa jeunesse, quand la gloire la touchait de ses rayons, fière encore de son titre de duchesse de Castiglione, épouse du maréchal Augereau.

Adélaïde de Bourlon de Chavanges, comtesse de Sainte Aldegonde, mourut lorsqu’elle eu quatre vingt ans, en 1869….C’était hier…..


….FIN….


_________________
" Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter "   (Sagesse Chinoise).

Jean-Baptiste Guindey, 1785-1813
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanbaptiste.guindey.pagesperso-orange.fr/
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   Lun 22 Fév - 19:39

Une très belle allégorie de la maxime "Grandeur et décadence"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Mariage de Raison......   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Mariage de Raison......
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mariage d'amour ou mariage de raison?
» mariage de raisons??+une petite question:)
» Un Mariage de Raison......
» Nullité de mariage
» La raison profonde du mariage de Jeshua et Myriam de Magdala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Vos Articles --
Sauter vers: