Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 VERDIER (1767-1839), général de division

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Ch

avatar

Nombre de messages : 61
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: VERDIER (1767-1839), général de division   Ven 31 Oct - 11:04

VERDIER (1767-1839) :

Comte, général, né à Toulouse le 2 mai 1767, mort à Mâcon,
le 30 mai 1839.

http://www.servimg.com/image_preview.php?i=3&u=13202544


Jean, Antoine Verdier ;Engagé volontaire au régiment de la
Frére-infanterie, ( le 18 février 1785 ), devenu en 1791 52éme régiment, caporal, ( 1er mars 1787 ); caporal fourrier, ( 1er janvier 1791 ) ; adjudant-major-lieutenant au 2ème bataillon de volontaires de Haute-Garonne ( 24 janvier 1792 ), à l’armée des Pyrénées-Orientales, 1792-1795; aide de camp d’Augereau (21 mars 1794 ) Obtient le grade de capitaine, ( 27 mai 1794 ) ; blessé d’un coup de sabre à la main droite au combat de Saint-Laurent de la Mouga ( 13 août 1794 ).

Il s’empara à la tête d’un un bataillon de tirailleurs de la Drome , le camp retranché de Llers , défendu par 4000 Espagnols et 80 bouches à feu ( 20 novembre 1794 ).

Ce fait d’armes décida la rédition de Figuières.

Nommé adjudant général provisoire par les représentants du peuple à l’armée des Pyrénées-Orientales ( 24 novembre 1794 ).

Prit le commandement de la 1ère brigade de la division Augereau ( 28 mars 1795 ), chef d’état-major de la division Augereau, ( décembre 1795 ); employé à la division Masséna, ( 1er juin 1796 ); à la division
Augereau, ( 10 juillet 1796 ); s’empara du château de Castiglione, ( 3 août 1796 ), à la tête de trois bataillons de grenadiers, emporter la redoute de Monte Medolano à la bataille de Castiglione ( 5 août 1796 ).

Nommé général de brigade le 15 août 1796 ;division Augereau, ( 5 septembre 1796 ) ; servit à Basano,( 8 septembre 1796 ), blessé d’un coup de feu à la cuisse gauche sur le pont D’Arcole, ( 15 novembre 1796 ) ; division Guieu, ( 14 mars 1797 ) ; à la prise du fort de la Chiusa di Pletz, ( 22 mars 1797 ) ;commandant la 3ème brigade ( 4ème et 40ème de ligne ) de la 2ème division , Augereau, ( 14 juin 1797 ) ; employé à l’armée d’Angleterre, (12 janvier 1798 ) ; division Kléber ( 4ème légère et 18ème de ligne ) ; le 14 avril 1798 ;commandant la 2ème brigade ( 25ème et 75ème de ligne ) de la même division, ( 23 juin 1798 ) ; puis la 1ère brigade ( 2ème léger ) de la même division, ( 27 juin 1798 );de la division Dugua, ( 5 juillet 1798 ) .

En Egypte il servit aux pyramides, ( 21 juillet 1798 ) ; s’établit à Gizeh, fin juillet 1798.
Vainqueur des arabes à Sooubat dans le Delta, ( 13 septembre 1798 ) ; division Kléber dans l’expédition de Syrie, à prise d’El Arisch, ( 9 février 1799 ) ; au combat de Chagarah, ( 11 avril 1799 )
À la bataille du Mont Thabor ; ( 16 avril 1799 ) ;à l’assaut de Saint-Jean d’Acre. ( 9 et 10 mai 1799 )
y fut blessé d’un coup baïonnette, puis repoussa une sortie de la garnison, ( 16 mai 1799 ) .

Commandant à Damiette ; ( 1er novembre 1799 ), Il attaqua avec 1000 hommes un corps de 7000 a 8000 janissaires débarqués à Lesbeh, en tua 2000, fit 800 prisonniers et enleva 32 drapeaux et 10 pièces de canon.
Obtint pour ce fait un sabre d’honneur dont le brevet lui fut expédié le 17 septembre 1802.

Devient commandant du Caire, ( 20 mars 1800 ) et résista aux insurgés en s’enfermant dans la citadelle,
Nommé provisoirement général de division par Kléber, ( 25 avril 1800 ) ; confirmé par arrêté des Consuls, ( 6 septembre 1800 ) ; fait prisonnier à la capitulation du Caire ( 28 juin 1801 ).

Rapatrié en France avant l’évacuation de l’Egypte, le général Verdier se signala constamment en Italie et en Autriche.
Employé par Murat en Cisalpibe, ( 22 août 1800 ) commandant les troupes en Etrurie, ( 7 décembre 1803 ) ; occupa la Pouille puis revint en Etrurie ; commandant la 1ère division de l’armée d’Italie sous Masséna ( 11 septembre 1805 ), puis la 2ème division à la place de Robin, ( 7 octobre 1805 ) ; commandant à Livourne, ( 5 novembre 1805 ) ; à l’armée de Naples au 1er février 1806 ,puis commandant une division du corps de Reynier, ( 20 février 1806 ) ; servit à Campo Tenese, ( 9 mars 1806 ) ; évacua Cosenza, ( 5 juillet 1806 ) ; sous Masséna en Calabre, ( 20 juillet 1806 ) ; échoua devant Amantea, ( 3 au 9 décembre 1806 ) ; assiégea de nouveau Amantea, ( 26 décembre 1806 ).

Envoyé à la grande Armée ( 21 mars 1807 ) il prend le commandement de la 2èmedivision du corps de réserve sous Lannes, du 5 mai au 11 novembre 1807, servit à Heilsberg, ( 10 juin 1807 ) ou il enleva une redoute et fit prisonnier de nombreux ennemis, les bulletins signalèrent la bravoure de sa division à Friedland , ( 14 juin 1807 ).

Commandant la division de réserve d’infanterie réunie à Orléans, ( 12 janvier 1808 ), puis à Bordeaux,
( 29 février 1808 ).

Commandeur de l’ordre de la couronne de fer, obtint une dotation de 25000 francs de rente annuelle
sur les biens réservés en Westphalie et une autre de 25000 francs de rente annuelle sur les biens
réservés en Hanovre, ( 10 mars 1808 ) ; comte de l’Empire, ( 19 mars 1808).

Devient commandant la 2ème division du corps de Bessières en Espagne ( 19 mars 1808 ).
Confirmé comte par lettres patentes, ( 6 juin 1808 ).

Vainqueur à Logrono, ( 5 juin 1808 ) ; commandant l’Aragon et Navarre à la place de Savary, ( 15 juin 1808 ).

Dirigea le siège de Saragosse, ( 29 juin 1808 ) ; y fut blessé le 4 août 1808 ; leva le siège après la capitulation de Baylen, ( 14 août 1808 ); commandant la 1ère division du 2ème corps sous Soult à la place de Mouton ; ( 8 novembre 1808 ) ; mais ne prit pas possession de ses fonctions ; devint commandant de la province de Bilbao, ( 15 novembre 1808 ) ;commandant une division allemande à la place de Reille sous Gouvion-Saint-Cyr en Catalogne et chargé du siège de Girone, ( 28 mars 1809 ), puis sous Augereau, reçut la capitulation de la ville, ( 10 décembre 1809 ); s’empara d’Arenys de Mar, (mars 1810 ).

Lorsque l’armée française en Portugal fut travaillée par une double trahison, le général Verdier fut, dit-on, chargé de diriger une enquête secrète que l’Empereur ne crut jamais devoir livrer à la publicité.

Rentra en France le 11 avril 1810 ; mis en disponibilité, ( 5 août 1810 ).
Commandant la 3ème division du corps d’observation du Rhin à Utrecht ( 24 mai 1811 ) ; la 8ème division du corps d’observation de l’Elbe, ( 25 décembre 1811 ), puis du 2ème corps d’observation de l’Elbe sous Oudinot, ( 15 février 1812 ) .

Servit en Russie, au combat de Jaboukowo,( 30 juillet 1812 ) à Khastitzi, ( 31 juillet 1812 ) ; Polotsk, ( 1er août 1812 ) ; Swolna, ( 17 août 1812 ) ; grièvement blessé à Polotsk, le 18 août 1811 .
Il rentra en France pour cause de blessures, ( 30 septembre 1812 ).

En 1813 et 1814 il commanda le corps d’armée franco-italien :
Il commande la 4ème division d’infanterie au corps d’observation de l’Adige, ( 30 mai 1813 ), commandant la 2ème lieutenance ( divisions Rouyer et Gratien ) à l’armée d’Italie sous le prince Eugène de Beauharnais, ( 1er septembre 1813 ) .

Il sera blessé d’un coup de feu au combat de Ala (ou Aca ? ), (10 novembre 1813 ), atteint d’une balle qui lui traversa la cuisse, il resta stoïquement à son poste, au milieu de la mitraille, soutenu par son aide-de-camp.

Commanda les divisions Quesnel, Fressinet et Palombini de février 1814 au 20 juin 1814.

Servit à la bataille du Mincio, ( 8 février 1814 ), ou avec sa division Fressinet, forte de 5000 hommes environ, résista toute la journée aux efforts de 18000 Autrichiens, et finit par les forcer à repasser la rivière .
Présent à Borghetto, ( 10 février 1814 ) .

il rentre en France, ( 20 juin 1814 ), et est nommé chevalier de Saint-Louis, ( 8 juillet 1814 ) ; mis en non-activité, ( 1er septembre 1814 ) ; grand-croix de la Légion d’honneur, ( 17 janvier 1815 ) .

Pendant les cent-jours :
Il commande la 8ème division militaire à Marseille, ( 13 avril 1815 ) ; puis la 17ème division d’infanterie sous Brune au corps d’observation du Var, ( 9ème corps ), juin 1815 .

Pair de France, ( 2 juin 1815 ).
Après Waterloo, il parvint à conserver à la France Toulon intact et sans pillage, ( 25 juin 1815 ) .

Mis à la retraite le 4 septembre 1815.

Il fut replacé sur le cadre de réserve et devient commandant en chef la garde nationale de Lyon , ( 2 août 1830 ) ; mis en disponibilité,( 7 février 1831 ) ;admis à la retraite le 13 août 1832.

Le nom du général Verdier est inscrit au coté sud de l’Arc de triomphe de l’étoile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rémy Godbert
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 816
Age : 66
Localisation : Fouilloy 80 Somme
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: portrait du général Jean-Antoine Verdier   Mer 18 Nov - 20:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
VERDIER (1767-1839), général de division
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VERDIER (1767-1839), général de division
» Les cours. Division B.
» SALLES (de) (Charles) Général de division Gendre Mal Valée
» GRANDJEAN (Charles) Baron d'Empire Général de division
» CUSTINE (Adam-Philippe) Général de division de la République

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: