Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 VIVIES de LA PRADE Raymond - général et baron d'Empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: VIVIES de LA PRADE Raymond - général et baron d'Empire   Mer 8 Sep - 11:52

VIVIES de LA PRADE Raymond-Guillaume

Baron de LA PRADE




Né le 3 novembre1763 à Sainte-Colombe-sur-l'Hers (Aude)

décédé le 12 janvier 1813 àVilnius (wilna) en Lituanie.

Il s'engage en 1793 à 30 ans dans le bataillon des volontaires de l'Aude et va passer ses vingt prochaines années au service des idéaux révolutionnaires et de l'Empire jusqu'au sacrifice suprême.

Le 13 avril 1793,il est nommé quartier-maître trésorier du 8ème bataillon des volontaires de l'Aude,il sert à l'armée des Pyrénées-Orientales de 1793 à 1795.

En mai 1794,il participe au siège de Collioure.

Le 23 juillet 1794,il est nommé capitaine-adjudant-major.

Il passe ensuite à l'armée d'Italie de fin 1795 à 1797.

Le 11 janvier 1797,il est aide-de-camp du général Point.

Le 12 janvier 1798,il sert à l'armée d'Angleterre à Boulogne.

Le 10 novembre 1798,de nouveau en Italie,il a pour mission de porter l'ordre à la garnison de Mondovi d'opérer sa retraite.Il dut traverser les postes ennemis pour remplir cette mission,le général en chef le nomme provisoirement chef de brigade.

Le 29 janvier 1799,il est à l'armée de Naples comme chef de brigade et maintenu aide-de-camp, nommé par Championnet.

Le 26 octobre 1800,il est chef de brigade titulaire du 43ème de ligne,il se signale au combat de Pozzolo le 25 décembre.

A l'armée d'Angleterre dès 1801,il sert sous les ordres du général Saint-Hilaire qui écrira à son propos «exerce une autorité avec la dignité et la fermeté du bon chef et de l'homme éclairé «

Il est parmi les premiers membres de la Légion d'honneur,nommé chevalier le 11 décembre 1803 et promu officier de l'Ordre 6 mois plus tard.

Son aigle d'or lui est remise lors de la fastueuse cérémonie du camp de Boulogne le 14 juin 1804.

C' est à Austerlitz qu'il gagne ses étoiles,il intervient avec son régiment au moment critique de l'assaut du plateau de Pratzen,son régiment sera même cité dans le bulletin no 31 de la Grande Armée relatant la bataille.

Ainsi se réalise la prédiction de Soult commentant ses états de service : «bon colonel,mène bien son régiment,se rend digne d'un nouveau grade».

Il est donc nommé général de brigade le 24 décembre 1805.

Il s'illustre à Iéna en 1806 et surtout à Eylau en 1807 où la prise du cimetière par son unité est décisive dans la conclusion de cette sanglante bataille.

Pour ce fait d'armes,il est cité par l'Empereur dans son Mémorial de Ste Hélène,ce qui n'est pas le moindre des hommages.

En juin 1807,il participe activement à la bataille d'Heilsberg prélude à Friedland,il y est blessé.

Pendant sa convalescence,il est fait baron de l'Empire sous le nom de Vivies de la Prade,du nom d'une propriété héritée de son père.

En 1809,il repart en campagne sous les ordres du général Molitor,il s'empare de l'ïle de Lobau sur le Danube le 18 mai.

Il combat à Aspern , Essling où son compagnon d'armes des premiers jours,le maréchal Lannes y laisse la vie.

Il combat également à Wagram.

Enfin c'est la funeste campagne de Russie,son ultime combat.

Affecté au 2ème corps de la Grande Armée sous le commandement du maréchal Oudinot,il ne verra pas bruler Moscou,puisque ses troupes sont cantonnées au nord pour verrouiller la route de Saint-Petersbourg.

Couvrant les arrières des débris de la Grande Armée,il est capturé aux abords de Wilna (aujourd'hui Vilnius) et à bout de force,il meurt de fièvre en janvier 1813 au milieu du chaos qui règne dans la ville.

Il y repose au milieu de ses camarades morts de maladie,d'épuisement et de faim.Sa dépouille n'a jamais été rapatriée en France.

Seul sur le caveau familial dans le cimetière de Sainte-Colombe-sur-l'Hers l'hommage rendu par les siens,alors qu'il n'a pas eu de postérité connue,perpétue son souvenir sous la forme d'une épitaphe invitant à la prière.

Georges Rivollet lui consacre une notice dans son ouvrage «l'Arc de Triomphe et les oubliés de la gloire» qu'il clôt par «encore un soldat d'Austerlitz oublié».

Son nom aurait en effet amplement mérité de figurer sur la pierre de ce sanctuaire des héros de la Grande Armée.

Son parcours jalonné par les grandes étapes de l'épopée napoléoniennes fait de lui l'exemple-type de ces officiers généraux sur qui Napoléon a pu appuyer ses traits de génie tactiques et asseoir ses victoires fondées sur l'anticipation et la vitesse d'exécution.
source: dictionnaire biographique des généraux et amiraux français.G.Six
armorial du 1er empire
le général Raymond Viviès de La Prade:un oublié de la Grande Armée par Arnaud Bezard-Falgas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
VIVIES de LA PRADE Raymond - général et baron d'Empire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VIVIES de LA PRADE Raymond - général et baron d'Empire
» Portrait
» Raymond Panikkar, une christophanie pour notre temps
» Saint Raymond de Penyafort
» Saint Raymond de Penyafort Prêtre, Saint Lucien Prêtre et Martyr, commentaire du jour "Jésus étendit la main et le toucha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: