Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien

Association historique Premier et Second Empire (ouvert à tous les passionnés d'histoire napoléonienne)
 
AccueilSite APNFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 AVRIL (Jean-Jacques) Général de brigade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CapitaineCOIGNET

avatar

Nombre de messages : 1455
Localisation : Vierzon (CHER)
Date d'inscription : 29/10/2007

MessageSujet: AVRIL (Jean-Jacques) Général de brigade   Lun 12 Oct - 0:05

Fiche présentée par M. Jean-Pierre BIBET – APN
Sources : Dictionnaire Historique et Biographique des Généraux et Amiraux Français. Tome 1
Archives nationales (CARAN) – Dossier de la Légion d’honneur côte : LH/82/17

AVRIL (Jean-Jacques)
(1753 - 1839)

Général de brigade
lieutenant-général
Commandant de la Légion d'honneur

Né le 11 novembre 1753, à Loudun (Vienne)
Fils du légitime mariage de maître Jean-François Avril, procureur au siège royal de Loudun (Vienne) et de Madeleine Gambier.
Décédé  le 19 juin 1839 au Bouscat (Gironde)

Etat des services connus :
Breveté sous-lieutenant d’une compagnie de Milice de l’Isle-de-France (Ile Maurice), 1er janvier 1775.
Lieutenant de la 2è compagnie du bataillon de grande couleur, à l’Isle-de-France (Ile Maurice), 30 juin 1779.
Capitaine de la 2è compagnie des Noirs Chasseurs du Roi, à l’Isle-de-France (Ile Maurice), 4 janvier 1789.
Repassé en France par congé, en avril 1791.
Capitaine, 1er septembre 1792, au 15è régiment de chasseurs à cheval, sous les ordres du général Ronsin.
Adjudant-général, chef de bataillon, 8 mars 1793.
Adjudant-général, chef de brigade, 5 brumaire an II (26 octobre 1793)
Fait général de brigade par les représentants du peuple, en mission près l’armée de l’Ouest, en nivôse an II.
Breveté général de brigade par le Comité du Salut Public et la Commission chargée de l’organisation et du mouvement des armées, 21 nivôse an III (10 janvier 1795)
Commandant de Belle-Ile-en-Mer en mars 1795 qu’il conserva pendant quinze mois.
Employé dans les 12 et 13è division militaire durant les années 1797, 1798, 1799 et 1800.
Confirmé dans son grade de général de brigade avec brevet de Sa Majesté Impériale et Royale, alors 1er Consul, 8 germinal an IX (29 mars 1801)
Employé dans la 11è division militaire depuis 1801 jusqu’en 1807.
(Commandant en chef, par intérim, de la 11è division militaire, en 1804, 1805 et 1806)
Employé au camp volant à Pontivi, ern février 1807.
Commandant du château de Lisbonne, en août 1808.
Gouverneur de la province de Bilbao, commandant ce pays pendant 23 mois.

Mis en état d’arrestation par l’Empereur, en septembre 1810, sur sa conduite.
Reconnu non coupable, il fut mis en liberté, 17 mars 1811.


Commandant du département du Pas-de-Calais, 16è division militaire, en mars 1811.
Commandant momentané de la forteresse de Torgau, sur ordre du maréchal Ney, en 1813.
Employé à Hambourg, après le blocus de cette place, il rentra en France, en juillet 1814.

Lieutenant-général des armées du roi, 21 octobre 1814.

N’ayant point voulu servir durant les Cent-Jours, il fut à cette époque, mandé à Paris, mis sous la surveillance du ministre de la guerre, et destitué de son grade de lieutenant-général.

Réintégré dans ses fonctions de lieutenant-général, après la seconde rentrée en France du roi, en juillet 1815.
Ayant plus de 40 ans de service, il fut mis à la retraite, 1er janvier 1817, conformément à la loi du 1er août 1816.


Campagnes :
Ans II, III, IV, V, VI, VII et VIII : A l’armée de l’Ouest, en Vendée, en Bretagne et en Normandie.
1800 : Employé à  l’armée d’Italie.
1808 à 1810: Espagne et  Portugal.
1813 : Employé au corps d’observation de l’Elbe, sous les ordres du général Lauriston.
Ce fut sa brigade (4è brigade) qui força le pont de Koningboorn, près de Magdebourg.
Il combattit à Asleben, en chassa les Russes, et se trouva à la canonnade et à la prise de Hall, où, pendant plus de huit heures, il couvrit l’artillerie française avec sa brigade, en position à demi-portée du canon de l’ennemi.
Il prit part à la bataille de Lützen, 2 mai 1813, et entra un des premiers dans Leipzig, lorsque le 5è corps, dans lequel il servait, s’en empara.
Marchant à l’avant-garde de la 1ère division du 5è corps, il se trouva aux combats de Waldau, de Morsdorff et de Buntzlau.
Au passage de la Reuss, il se jeta dans cette rivière avec deux bataillons de sa brigade, sous le feu le plus vif du canon de l’ennemi, qu’il força à abandonner sa position.
Il combattit à Haynau, 26 mai 1813, et pendant la nuit du 31 mai 1813, dans la plaine de Breslau, où il entra le 1er juin 1813.
Après l’armistice conclut le 4 juin 1813, sa brigade était réduite à :moins de 500 hommes. On la plaça à Glogau, pour y tenir garnison, et il fut envoyé à Hambourg, pour y servir dans le 13è corps, sous les ordres du maréchal Davout, prince d’Eckmühl.
1814 : Blocus de Hambourg.
Il resta dans cette place pendant le long blocus qu’en firent les armées alliées.

Blessures :
Grièvement blessé à la cuisse par l’explosion d’une mine, à Estremoz (Espagne), 28 juin 1808.

Mentions :
En mars et avril 1793, étant adjudant-général, chef de bataillon, à soumis tout le pays révolté entre la Loire et la Vilaine.

En brumaire an II, fait adjudant-général, chef de brigade, pour avoir soumis et faire mettre bas les armes à plus de 3000 rebelles, réfugiés dans leurs marais, près de Guérande.

Lors du piège de Nantes organisé par les rebelles, il s’est rendu utile en marchant au secours de cette ville.

Fait général de brigade par les représentants du peuple sur la demande du général en chef Marceau, pour avoir empêché l’armée vendéenne de passer la Vilaine, à Redon, le temps à notre armée de la rejoindre et s’est bien conduit pendant la bataille mémorable de Savenay.

Commandait en chef, à l’affaire de Saint-Lyphard, près de Guérande, où il détruisit 500 rebelles échappés de Savenay.

A fait les premières campagnes dans la Vendée, sous le commandement des généraux Canclaux et Beaupuy et passé ensuite sous les ordres du général Hoche qui l’honora de sa confiance.

A fait toutes la guerre des Chouans pour ce général, à commandé et s’est trouvé à différentes affaires pendant cette guerre dont il s’est toujours tiré avec honneur.

Il fut envoyé pour couvrir Lorient, menacé par les Anglais et les Vendéens, et il battit complètement ces derniers à Locresto.

A commandé à Belle-Isle-en-Mer, sous les ordres du général Hoche, après l’affaire de Quiberon.

Fut employé dans le Morbihan, par ordre du général Hoche pour s’opposer aux incursions de Georges Cadoudal, Réussit à le battre dans plusieurs affaires, en autre celle d’Hermebon.

Employé par le Directoire exécutif dans le Calvados, en l’an VII, pour combattre les Chouans qu’il parvint à chasser de ce département.

Le 18 Brumaire, il eut le bonheur de se rendre utile au 1er  Consul, en empêchant Caen, le Calvados et la Basse-Normandie de se soulever contre lui. Il battit dans plusieurs rencontres Frotté, en autres à Vire, Condé-sur-Noireau, aux Forges de Cossé, et près de la Ferté-Macé

Envoyé dans la Mayenne, en frimaire an VIII, y battit les Chouans et en désarma 1500.

Passé à l’armée d’Italie, en mission, reçut l’ordre du général Masséna de prendre le commandement de la Rivière du Levant, dans la Ligurie, où il réussit à soumettre les rebelles de Fontana-Bona et de Rapallo.

Appelé en l’an IX dans le département des Bouches-du-Rhône pour purger le pays des brigands qui l’infestaient, est parvenu à les détruire.

An l’an X, il reçut l’ordre de se rendre à Bordeaux pour être employé à la 11è division militaire. A commandé pendant trois ans avec dévouement, zèle, probité et honneur.

On le chargea en février 1807 de couvrir Brest avec un corps de 4000 hommes. Il partit de cette place, en août 1797, et conduisit les troupes sous son commandement au 2è corps d’observation de la Gironde, dont elles firent partie, et avec lequel il entra en Espagne. En octobre 1807, étant arrivé à Alcantara, on le dirigea d’abord sur Cadix, puis il eut ordre d’arrêter sa marche et d’occuper, en juin 1808, Estremoz et Evora, dans l’Alantejo, dont il eut peine à contenir les habitants, qui voulaient prendre part à l’insurrection éclatée dans tout le pays environnant. Vers le 28 juin 1808, il évacua Estremoz et on l’envoya, malgré sa blessure, avec trois compagnies du 86è régiment, 50 dragons et une pièce d’artillerie, à Villa-Viciosa, avec ordre de châtier cette ville, qui s’était mise en état de rébellion. A son arrivée, les habitants, embusqués dans les premières maisons, ayant fait feu sur sa troupe, il lui fit croiser la baïonnette, et entra avec elle au pas de charge, dans la place, dont il s’empara.
Les rebelles eurent un grand nombre d’hommes tués dans cette action, et on leur fit 150 prisonniers. Quoique l’agression des habitants méritât une punition exemplaire, le général Avril ne livra point la ville au pillage.
De 1808 à 1810 : Il s’opposa à toutes les tentatives de guérillas, en autres, à Durango, où il leur prit deux pièces de canon et quatre drapeaux.
Sa fermeté, sa prudence, son désintéressement, lui méritèrent l’estime et la reconnaissance des habitants de la province de Bilbao.

Cependant, sur dénonciation portée contre lui par un officier de la Garde impériale, Napoléon le fit remplacer à Bilbao, dans les derniers jours de septembre 1810, et l’envoya, sous l’escorte de 40 gendarmes, à Bayonne, où il fut détenu pendant le temps que dura l’enquête faite sur sa conduite.
Reconnu non coupable, il fut remis en liberté.

Ayant appris, en 1812, les désastres de la Grande Armée, en Russie, il demanda à marcher au secours de ses frères d’armes. Rendu à Hambourg, il y resta jusqu’en février 1813.

Autres fonctions :
Membre du collège électoral du département de la Gironde, 20 mai 1815.

Décorations :
- Commandant de la Légion d’honneur, par décret du 26 prairial an XII (14 juin 1804)
- Chevalier de Saint-Louis, 21 octobre 1814.

Titre :
Le titre de baron lui a été conféré par le roi, après les Cent-Jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Termenón

avatar

Nombre de messages : 87
Age : 84
Localisation : O Rosal (Pontevedra) España
Date d'inscription : 11/05/2013

MessageSujet: Estremoz   Ven 27 Sep - 12:04

Estremoz es una ciudad portuguesa del Distrito de Évora, región Alentejo y subregión del Alentejo Central, (sic) 7.682 habitantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marzan-2013.foroactivo.com
 
AVRIL (Jean-Jacques) Général de brigade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AVRIL (Jean-Jacques) Général de brigade
» CAUSSE Jean-Jacques -général de brigade.
» Jean-Jacques Vélasco s’exprime enfin !
» Jean Jacques Velasco: J'ai parlé des ovnis avec Lionel Jospin et Mitterrand
» Les confessions de Jean-Jacques ROUSSEAU.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien :: BIOGRAPHIES :: - Salon Biographique des Deux Empires - :: Premier Empire :: Les Militaires :: Les Généraux de la Révolution et de l'Empire-
Sauter vers: