Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La conspiration du général Malet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'âne

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 51
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: La conspiration du général Malet   Lun 19 Avr - 18:25

Je viens de regarder un dvd acheté grâce (ou "à cause") de la Bibliothèque napoléonienne relatif à la conspiration du général Malet.

A la fin du film, Napoléon fait des reproches quant à l'exécution des 13 personnes reconnues coupables. Le réalisateur lui fait dire : "13 éxécutions pour 1 coupable !".

Je voudrais savoir si vous êtes en mesure de confirmer le reproche de Napoléon ?

C'est vrai que ce passage aussi insolite qu'extraodrinaire de l'histoire du 1er Empire mérite d'être connu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 12:34

Citation :
Le réalisateur lui fait dire : "13 éxécutions pour 1 coupable !".

Je voudrais savoir si vous êtes en mesure de confirmer le reproche de Napoléon ?

Hum… Rolling Eyes
Le 29 octobre, la commission militaire condamna à mort quatorze prévenus. Douze subirent leur peine, Rabbe et Rateau ayant obtenu un sursis.
Le treizième condamné fut Boutreux. Or, tiré de sa cachette, il ne tomba que le 30 janvier suivant. A cette date, Napoléon était à Paris depuis plus d’un mois.

Concernant Boutreux, on peut se souvenir de la lettre de Cambacérès à Napoléon en date du 22 janvier 1813 (Cambacérès, lettres inédites à Napoléon, T. 2, 1808-1814) :

« La complicité de Boutreux et de Caamano étant établie, faut-il les mettre en jugement ?
Des considérations au moins spécieuses pourraient justifier l’opinion de ceux qui penseraient que le danger ayant cessé, il y a plus d’inconvénient que d’avantage à reprendre les poursuites d’une affaire déjà oubliée.
Sire, cette opinion n’est pas la mienne.
L’impunité est la plus grande maladie qui puisse affliger l’ordre social, et l’emprisonnement par voie de haute police peut être souvent considéré comme un acte arbitraire tandis qu’il conduit quelquefois à une fatale indulgence, en faveur de ceux que cet emprisonnement atteint.
Il reste à examiner si ces deux individus seront traduits devant la justice ordinaire, ou devant une Commission militaire.
Le premier parti serait plus régulier ; il y a de graves inconvénients.
Les Tribunaux n’ont point connu l’affaire du 23 octobre ; c’est pour eux une chose nouvelle. On doit donc s’attendre que pour prononcer sur le sort des deux complices, les juges voudront remonter à l’origine et se livrer à un examen dont le résultat n’est sans doute point à craindre, mais qui ramènera nécessairement l’attention du public sur une affaire dont il est inutile de l’occuper.
Pourquoi d’ailleurs traiter les complices plus favorablement que les principaux auteurs du crime ? Et puisque les premiers ont été traduits devant une Commission militaire, pourquoi changer de marche à l’égard des autres ? Le laps de temps ne doit point déterminer l’administration à une variation qui ferait dire à des hommes malveillants ou peu éclairés qu’il fallait renvoyer aussi devant les Tribunaux les principaux coupables.
Je vais plus loin et je pense qu’il faut que la Commission créée par l’arrêté du 23 octobre soit réunie de nouveau, pour prononcer sur les deux individus dont il est question. »


Pour mémoire, Alexandre-André Boutreux et José-Maria Fernandez de Caamano furent traduits le 29 janvier devant la commission militaire de la 1ère division. Le premier fut condamné à mort et exécuté le lendemain dans la plaine de Grenelle, le second, acquité et mis sous la surveillance de la haute police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2432
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 19:28

Quant à Rateau, il avait été condamné à perpétuité; en plus, on lui avait imprimé sur l'épaule, au fer rouge, la marque d'infamie des traîtres à la patrie, les trois lettres T S P (Traître à Sa Patrie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'âne

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 51
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 19:32

Merci JBR. En revanche et à moins que j'ai mal lu, pensez vous que Napoléon ait fait le reproche de les avoir fusillés ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'âne

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 51
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 19:33

Percy, est ce que cette pratique (le marquage au fer rouge) était légale ? Je ne la connaissait pas ou l'ai oubliée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2432
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 19:54

Je puis vous confirmer que le châtiment du fouet et la marque au fer rouge, qui avaient été abolis par la Révolution, ont été réintroduits dans le Code pénal de 1810.
C'était un retour à des méthodes d'un autre âge.
L'Empire n'est donc pas toujours synonyme de progrès dans tous les domaines...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 20:04

Citation :
pensez vous que Napoléon ait fait le reproche de les avoir fusillés ?

Je ne l'ai vu nulle part et ce que j'ai lu ne semble pas le sous-entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 20 Avr - 23:00

La marque fut rétablie dès 1802.
On la retrouve logiquement dans le Code pénal de 1810 :
« Quiconque aura été condamné à la peine des travaux forcés à perpétuité, sera flétri, sur la place publique, par l'application d'une empreinte avec un fer brûlant sur l'épaule droite.
Les condamnés à d'autres peines ne subiront la flétrissure que dans les cas où la loi l'aurait attachée à la peine qui leur est infligée.
Celte empreinte sera des lettres T. P. pour les coupables condamnés aux travaux forcés à perpétuité ; de la lettre T., pour les coupables condamnés aux travaux forcés à temps, lorsqu'ils devront être flétris.
La lettre F. sera ajoutée dans l'empreinte, si le coupable est un faussaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drouet Cyril

avatar

Nombre de messages : 4184
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mer 21 Avr - 12:02

Quand j’évoquais l’année 1802, je faisais référence à la loi du 13 mai :

« Art. 1er. Tout individu qui aura été repris de justice pour un crime qualifié tel par les lois actuellement subsistantes, et qui sera convaincu d'avoir, postérieurement à sa première condamnation, commis un second crime emportant peine afflictive, sera condamné à la peine prononcée par la loi contre ledit crime, et, en outre, à être flétri publiquement, sur l'épaule gauche, de la lettre R.

Art. 6. Tout individu condamné pour l'un des crimes énoncés en l'article 2 [« La connaissance de la contrefaction ou altération des effets publics, du sceau de l'état, du timbre national, du poinçon servant à marquer l'or et l'argent, des marques apposées au nom du gouvernement sur toute espèce de marchandises, et, en général, la connaissance de tout crime de faux en écriture publiques ou privées, ou d’emploi fait d’une pièce qu’on savait fausse »], ou pour celui de fausse monnaie, sera, dès la première fois, et outre la peine prononcée par le Code pénal, flétri publiquement, sur l'épaule droite, de la lettre F.

Art. 7. La présente loi n'aura d'effet, à l'égard de la flétrissure, en cas de récidive, que jusqu'à l'époque où la déportation pourra y être substituée, conformément à ce qui est prescrit par l'article ler du titre II de la seconde partie du Code pénal du 25 septembre 1791 ; et quant au surplus de ses dispositions, que jusqu'à l'époque où la loi du 18 pluviôse an 9 cessera d'être exécutée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard Coppens



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 11/04/2010

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 27 Avr - 1:54

On lit dans le Manuscrit de 1813 de Fain, secrétaire de l'Empereur, la note suivante :
Citation :
Les généraux Malet, Guidal et Lahorie, traduits le 29 octobre 1812 devant un conseil de guerre, ont été fusillés le 30 dans la plaine de Grenelle. Plusieurs malheureux officiers que les chefs avaient entraînés ont été condamnés avec eux… L'Empereur déplorait cette rigueur et la promptitude avec laquelle on l'avait exercée : C'est une fusillade, c'est du sang ! s'était-il écrié à la première nouvelle du jugement ; quelle impression cela va faire en France !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.1789-1815.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 27 Avr - 8:54

Bernard Coppens a écrit:
On lit dans le Manuscrit de 1813 de Fain, secrétaire de l'Empereur, la note suivante :
Citation :
Les généraux Malet, Guidal et Lahorie, traduits le 29 octobre 1812 devant un conseil de guerre, ont été fusillés le 30 dans la plaine de Grenelle. Plusieurs malheureux officiers que les chefs avaient entraînés ont été condamnés avec eux… L'Empereur déplorait cette rigueur et la promptitude avec laquelle on l'avait exercée : C'est une fusillade, c'est du sang ! s'était-il écrié à la première nouvelle du jugement ; quelle impression cela va faire en France !

Là encore il faut relativiser la réaction de l'Empereur " c'est une fusillade, c'est du sang" et monsieur Coppens qui doit en savoir quelque chose ne me contredira pas .Il faut se souvenir que pour l'exemple, pour maintenir la discipline,ou pour donner des gages de sa bonne volonté face à ses adversaires, Napoléon faisait fusiller aussi le soldat qui s'était pourtant bien battu avec courage mais qui avait fait l'erreur de commettre un simple chapardage, qui ne méritait tout au plus que quelques jours de cachot,même pas un marquage aux fers chauds.
Revenir en haut Aller en bas
L'âne

avatar

Nombre de messages : 76
Age : 51
Localisation : Corsicasie
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   Mar 27 Avr - 20:38

Merci à tous pour ces réactions et précisions. Je pense que l'Empereur n'a pas eu la réaction que l'on peut voir dans le film relatif à la conspiration du général Malet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La conspiration du général Malet   

Revenir en haut Aller en bas
 
La conspiration du général Malet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La conspiration du général Malet
» La Conspiration d'un Risque Tout.....
» conspiration orion
» Illuminatis et conspiration, est-ce vrai?
» La Plus Grosse Conspiration de l'Histoire de l'Humanité?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: