Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CapitaineCOIGNET

avatar

Nombre de messages : 1455
Localisation : Vierzon (CHER)
Date d'inscription : 29/10/2007

MessageSujet: BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade   Mer 25 Juin - 1:06

Fiche présentée par M. Jean-Pierre BIBET – APN
Sources : Dictionnaire Historique et Biographique des Généraux et Amiraux Français (Courcelles-1821)


BREISSAND (Joseph)
(1770 – 1813)

Baron de l’Empire
Volontaire de 1791
1er bataillon des Basses-Alpes

Général de brigade
Commandant de la Légion d'honneur


Règlement d’armoiries :

« Parti : 1) d’azur à la licorne assise d’argent. -2) coupé : a) de gueules à l’épée haute d’argent. –b) d’argent à deux branches de sinople en cercle, l’une à dextre d’olivier, l’autre à senestre de chêne.»



Né le 2 avril 1770, à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence)
Mort au champ d'honneur, le 2 décembre 1813, à Dantzig, des suite de sa blessure mortelle reçue le 1er décembre 1813, dans une sortie de Dantzig qu’il avait commandée.

Etat des services :
Entré au service comme volontaire dans le régiment Aquitaine, 19 mars 1786.
Sortit par congé acheté, 9 octobre 1787.


Engagé volontaire, élu de suite par ses camarades au grade de capitaine, dans le 1er bataillon de volontaires du département des Basses-Alpes (Aujourd’hui Alpes-de-Haute-Provence), 1er septembre 1791.
Chef de bataillon, 12 septembre 1792.
Chef de bataillon, à la suite de la 19e demi-brigade d’infanterie de ligne, 27 juillet 1796.
Commandant de plusieurs places en Italie, depuis le 22 septembre 1797 jusqu’à la capitulation de Rome, en 1798.
Commandant de place, à Peruggia (Pérouse) en 1798.
Chef de la 3e demi-brigade provisoire d’Orient, 17 juillet 1800, sur la proposition du général en chef Brune.
Colonel du 35e régiment d’infanterie de ligne, 15 décembre 1803.
Gouverneur de la province d’Avila, où, il sut maintenir la discipline la plus sévère parmi ses troupes. Par sa conduite loyale et désintéressée, il se concilia l’estime et l’affection des habitants, dont il emporta les regrets lorsqu’il quitta cette contrée.
Général de brigade, 6 août 1811.
Commandant de la 1ère brigade, attachée à la 2e division d'infanterie de réserve de la Grande Armée, 15 mai 1812.
Commandant de la 1ère brigade, attachée à la 30e division d'infanterie du 11e corps de la Grande Armée, 4 juillet 1812 jusqu’au 2 décembre 1813.

Campagnes et actions d’éclat :
1792 à 1795 : Employé à l’armée des Alpes, jusqu’au 19 mai 1795 date à laquelle, il fut obligé de quitter son corps pour cause de blessure.

1796 à 1799 : Employé à l’armée d’Italie.
Il se distingua dans toutes les occasions par son courage, son sang-froid et son habilité.
En 1798, alors qu’il était commandant de la place de Peruggia, une insurrection très dangereuse y éclata, et fut causée par une division d’opinions entre les habitants de cette ville.
Le chef de bataillon Breissand se rendit sur la place publique, fend la foule, et adresse aux citoyens une harangue éloquente et persuasive en langue italienne. En vain quelques furieux menacent sa vie, dirigeant des armes à feu et des épées nues contre lui ; Breissand conserva son sang-froid, parvient, malgré le péril imminent qui menace sa tête, à calmer la multitude, et à rétablir l’ordre et la tranquillité publique. (*)

(*) (En reconnaissance de cet important service, la ville de Pérouse chargea un sculpteur habile de faire deux bustes du commandant Breissand ; elle en conserva un pour elle, et fit remettre l’autre à cet officier.)

1799 : Employé à l’armée des Grisons puis au corps d’observation du Midi.

1800 à 1803 : Employé à l’armée d’Orient.

1804 et 1805 : Employé en Batavie.

1806, 1807, 1808, 1809 et 1810 : Employé aux armée d’Italie et d’Allemagne.où il se distingua en plusieurs occasions.
Attaqué à Pordenone, 15 avril 1809, par plus de 4.000 Autrichiens, le 35e régiment opposa, pendant six heures, la résistance la plus héroïque aux efforts de l’ennemi. Breissand qui commandait ce régiment fut blessé. Environné d’hommes tués, et soutenu par quelques sapeurs blessés, de son régiment, il se servait encore d’un fusil, qu’il n’avait pu recharger pour se défendre contre un peloton de Hongrois, lorsqu’il fut fait prisonnier.
L’archiduc Jean, qui commandait les Autrichiens à cette affaire, frappé d’admiration pour la bravoure qu’avait déployée le colonel Breissand lui offrit ses secours.
Réponse de Breissand :
- « Je n’ai rien à demander à Votre Altesse !!! », répondit cet officier, - « -Si ce n’est qu’elle veuille bien avoir pour mes malheureux compagnons d’armes les égards dus à leur courage, et me faire rendre mon épée et ma décoration, que j’ai perdues dans le combat. »

Réponse de l’archiduc Jean :
« - Un brave, tel que vous ne doit pas rester désarmé. » ; prenez cette arme, dont vous savez faire un si noble usage, en lui ceignant sa propre épée ; « -Et je vais donner des ordres pour que la décoration, dont vous êtes si digne, vous soit remise, si on peut la retrouver sur le champ de bataille. »

1811 : Employé à l’armée d’Espagne.

1812 : Employé à la Grande Armée – En Russie, et y donna de nouvelles preuves d’habilité et de valeur.

1813 : Employé à la défense de Dantzig sous les ordres du général Heudelet ; rendit d’importants services en diverses occasions, où il se couvrit de gloire, et fut cité avec distinction dans les rapports adressés au gouvernement par le général Rapp qui commandait en chef dans cette place. Mais il fut blessé très grièvement dans une sortie qu’il avait commandée et succombera des suites de cette blessure.

Campagne de captivité :
Prisonnier de guerre par les autrichiens, à Pordenone, 15 avril 1809. Libéré rapidement à la fin de la campagne de 1809 et la paix signée avec l’Autriche.

Blessures :
- Atteint d’un coup de feu à la cuisse lors de l’attaque du Petit-Mont-Cenis, 27 avril 1795
- Reçoit un coup de sabre à la main gauche, en chargeant contre la cavalerie autrichienne, au combat de Sutri, dans les états romains, 9 août 1799.
- Reçoit deux coups de sabre, l’un au bras droit et l’autre à l’épaule, à Pordenone, 15 avril 1809.
- Atteint d'un coup de feu mortel au siège de Dantzig, 1er décembre 1813.

Décorations :
Membre (Officier) de la Légion d’honneur par décret du Premier Consul du 25 prairial an XII (14 juin 1804)
Commandant de la Légion d’honneur par décret impérial du 26 juin 1813.

Titre de noblesse :
Baron militaire de l’Empire par lettres patentes du 15 août 1809.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade
» BOUVIER des ECLAZ (Joseph) Baron - Général de brigade
» JOUBERT (Joseph) (DE) Baron de l'Empire Général de Brigade
» MANIGAULT-GAULOIS (Joseph-Yves) Général de brigade
» MARIN (Jacques-Barthélémy) Baron - Général de brigade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: