Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.    Mar 6 Juil - 13:40

Aube Hyacinthe Laurent Théophile est né à Toulon le 22 novembre 1826, mort dans la ville le 31 décembre 1890.

- Il entre à l'école navale à l'age de quatorze ans en novembre 1840, comme il était autorisé à l'époque.Caractère dissipé,modeste travailleur, il exprime déjà son esprit anti conformiste et plutôt rebelle aux contraintes hiérarchiques.
- Aspirant de 2ème classe en septembre 1842,il est affecté en 1843 sur la corvette "Sabine" avec laquelle il fait une campagne de quatre ans en extrême Orient.Les notes d'appréciation qu'il obtient sont partagées sinon opposées: tantôt officier médiocre et sans tenue,jugé par son commandant en 1848; plein de zèle,de courage,d'intelligence et d'instruction par un autre de ses commandants l'année suivante.
- En 1852,il est affecté sur le "Messager"à la station des côtes occidentales d'Afrique où il participe à des opérations à terre.
- En juin 1853 il est promu lieutenant de vaisseau.
- En 1854 il passe sur la frégate "Virginie" en partance pour l'extrême Orient,aide de camp de l'amiral Guérin sur les côtes de Tartarie et de Corée où il fait de l'hydrographie.Rentré en France il repart pour le Sénégal pour y commander "l'Etoile" vers des opérations à terre en Casamance et au Cayor.
- Nommé capitaine de frégate le 16 août 1862,à trente six ans, il commande la marine au Sénégal, puis en 1866 la "Thisbé" et de 1867 à janvier 1870 la "Mégère" dans le Pacifique.
- Nommé capitaine de vaisseau le 22 juillet 1870.Comme beaucoup de marins de l'époque il va, en cette année de guerre et d'occupation du sol français par les prussiens, servir à terre comme soldat rappelant la participation de la marine en dehors de son activité première, comme du temps du premier empire,du second,comme des conflits mondiaux qui suivront.Commandant supérieur de la région de l'est d'Epinal en Novembre, il prend la tête des armées des Vosges puis de la Loire, combat à Châtillon, Bellegarde et Beaune la Rolande.
- En 1878/79 il commande la frégate cuirassée la "Savoie" en méditerranée.
- De novembre 1879 à avril 1881 il est nommé gouverneur de Martinique.
- Promu contre amiral le 12 juillet 1880, il devient membre du conseil des travaux.
- De novembre 1883 à 1885 en sous ordre, il dirige l'escadre d'évolution sur le "Trident" où il va expérimenter les essais de torpilles et où il évalue le rôle des torpilleurs.
-Nommé vice Amiral le 17 mars 1886, il devient ministre de la marine du 7 janvier 1886 au 30 mai 1887.
- Il ne reçoit plus d'affectation quand il quitte la rue royale.Quand il décède, ses obsèques donneront lieu à des discours très polémiques: n'ayant combattu qu'à terre il a manqué d'expérience de la guerre navale, il n'a pas participé aux guerres de Crimée ou d'extrême Orient.Tout en ayant des conceptions qu'il va développer et défendre par ses nombreux ouvrages de théorie qu'il fera paraître ainsi que l'impulsion qu'il va donner en bâtissant une nouvelle doctrine: parmi ces ouvrages citons en exemple l'avenir de la marine française,la guerre maritime et les ports militaires français et les articles de la revue des deux mondes.Il se place ainsi parmi les ardents défenseurs, avant gardistes mais combien utopistes de ce qu'on nommera la "jeune école" adepte des unités légères au détriment des lourds bâtiments.Nostalgiques des forts tonnages et promoteurs de la marine légère forment deux écoles qui vont s'opposer dans le champ politique dans des conflits qui vont produire des décisions désastreuses.

Extraits reformulés du livre d'Etienne Taillemitte " l'histoire ignorée de la marine française" rééditée en 2010 aux éditions Perrin dans la collection Tempus.Excellent livre qui dévoile la face cachée de l'histoire de la marine depuis Philippe Auguste et pratiquement jusqu'à nos jours, abordée sans concession avec le seul souci de vérité historique.La définition de la jeune école et son impact sur le nouveau format adopté pour la marine sont aussi tirés du même livre dans le chapitre qui suit.

A SUIVRE...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.    Mer 7 Juil - 12:35

LA JEUNE ECOLE

Les buts à atteindre,tels que définis par une pensée navale française controversée par ses acteurs ne peuvent intégrer ni une stratégie à dominante continentale ni une politique à l'égard de l'Angleterre, sans tenir compte des difficultés de politique interne, et des situations économiques et financières.L'amiral Aube a néanmoins jeté les bases d'une réflexion pertinente qui s'est révélée néanmoins désastreuse.
1/ la guerre d'escadre.Selon lui et contre l'Angleterre,face à son hégémonie sur mer, la marine française est démunie.Cette constatation n'est pas en soit une nouveauté,bien que ses responsables aient tenté de faire son redressement sans grande illusion depuis Louis XVI.Plus faible encore, elle ne peut accepter le combat,condamnée dans ses ports à une attitude passive.
Reste sa seule activité: la guerre de course faite au commerce anglais,tout en assurant la défense de son littoral, la défense de ses ports,dans le plus pur style Vauban.On a pourtant constaté que la course n'a apporté que très peu d'aide à Napoléon, dans cette guerre du faible au fort.
La jeune école à l'instar de l'Amiral Aube a une idée tenace: le lourd bâtiment cuirassé est cher (30 millions.Un croiseur:10 et un torpilleur: 0.2) il accumule à lui seul à la fois les moyens d'attaque et les moyens de défense,donc devient à présent plus vulnérable, à savoir qu'une seule torpille peut l'envoyer couler par le fond.Il faut donc prôner la division du travail privilégier l'attaque surprise, le petit ayant désormais l'avantage sur le gros.Ce qui ne peut que convaincre les politiques, peu favorables à faire le moindre effort pour la marine,occasion donnée de restreindre les budgets.
2/ La torpille. Elle n'est pas encore au point (portée d'à peine 500 mètres, propulsion aléatoire,guidage inexistant,charge militaire insuffisante et instable) Il faudra d'ailleurs attendre longtemps,des décennies, pour la rendre fiable.Certes Courbet en mer de Chine avec ses très petits torpilleurs a réussi à faire merveille contre la flotte chinoise;Aube lui-même en Méditerranée en 1884 en avait fait la démonstration au stade expérimental contre des cuirassés avec des torpilleurs.Gabriel Charmes, journaliste influent ayant accédé un peu trop rapidement à la pensée navale en tirait aussitôt des conclusions trop instantanées et loin du réel: le torpilleur devrait être capable d'être projeté en haute mer (!) loin des côtes, assaillir à l'improviste une escadre de haut bord tout en rajoutant, sortant du conditionnel, que l'efficacité n'en est pas moins acquise.. la réalité du moment ne permettait en rien d'en tirer des conclusions hâtives.Au moment où Aube a des idées prémonitoires de ce que sera un futur lointain, il anticipe les capacités réelles des armements et constructions pour doter la marine de cette poussière navale chère en son temps à Forfait, ministre de Napoléon, avec les résultats décevants que l'on connait.
3/ le cuirassé. Aube minimise aussi sa résistance et sa puissance de feu.Son euphorie du futur lui fait escamoter les difficultés techniques présentes et de surcroit les points fondamentaux qui ne sont pas résolus par les ingénieurs dans la définition de ces coquilles de noix nouvelle génération comme les qualifiait Gougeard, ancien ministre de Gambetta a savoir:
- les torpilleurs ont une très mauvaise tenue à la mer,
- leur armement n'est pas fiable: les torpilles sont capricieuses, incontrôlables,
voire dangereuse d'utilisation.
- leur autonomie est très limitée,tout au plus 7 jours,nécessitant un ravitaillement effectué par d'autres bâtiments.
- leur vitesse est trop faible (10 nœuds, tout au plus équivalente aux grosses unités)
- l'exiguïté des compartiments rend souffrance à l'équipage.
- leur propulsion est trop souvent l'objet d'avarie, la maintenance coûteuse.
Ces microbes de la mer seront bien dénoncés par Gougeard.Lui au moins voyait plutôt la mise en chantier de torpilleurs de 1700 tonnes (au lieu de 50) filant 20noeuds, armés de six canons de 100,de mitrailleuses, de 5 tubes lance torpilles, ces futurs bâtiments qui ne verront le jour que 40 ans plus tard. Charmes, obsédé par le "petit" ne prévoyait que des torpilleurs d'attaque pourvu de 2 torpilles et suivi d'un escorteur (torpilleur de défense)chargé de le protéger par ses trois canons, d'une torpille portée en bout de hampe et...d'un éperon d'abordage comme au bon vieux temps de la marine à voile.
Réveillère lui même dénigra lui aussi ces énormes carapaces de fer, ces cuirassés qui représentent la France vaincue, auxquels avisos mortiers et torpilleurs canons symbolisent la France relevée de l'amiral Aube..
A SUIVRE...















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.    Mer 7 Juil - 15:40

4/L'entêtement.Cette jeune école (qui n'est pas seulement représenté par le seul Aube) ne tient compte d'aucun des avis contraires pourtant pertinents ni de l'exemple donné par les évènements, comme les leçons à tirer du conflit russo- japonais où les torpilleurs n'obtinrent aucun ds résultats attendus. L'amiral Daveluy le souligna pourtant dans ses ouvrages sur la question en rappelant que le torpilleur est lié au cuirassé comme l'infanterie à l'artillerie.Mais l'entêtement dont feront preuve les adeptes de la jeune école remplis de théorie et d'affirmations toutes aussi péremptoires que gratuites,auront un écho favorable auprès de la classe politique qui, n'ayant que peu de considération pour la marine, y trouvera l'occasion de diminuer les budgets,tout en les votant,mais qui ne seront consacrés pour l'essentiel qu'à doter la marine de trop nombreux échantillons disparates sans aucune valeur opérationnelle et tout en maintenant à flots des unités trop anciennes et tout à fait dépassées à grand renfort d'entretien...Avec au final un coût qui va se révéler plus élevé, alors que les marines étrangères prennent un réel essor de modernisation et d'augmentation de leurs unités.La marine française restera en retard sur tous les domaines: armement ( calibres disparates de faible portée) communication, détection, vitesse, autonomie, défense contre avion.Il faudra attendre le renouveau de la flotte des années 1930 pour qu'elle retrouve un rang honorable mais qui sera encore et une fois sacrifiée du début à la fin de la seconde guerre mondiale.
5/ conclusion. Les leçons de l'histoire n'ont décidément que peu de valeur.A veille de 1914 le retard pris par la marine va se révéler catastrophique.Cette jeune marine hybride qui devait être tout aussi efficace qu'économique se révèlera tout aussi couteuse qu'inappropriée.Il suffisait pour s'en rendre compte de regarder la montée en puissance les autres états comme l'Angleterre,l'Allemagne,les états unis et même l'Italie qui se dotaient d'un format à l'opposé des conceptions françaises que soutenait une opinion publique qui faisait trembler la classe politique.Pourtant ce n'est pas faute d'avoir eu des esprits éclairés,civils ou militaires pour signaler le danger,ce n'est pas faute d'avoir eu des ingénieurs comme Dupuy de Lôme ou Gustave Zédé, ce n'est pas faute d'avoir eu des marins de valeur, ce n'est pas faute...ce n'est pas faute...Faute de ne pas avoir encore une fois et surtout une politique cohérente et des ministres de la marine compétents dont on peut compter plus de quarante d'entre eux qui ont occupés ce poste depuis 1871 à 1914, un par an, alors qu'en Angleterre il était occupé pendant ce même laps de temps par sir Barnaby à la tête des constructions navales,et que l'amiral von Tirpitz restera pendant vingt ans à la tête de la kriegsmarine.
Certes Aube avait anticipé l'avenir lorsqu'il lança le premier de nos sous-marin de poche sans grande valeur militaire.On ne lui en fera pas le reproche.Mais lui, comme la jeune école encore plus fautive,aura contribué à décapiter l'existant laissant de 1880 à 1909 une marine qui sera la plus chère et la plus faible de son existence.
S'il fallait résumer la pensée du moment à la veille de la grande guerre, celle d'un autre malheur,la guerre totale au mépris du droit, l'Amiral Réveillère la mit en valeur dans cette période du règne de l'utopie:
[i]"la marine..la marine seule peut conduire à l'unité de l'espèce,unité dans laquelle les différents membres travailleront tous harmonieusement à la commune exploitation de la planète pour le plus grand bien de l'humanité et de chacune des parties qui la composent.C'est la marine qui permet aux gens du nord de jouir des bienfaits du soleil des tropiques,comme aux gens des tropiques de bénéficier des immenses capitaux intellectuels,moraux et matériels accumulés par les gens du nord."

(Utopie, vaste planète bordée d'océans humanitaires qui devrait encore échoir à la marine pour sa conquête pacifique...ndlr)
La marine peu rancunière a donné le nom "amiral Aube" à un cuirassé (1904/1922) son pire ennemi.
plus proche la 6ème promotion 2010 de la préparation militaire de la marine a reçu pour nom de baptême "amiral Aube"
FIN.



























Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.    

Revenir en haut Aller en bas
 
AUBE,hyacinthe.Vice amiral,ministre de la marine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DALBARADE,Jean.Contre Amiral, ministre de la marine.
» COURBET,Amédée,Anatole,Prosper. Vice-Amiral
» ROSILY-MESROS (de) François, Etienne.Vice-Amiral
» DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral.
» VILLENEUVE (de) Pierre,Charles,Jean-Baptiste.VICE-AMIRAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Second Empire :: Les Militaires :: Les Gens de mer-
Sauter vers: