Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
L'âne

L'âne


Nombre de messages : 119
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Empty
MessageSujet: Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ   Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Icon_minitimeDim 9 Jan - 9:00

Le Pays Briard
Interview Thierry Lentz : « Napoléon manquait d’humour »
Par Vanessa Relouzat

Thierry Lentz vient de faire paraître « Napoléon, la biographie inattendue ».

Il tresse des couronnes à l’empereur. Après « Pour Napoléon », l’historien, écrivain et directeur de la Fondation Napoléon vient de faire paraître « Napoléon, la biographie inattendue » (éditions passés composés), en collaboration avec Fanny Farieux. L’occasion d’en apprendre davantage sur ce personnage historique, alors que 2021 aura été l’année du bicentenaire de sa mort.

Vous avez rédigé plus de quarante ouvrages sur Napoléon. Comment peut-on avoir encore des choses à dire après autant de livres sur le sujet ?


On pense à tort que tout a été dit sur Napoléon. En réalité, la recherche napoléonienne n’a qu’une soixantaine d’années. L’université rejetait les études sur Napoléon au profit de celles sur la Révolution française. Il a fallu attendre l’avènement d’une génération comme celle de Jean Tulard pour qu’émergent de nouveaux sujets.
Évidemment, on ne découvre pas la pierre de Rosette tous les matins mais il y a des angles qui n’avaient pas été beaucoup sondés, par exemple l’économie ou la géopolitique. On privilégiait les batailles, les campagnes militaires. Maintenant, il y a tout un courant qui s’occupe de géopolitique, c’est-à-dire des causes profondes des guerres et pas simplement de la lutte de la Révolution contre l’ancien régime. On note aussi un renouvellement avec l’arrivée de l’anthropologie. Bref, on n’en a pas fini avec Napoléon.

Dans « Napoléon, la biographie inattendue », pourquoi avoir opté pour ce ton décalé et humoristique ?
C’est un ouvrage qui paraît à la fin d’une année de commémorations où on a été très accaparés par des sujets sérieux, par des débats, des polémiques. L’idée qu’on a donc eu avec Fanny Farieux, c’est de terminer le bicentenaire de la mort de Napoléon avec un sourire. Ce n’est pas la peine de se crisper lorsqu’on parle de Napoléon. On peut être drôle aussi. J’ai voulu profiter du talent de cette dessinatrice et de son imagination pour éditer un livre qui sorte de l’ordinaire.

Si Napoléon est sujet à controverses (rétablissement de l’esclavage, misogynie, etc), pour autant, il reste 16e sur 100 dans le classement des personnages historiques préférés des Français. Entre amour et désamour, pourquoi fascine-t-il toujours autant, d’après vous, 200 ans après sa mort ?
Je ne sais plus qui disait que Napoléon était le seul personnage vivant de l’Histoire de France. Il a tellement d’importance, y compris dans notre vie quotidienne – et pas seulement avec les institutions, mais par exemple, dans le fait qu’on applique assez naturellement le Code civil – que Napoléon, comme Emmanuel Macron le disait, est une part de nous. Mieux, il est en nous. C’est un personnage, bien sûr historique, mais c’est aussi un personnage du présent par tous ses héritages qui sont encore vivants. Le bicentenaire, au fond, a montré un attachement des Français à l’histoire napoléonienne.

Sur les 2281 articles promulgués en mars 1804, une moitié reste encore en vigueur aujourd’hui. En résumé, que reste-t-il de l’héritage de Napoléon ?
Il reste les institutions, le Conseil d’État, les préfets, etc. Mais aussi une partie sociétale. Le Code civil, ce n’était pas simplement l’addition des articles. C’était une vision de la société. Et même si on a modifié le Code civil sur des points de détails ou sur des thèmes importants comme la filiation, le mariage, il n’en demeure pas moins que l’objectif sociétal du Code civil n’a pratiquement pas été touché.
À lire aussi
Près de Coulommiers. Anne-France Dautheville raconte son tour de l’Australie à moto
On reste dans une société de liberté civile, d’égalité civile entre les individus, de sacralisation de la propriété privée, etc. Le Code civil est simplement modifié en fonction des mœurs. Mais on ne touche pas aux fondements. C’est ce qui me fait dire que Napoléon est en nous parce que ça nous paraît naturel d’appliquer ces règles-là. Or, elles ne sont pas universelles même si le Code civil est encore en vigueur dans de nombreux pays.

A Rouen, les habitants sont invités à voter pour ou contre le remplacement de la statue de Napoléon en faveur d’une figure féminine. Qu’en pensez-vous ?
Ça montre qu’il y a une partie des élites qui a pour objectif la déstructuration de l’Histoire de France parce qu’ils veulent y mettre autre chose. Cette statue est là depuis 150 ans. Sa présence est justifiée. Son son règne, Napoléon a véritablement rénové la ville, l’a placée au centre d’un système économique. Il a été un acteur essentiel du développement de Rouen. Évidemment, il faut des figures féminines dans l’espace public. A Rouen, il y a Jeanne d’Arc. Le maire parlait de Gisèle Halimi mais elle n’a aucun ancrage à Rouen…

En revanche, Bonaparte a un fort ancrage dans notre département, la Seine-et-Marne…
Il y faisait des séjours, il allait chasser. Pendant la campagne de France de 1814, il l’a sillonnée en long et en large. Il a résidé assez longtemps au château de Fontainebleau. La partie appartements de l’empereur et le musée font du château de Fontainebleau, le numéro un des musées Napoléon au monde. Si on veut voir du Napoléon, c’est à Fontainebleau qu’il faut aller.

Avez-vous des informations sur le projet de Parc dédié à Napoléon, à Montereau-Fault-Yonne, mis sur pause apparemment ?
La Fondation Napoléon avait été informée par les promoteurs du parc au début de l’opération mais ça fait plusieurs années qu’on n’a pas de nouvelle.

Napoléon était un passionné de livres lui-même, il en possédait des milliers dans chaque palais. Qu’aurait-il pensé du vôtre, à votre avis ?
Avec les dessins de presse, je pense qu’il n’aurait pas ri. Napoléon avait beaucoup de qualités mais pas d’humour. On a voulu se demander ce que serait devenu Napoléon s’il y avait eu un Plantu pendant son règne. Fanny Farieux a essayé d’imaginer ce qui aurait pu être à la une d’un quotidien en fonction des actions de Napoléon.

Quelle analyse Napoléon aurait-il eu de la France de 2021 selon vous ?
Il aurait peut-être estimé que cette France-là ressemble à celle du milieu de la Révolution, c’est-à-dire avec beaucoup d’affrontements et peu de solutions. Sans doute aurait-il tenté de promouvoir plus d’autorité de l’État, un peu plus d’ordre public, de respect des principes du droit.

A l’époque, il avait décidé de la première vaccination de masse contre la variole…
En effet, il est le premier à avoir essayé d’imposer la vaccination. Déjà, en son temps, il y avait des réticences. Sa politique de santé publique a divisé par sept ou huit le nombre de cas en France. La variole était un véritable fléau. Il y avait 400 000 morts par an en Europe. Le taux de décès des enfants en France a été considérablement divisé parce que Napoléon avait notamment fait former des médecins. A l’époque, c’était un véritable risque de vacciner, bien plus important qu’aujourd’hui. Et Napoléon avait fait vacciner son fils unique pour montrer l’exemple.

2021, c’était votre année, qu’est-ce que vous retenez de ce bicentenaire ?
Les événements locaux ont donné le tempo, notamment avec l’exposition à la Villette. A la fondation, on a recensé plus de 500 manifestations. Alors, bien sûr, il y a eu de nombreuses polémiques mais les historiens se sont expliqués, ont pu lutter contre les anachronismes, sans nier les erreurs du règne et en essayant d’expliquer l’époque. Finalement, on n’a pu avoir un bicentenaire apaisé.
Propos recueillis par Vanessa ASPE-RELOUZAT
Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays Briard dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ 97823710

Revenir en haut Aller en bas
L'âne

L'âne


Nombre de messages : 119
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Empty
MessageSujet: Re: Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ   Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Icon_minitimeDim 9 Jan - 9:09

Il semblerait qu'en vieillissant l'Empereur ait fait preuve d'humour et dans des circonstances où d'autres auraient eu plutôt tendance à ne faire que gémir...
Il décrivait, par exemple, la douleur qu'il éprouvait côté droit à Sainte-Hélène comme celle que provoquerait un "Waterloo rentré"...
Revenir en haut Aller en bas
Vieux Grognard

Vieux Grognard


Nombre de messages : 101
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 07/04/2012

Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Empty
MessageSujet: Re: Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ   Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Icon_minitimeDim 9 Jan - 10:54

L'âne a écrit:
[justify][b]Réponse de Thierry Lentz
Avec les dessins de presse, je pense qu’il n’aurait pas ri. Napoléon avait beaucoup de qualités mais pas d’humour. On a voulu se demander ce que serait devenu Napoléon s’il y avait eu un Plantu pendant son règne. Fanny Farieux a essayé d’imaginer ce qui aurait pu être à la une d’un quotidien en fonction des actions de Napoléon.

Pourquoi tenter d'inventer un Plantu ? Les caricatures de l'époque étaient déjà très féroces, sans doute moins dans la nuance que celles d'aujourd'hui. Napoléon ne devait guère apprécier mais il est impossible d'imaginer qu'il ne les connaissait pas.

L'âne aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
L'âne

L'âne


Nombre de messages : 119
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Empty
MessageSujet: Re: Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ   Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Icon_minitimeMer 12 Jan - 2:05

[quote="Vieux Grognard"]
L'âne a écrit:
[justify]Réponse de Thierry Lentz
Pourquoi tenter d'inventer un Plantu ? Les caricatures de l'époque étaient déjà très féroces, sans doute moins dans la nuance que celles d'aujourd'hui. Napoléon ne devait guère apprécier mais il est impossible d'imaginer qu'il ne les connaissait pas.
[b]

J'ai donc initié cet ancien sujet cher Bernard : https://lesapn.forumactif.fr/t16086-caricatures

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Empty
MessageSujet: Re: Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ   Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Napoléon manquait d'humour - Thierry LENTZ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: