Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Ven 19 Oct - 22:48

Il n'est pas rare de constater, que ce soit dans notre entourage ou à la lecture de certains ouvrages, que le créateur de l'Empire ne jouit pas toujours d'une aussi profonde admiration que le jeune et fougueux Général Bonaparte.

Comment un seul et même "Grand Homme", dont le bons sens et l'intelligence s'accordaient en quasi permanence avec une brillante imagination, peut-il se voir endosser deux jugements opposés ?

Ne pas rendre hommage à l'Empereur Napoléon, n'est-ce pas faire fi de notre gloire, celle-là même qu'il nous a offerte en laissant derrière lui une oeuvre gigantesque, tant sociale que militaire, économique et politique ?

Et plus subtilement, n'est-ce pas la vie entière de notre Empereur qui fut consacrée au désir d'une amélioration progressive, tous domaines confondus, amélioration qui demeura ensuite le but de toute société ?

Ceci m'interpelle depuis longtemps, et même si quelques explications se forment dans mon esprit, ce ne fut jamais rien de bien convaincant.

Alors, persuadée que rien ne vaudra votre propre réflexion, si tant est que, dans votre esprit, Bonaparte a plus de mérite que Napoléon Empereur, je vous laisse la parole, ou plutot mon écritoire et ma plume, en vous remerciant d'ores et déjà de votre participation ... Wink Wink





salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Ven 19 Oct - 23:01

C'est le même homme, la même pensée... Il n'y a donc pas lieu de dissocier, ne serait-ce que pour ne pas donner raison à des cuistres comme Larousse qui faisait mourir le général Bonaparte le 18 brumaire...

On pourrait éventuellement remarquer que le général Bonaparte n'a jamais été vaincu au cours d'une bataille rangée ! salut
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 0:36

Napoléon a toujours été marqué, surtout dans le débat franco-français, par un clivage.
Pour sauver l'image de Napoléon, on a choisi de laisser dans les coulisses le Napoléon militaire et de mettre à l'avant-scène le Bonaparte civil, instaurant le système juridique et administratif.
Ce qu'il faut comprendre, c'est comment ces deux oeuvres, militaire et civile, vont ensemble et pour cela, il faut considérer ce qui s'est passé après Napoléon.
On assiste à la naissance d'une bourgeoisie européenne, qui ne choisit ni le parcours des armes ni celui du commerce.
Il y a une sorte de contradiction entre son goût de l'ordre et sa passion pour quelque chose de démesuré qui relève de l'imaginaire et non de la vie quotidienne.
Et ce qui peut expliquer cela, c'est sans doute peu reluisant, mais c'est la guerre à laquelle Napoléon a su donner une capacité de fascination qu'elle n'avait pas auparavant.
L'héritage napoléonien, c'est la capacité à s'imposer dans une période troublée pour changer le cours des événements.
Personne, à part lui, n'a pris l'initiative d'agir.
Bonaparte est le fils de la Révolution. On ne peut pas concevoir Napoléon sans la révolution. Mais je pense aussi qu'on ne peut pas concevoir la Révolution sans Napoléon.
La seule solution qui s'est historiquement produite, c'est la solution napoléonienne.
Et cela n'a aucun sens de dissocier Bonaparte de Napoléon. Les deux forment un tout.
L'Empire, c'est le résultat d'une situation internationale qui demeure précaire.
Bonaparte fait la guerre pour consolider la France, mais à un certain moment, la guerre oblige à une solution plus autoritaire qu'il ne l'avait lui-même envisagé.
Cela ne dépend pas seulement de son ambition ou de sa stratégie, mais d'un contexte très mouvant dépendant de la politique intérieure de l'Angleterre et extérieure de la Russie.
Napoléon a construit ce monde, mais il est aussi un produit de ce monde.
On ne saurait imaginer un petit noble Corse arriver là où il est arrivé avec ses seules capacités, même extraordinaires, sans l'apport de la Révolution.
Il bouge dans un monde qui bouge.
En somme, il a porté les événements, mais les événements l'ont aussi porté.


Dernière édition par le Dim 21 Oct - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 11:13

Excellent sujet et bien posé.
Tout ce que Percy dit est justifié, d'ailleurs son analyse est plus marxiste qu'evenementielle.
Mais peu de gens raisonnent comme ça.

J'avais dit ailleurs que Napoléon Bonaparte me séduisait jusqu'en 1807.
A Tilsit comme à Lodi, l'Homme change, le destin politique en France du lendemain de Lodi devient à Tilsit une ambition mondiale en pensant qu'avec Alexandre ils peuvent se partager l'Europe et une partie de l'Asie.
Et puis , il y a aussi ce jeune général qui révolutionne la guerre , par sa rapidité bat des troupes plus nombreuses et bien équipées, a un oeil vif pour déceler la faille chez l'ennemi. C'est grandiose.

Juste une petite question , qu'aurait fait le général Bonaparte avec l'armée de 1812 qui passe le Niemen ?

Mais il faut observer aussi le changement d'état d'esprit des autres, tous les vaincus veulent une revanche donc ils ont analysé leurs échecs et sont montés en puissance en s'appuyant sur le nationalisme des peuples.
En exagérant, les Alliés prennent l'esprit français de 1792 et nous le leur à la même date.

Voila pour un début salut



cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 13:39

ambrosio a écrit:
Juste une petite question , qu'aurait fait le général Bonaparte avec l'armée de 1812 qui passe le Niemen ?

Exactement la même chose. Sauf qu'il n'aurait donné aucun commandement à Jérôme, ni à Junot. Du coup, peut-être qu'il n'aurait pas eu besoin de dépasser Smolensk en 1812...
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 14:15

En fait je voulais dire qu'avec 600 000 hommes Bonaparte aurait fait de miracles , alors que Napoléon en plus des choix militaires n'a pas cette clarté en 1812. Il semble désabusé . Il refuse d'engager la Garde à la Moscowa, perd un mois à Moscou, quitte l'armée en pleine retraite, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sibuet

avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Sion (Vendée)
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 20:42

Citation :
Il n'est pas rare de constater, que ce soit dans notre entourage ou à la lecture de certains ouvrages, que le créateur de l'Empire ne jouit pas toujours d'une aussi profonde admiration que le jeune et fougueux Général Bonaparte.

Joséphine, votre constatation répond à une simple réalité : Bonaparte n'est qu'un simple général de la Révolution, en rivalité avec Hoche, Marceau, Moreau etc...

C'est un arriviste parmi d'autres arrivistes qui fait son bonhomme de chemin, en se mettant au service des hommes influents de son temps. qui complote comme ses petits camarades.

C'est un homme aimant, Désirée Clary, Joséphine Wink.

Il n'a pas vécu, en permanence, dans l'opulence, durant ses jeunes années.

C'est donc un personnage attachant que le commun des mortels peut comprendre, accessible à l'entendement.

En revanche, dès lors qu'il est débarrassé de ses rivaux, dès lors qu'il peut donner libre cours à ses rêves de grandeur, de puissance, de conquêtes, de démesure, il devient une sorte de personnage qui se situe naturellement au dessus des simples mortels, un être terrifiant.

Concrétement, il entraîne la France vers une perte certaine, est responsable de millions de morts par sa folie des grandeurs, est insensible aux propos raisonnables de ses amis, vit manifestement dans sa bulle ( d'excommunication Wink ).

Ses ministres ne sont que des courtisans...

Ceux qui lui résistent sont évincés, Talleyrand et Fouché par exemple.

Napoléon est bien moins attachant que Bonaparte. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Sam 20 Oct - 21:47

Je suis assez d'accord avec Sibuet. Bonaparte est "Humain" alors que Napoléon dès Tilsit ne retient rien d'Eylau et de ces victoires à l'arraché .
Ni Wagram , Essling , l'Espagne surtout n'ébranlent sa croyance dans 'sa bonne étoile". Ses amis qui meurent, ceux qui lui conseillent de finir guerre sur guerre , aucun n'a d'écoute . Lannes, Bessières, Duroc et plein d'autres sont des morts sans importance à se yeux . Bien sur il prononce de belles phrases comme hommage funèbre. Que reste t'il de son attachement à Muiron ?



cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 0:05

J'ai le sentiment que ces messieurs s'oublient... Sans mésestimer la "faute" espagnole, il est clair que l'Autriche n'a en rien renoncé à balancer les succès de la France et qu'elle entend bien jouer son va-tout avec l'aide de l'or anglais. Il ne faudrait quand même pas l'oublier !

Dès lors -hormis la faute espagnole- on ne voit guère ce que Bonaparte aurait fait de mieux que Napoléon ! Suspect

Wagram ne paraît pas aussi définitive que d'autre victoires ? C'en est une pourtant et une belle, dans un contexte très disputé avec l'adversaire redoutable qu'était le prince Charles, certainement un des chefs les plus capables des Coalisés. Mais, en 1809, Napoléon avait encore le coup d'oeil et la santé...

La charge finale d'Ambrosio sur l'indifférence de Napoléon n'est ni fondée, ni objective. On ne fait pas la guerre avec des bons sentiments. L'Empereur a regretté la perte de Lannes, c'est bien évident. Comme tous les autres. Même quand on risque soi-même sa vie sur le champ de bataille, on doit regarder plus loin que la ligne d'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Percy
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2426
Age : 58
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 1:33

Napoléon voyait le monde comme un théâtre dont il était l'auteur, l'acteur, le régisseur et même l'économe ; comme un chantier dont il était l'architecte, le maçon et le démolisseur. Il voyait les autres comme des instruments de ses rêves et ceux-ci grandissaient au fur et à mesure qu'il s'élevait.
On peut donc le décrire comme un dictateur du monde autant que des hommes.
Un modèle de dictateur, donc. Mais aussi un dictateur modèle ; c'est toute l'ambiguité de l'aventure.
Napoléon s'assumait comme despote mais ce despotisme se voulait éclairé.
L'Empereur des Français fut un temps, avant la démesure des dernières années, un empereur cartésien, réaliste, réglé. Il voulait l'ordre, le travail et la grandeur. Il voulait le règne de la loi, quitte à écrire cette loi lui-même.
Il était un dictateur parfois barbare dans ses moyens, mais animé par une idée de la civilisation. Sans cela, il ne serait pas resté.
Malgré la liberté comprimée, les crimes et les guerres incessantes, il survit dans la mémoire collective comme l'homme d'une oeuvre, le restaurateur d'un Etat, le continuateur des Lumières.
Le général Bonaparte reste un héros de la Révolution et le Premier Consul suscite toujours l'admiration.
Mort en 1805, Napoléon serait célébré aujourd'hui comme Washington.
On condamne l'empereur démesuré du système continental et de la chape monarchique mais on vit encore sur son héritage.
En cela réside l'ambiguité du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 2:28

Merci à vous pour cet intéressant débat que vous nourrissez ; l'analyse de vos propos en ressort des plus enrichissantes.

Cher Ambrosio, si nous savions de puis longtemps que votre admiration pour Napoléon prenait fin en 1807, et tout en respectant votre opinion à ce sujet, je trouve que vos arguments étayant votre indifférence pour l'Empereur des Français après 1807 est non seulement sévère, mais surtout inacceptable pour les raisons que vous évoquez, ces dernières étant, de toute évidence, erronées.

En effet, et comme le relève si justement Bruno, le Grand Homme que vous décrivez à Eylau par exemple, loin de ne rien retenir, en a beaucoup souffert moralement et n'a jamais cessé de s'en souvenir ...
Et toujours en validant le raisonnement de Bruno, un Homme de génie tel que fut Napoléon, ce valeureux Chef militaire, devait bien poursuivre sa mission et regarder toujours devant lui ... Mais il est certain que chaque fois que l'un de ses "proches" tombait, Napoléon repartait le coeur lourd de chagrin.

Quant aux Maréchaux ou autres grands Officiers, jusqu'à Muiron mort volontairement pour protéger son Chef, les témoignages sont suffisamment nombreux, me semble-t-il, pour dépeindre la peine immense de Napoléon, à chaque fois.
Et ce qu'il fit de Muiron ? Toute sa vie il parla de lui, jusqu'à former l'idée de prendre son nom, pour vivre paisiblement, si son souhait de s'exiler sur un autre continent avait pu se réaliser ...

Cher Ambrosio, vous semblez ignorer le coeur généreux de ce Grand Homme ; mais je vous l'accorde, il n'est pas facile à comprendre, car il sut dissimuler les plus grandes peines qu'il vécut, et la toute première fut la perte de son propre père.
Aucune larme ne coula de ses yeux ... Croyez-vous pour autant qu'il eût moins de chagrin que son frère Joseph qui, lui, versa toutes les larmes de son corps ? Non, bien évidemment.

Hé bien, il en fût ainsi durant toute sa vie, car ses premières années lui furent très pénibles, et dans ces circonstances difficiles, c'est lui , et lui seul qui, du haut de ses 9 ans et demi, eût à gérer un traumatisme moral qui forgea très tôt sa personnalité.

C'est à force d'analyser les évènements, que le personnage peu à peu éclaire notre compréhension, comme la nuit qui paraît moins obscure lorsque les étoiles s'allument une à une dans le firmament.

Dans chacune de nos convictions, il convient de trouver les arguments justes et crédibles.
Pour une fois, Ambrosio, le choix des vôtres n'est pas judicieux, puisqu'ils ne se vérifient nullement.
Ce n'est donc pas auprès de vous que je trouverai une explication plausible à cet étrange état d'esprit. Wink

Cher Sibuet, j'ai trouvé votre réflexion très intéressante, et je pense même que vous avez mis le doigt sur l'essentiel.

En effet, votre réflexion est celle que je me fais le plus souvent , pour tenter de m'expliquer le pourquoi du raisonnement qui consiste à admirer et à dénigrer un seul et même Homme.

L'être humain est ainsi fait, qu'il se trouve en quelque sorte "rassuré" et conforté de retrouver un homme quasi égal à lui-même.
Le Général Bonaparte était déjà très brillant, mais tout son environnement était celui d'un homme attachant et encore compréhensible, comme vous le dites à juste titre.

Lorsque paraît l'Empereur, tout change aux yeux de chacun, ou du moins n'attendent-ils que des succès, du "positif".
Mais si cet Empereur qui commence à leur échapper, ne réussit pas toutes ses entreprises, alors il se voit taxer de tous les travers, de toutes les erreus, et de toutes les faiblesses ...

Ne manquerait-il pas un peu d'humilité dans ce jugement hâtif ?

Devant Napoléon, si Grand, devant cet Empereur et ce Génie que l'Histoire n'aura jamais de cesse d'évoquer, je pense qu'il faut savoir lever les yeux pour l'admirer, Lui, et l'oeuvre grandiose qu'il nous a laissée , et accepter notre position bien inférieure avant d' incliner la tête en signe d'hommage et de respect ...




salut
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 10:40

Concernant l'Espagne , la Russie et les batailles il y a suffisament de posts sur ces sujets que je ne vais pas y revenir.

Il y a dans les débuts du règne de Napoléon sa propre fin. Le Français lassés de la Révolution et irrités par le Directoire vient dans Bonaparte celui avec qui tout va rentrer dans l'ordre, ce qui a été fait. A Tilsit , ils espèrent enfin une paix durable, mais la rupture entre Napoléon et le Pays s'accélère dès 1812, il faut voir avec l'affaire Mallet, et est consommée en 1814, Bordeaux, Toulouse Marseille et même Carcassonne toutes ses villes "blanches".
De la Vendée à la Provence les grandes villes passent aux Royalistes et le resteront pendant les 100 jours. Les Français ont voulu l'Ordre mais ils aiment la Paix. Napoléon n'était plus l'Homme de la Nation alors que Bonaparte l'incarnait



cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 11:05

ambrosio a écrit:

De la Vendée à la Provence les grandes villes passent aux Royalistes et le resteront pendant les 100 jours. Les Français ont voulu l'Ordre mais ils aiment la Paix. Napoléon n'était plus l'Homme de la Nation alors que Bonaparte l'incarnait

Les villes en question étaient demeurées royalistes en 1793. La répression sanglante qui s'abattit sur elles ne fut pas très efficace pour la conversion des esprits...

De là à dire qu'elles furent toutes "blanches" durant les cent jours... geek

Les volontaires bordelais qui devaient défendre la duchesse d'Angoulême, en avril 1815 se débandèrent rapidement sans même tirer un coup de fusil...

A Toulouse, Vitrolles fut arrêté sans résistance devant une population apathique, beaucoup moins royaliste qu'on ne l'a dit: les "verdets" venaient surtout des campagnes; l'opinion était plus partagée dans les villes...

En 1815, Napoléon était redevenu l'homme de la Nation. A preuve, son parcours extraordinaire de Golfe-Juan à Paris, sans tirer un coup de feu...
Revenir en haut Aller en bas
sibuet

avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Sion (Vendée)
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 19:43

Citation :
Cher Sibuet, j'ai trouvé votre réflexion très intéressante, et je pense même que vous avez mis le doigt sur l'essentiel.

En effet, votre réflexion est celle que je me fais le plus souvent , pour tenter de m'expliquer le pourquoi du raisonnement qui consiste à admirer et à dénigrer un seul et même Homme.

L'être humain est ainsi fait, qu'il se trouve en quelque sorte "rassuré" et conforté de retrouver un homme quasi égal à lui-même.
Le Général Bonaparte était déjà très brillant, mais tout son environnement était celui d'un homme attachant et encore compréhensible, comme vous le dites à juste titre.

Lorsque paraît l'Empereur, tout change aux yeux de chacun, ou du moins n'attendent-ils que des succès, du "positif".
Mais si cet Empereur qui commence à leur échapper, ne réussit pas toutes ses entreprises, alors il se voit taxer de tous les travers, de toutes les erreus, et de toutes les faiblesses ...

Ne manquerait-il pas un peu d'humilité dans ce jugement hâtif ?

Devant Napoléon, si Grand, devant cet Empereur et ce Génie que l'Histoire n'aura jamais de cesse d'évoquer, je pense qu'il faut savoir lever les yeux pour l'admirer, Lui, et l'oeuvre grandiose qu'il nous a laissée , et accepter notre position bien inférieure avant d' incliner la tête en signe d'hommage et de respect ...

Joséphine, vous conviendrez aisément qu'avant d'être brillant, Bonaparte est d'abord un véritable gentleman. Wink

En effet, il n'a pas hésité, par amour, à épouser une femme plus âgée que lui, veuve avec deux enfants à charge. Wink

Un couple très moderne, auquel son éducation ne l'avait pas du tout préparé, improbable, entre ce jeune général corse et cette rescapée de la prison des Carmes.

Une famille recomposée au temps de la Révolution, çà m'épate de la part de Bonaparte.

Quel courage de sa part !

A Napoléon, je ne pardonne pas sa conduite dans les premiers mois de son divorce à l'égard de Joséphine qui lui a manifestement porté chance dans son ascension vers les sommets du pouvoir, qui savait le calmer, qui lui faisait retrouver le chemin de la raison.

Napoléon s'est convaincu que seuls ses succès militaires pourraient le maintenir en place, que la multiplication de ses victoires le conforteraient dans sa position de leader du peuple français...

C'est manifestement un angoissé qui doute d'être aimé de son peuple, d'où sa sortie nocturne à Austerlitz, d'où ses bains de foule répétés pour tenter de se convaincre qu'il est vraiment aimé des autres.

Il écarte de plus en plus les fortes personnalités de son entourage pour se plonger de plus en plus dans les manifestations populaires, les parades militaires, dont la France, à l'époque, avait le secret.

Il n'a pas été capable d'arrêter le cours tumultueux des événements de son règne pour se stabiliser et stabiliser une France acquise à sa personne mais aspirant de plus en plus à la paix.

Napoléon paraît paradoxalement bien faible en tant que personnalité de premier plan, en tant qu'homme d'Etat, en l'absence de Joséphine, de Talleyrand et de Fouché, sans évoquer ici les retraits successifs de ses maréchaux, de ceux qui l'ont accompagné dès les débuts.

Il s'est isolé tout seul, reportant ses sentiments vers ce fils que les puissances alliées ont kidnappé à la première occasion sachant qu'ainsi elles l'affaibliraient durablement, et moralement, et sentimentalement.

Joséphine, vous avez tout à fait raison.

Les autres attendaient effectivement beaucoup de Napoléon, trop peut-être, mais que voulez-vous, Bonaparte avait laissé paraître de réelles qualités humaines. Wink

salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Nic
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Dim 21 Oct - 22:27

Bonsoir à Tous,
Quel excellent sujet que voila, merci à Joséphine d'enrichir ce forum de ses débats intéressants et passionnants.

Je me permets d'y apporter mon analyse sur ce sujet qui fera incontestablement encore couler de l'encre pour les générations futures, tant cet Homme aux innombrables facettes, suscitera éternellement l'admiration....

Il est vrai que dans la mémoire collective, comme une image populaire toujours véhiculée, Bonaparte restera ce jeune général plein d'ambition fougueux, téméraire, intrépide, meneur d'hommes si bien qualifié de " finalisateur de la révolution" et très accessible au commun des mortels, puisque toujours au coeur de ses troupes. Bonaparte ne fit, par ses succès militaires incroyables, et ( déjà ) ses négociations politiques, que de ramener et assoir la France à la Table de l'Europe. Son caractère forgé par ses jeunes années difficiles, fit de lui ce chef admiré et respecté que la France exangue attendait !

Quant à l'Empereur, transformation obligatoire, de ce chef de guerre en un Homme d'Etat, cette transition ne transforma pas le tempérament ni sa façon de penser et encore moins son caractère. Bien au contraire, cette accession au trône impérial ne fit que confirmer et lui donner les moyens de ses ambitions sociales d'avant garde pour son pays. Par contre, afin de " s'imposer " comme souverain d'Europe, jamais accepté par la Perfide Albion, il avait son rang et son titre à tenir et à défendre, le placant ainsi à la tête du peuple, mais jamais " au dessus" dans son esprit. Dire qu'il n'était plus accessible est faux ! De nombreux témoignages vécus parvenus jusqu'à nous l'attestent.

Enfin dire que l'Empereur ne se souciait guerre des morts sur les champs de batailles, est une totale ineptie, car il fut "éffondré" à chacune des disparitions du moindre de ses soldats, bien souvent il s'isolait même pour vivre en solitaire sa tristesse, car il ne pouvait le montrer " en public ". Assurant immédiatement une rente à sa veuve, mettant sa famille à l'abri des difficultés, fait de lui un Homme au Grand Coeur....

Cette caricature d'un homme sans coeur, ne pensant qu'à lui même, à son pouvoir sera pour moi toujours intolérable et je la combatterai becs et ongles tant elle est fausse. L'héritage social et constitutionnel laissé à la France, placant le PEUPLE au centre de ses préoccupations, ne pouvait germer dans la tête d'un égoïste, égocentrique comme certain se plaisent à le diffuser.

Bonaparte et Napoléon, un seul Homme, un seul Génie, un seul Homme d'Etat, les deux sont indissociables et sont la continuité de l'éclosion et de la maturation d'un Homme d'Exception appelé à éclairer son siècle !

salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 0:07

Eh bien, mon cher Sénot, je ne puis que souscrire à cette magnifique évocation. Napoléon fut un génie en son genre, tant sur le plan militaire que civil, mais il restait un homme qui aimait et ressentait en fonction de sa sensibilité...

S'il a pu voir des milliers de vies fauchées sur les champs de bataille, c'est parce qu'il l'estimait nécessaire pour la grandeur de la Nation et le bien de la Société. Certes, il pût paraître parfois lointain et inaccessible, mais c'était aussi pour tenir compte des forces énormes qui lui étaient opposées: l'ancien ordre féodal qui ne voulait pas mourir et l'Europe des Rois qui n'entendait pas capituler devant les idées nouvelles...

Bonaparte et Napoléon, c'est tout un. Ses dernières pensées furent pour son fils, la France et son armée... Il a laissé son empreinte et son exemple et qui sait combien d'anonymes sont devenus des héros -même un court instant- en songeant simplement à l'Empereur ?

Barrès l'avait écrit: "professeur d'énergie" !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 0:14

cheers cheers cheers

Bonsoir Bruno, et félicitations pour ces propos empreints de clairvoyance et de bon sens.

Ils reproduisent très fidèlement l'image et le comportement d'un Homme dont l'Histoire ne cessera jamais de s'enorgueillir.




salut
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 12:06

J'ai l'impression de suivre un concours hagiographique sur Napoléon Laughing
Donc , si je résume : Napoléon et Bonaparte sont le même homme cheers



cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 13:38

Certes. De même que je n'ai plus aucun doute: entre vous et votre pseudo, c'est bien le même... Yoda
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 14:17

A Napoléon, je ne pardonne pas sa conduite dans les premiers mois de son divorce à l'égard de Joséphine qui lui a manifestement porté chance dans son ascension vers les sommets du pouvoir, qui savait le calmer, qui lui faisait retrouver le chemin de la raison. (Sibuet) ...

Mais nous savons pertinnement, Cher Sibuet, que Napoléon n'a jamais ignoré l'importance de la présence de Joséphine, dans sa vie "publique".
Et je pense qu'il serait fort hasardeux de lui tenir griefs d'un divorce que Joséphine a honorablement accepté, même si elle dût en souffir énormément.

Car il faut bien reconnaître que cette décision tenait à la "raison d'Etat", et qu'en outre, elle s'inscrivait dans le contexte de l'époque.

L'Empereur, généreux, n'a d'ailleurs jamais abandonné complètement son "Incomparable Joséphine" ... Wink




salut
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 14:53

Monsieur BHR,

Vous commencez à friser l'impolitesse, vous devez avoir des problèmes personnels pour vous comportez envers moi de cette manière.
C'est vrai que mon Murat est en retirage...

La conclusion serait quoi de plus que Napoléon et Bonaparte sont la même personne ?
Si c'est l'argument "massue", c'est comme l'inventeur de l'eau tiède et du fil à couper le beurre Sad

J'attendais que l'on distingue l'Homme de la Royauté , puis le général de la République, l'Empereur puis le déspote ( remarquez que je ne dis pas le tyran). Mais visiblement nous sommes dans " je tourne en rond dans la crypte des Invalides".



cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 14:58

J'attendais que l'on distingue l'Homme de la Royauté , puis le général de la République, l'Empereur puis le déspote ( remarquez que je ne dis pas le tyran). Mais visiblement nous sommes dans " je tourne en rond dans la crypte des Invalides". (Ambrosio) ...

Libre à chacun de vouloir dissocier l'Homme en deux distincts, et c'est, je le rèpète, votre droit le plus strict.

Mais comme je l'évoquais plus haut, pour faire valoir un tel raisonnement et rendre crédibles vos convictions à ce sujet, il faut pouvoir étayer tout ceci d'arguments valables, ce qui, permettez-moi de l'avouer, ne fut pas le cas lors de votre intervention relatant le comportement de l'Empereur.





salut
Revenir en haut Aller en bas
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 15:16

Franchement désolé Joséphine. Je pense que je vais me mettre activement à savoir ce qu'est le 1 er Empire.
Mon incompétence connue et reconnue ne me permet pas de donner suite à la discussin sur le Génie universel, oùu alors il faucrait que je fasse des posts aussi longs que les votres .
Malheureusement , j'ai du travail et donc des responsabilités pour les revues et pour MON LIVRE QUI SORTIRA EN OCTOBRE 2008.

Promo contre promo lol! lol! lol! lol!




cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sibuet

avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Sion (Vendée)
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 19:08

Citation de Senot :

Citation :
Dire qu'il n'était plus accessible est faux ! De nombreux témoignages vécus parvenus jusqu'à nous l'attestent.

L'Empereur pratique le tri sélectif en matière de communication officielle, propagande oblige : des interlocuteurs soigneusement choisis, acquis totalement à sa cause.

Ce que je ne lui reproche pas.

En revanche, je trouve ignoble son comportement à l'égard de ceux qui sont victimes des actes malheureux de leurs proches alors qu'ils ont donné eux-mêmes des gages de fidélité à la Révolution et à l'Empire.

Prenons par exemple le cas de Dupont Chaumont dont la carrière militaire et diplomatique est brisée d'un coup en raison des malheurs de son frère Dupont de l'Etang à Bailen.

L'arbitraire napoléonien n'est pas sans rappeler celui de Louis XIV à l'égard de la famille de Fouquet.

La colère de l'Empereur peut toucher autant les proches que le fautif lui-même. Il ne se contient plus.

Il peut effectivement laissé sa porte ouverte, il n'empêche, personne ne s'enhardira à lui dire ses quatre vérités.

Ceux qui l'ont déjà fait ont été mis à l'écart.

Mieux vaut se taire ou plutôt crier "Vive l'Empereur" pour ne pas se faire mal voir.

L'affaire Malet a montré tristement les fléaux qui rongent de l'intérieur l'Empire : la passivité et la soumission ; le manque d'attachement et de loyauté à l'égard de l'Empereur.

Le Sénat vote d'ailleurs tout ce que l'Empereur exige sans rechigner en échange de quelques honneurs ou récompenses supplémentaires.

Dans l'intérieur de l'Empire, tout est à vendre. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambrosio



Nombre de messages : 1262
Age : 66
Localisation : Nola .Campanie. Royaume de Naples
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   Lun 22 Oct - 21:41

Tiens donc ...! Je vois avec plaisir que Sibuet commence à exprimer so esprit critique.
Dites vous bien que mon attachement aus APN est une chose sincère et que mon plaisir est plus d'aider ceux qui le méritent que les autres.

Retenez cette phrase " Du sublime au ridicule ; il n'y a qu'un pas ." Cherchez l'auteur ....





cheval au galop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Du Général Bonaparte à l'Empereur Napoléon 1er ...
» Livre Sacre de l'empereur Napoléon Ier Paris 1804-Boulogne
» Commémoration de la mort de l’empereur Napoléon, 5 mai 2007
» A la recherche du véritable masque de l'Empereur...
» La petite cassette de l’Empereur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: SALON DES DEUX EMPIRES :: - Discussions Générales --
Sauter vers: