Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral. Empty
MessageSujet: DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral.   DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral. Icon_minitimeDim 10 Oct - 14:04

Pierre,Etienne,René-Marie Dumanoir Le Pelley est né le 2 aout 1770 à Granville, mort à Paris le 7 juillet 1829.

Entré dans la marine en 1787 comme élève de port, navigue aux Antilles jusqu'en 1793.
Lieutenant de vaisseau sur le "sans culotte" en 1794/95 prend part à un combat.Capitaine de vaisseau en 1795, prend part à la prise du convoi anglais du Levant en méditerranée.Commande la "Révolution" dans l'expédition d'Irlande et sauve l'équipage du "Scévola" qui coulait bas.Commande le vaisseau le "Dubois" et le convoi de l'armée d'Egypte en 1798, puis prend le commandement du port d'Alexandrie.Revient en France sur le "Carrère" en escorte sous Ganteaume qui ramène Bonaparte sur la "Muiron" en 1799, est nommé peu après contre amiral.Commande successivement plusieurs divisions navales, et n'intervient pas pour soutenir Linois à Algésiras.Va aux Antilles, participe au combat du Cap Finisterre. A la mort de Latouche Tréville, il commande provisoirement l'escadre de Toulon: Napoléon dira à Decrès qu'il ne peut laisser l'escadre entre les mains de Dumanoir: indiscipline et mauvais état de la flotte, c'est le constat que fera Napoléon, il va le remplacer par Villeneuve.
Bataille du cap Ortégal:
Dumanoir commande une division dans l'escadre de Villeneuve à Trafalgar.Il va assister au combat sans intervenir.A dix huit heures le 22 octobre 1805, 5 vaisseaux français et 6 espagnols vont s'extraire des débris fumants et immobiles de l'escadre anéantie.Ils font route vers Cadix.Les anglais ne les poursuivent pas:très endommagés eux mêmes mais soucieux de préserver les 17 navires de prises, ils craignent la tempête qui se lève et s'éloignent, en route vers Gibraltar.Dumanoir a quitté les combats et avec quatre de ses vaisseaux il tente de rejoindre l'escadre d'Allemand à Rochefort.Le "Formidable" retardé par des voies d'eau ralentit la marche de la division navale.Le 2 novembre, elle est repérée par deux frégates anglaises.Le 3 novembre, l'escadre du commodore Strachan, quatre vaisseaux et quatre frégates, lancée à la poursuite se présente à l'arrière des français dans le lointain.La chasse va durer la journée, mais les anglais peu à peu gagne du terrain.Le 4 novembre au matin deux frégates anglaises engagent le combat par l'arrière de l'escadre française.A onze heures Dumanoir décide, ne pouvant échapper, de former une ligne de bataille, vire de bord et fait demi tour pour affronter les anglais.La manœuvre échoue, les anglais, qui ont anticipé encadre les vaisseaux de Dumanoir qui se retrouve au milieu de la mêlée: avec ses 288 canons il est pris en étau des deux bords par les 478 canons de Strachan.Enveloppé par le nombre, les français sont submergés.Un officier du "Duguay Trouin" dira plus tard "ce n'était plus la guerre comme on doit l'entendre, mais une tuerie abominable"

Les français qui se défendent avec acharnement subissent un déluge de feu.Le "Formidable" entièrement démâté et percé de toutes parts dans ses flans,prend l'eau.Il est le premier à amener son pavillon.Le "Scipion" sera le second, capturé il n'a plus aucun mât.Le " Mont Blanc" et le "Duguay Trouin" vont encore combattre pendant une demie heure.Entourés de navires anglais, ils se rendent à seize heures trente.La totalité des membres d'équipage est hors de combat.
Ce combat du cap Ortégal dont on a moins parlé peut-être parce qu'il est lié à Trafalgar qui est sa suite logique a fait 700 tués ou blessés, 1100 prisonniers.Ceux de Trafalgar avaient fait 8200 tués ou blessés, 4600 prisonniers.La flotte alliée a perdu 23 vaisseaux et frégates, soit 25 % de ses unités.Villeneuve dira dans son rapport remis à Decrès " l'ennemi doit ses avantages à la force de ses vaisseaux, à la force de son artillerie, au moyen de ses caronades, à la célérité de ses manœuvres, à l'expérience de trois ans de mer"
Blessé au cours du combat Dumanoir après sa captivité rentre en France en 1806.Pour sa conduite il va recevoir un blâme du conseil d'enquête qui va le traduire devant le conseil de guerre.Acquitté, il reste sans affectation jusqu'en 1811.Chargé pendant la campagne de 1812 de diriger les convois sur la Vistule,il subit le siège de Dantzig où il est blessé.Fait prisonnier il reste captif pendant six mois à Kiev.

Chevalier de Saint Louis en 1814,il commande la division navale qui conduit le marquis de Rivière comme ambassadeur en Turquie.Elu député de la Manche en 1815, réélu en 1822.
Grand officier de la légion d'honneur en 1817, nommé vice amiral en 1819, commandeur de St Louis en 1820.







l
Revenir en haut Aller en bas
 
DUMANOIR LE PELLEY,Vice Amiral.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COURBET,Amédée,Anatole,Prosper. Vice-Amiral
» VILLENEUVE (de) Pierre,Charles,Jean-Baptiste.VICE-AMIRAL
» GANTEAUME,Honoré,Joseph,Antoine. Vice-Amiral
» EMERIAU Maurice-Julien, Comte - Vice-Amiral
» DU CHAYLA Armand-Simon-Marie.VICE-AMIRAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Gens de mer-
Sauter vers: