Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 de Launay d'Antraigues, espion.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: de Launay d'Antraigues, espion.   Ven 30 Avr - 13:38

Emmanuel, Henry,louis, Alexandre de Launay d'Antraigues est né à Montpellier le 25/12/1753, mort à Barne Terrace ( Grande Bretagne, près de Londres) le 22/07/1812.

Neveu du comte St Priest ,un des derniers ministres de Louis XVI, il publie un mémoire sur les Etats Généraux, mémoire favorable aux idées nouvelles où il se prononce contre le pouvoir absolu et contre la noblesse héréditaire, assurant ses préférences pour un gouvernement républicain. Mais à partir de 1789, élu de la noblesse, il affiche des opinions radicalement contraires à ses écrits antérieurs et choisit de défendre la noblesse dans ses anciens usages.Dénoncé le 5 mars 1790,il se réfugie en Suisse puis passe à la cour de Russie d'abord puis à la cour de Vienne où on lui confie des missions secrètes fortement rétribuées. De plus il s'offre comme agent au service des princes de la maison des Bourbons.Il s'efforce de gagner à la cause royaliste des personnages importants, mais échouera auprès de Cambacérès. (1)

Vérone, printemps 1797.Près de 400 soldats français dans leurs lits d'hôpital sont massacrés par des hordes de paysans.Au doge de Venise Napoléon écrit que le sang versé de ses frères sera vengé.Il le sera.La répression sera impitoyable sur les massacreurs de Vérone: c'en est fini de la République de Venise.Le courrier que Napoléon reçoit de Lavalette montre que Paris est bien disposé à son égard, le Directoire a approuvé les préliminaires de Léoben, alors en vainqueur il s'accorde un peu de repos.
A Milan, au château de Mombello, il y retrouve sa famille arrivée de Marseille.Dans la foule invitée à dîner, il y a aussi ses fidèles: Lannes, Berthier ,Murat, Marmont, Clarke mais aussi l'ambassadeur Miot de Mélito ou le marquis de Gallo.Pour parler de paix.Mais Napoléon pense au pont d'Arcole, à Muiron le grand absent qui le sera à jamais.Joséphine est là aussi.Il aime la voir présider accompagnée d'une amie comédienne,Saint Huberty,qui serait mariée au comte d'Antraigues dit-on.Après le diner, rapidement expédié comme à son habitude, Napoléon s'adresse au marquis de Gallo "connaissez vous le comte d'Antraigues?"
Sans attendre la réponse il s'éloigne et va rejoindre Berthier dans un salon du château.Sur son bureau est posé en évidence un portefeuille rouge à serrure dorée: il appartient à d'Antraigues que Bernadotte vient d'arrêter à Trieste, en compagnie de Mordvinof, l'ambassadeur de Russie. Possédant un passeport russe, d'Antraigues a pu franchir les postes de contrôle, fait prisonnier il vient d'être transféré et incarcéré à Milan.
Napoléon avec son poignard fait sauter les serrures du portefeuille, en extrait des feuillets, trente trois, remplis d'une écriture fine.En les consultant il découvre le nom de Pichegru, à qui Montgaillard l'auteur du rapport propose de la part de Condé de réaliser un coup d'état assorti de récompenses:
Le Château de Chambord, la croix de St.Louis, deux millions en numéraires,cent vingt mille livres de rente et...quatre pièces de canon.
A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de Launay d'Antraigues, espion.   Ven 30 Avr - 16:03

Suite..
Preuves qui vont permettre à Barras de briser les royalistes vainqueurs des élections pour les accuser de trahison.Mais ce n'est pas l'essentiel,Montgaillard écrit aussi qu'il peut obtenir un résultat avant peu "d'Eléonore" (nom de code pour désigner Napoléon) tout aussi positif que celui de "Baptiste" ( nom de code pour désigner Pichegru)
D'Antraigues est conduit devant Napoléon. Elégant et sûr de lui, il nie les faits mais cache mal son anxiété, prétextant qu'il est diplomate, muni d'un passeport russe, ce à quoi Napoléon lui répond que le fait de le lui avoir octroyé était dans le but de le piéger.
Il ne reste à d'Antraigues qu'à se plier aux injonctions et transmettre ce rapport que Napoléon a expurgé du contenu qui le concerne, qui le met en cause directement et qui selon ses dires n'a pas de sens commun " je vous demande de signer ces papiers que vous ne reconnaitrez pas, les armées ne connaissent pas les formes d'un tribunal, et des preuves s'il en faut on en fera"
Napoléon croise madame Saint Huberty, venue rendre visite à Joséphine " Madame,votre mari demain peut-être sortira t-il de prison à six heures, je vous l'enverrai à onze heures avec dix balles dans le ventre"
Le 9 juin 1797 d'Antraigues accepte de signer seize pages remaniées par Napoléon,le portefeuille rouge est expédié à Barras.Les réflexions de d'Antraigues après coup sur la personnalité de Napoléon, ce génie destructeur à ses yeux et les protestations véhémentes de son épouse qui veut demander justice à Paris n'y feront rien, et ne changeront en rien la marche des évènements.A Paris où justement on imprime la confession de d'Antraigues prouvant la trahison de Pichegru, où des affiches sont placardées pour dénoncer le complot venu de l'étranger. Augereau, l'envoyé de Napoléon a bien travaillé, le 4 septembre ses troupes occupent la capitale.Carnot est en fuite, Barthélémy est pris, les conseils des cinq cents et des anciens sont apurés.
Pichegru va vers son destin, d'Antraigues est laissé en liberté avec la promesse de ne pas s'évader, mais qu'il le fasse ou pas peu importe,qu'il vive! Il est grillé.Hoche vient de mourir, Moreau est mis à la réforme. " Je suis désormais le seul" pense Napoléon.Le 10 octobre il écrit aux directeurs " Etes vous rassurés?" (2)
Avec le concours de sa femme, d'Antraigues s'évade néanmoins pour rejoindre Vienne, puis la Russie où il embrasse la religion grecque, où il reçoit vraisemblablement des articles secrets dont ceux du traité de Tilsit qu'il va transmettre en Angleterre à Lord Canning qui les accueillent avec empressement en gratifiant l'espion d'une pension considérable en échange.
C'est au moment de monter dans sa voiture, pour aller retrouver justement Canning, qu'un de ses serviteurs italien va l'assassiner ainsi que son épouse frappée mortellement elle aussi.C'est ce même assassin qu'on retrouvera mort de façon mystérieuse, suicidé disait-on à une opinion qui penchait plutôt pour l'assassinat.Mais n'a t-on pas pensé ou entretenu le même doute sur Pichegru retrouvé mort dans sa cellule?
(1) dictionnaire du parlement français/Robert et Cuny.
(2) le chant du départ, Max Gallo.
Fin.
Revenir en haut Aller en bas
 
de Launay d'Antraigues, espion.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de Launay d'Antraigues, espion.
» (NOSS 2-1) Observation video d'un satellite espion de la NSA
» Schulmeister, l'espion de Napoléon
» Un miroir ou un miroir espion?
» Le Grand Espion de Napoléon.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les ennemis de l'Empereur :: Les Français-
Sauter vers: