Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 OUDINOT Nicolas Charles - Maréchal d'Empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FRIEDLAND
Modérateur principal
Modérateur principal
avatar

Nombre de messages : 1012
Age : 49
Localisation : CHAMPAGNE
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: OUDINOT Nicolas Charles - Maréchal d'Empire   Dim 4 Fév - 22:39

Maréchal OUDINOT





Nicolas Charles OUDINOT, Duc de REGGIO, Maréchal en 1809 - né à BAR-LE-DUC (MEUSE) le 25 avril 1767 – décédé à PARIS le 13 septembre 1847.

Ce fils de brasseur choisit de s’engager dans un Régiment d’Infanterie à 17 ans. Rappelé par son père qui le voudrait comme successeur, OUDINOT revient au village et se marie.

C’est la REVOLUTION qui le rappelle dans les Rangs de l’Armée. Cet ancien Soldat est vite élu Lieutenant-Colonel des Volontaires de la MEUSE en septembre 1791.

En 1793, il s’illustre en repoussant une attaque PRUSIENNE du Château de BITCHE, sa défense de BITCHE lui vaut le Grade de Chef de Brigade (Colonel) en novembre 1793. Oudinot reçoit un coup de feu à la tête à HAGUENAU le 17 décembre suivant, « première blessure d'une impressionnante série qui fera de lui le maréchal le plus souvent touché ».

Il sert ensuite dans l’Armée de RHIN-et-MOSELLE.

Le 23 mai 1794, il se fraie un passage à la baïonnette à KAISERSLAUTERN. Général de Brigade un mois plus tard, il reçoit 6 blessures et est capturé à NECKERAU le 18 octobre 1795, pour être échangé quelques mois plus tard.

Libéré le 7 janvier 1796, il continue sa carrière sur le Rhin et en Allemagne. OUDINOT sert ensuite sous MOREAU et passe en 1799 dans l’Armée d’HELVETIE. MASSENA, dont il est le Chef d’Etat-Major pour la prise de ZURICH et de CONSTANCE, le nomme Général de Division, le 12 avril 1799.

Quand vient le CONSULAT, le Général OUDINOT poursuit sa carrière auprès de MASSENA, lors du siège de GENES. Il se distingue lors du passage du MINCIO en décembre 1800.

OUDINOT prend part aux Campagnes de la Grande Armée à la tête de 10000 Grenadiers. Il a la cuisse transpercée à HOLLABRUNN le 8 octobre 1805.

Après une série de Victoires et une participation importante à la Bataille d’AUSTERLITZ, son Corps d’Elite est surnommé les «Grenadiers OUDINOT». Le succès ne le quitte pas, notamment à OSTROLENKA en février 1807.

Il a une jambe cassée près de DANTZIG en mai 1807, mais se bat néanmoins à FRIEDLAND en juin, ce qui lui vaut le Titre de Comte. En 1808, Gouverneur d’ERFURT, il organise l’entrevue entre NAPOLEON et ALEXANDRE 1er. L’EMPEREUR le présente au TSAR comme le « BAYARD de l’Armée FRANCAISE ».

En 1809, OUDINOT continue son Glorieux Parcours, il est vainqueur à PFAFFENHOFEN le 19 avril 1809, blessé à ESSLING, puis à WAGRAM où il apporte la Victoire par « une intervention clairvoyante ». Il reçoit le Bâton de Maréchal quelques jours plus tard, puis le Titre de Duc de REGGIO en 1810.

En 1810, il est chargé d’occuper la HOLLANDE, que Louis BONAPARTE vient d’abandonner. Il est ensuite Gouverneur de BERLIN avant d’entamer la Campagne de RUSSIE, toujours à la tête de « ses Célèbres Grenadiers ». Là encore, il se montre admirable : il est vainqueur à POLOTSK le 17 août 1812, mais grièvement blessé.

A peine convalescent, il reprend le Commandement de ses Troupes pour « la Retraite et se fait à nouveau gravement toucher au Passage de la BEREZINA ».

En 1813, il commande l'extrême droite de la Grande Année à BAUTZEN, remporte le combat d'HOYERSWERDA le 28 mai. Deux mois plus tard, il est battu par BERNADOTTE à GROSS-BEEREN le 23 août. Il se rattrape à WACHAU, où il bat le Prince de WURTENBERG. On le retrouve ensuite à la bataille de LEIPZIG.

Puis c’est la Campagne de France, où OUDINOT échappe de peu à la mort à BRIENNE le 29 janvier 1814, les deux cuisses éraflées par un boulet, puis à ARCIS-SUR-AUBE le 20 mars, lorsqu'une balle s'écrase sur sa plaque de Grand Aigle de la Légion d'Honneur. C'est sa trente deuxième blessure. (1)

Le 4 avril 1814, OUDINOT est de « ceux qui demandent à l’EMPEREUR d’abdiquer ». Il se rallie alors à LOUIS XVIII, qui lui confie le Commandement de l’Ancienne Garde IMPERIALE. Le Maréchal OUDINOT est l’un des rares Maréchaux à ne pas se rallier à NAPOLEON lors des Cent-Jours. (2)

En récompense, LOUIS XVIII le nomme Commandant de la Garde Royale puis de la Garde Nationale de PARIS, puis Duc et Pair de FRANCE en 1817.

En 1823, OUDINOT dirige le 1er Corps de l’Expédition d’ESPAGNE. En 1830, d’abord retiré dans ses terres, il est nommé Grand Chancelier de la Légion d’Honneur en 1839 et Gouverneur des INVALIDES en 1842.

Des Onze enfants d’OUDINOT, quatre sont des Garçons. Tous seront militaires.

Héros authentique au caractère rude mais Chevaleresque, le Maréchal aux « trente-quatre blessures » mourut dans son lit aux Invalides en 1847, dans sa quatre-vingt-unième année.

Le Nom d’OUDINOT est gravé sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile.




(1) : OUDINOT paya toujours de sa personne. Ne fut-il pas blessé, d'un coup de feu à la tête, à Haguenau le 17 décembre 1793, d'un coup de feu à la jambe à TREVES le 8 août 1794, de cinq coups de sabre et d'un coup de feu à NECKERAU le 18 octobre 1795, de quatre coups de sabre et d'une balle dans la cuisse au pont d'INGOLSTADT le 11 septembre 1796, d'une balle dans la poitrine à ROSENBERG le 14 juin 1799, d'une balle à l'omoplate à SCHWYZ le 14 août 1799, d'une balle en pleine poitrine à ZURICH le 25 septembre 1799, d'une balle à la cuisse à HOLLABRUNN le 16 novembre 1805), d'une chute de cheval où il eut la jambe cassée le 14 juin 1807, d'un coup de sabre au bras à ESSLING le 22 mai 1809, d'une balle dans l'oreille à WAGRAM le 6 juillet 1809, d'un biscaïen à l'épaule à POLOTSK le 17 août 1812, d'une balle dans le côté au passage de la BEREZINA le 28 novembre 1812, aux cuisses par un boulet à BRIENNE-LE-CHATEAU le 29 janvier 1814, par une balle en pleine poitrine à ARCIS-SUR-AUBE le 20 mars 1814 ...


(2) : OUDINOT, cette Héroïque écumoire servit successivement et avec le même zèle la REPUBLIQUE, l'EMPIRE, la RESTAURATION et la MONARCHIE de Juillet. Les Historiens lui ont reproché d'avoir joué un assez méchant rôle à l'époque de la « première abdication » de l’EMPEREUR et à celle de la « seconde capitulation de PARIS ». Un mot sur cet Illustre Soldat : Le Maréchal OUDINOT est plus courageux sur le Champ de Bataille que dans les salons, (Ce mot est resté fameux …).

Après le retour du Roi, il parlait un jour étourdiment à un ami de la cérémonie du CHAMP de MAI où, pendant les Cent Jours, l'EMPEREUR avait prêté serment à l'Acte additionnel : « Tu te trouvais donc là ??? » questionne l'ami : « Je ne crois pas »… « Mais on t'y a vu, ton nom est dans le Moniteur » … « Attends donc ! Ah ! c'est possible. Oui, je me rappelle qu'on m'a forcé d'y paraître, mais j'ai protesté … : je n'y suis allé qu'en petite tenue!» (Général THIEBAULT).



sunny study salut

_________________
"Sur quoi pourrait-on m'attaquer qu'un historien ne puisse me défendre ? ... Les faits parlent d'eux-mêmes, ils brillent comme le soleil ..." NAPOLEON 1er
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tirmaillyforum.com/mildot/index.php?sid=4d9162e5d6458
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: portrait du maréchal Oudinot   Lun 16 Nov - 14:19

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
OUDINOT Nicolas Charles - Maréchal d'Empire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OUDINOT Nicolas Charles - Maréchal d'Empire
» SOULT Jean de DIEU - Maréchal d'Empire
» BERTHIER Alexandre - Maréchal d'Empire
» Bernadotte, un maréchal d'empire sur le trône de Suède
» PERIGNON Dominique Catherine - Maréchal d'Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Maréchaux-
Sauter vers: